22/04/2012

Château de Couëllan (XVII-XVIIIème s.) Guitté, 22

Château de Couëllan, Guitté, 22

 

De l'ancien château construit sous le règne de Charles VI, entre 1380 et 1420, il reste un très long  bâtiment adossé aux murs d'enceinte, la base de l'ancien donjon et ses caves. Ce manoir devait comporter une tour d'escalier d'au moins six mètres de diamètre, car les marches d'escalier à vis, de deux mètres de longueur utile ont été réemployées dans le grand escalier droit, du début du siècle. Le perron à double  révolution semble avoir été fait avec les pierres de parement de cette tour.

Château de Couëllan, Guitté, 22En septembre 1591 pendant les guerres de religion, cet ancien manoir fut incendié et la région ravagée par le Duc de Mercoeur. On peut voir encore de nombreuses traces de cet incendie dans les charpentes. 

        Le château fut reconstruit au début du règne de Louis XIII. Sur la peinture d'une cheminée du second étage "chasse à la licorne", une cartouche indique 1620. Il ne comprenait que la moitié ouest du château actuel, entouré d'un quadrilataire de murs bordés de douves sèches avec dans les angles quatre pavillons faisant  saillie dans les fossés et percés de meurtrières. On accédait à la cour intérieure par un portail à pont levis. Les  fossés ont été comblés au XIXe et le portail avancé au bord de la route de Caulnes à Guitté, à son emplacement actuel.

Château de Couëllan, Guitté, 22

 

Au milieu du XVIIIe siècle, le marquis de Saint Pern avait fait de Couellan sa résidence principale. Il eut 19 enfants dont 12 vécurent et lui firent vite trouver son manoir trop petit. Il fit construire deux grandes dépendances en 1748 et 1783, et en 1777 prolongea vers l'est le partie Louis XIII par un bâtiment en équerre.

    

  Château de Couëllan, Guitté, 22 La propriété fut achetée en 1936 par le Commandant Dorange et son épouse, qui en entreprirent la restauration, pièce par pièce, toiture après toiture, de bâtiment en bâtiment, et celle-ci se poursuit encore aujourd'hui.

       Dans un parc de 5 hectares, jardin en terrasse à la française. Parc à l'anglaise, potager, verger, grande charmille du XVIIIe, if planté sous Louis XIII. Nombreux arbres rares et séculaires (hêtre pourpre, ginko biloba, magnolia grandiflora, noyer d'Amérique), nombreux rosiers anciens, nombreux et imposants massifs de rhododendrons au bord de la vallée de la Rance au milieu des bois.

Les commentaires sont fermés.