31/05/2012

Château de La Bourbansais (XVIè s.) Pleugueuneuc, 35

chateau-de-la-bourbansais-pleugueneuc.jpg


Château_de_la_Bourbansais.jpgLe château fut construit par Jean Du Breil, seigneur du manoir des Colombières en Pleugueuneuc, sur l'emplacement d'une ancienne villa gallo-romaine. Il est l'un des grands châteaux bretons avec ses pavillons "à la Mansard", sa chapelle faisant pendant au cellier, le pigeonnier et le fruitier encadrant les douves.


2384_chateau-de-la-bourbansais_pleugueneuc.jpgChacune de ses façades donnent sur le "jardin à la française", sur la cour d'honneur et sur la grande perspective. Les constructions , si différentes d'époques et de caratères, se sont ajoutées les unes aux autres dans un intérêt grandissant.

1731: le domaine revient à René Gabriel de La Forest, Comte d'Armaillé, lequel agrandit le château. C'est lui qui lui donne son visag actuel.

Le château est l'ancienne résidence des membres du Parlement de Bretagne.

Chateau_de_la_Bourbansais.jpg


1806: Julie de La Forest d'Armaillé épouse le Comte Louis de Lorgeril, de La Motte-Beaumanoir. Le château de La Bourbansais appartient toujours à la famille de Lorgeril.



Aujourd'hui: 

 

bourbansais.jpg

Vous ne rêvez pas ! Le domaine de La Bourbansais abrite un zoo !

plan.gif




1300

 

385057_2580341781189_1033743539_32915120_1345516028_n.jpg

1300 ! 

Lorsque je me suis aventuré dans le Monde de Jima, voici 3 ans je crois, je ne pensais pas que j'en serai arrivé aujourd'hui avec 1.300 articles. J'aurais de toute façon été bien incapable de vous dire quand il sera terminé, complet.

Les légendes celtes sont nombreuses, je ne pensais pas en trouver en Lorraine, en hongrie etc. De même, je ne pensais pas au départ, y joindre des légendes Basques, et même Normandes (mais celles-ci c'est pour mon père).


Alors c'est vrai, j'ai concience aujourd'hui que j'en suis loin, très loin d'être complet sur le monde celtique. J'ai volontairement laissé de côté (pour le moment) la partie gastronomie, non pas parce qu'elle est moins importante, bien au contraire, j'ai des tonnes et des tonnes de recettes à vous faire partager, le temps me manque, vivement la retraite ! Non je plaisante !


Alors voilà, pour ce 1301ème article, je souhaitais à remercier tous ceux qui sont venus visiter mon monde, ceux qui m'ont corrigé, qui ont contribué à faire de cet espace ce qu'il est aujourd'hui. Je reste cependant insatisfait du résultat actruel car je n'ai encore réussi à le doter de fond musical, avouez que ça manque non ?


Villa Cheminée (2009) Cordemais, 44

ScreenShot009.jpg


haspmleg59c3pyxux0jzc7rwjurfdl-tmb.png


A la pointe de l'île, la villa cheminée permet de séjourner à 15m de haut, avec une vue imprenable sur l'estuaire de la Loire. Cette cheminée est une réplique de celles de la centrale EDF de la même commune.

Elle située au Lieu dit "Le Grand Quartier" sur la commune de Bouée, mais accessible par la commune de Cordemais.

2011_05_21_Centrale-de-cordemais.jpg

Au sommet de la cheminée, un petit pavillon, avec son jardinet, fait office de gîte.


L'ouverture au public de la Villa Cheminée est suspendue pendant la période hivernale (9 janvier - 20 février). Bien évidemment, il n'est possible d'accéder qu'au jardinet, la maison étant réserver pour les locataires du gîte.

Inconvénient: pas d'accès pour handicapés.

 

2490493415_small_1.jpg


Tarifs 2012:

95€/nuit (petit-déjeuner inclu pour 2 personnes)

99€ les vendredis et samedis en haute saison (6 avril au 30 septembre)


Contact: chantal.courpie44@orange.fr (06 64 20 31 09)



Château de Saint-Aubin (XiXè s.) Plédéliac, 22

getatt.jpg


Le château de Saint Aubin fut construit en 1900 pour la famille Palluel, à proximité de l'emplacement de l'ancienne abbaye de Saint-Aubin dont il reste quelques vestiges (les anciens logements de l'abbaye).

