05/05/2012

Château de Findlater (XIIIè s.)

z - Château de Findlater.jpg


Entre Cullen et Portsoy:

On en parle dès 1246, le château actuel daterait de la fin du XIVe, il est abandonné vers 1600.

Les “3 points” en triangle sur la carte signalaient une ruine, pas de mention dans les guides, pas de fléchage depuis la nationale. Une route creuse s’enfonce entre ses talus, j’imaginais découvrir au loin la découpe des murs sur l’horizon, je ralentis, un coup d’œil à la carte me confirme ; la seule route mène à la mer. Ensuite, le chemin conduit à une cour de ferme abandonnée où je laisse lavoiture à côté d’une autre. Un sentier se dirige vers la mer entre des champs de blé, toujours rien au loin, à part un silo en forme de tour surmontée d’une coupole, ça transpire le médiéval ce truc. J’accélère le pas pour atteindre la mer, les “3 points” étaient sur l’eau. Il est là, en dessous, sur un éperon, en contrebas de la falaise. Je croise un couple, certainement ceux de la VW. Je serai seul sur le site avec les cormorans qui tournoient au-dessus des ruines. Elles sont à l’abandon depuis longtemps, le “Trust Royal” semble les avoir oubliées, apparemment il reste des abris.

Le site incroyable, un vrai repaire de naufrageurs, partout autour les falaises noires, la roche découpée et le bruit des vagues. Au pied du site une petite plage de galets servait aux résidents pour abriter leurs barques. Le château s’étale sur toute la longueur de l’éperon (50 m), l’accès s’effectue depuis un sentier qui descend de la falaise, j’imagine l’emplacement du pont-levis, l’ensemble est bien isolé mais à la portée d’un jet de pierre depuis le plateau. Les bâtiments sont trop ruinés, difficile d’appréhender l’allure générale, il ne subsiste plus rien d’un quelconque système défensif. La construction est sommaire, un appareil grossier de blocs de schiste, à demi enterrées les salles ou les gaines sont couvertes de voûtes de blocage, les ouvertures, trous béants, sont tournés vers la mer.

A quoi pouvait servir ce fort, un poste avancé pour des expéditions maritimes, nous sommes au nord de l’Ecosse. Les roches s’assombrissent, dans une heure il fera nuit, ça doit être redoutable l’obscurité par ici, je me remémore mes histoires illustrées de gamin quand des naufrageurs accrochaient des lanternes sur les têtes des bœufs pour détourner les navires, difficile de ne pas songer aux “contrebandiers de Moonfleet”. En repartant tu te retournes trois ou quatre fois jusqu’à ce que le château disparaisse, encore une fois, tu sais que tu ne reviendras pas.

Les commentaires sont fermés.