24/05/2012

Château de Bois-Briand (Nantes, 44)

 

11005814.jpg

Le château de Bois-Briand fut fondé au Moyen-Âge. Il se situe au nord de la plus ancienne voie romaine de la région, laquelle épouse pratiquement l'actuelle route de Sainte-Luce ou D68.

Cette voie romaine située à l'extrémité septentrionale des zones inondables de la Loire, venait d'un lieu où il existait une villa romaine baptisée Cariacum, l'origine du château de Chassay (au sud du bourg de SainteLuce) et allait à Nantes en passant par Doulon.

Depuis les invasions barbares au VIème siècle, la paroisse de Doulon, dont fait partie le Bois-Briand, devient un domaine épiscopal, qui sera un temps spolié par Harscoët Ier de Saint-Pierre, seigneur de Retz, qui en récupère une bonne part durant le XIème siècle.

 

2005-06-14-10-43-16.JPG

1049: le Concile de Rome menace  Harscoët Ier d'excommunication

1104: Harcoët Ier se plie aux esxigences et rétrocède Doulon aux évêques, qui sera l'une des rares paroisses à être rendu à l'évêché nantais. Il restera leur propriété jusqu'à la Révolution.

1345: sous la pression du Duc de Bretagne devenu leur suzerain qui leur notifie leur incapacité à gérer leur biens, les domaines sont cédés à des familles aisées. Des seigneuries se créees alors, dont celle de Bois-Briand qui sera crée en 1405 par Geoffroy Resmond.

XVème siècle: de grandes inondations amènent les habitants à s'installer au 1er étage, en construisant une protection de terre autour de la maison. Une coursière en bois relie les chambres entre elles, mais a été démolie par la suite. Les portes sont bouchées, mais l'une d'entre elles sera partiellement réouverte en 2006.

XVII-XVIIIème siècles: le manoir médiéval est transformé en maison de plaisance et de rapport. Une façade classique et faussement symétrique fait oublier, côté Est, la base médiévale. Pendant cette période est crée un jardin de 100 m2 et une enceinte de hauts murs sur laquelle sont plantés des poiriers en espalier. Un bassin circulaire est installé au cventre du jardin à la française et l'un des côtés est aménagé en miroir d'eau sur 19m de largeur.

A la cour médiévale succède une cour de pierres dressées chant contre chant. Cette cour présente en son milieu une allée de pavés de granite carrés. Elle mène au portail distant d'un kilomètre, à la hauteur de l'actuel périphérique.

1771: la chapelle du château est consacrée. Elle sera transformée pendant la Révolution en..... écurie. Constructon de l'orangerie.

1789: le propriétaire d'alors, Pierre-Léon Le Meneust, ancien militaire du Régiment de Normandie s'est réfugié dans sa propriété de Saint-Domingue. Le Comité Révolutionnaire local constatant son absence du domaine depuis plus de 15 ans, décide l'évaluation des biens puis sa vente. Les portes de l'écurie et les fenêtres de la chapelle sont bouchées. Les croisées de l'orangerie sont percées sur la façade sud du bâtiment.

200px-François-Athanase_de_Charette_de_La_Contrie.jpg1796, le 29 mars: François-Athanase Charette de La Contrie, qui commandait l'armée Vendéenne, est fusillé à Nantes. La famille Charette s'installe à Couffé.

1906: Rachement de la commune de Doulon à la commune de Nans.

1941-1945: le châtea est occupé par des officiers allemands, les propriétaires se réfugient dans les communs et dans les combles.

1945: les anciens occupants allemands sont condamnés à refaire la toiture du bâtiment des communs, de creuser un puits en val du miroir d'eau. Ce puit sera comblé en 2006 lors des travaux d'aménagement de la promenade publique.

L'exploitation viticole et fructicole fait place à une exploitation maraîchère. 

1996: la propriété est cédée à la famille Delalonde.

1997: le Conseil Municipal de Nantes vote la réalisation d'"un lotissement dans le jardin à la française, et la récupération par la ville du Miroir d'eau et ses abords pour en faire un jardin public.

L'orangerie sert de cadre à l'enregistrement de disques, d'émissions de radio et à l'exposition de travaux d'artistes.

9432963.jpg


Dernièrement: une ferme photovoltaïque est aménagée en lieu et place du toît des bâtiments fermant la cour d'honneur, au sud, des panneaux sont installés sur plus de 250 m2.

Ce dispositif complète un ystème de production d'eau potable mis en place en 2000. L'eau puisée dans la Loire est traitée par uh dispositif de filtre à sable, charbon actif et filtrage des bactéries par rayons UV. La production d'eau brute est permise grâce à la conjonction de trois technologies: le puit, datant du XVIème siècle, la collecte des eaux fluviales et le puisage de l'eau de la Loire. 





Les commentaires sont fermés.