1904: devient propriétaire la famille Guényveau, fruit d'un mariage.

Le château développe un plan complexe à plusieurs bâtiments implantés dans un vaste domaine forestier parcouru d'avenues et entouré d'un parc. Une orangerie est adossée à la façade Dud du logis. 


Le château est une propriété privée et ne se visite pas.

Menhir de La Pellionaie (Goméné, 22)

pellionaie3.jpg


pellionaie1.jpg


Hauteur: 6m

La base du menhir est enterrée sur une profondeur de 3m.

 




Lors des fouilles réalisées, fureznt trouvées des pierres brûlées.

Allée Couverte de la Ville Menot (Goméné, 22)

villemenot2.jpg


Encore un exemple de site qui a perdu de sa valeur. 

villemenot1.jpg


Autrefois cette allée couverte était bien plus longue, mais de nombreuses pierres furent prélevées pour servir à la construction d'une maison.


Aujourd'hui il ne reste plus que deux rangées, une de 5 pierres et l'autre de quatre.




villemenot3.jpgElles supportent encore 3 tables, la quatrième étant couchée au sol.

124 - LE MENHIR DE BORMOUÏS & LE MEUNIER DE SAINT-SALOMON

 

menhir de Crifol, Carnac, 56.jpgmenhir de Crifol, Carnac, 56


menhir de Bormouïs, Pierre du diable, meunier, Saint-Salomon, Guern, 56, Morbihan, Bretagne, mégalithes, contes, légendesAucun monument mégalithiques n'a été signalé jusqu'à ce jour à Guern. Seul le chanoine Mahé dit qu'"on montre en cette commune un peulvan d'environ 12 pieds, que le génie exterminateur n'a pas encore renversé; mais il le sera tôt ou tard".

Plus heureux que nos devanciers, nous avons exploré quatre menhirs, un petit cromlec'h ou cercle de pierres, sur lequel nous avons relevé des cupules et des écuelles, et une pierre à bassin.

Le menhir de 4 mètres de hauteur, mentionné par le chanoine Mahé, se trouve près du village de Keravail, à 2 kilomètres au nord du bourg. Il paraît qu'on a trouvé autrefois des fragments de poteries et des cendres au pied.

A quatre kilomètres au Nord-Ouest du bourg, à deux kilomètres dans la même direction du menhir précédent, sur le sommet de la montagne escartpée dite de Bormouïs, en la commune de Kerhiec, à 500mètres de la chapelle et du village de Saint-Salomon, un jour, en explorant la lande, nous avons eu la bonne fortune de découvrir un menhir qui, par sa situation sur un point élevé et tout à fait pittoresque, domine tout le pays d'alentour et semble regarder les menhirs de Saint-Etienne, en Malguénac.

Vue de loin, ou du bas de la montagne, cette pierre, énorme et de forme bizarre, prend la figure d'un géant accroupi, à la tête monstrueuse enfoncée dans les épaules. Au clair de lune, l'illusion est complète. Orientée exactement Est-Ouest, les rayons du soleil levant viennent s'y reposer. On raconte différentes légendes à son sujet; voici  celle relative à son origine:

 

menhir de Bormouïs, Pierre du diable, meunier, Saint-Salomon, Guern, 56, Morbihan, Bretagne, mégalithes, contes, légendes

menhir de Bormouïs, Pierre du diable, meunier, Saint-Salomon, Guern, 56, Morbihan, Bretagne, mégalithes, contes, légendes

Un jour, il y a de cela dans ans et des ans, le meunier de Saint-Salomon, homme avare, riche et orgueilleux, résolut d'entourer sa propriété d'un mur pour la mettre à l'abri des indiscrets et des voleurs. Mais ce n'était pas chose aisée que de transporter des pierres sur la colline de Saint-Salomon; aussi, les maçons du pays se montrèrent-ils très exigeants pour un tel travail. Courroucé, à bout d'expédients pour arriver à ce qu'il désirait, et ne voulant pas leur céder, le meunier se décida à traoiter le marché avec le diable. Le démon se montra bon enfant. Il consentit à bâtir le mur gratis, en échange de la fille du meunier. Le bonhomme se gratta l'oreille, mais, en rusé compère, il accepta, espérant bien jouer un bon tour à messire Lucifer.


menhir de Bormouïs, Pierre du diable, meunier, Saint-Salomon, Guern, 56, Morbihan, Bretagne, mégalithes, contes, légendes


" Affaire conclue, lui dit-il, à la condition que le mur soit terminé avant que le coq n'ait chanté.

