21/05/2012

851: Bataille de Jangland-Beslé (Erispoë c. Charles le Chauve)


Période: lutte contre les Francs (474-874)

Lieux: lande du Haut Jangland, Pays de Redon


déols,bourges,breton,armorique,riothime,ambrosius aurélianus,euric,roi des wisigoths,burgondes,soissons

Conflit: Nominoë venait de prendre la ville du Mans et se dirigeait vers Chartres lorsqu'il mourut subitement, le 7 mars 851. Certains historiens rapportent qu'il fut sans doute empoisonné par le Comte Lambert. Mais Erispoë prend les suites de son père. Il continue ses attaque srépétées contre les territoires francs. Charles le Chauve est décidé de faire rentrer le fils de Nominoë dans le rang, en organisant une expédition vers la Bretagne, dès le début de l'été.


image-001,24,001,3512-erispoee.jpgErispoë

cavalerie


                                           823-877 CharlesChauve.jpgCharles II le Chauve,

                                         Conte Vivien de Tours,

                                       Comte Gauzbert le Jeune,

                                                                    Comtes Hilmerad,

                                                                         Comte Palatin.

                                 Armée franque de mercenaires Saxons (fantassins)


déols,bourges,breton,armorique,riothime,ambrosius aurélianus,euric,roi des wisigoths,burgondes,soissons

Charles le Chauve choisit de concentrer son armée à Angers au début de l'été, avant de marcher sur la Bretagne. Mais le passage de Beslé par le voie de Nantes à Corseul, est barré par les Bretons. Le choc des deux armées a lieu au nord du Grand-Fougeray.


déols,bourges,breton,armorique,riothime,ambrosius aurélianus,euric,roi des wisigoths,burgondes,soissons

851, 22 août: L'armée royale se trouvait disposée sur deux lignes. La ligne de front est composée des fantassins saxons. Mais comme pour la bataille de Ballon quelques années auparavant, les saxons sont rapidement décimés par la cavalerie bretonne, qui applique leur technique habituelle de harcèlement et e fuite simulée pour mieux faire pleuvoir une pluie de javelots sur les troupes impuissantes.

Accoutumés au combat au corps à corps, les Francs sont paralysés par cette technique, qui cause de lourdes pertes dans leurs rangs. 

déols,bourges,breton,armorique,riothime,ambrosius aurélianus,euric,roi des wisigoths,burgondes,soissons

851, 23 août: la lutte reprend et en fin de journée, le vent n'a toujours pas tourné, les Francs accusent de très lourdes pertes. Totalement accablé par l'effroi de la nuit, Charles le Chauve s'enfuit, à l'insu de son armée, abandonnant pavillon, tentes et tout le vestiaire royal.

déols,bourges,breton,armorique,riothime,ambrosius aurélianus,euric,roi des wisigoths,burgondes,soissons

851, 24 août: au petit matin, la tente royale et le pavillon sont là mais le roi est absent. En apprenant la fuite du roi, l'armée est prise de panique et ne songe plus qu'à en faire de même. 

Les Bretons se précipitent à grabnds cris, envahissent le camp des Francs, s'emparent de leurs richesses, poursuivent les Francs en fuite, tuant ou capturant ceux qu'ils rattrappent. 


déols,bourges,breton,armorique,riothime,ambrosius aurélianus,euric,roi des wisigoths,burgondes,soissons

Conséquences

A l'automne, Erispoë et Charles Chauve signent un traité de paix à Angers. Le roi des Francs lui remet les insignes royaux à son vainqueur. Les cités de Rennes, de Nantes et le pays de Retz passent sous le giron breton.

Par ce traité, Charles le Chauve reconnait Erispoë pour roi de Bretagne et s'engage à ne plus jamais contester que les pays de Rennes, Nantes et De Retz sont terres bretonnes. En contre partie, Erispoë accepte de rendre son siège épiscopal à l'évêque Actard. L'accord d'Angers délimite les frontières du futur duché de Bretagne et de la Bretagne. Il est utile de préciser que pendant que Francs et Bretons se disputent des territoires, les vickings continuent leurs incursions en Neustrie comme en Bretagne, et l'instauration d'une paix intérieure est utile, faute d'alliance solide et volontaire, pour contrer ces envahisseurs qui ne cessent de piller les deux nations depuis 799.







Les commentaires sont fermés.