10/05/2012

Gilles de Rais, dit "Barbe Bleue" (1404-1440)

 

Gilles-de-Rais.jpg

hermines début de texte.gif1404: naissance supposée de Gilles de Rais (ou Gilles de Retz), dans le château de Champtocé, dans la tour noire.

hermines début de texte.gif1415: décès de sa mère, suivi par celui de son père, tué par un sanglier au cour d'une partie de chasse. Gilles a alors 11 ans, et l'orphelin sera élevé par son grand-père, Jean de Craon, un homme cruel et violent, ne s'interessant qu'à lui et ses biens.

Gilles est à cette époque, un enfant cultivé, sachant lire et écrire le latin. Il aime la musique. Mais curieusement, il devient de plus en plus violent, coléeux. Adolescent, il montrera une haine pour tout ce qui est du genre féminin.

hermines début de texte.gif1420: âgé de 16 ans, il part en guerre pour libérer Jean de Montfort.

hermines début de texte.gif1422: Gilles se marie à Catherine de Thouars, laquelle lui apportera de nombreuses terres. Son grand-père négociera à la même époque, avec le Duc de Bretagne, obtenant pour son petit-fils , le commandement de l'armée Royale.

hermines début de texte.gif1425: il constitue 5 compagnies, devient connu grâce à son courage. A 21 ans, il est déjà un grand guerrier, et sera même victorieux en duel contre le commandant de la garnison anglaise. Il va de victoire en victoire, grâce à son courage, sonendurance et ses qualités de guerrier.

hermines début de texte.gif1429: il devient Maréchal de France, ultime récompense pour un guerrier, et sera chargé d'escorter Jeanne d'Arc. Dès lors, il restera à ses côtés, depuis Orléans qu'elle libèrera, l'accompagnera à Reims pour le couronnement du Dauphin etc., en fait, il y restera jusqu'à la mort de la "pucelle". De tous ses compagnons , il sera le seul, une fois qu'elle fut prise, à tout faire pour la sauver,mais il ne pourra rien faire. Il lui vouera une sorte de culte, sombre dans le désespoir, puis retourne dans ses terres. 

 

machecoul-chateau-gilles-de-retz-5.jpg

 

Une fois rentré au pays, il commence à dilapider sa fortune en fêtes et banquets...

 

 Château de Machecoul:

chateau-de-barbe-bleue-machecoul-44.html

 

hermines début de texte.gif1432: c'est le début des crimes...

Il fera enlever des enfants la nuit, contre d'importantes sommes d'argent,  engagera de jeunes enfants comme Pages. Mais tous, Pages comme kidnappés, finissent par disparaître à tout jamais. Il torturait les enfants, abusait d'eux pour finalement les tuer, les démembrait, puis els faisait brûler dans les grandes cheminées de son château. Il aimait les voir agoniser...

En plus de ses crimes, il commença à s'interesser à l'alchimie. Il avait perdu une bonne partie de sa fortune, et ses connaissances en alchimie l'amenaient à penser qu'il pourrait recréer de l'or.

Deux hommes, François Prelati et un moine florentin défroqué, Eustache Blanchet, l'aidèrent dans cette entreprise. Prelati était une sorte de magicien, ensorceleur, sataniste  qui s'intéressait à la géomancie et à l'alchimie. Tous deux profitent de la manne financière et de la crédulité du bourreau qui les prit sous son aile. L'argent est dilapidé encore plus rapidement, les crimes se multiplient, les invocations diaboliques fusent. Il y eut plusieurs invocation de Démon, mais à chaque fois que le Maréchal de France était présent, il ne se pasait rien. Par contre, en son absence, la magie obtenait de l'effet.

Afin de rétablir sa situation financière, Gilles de Rais sacrifie désormais les enfants au Démon, cherche le secret de la pierre philosophale, alors que dans le même temps il reste un chrétien dévôt, priant et communiant avec ferveur.

hermines début de texte.gif1434, septembre: Gilles de Rais est au sommet de sa gloire, sombrant dans la démesure. Il retourne à Orléans pendant tout une année (jusqu'en août 1435), accompagné de toute se mesnie: sa garde, ses musiciens, ses comédiens, ses hommes de confiance. Tous le suivent, et mènent un train de vie démesuré. Gilles de Rais offre une gigantesque reconstitution, un spectacle grandiose à sa propre gloire et celle de Jeanne d'Arc, brûlée quelques années auparavant pour sorcellerie. Sous les yeux ébahis de la foule, mais aussi du roi Charles VII, la représentation emploie des centaines de comédiens et de figurants, oeuvrant dans des décors somptueux, une débauche de tables croulant sous la nourriture et l'alcool. Des sommes invraissemblables sont ainsi dépensées.