- Rien ne m'est plus facile, répondit le démon, ravi de son marché."

Et aussitôt, il se mit à l'oeuvre, travaillant comme un bon diable qu'il était. Les pierres s'entassaient tant et si bien qu'il n'en manquait plus qu'une seule pour finir le mur.

Et, sur la lande de Bormouïs, le diable portait à pleine brassée un bloc énorme destiné à terminer la clôture, quand, tout à coup, le chant du coq retentit aigu et lugubre à son oreille.

menhir de bormouïs,pierre du diable,meunier,saint-salomon,guern,56,morbihan,bretagne,mégalithes,contes,légendesC'était la bonne du meunier qui, malicieuse, avait pris le coq et l'ayant plongé dans un seau d'eau l'avait fait chanter. Aussitôt de dépit et furieux, le démon planta la pierre à l'endroit où il était, y laissant profondément incrustée la forme de ses bras et de ses mains. De là le nom de Pierre du Diable.


Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1902


Château de La Fontaine Saint-Père (XVIIIè s) Quessoy, 22

44186217.jpg


Le domaine est composé d'un logis daté de 1773 qui est greffé sur un ancien manoir.

Le château possède deux étages carrés et un logis sous comble. Le logis du XVIIIème siècle a conservé l'essentiel de son décor de boiseries.

Un second manoir, dit "le couvent", est situé au sud du château avec une façade reprise en 1667.

Le logis du XVIIIème, le corps de bâtiment liant le logis à l'ancien manoir sont protégés par les MH.

44186316_p.jpg

44186365_p.jpg



Au château de La Fontaine, perdure une fontaine miraculeuse que l'on appelle la Fontaine de Sainte Radegonde.

Voici encore 100 ans, nombreuses étaient les femmes qui emmenaient leurs enfants en ce lieu pour les soigner de l'impétigo ou des "croûtes de lait". Il leur suffisait de tremper la coiffe du petit malade dans l'eau bienfaitrice de la fontaine pour obtenir rapidement une guérison. 



Histoire

 

Née vers 520, Radegonde était la fille du roi de Thuringe, une région d'Allemagne. Or, alors qu'elle venait d'atteindre ses dix ans, la Thuringe fut prise par Thierry et Clotaire, fils de Clovis. Radegonde et son frère furent conduits en captivité dans le domaine de Clotaire, aux environs de Laon. Clotaire décida d'épouser Radegonde en 536. Devenue reine, elle se réfugia dans la prière et dans l'aide aux pauvres. Un jour, son frère fut assassiné sur l'ordre du roi, son époux, sous le fallacieux prétexte qu'il aurait comploté. Elle quitta son époux et se retira à Tours, puis à Chinon où elle se dévoua au service des malades, notamment de ceux atteints de la lèpre, de dermatoses graves. Elle lavait elle-même les plaies. Elle prodigua également ses soins aux infirmes. Elle obtint de nombreuses guérisons miraculeuses. Enfin, elle fonda un monastère à Poitiers. C'est là qu'elle mourut le 13 août 587.

 

Dans la chapelle de l'Hôpital de Quessoy, on parle toujours de Saint Divy, qui a le pouvoir d'aider les enfants qui tardent à marcher...

 

         

 

Les miracles qu'on lui attribue quant aux guérisons de nombreux cas de lèpre, dermatoses et infirmités diverses expliquent la vénération dont elle jouissait en son temps et, par voie de conséquence, le culte qui, de nos jours, lui est encore rendu en maints lieux.

 

Les cultes vers les saints protecteurs disparaissent peu à peu, avec les anciens, mais perdurent dans les mémoires. 

 

 

 


Cromlec'h de Lorette (Le Quillio, 22)

lorette3.jpg


lorette4.jpgTertre tumulaire de forme rectangulaire: 

- une rangée de 16 pierres requartzifiées

- une rangée de 11 pierres en lame de grès, schisteuse.

