24/04/2012

Dolmens de Kerran (Saint-Philibert, 56)

Dolmens de Kerran, Saint-Philibert


Dolmens de Kerran, Saint-PhilibertLe site de Kerran en Saint-Philibert (à 4 km de Locmariaquer) comportait à l'époque (1896) trois dolmens: deux subsistent actuellement.Dolmens de Kerran, Saint-Philibert


Que s’est-il passé ?


Dolmens de Kerran, Saint-Philibert

En réalité, ce dolmen existe toujours, mais il a été déplacé par un archéologue mégalomane, Jean-Baptiste Piketty, passionné par les découvertes mégalithique de la région camacoise. Il décida en effetd’en acheter un, qu’il choisit, afin de servir de caveau de famille. Ce caveau doménique est aujourd’hui visible au cimetière de Meudon (92), surtout connu pour abriter la demeure éternelle de l’écrivain Louis Ferdinand Céline.

Dolmens de Kerran, Saint-Philibert

Un autre archéologue, Zacharie Le Rouzic s’opposa à cet achat, mais l’opération put de faire en toute légalité puisque le site n’était pas encore classé Monument historique.

 Dolmens de Kerran, Saint-Philibert

En 1886, Z. Le Rouzic participe en fin de compte  au démontage du dolmen de Kerran les éléments seront acheminés jusqu’à Meudon par voie ferrée.

Sous le dallage de ce dolmen, on trouva un vase apode, des éclats de silex, une pendeloque en quartz, un fragment de peroxyde de fer.

 

Dolmens de Kerran, Saint-Philibert

Les deux dolmens restants furent classés Monuments historiques en avril 1927.

 Dolmens de Kerran, Saint-Philibert

Dolmens de Kerran, Saint-Philibert

 

Ce qui était difficile à admettre en 1886 en matière de détérioration de patrimoine, l’était encore plus en 1965 :

 

Dolmens de Kerran, Saint-Philibert

En effet, c’est à cette date que le sous-Préfet de Lorient fit enlever des menhirs des alignements de Kersolan en Languidic, pour les replanter dans les jardins de sa sous-préfecture toute neuve.

Dans le même registre, que dire sur ce qui s’est passé en 2007 :

Dolmens de Kerran, Saint-Philibert

Un terrain constructible est à vendre, à Plouhinec dans le Morbihan. Ce terrain du Gueldro (1500 m2 sur 1598 m2) se trouve en zone constructible depuis 1998, alors que terrain abrite des menhirs, vestiges d’un alignement mégalithique. Il bénéficie d’un certificat d’urbanisme délivré par la mairie et la DDE .


Or, cet alignement est classé Monument historique depuis 1963, et malgré cela, il avait déjà subi des outrages puisque le génie rural fit construire en 1960, un chemin d’exploitation le traversant, séparant 10 menhirs des 46 autres. Plusieurs d’entre eux furent même détériorés.

Deux maisons furent construites à proximité, l’affaire est suivie par la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelle), en espérant que cessent les construction sur cette parcelle……

Les pressions immobilières sont fortes sur le littoral, les enjeux économiques peuvent susciter beaucoup de tentation au détriment de notre patrimoine culturel, j’ose espérer que la DRAC et les municipalités sauront ne pas plier.

Commentaires

Les exemples sont nombreux quant à ce gâchis qui ne respecte pas notre patrimoine.
A Groix, on annonce la mort du dolmen de Roc'h Glas ou du Gripp,
A Plouhinec, même chose, un terrain est déclaré constructible malgré la présence de menhirs,
A Locmariaquer, idem.....

Écrit par : jima | 24/04/2012

Ben voyons ! None devrait pas être étonné !
L'argent permet tout et l"appât du gain continue ça et là de l'emporter sur la moralité et sur les vraies valeurs.

Écrit par : Nasreen | 25/04/2012

C'est magnifiqueee bravo pour la conservation ! Marie

Écrit par : caf paris | 25/04/2012

Les commentaires sont fermés.