hermines début de texte.gif1435, août: de retour dans ses terre du pays de Retz, les enlèvements repartent de plus belle; On parle alors d'une vieille femme, surnommée la Méffraie, qui enlèverait les enfants dans les campagnes. Cependant, les possessions familiales de Gilles de Rais fondent comme neige au soleil. Il commence à vendre des terres pour faire face à ses dépenses, sa famille commence à s'inquiéter. C'est à ce moment que l'on commence à parle d'une folie habitant le maître.

Les débiteurs de Gilles de Rais se voient ravis d'éviter de règler leurs dettes, en particulier le Duc de Bretagne Jean V, lequel s'empressa d'acheter toutes ces terres pour une bouchée de pain.

hermines début de texte.gif1438: Il fit une invocation à Tiffauges pour invoquer Belzébuth mais n'obtint rien. Plus tard, à Bourgneuf, il fit un pacte avec le Diable, en signant de son propre sang. Enfin, une dernière invocation lui fit prendre peur, dans la salle où se trouvait Prélati, serait apparu un serpent de la taille d'un chien, il pris un crucifix contenant une relique  de la vrai croix, faisant perdre tout l'or que son associé avait fait apparaître par cette invocation.

TIFFAUGES.jpg

 

Dans le même temps, les disparitions  s'accélèrent...

 

Château de Tiffauges

 

 

hermines début de texte.gif1440, le 15 mai: suite à une bénigne mésentente concernant la vente de ses terres se Saint-Etienne-de-mer-Morte, Gilles de Rais et 60 de ses hommes, pénètrent à cheval dans l'église de la commune pour injurier un certain Jean le Ferron, trésorier du Duc de Bretagne. Procéder ainsi, en plein office de la Pentecôte est un sacrilège qui le mènera à sa perte. L'évêque de Nantes, Jean de Malestroit lance une enquête car la rumeur semble l'accuser de bien d'autres crimes. Il réunit de nombreuses plaintes et témoignages sur les disparitions d'enfants des dix dernières années.

hermines début de texte.gif1440, le 24 août: le Duc de Bretagne sollicite ses amis et le château de Tiffauges est assiégé. .

hermines début de texte.gif1440, le 13 septembre: une troupe arrive au château de Machecoul où réside Gilles de Rais. Contre toute attente, il se rend sans résistance. Il sera arrêté sous les chefs d'accusation gravissimes de "sodomie, sorcellerie et assassinat", de même que sont arrêtés la terrifiante Méffraie, son acolyte et sorcier Prélati, ainsi que ses deux fidèles valets et complices, Henriet et Poitou.

Jeté aux oubliettes, puis juger devant un tribunal de l'église, pour meurtre d'enfants. Il sera enfermé, condamné à payer une amende de 50.000 écus, dette dont il ne peut s'acquitter, et subira son procès tout en priant.

Devant les juges, Gilles de Rais sait rester noble de haut rang. Les accusateurs décident alors d'user de supercherie pour le confondre. Seuls quelques péchés véniels sont ainsi reprochés par le tribunal, notamment son intervention dans l'église, à cheval. Il ne se méfie pas: il reconnaît la légitimité du tribunal à le juger. Entre temps, les langues se sont déliées, et les juges ont pris la mesure de l'horreur des crimes commis.

hermines début de texte.gif1440, le 13 octobre: pile un mois après son arrestation, la véritable accusation  est formulée: on lui reproche plus de 140 crimes. Gilles de Rais s'emporte, insulte les prélats del'inquisition, mais Jean de Malestroit lui répond sur le même ton et proclame son excommunication.