 

Longueur: 20m

Largeur: 7m

 

Classé MH en 1926.

lorette1.jpg


Allée Couverte de Ros Vras (Landebaeron, 22)

landebaeron2.jpg


landebaeron3.jpg


Longueur: 14m



Bien que classé MH depuis 1956, il n'est curieusement pas protégé, le tertre disparait au fil des ans, en partie à cause du pîétinement d'animaux.




landebaeron4.jpg


30/05/2012

Château de Montalifant (XIIè s.) Corseul, 22

 

châteaux,montalifant,corseul,33,côtes d'armor,bretagne

châteaux,montalifant,corseul,33,côtes d'armor,bretagneC'est  sur une colline abrumpte entourée de deux vallées profondes et marécageuses que les Comtes de Montalifan Dinan choisirent d'ériger cette forteresse, au XIIème siècle.

Doté de 6 tours ce château disposait en son centre, d'un puit très profond, lequel aurait été l'entrée d'un souterrain reliant le château à la ferme du Goulet.


châteaux,montalifant,corseul,33,côtes d'armor,bretagneAntan il y avait deux chapelles, l'une à côté du puit était dédiée à Sainte Anne.

L'autre, au N-O du château, faisait corps avec l'une des tours, était  à salle voutée. On y trouva un autel avec les inscriptions: "A la gloire d'Auguste et à la déesse Sirona, Caïus Magius affranchi". Dans cette même chapelle, deux statues en pierre blanche représentaient, jusqu'en 1920, Sainte Marguerite pour l'une, l'autre était Sainte Agathe qui venait prier les mères manquant de lait.


Historique

XIIème siècle: construction par le Comte de Montalifan-Dinan

XIVème siècle: amélioration des fortifications

XVème siècle: à la fin du siècle, la propriétaire, Françoise de Dinan, est préceptrice d'Anne de Bretagne

1790 env.: l'abbé Lesage, prêtre non-jureur de Corseul, se cache dans les tours du château pour éviter d'être capturer et mis en prison par les révolutionnaires. Dénoncé er recherché par les Bleu, il fut sauvé en empruntant la tenue du meunier de Montalifan.

XXème siècle (fin): aménagement d'un gite rural dans un bâtiment annexe au château

XXIème siècle: la découverte des remparts extérieurs de la ruine est libre et gratuite. Mais le site est une propritété privée, visiter l'extérieur reste un danger en raison de chute de pierres probable, et l'intérieur ne se visite pasà moins de faire une demande au propriétaire 



Château de La Gaudinière (XVIIIè s.) Nantes, 44

Châteaux, La Gaudinière, Nantes, 44, Loire-Atlantique, Bretagne


Châteaux, La Gaudinière, Nantes, 44, Loire-Atlantique, Bretagne


XVIIIème siècle: à la fin du siècle, le château fut la propriété de la famille Chaurand, une riche famille d'armateur nantais en relation avec les Beauharnais et les Tascher de la Pagerie.

1814: il change de propriétaire avant de passer sous la Restauration à la famille Goüin, amis et anciens voisins des Balzac à Tours.

La propriété est alors composée d'une maison d'habitation avec cour d'honneur, d'une chapelle, d'un jardin anglais avec orangerie, d'un verger avec étang et d'un bois. Elle offre un cadre agréable pour un gentleman farmer manifestant de l'intérêt pour la nouvelle mode des jardins d'agrément et pour les plantes venues d'Amérique et récemment introduites comme le magnolia et le cyprès-chauve.

1857: le château et son parc de 8 hectares est racheté par le banquier J. Brousset, parent des Goüin. Le parc connaît alors des extensions et des embellissements notables avec le concours de l'architecte-paysagiste Provost.

1864-1873: il fait édifier le château actuel sur l'emplacement de la précédente demeure. Les briques rouges tranchent avec le blanc du tuffeau habituellement utilisé pour les folies nantaises et les grandes demeures bourgeoises des bords de l'Erdre. C'est également en 1864 qu'est introduit et planté près du château un séquoia géant d'Amérique du Nord, dans la partie haute du parc. Le parc atteint une superficie de 17 hectares en 1881.

1918: la famille Belot devient propriétaire du domaine, elle entreprend alors la restauration du parc avec l'aide des frères Lizé, horticulteurs-paysagistes nantais renommés. Elle revend le parc à la ville de Nantes en 1936 avant de vendre le château à la Fondation d'Auteuil en 1942.

1948: la Caisse régionale d'assurance maladie rachète le château afin d’y créer un centre de rééducation fonctionnelle.

1980: la Ville de Nantes rachète le château et ses abords.

Château de l'Argentaye (Saint-Lormel, 29)

chateau-de-largentaye-saint-lormel.jpg


La famille de L'Argentaye est fréquemment mentionnée dans les chartes de l'abbaye de Saint-Aubin au XIIIe siècle.

On y voit apparaître Marguerite de Dinan, dame de Plancoët, épouse de Guy de L'Argentaye dont elle a un fils prénommé Guy, puis en secondes noces de Juhel de Montfort dont elle a deux fils.

Guerre de Plancouët: suite à la mort de leur mère, les demi-frères se livrent une véritable guerre de succession. connue sous le nom de guerre de Plancoët, qui fait des ravages dans la région.

XVIIème siècle: Le château et le fief passent aux Lesquen, puis au début du XIXe siècle à la famille Rioust de L'Argentaye. C'est Frédéric, conseiller général et député, qui fait construire le château actuel à l'architecture néo-classique. À l'est du château, une chapelle est construite à la même époque.

Château de Kerran (XVè s.) Arradon, 56

châteaux, Kerran, Arradon, 56, Morbihan, Bretagne


châteaux, Kerran, Arradon, 56, Morbihan, Bretagne


La tour Nord et la grange N-O datent du XVème siècle.

L'édifice au S-E de la cour remonte au XVième siècle.

XVIIème siècle: Jérôme d'Arradon agrandit le bâtiùent principale, le dotant de lucarnes.

1809-1815: construction d'un pavillon situé dans le parc.


Famille d'Arradon

L'homonymie entre le nom de la commune et la famille d'Aradon tient sans doute à la présence très ancienne de ce lignage sur le sol arradonnais.

Le château de Kerran semble être le berceau de cette famille qui a occupé une place honorable à la cour ducale.

Le premier membre connu, Alain, est cité dans le testament du duc Jean 1er Le Roux en 1288. Il appartenait à l'entourage ducal et semblait relativement puissant.

En quelques générations, et grâce à des alliances matrimoniales " profitables ", cette famille ajouta à sa seigneurie de Kerdréan (Kerran), celles du Ratz, de Kerrat, du Pelven " et autres lieux " non moins prestigieux du diocèse de Vannes.

Cet enrichissement permit aux Aradon de restaurer et d'agrandir leur château de Kerran et de jouer un rôle de premier plan dans les " guerres de la Ligue ", avatar breton des guerres de Religion.

Deux frères se sont particulièrement illustrés dans ces événements : Georges qui fut évêque de Vannes et Jérôme, gouverneur d'Hennebont, auquel o­n doit une célèbre chronique.

C'est à ce dernier personnage que l'on peut attribuer la partie la plus ancienne du château. Ses armoiries sont gravées au fronton d'une fenêtre flanquée de pilastres.

On peut encore admirer, au détour d'un chemin piétonnier qui longe le mur extérieur du parc, la superbe façade Renaissance du château.

29/05/2012

Château de Monterfil (1864) Corseul, 22

Châteaux, Monterfil, Corseul, 22, Côtes d'Armor, Bretagne

Château construit par la famille du Breil de Pontbriand à partir d'un édifice plus ancien, celui d'un temple gallo-romain.

Non protégé par les MH

Fort de Bertheaume (Plougonvelin, 29)

 

châteaux,fort,bertheaume,plougonvelin,29,finistère,bretagne


châteaux,fort,bertheaume,plougonvelin,29,finistère,bretagneAccessible par une passerelle au-dessus des flots, l'île fortifiée est dotée d'accès diffciles. Du haut de ses 37 mètres, le fort de Bertheaume est une sentinelle du bout du monde, offrant une vue imprenable sur l'entrée de la rade de Brest.

L'îlot rocheux de la côte Léonarde est occupé depuis la protohistoire.




châteaux,fort,bertheaume,plougonvelin,29,finistère,bretagneMoyen-Âge: une forteresse y "trônait" mais fut détruite vraissemblablement en 1558 par une flotte anglo-flamande.

1663: Vauban s'intéresse à l'emplacement de l'îlot de Bertheaume pour y établir une batterie de canons à deux niveaux de feu et des mortiers.