Ses compagnons seront torturés. Gilles de Rais demandera à ne pas être torturé, reconnaîtra ses crimes, et sera jugé coupable pour crime sexuel et pour invocation de Démons

hermines début de texte.gif1440, le 22 octobre: Gilels de Rais, si chrétien malgré l'horreur de ses actes, se sent voué aux flammes de l'enfer, et décide de passer aux aveux, à condition  que soit levé l'excommunication. Ainsi soit-il. Devant le peuple, il commence alors sa confession insoutenable: enlèvements, tortures, privations, viols, rites satanistes, sacrilèges... Il va même jusdqu'à déclarer:

" J'en ai assez fait pour faire condamner à la mort  dix mille hommes. "

Inutile de préciser que dans la salle règnait un silence de marbre. Le président du tribunal couvre le crucifix de son manteau d'hermine dans un mouvement de décence et de honte. En larmes, Gilles de Rais déclare à propos de ses crimes:

"La cause en est à la mauvaise direction que j'ai reçue dans ma jeunesse. J'allais, les rênes sur le cou au gré de tous mes désirs, et je m'adonnais sans retenue au mal. Ô, vous, pères et mères, je vous en prie, instruisez vos enfants dans les bonnes doctrines dès leur enfance et leur jeunesse, et menez-les avec soin dans le sentier de la vertu ! Jamais Dieu ne me pardonnera si vous-même n'intercédez pas pour moi ! "

A ces mots, la foule fut prise d'un élan de ferveur et de compassion: tous s'agenouillèrent et se mirent à,prier pour le salut de l'âme du meurtrier. Incroyable, surréaliste !

hermines début de texte.gif1440, le 25 octobre: le jugement est rendu: Gilles de Rais sera pendu et brûlé, avec ses complices Henriot et Poitou. Prélati s'en sort indemne. La Méffraie est morte entre-temps, en cellule. Prélati finira tout de même par être exécuté quelques années plus tard pour une autre affaire.

Il demandera à être brûler avant ses compagnons.

Accompagné par une procession populaire jusqu'à son lieu de supplice et d'exécution, en la prairie de Biesse à Nantes, Gilles de Rais fit une ultime déclaration que rapporta Michelet dans son Histoire de France:

 

"Ma jeunesse entière s'est passée dans les délicatesses de la table. Marchant au gré de mes caprices, rien ne me fut sacré et tout le mal que je pus faire, je l'accomplis. En lui, je mettais toutes mes pensées, tout ce qui était défendu et déshonnête m'attirait et, pour l'obtenir, il n'est moyens que je n'employais, si honteux qu'ils fussent. Pères et mères qui m'entendez, et vous tous, parents et amis de jeunes gens que vous aimez, quels qu'ils soient, je vous en prie, veillez sur eux. Formez-les par les bonnes moeurs et les bons exemples et surtout ne craignez pas de les corriger de leurs défauts, car, élevés hélas comme je l'ai été moi-même, ils pourraient peut-être glisser comme moi dans le même abîme.

 Gardez-vous donc, pères de famille, d'élever vos enfants dans les délicatesses de la vie et les douceurs funestes de l'oisiveté, car des excès de la table et de l'habitude de ne rien faire naissent les plus grands maux. L'oisiveté, les mets délicats, l'usage fréquent des vins capiteux sont les trois causes de mes fautes et de mes crimes. Et vous, parents et amis des enfants que j'ai si cruellement mis à mort, vous, qui que vous soyez, contre qui j'ai péché et à qui j'ai pu nuire, présents ou absents, en quelque lieu que vous soyez, je vous en prie à genoux et avec larmes, accordez-moi, donnez-moi votre pardon et le secours de vos prières."

 

 Après d'ultimes prières, Gilles de Rais est pendu puis brûlé. Son corps fut enseveli à l'église Notre-Dame-des-Carmes, ainsi qu'il l'avait souhaité. Une grande et digne célébration fut faite pour ses obsèques, lui, l'ancien chambellan de Charles VII, Maréchal de France et grand seigneur breton de la famille Montmorency-Laval.

Détail ultime aussi stupéfiant que cette histoire: afin que chacun garde le souvenir du châtiment et la repentance de ce héros-criminel, les pères et mères du pays de Retz durent jeûner trois jours de suite, et les enfants reçurent le fouet jusqu'au sang.

Aujourd'hui, on estime à environ 800, le nombre de victimes de ce tueur sanguinaire, héros étonnant et immoral, mysogine et dévôt à la fois.

C'est de Gilles de Retz que s'inspira Charles Perrault pour créer son personnage de Barbe-Bleue.

 

nb: certaines théorie évoquent la possiblilité d'un complot contre le Maréchal de France. Nombreux sont les témoignages de l'époque qui chargèrent Gilles de Rais.Mais était-il responsable de toutes les disparitions d'enfants ? Les brûlait-il vraiment dans les cheminées de son château ?

 

 

Les commentaires sont fermés.