1694:mis en place des canons. L'objectif est de protéger le mouillage du Trez Hir d'une bombarderie ennemie en coordination avec les autres batteries de la côte.

1695 et 1699: agrandissement du fort.

châteaux,fort,bertheaume,plougonvelin,29,finistère,bretagneL'utilisation du fort s'est poursuivie jusqu'à la Seconde Guerre Mondiale.


Aujourd'hui: il est visitable sur terre ou via un parcours de type "accro-branche" et des tyroliennes. Ce qui n'est pas sans rappeler le "pont volant suspendu" qui permettait de franchir l'abîme au XVIIIème siècle.châteaux,fort,bertheaume,plougonvelin,29,finistère,bretagne


châteaux,fort,bertheaume,plougonvelin,29,finistère,bretagne






Château de La Salette-de-Cucé (Cesson-Sévigné, 35)

 

Façade_est_du_château_de_la_Salette-de-Cucé_(Cesson-Sévigné,_Ille-et-Vilaine,_France).jpg


Le bâtiment occupe peut-être l'emplacement d'une ancienne villa gallo-romaine.

Ce château est construit juste avant la Révolution pour le cardinal de Boisgelin de Cucé, archevêque d'Aix, et célèbre pour avoir prononcé le discours du sacre de Louis XVI en 1775.

Académicien et président de l'Assemblée Nationale fin 1789.

Le nom des seigneurs de Cucé s'est éteint au XVème siècle, mais la ferme de La Salette, avec sa maison d'habitation du XVIème siècle, témoigne de l'antériorité du domaine de Cucé sur le château.

1664: Fief important, Cucé est érigé en marquisat.

1860: restauration du château par la famille Conen de Saint-Luc. 

chateau-de-cuce-facade-est-cesson-sevigne.jpg


Tumulus de Tanouedou (Bourbriac, 22)

tanouedou2.jpg


tanouedou3.jpg


Ce tumulus remonte à l'âge du Bronze.


Il mesurait 6m de haut pour 40m de diamètre

 

Il renfermait une sépulture princière constituée de pierres et de bois.




tanouedou4.jpg


Lors des fouilels de 1865, furent découvert plusieurs armes en bronze ainsi que des milliers de clous en or, et des bijoux en or.

Alignements de Sainte-Barbe (Plouharnel, 56)

Alignements de Sainte-Barbe, Plouharnel, 56, Morbihan, Bretagne, Mégalithe

Alignements de Sainte-Barbe, Plouharnel, 56, Morbihan, Bretagne, Mégalithe

 

Alignements de Sainte-Barbe, Plouharnel, 56, Morbihan, Bretagne, Mégalithe

 

 

 

 

 

 

 

Alignements de Sainte-Barbe, Plouharnel, 56, Morbihan, Bretagne, Mégalithe

 

 

Alignements de Sainte-Barbe, Plouharnel, 56, Morbihan, Bretagne, Mégalithe

 

 

 

 

 

 

 

Alignements de Sainte-Barbe, Plouharnel, 56, Morbihan, Bretagne, Mégalithe

Allée Couverte de La Ville Genouhan (Créhen, 22)

Allées couvertes, Ville Genouhan, Créhen, 22, Côtes d'Armor, Bretagne, mégalithes


Allées couvertes, Ville Genouhan, Créhen, 22, Côtes d'Armor, Bretagne, mégalithes


Longueur: 12,70m

Allées couvertes, Ville Genouhan, Créhen, 22, Côtes d'Armor, Bretagne, mégalithes

 






Recouverte de 5 tables, elle est l'une des plus importante dans l'Est du département.

Mais c'est dire toute l'importance que les pouvoris publics lui accordent vue son entretien très proche de l'abandon.

Allées couvertes, Ville Genouhan, Créhen, 22, Côtes d'Armor, Bretagne, mégalithes



Allée Couverte de La Bernais (Plénée, Jugon, 22)

labernais2.jpg


labernais1.jpg


Longueur: 14,50m.

 




Entièrement colonisée par la nature, comme bien d'autres...

Allée Couverte de Bel Even (Plouer-sur-Rance, 22)

plouersurrance1.jpg


plouersurrance2.jpgCe tombeau entièrement construit en quartzite blanc, présente la structure classique d'une allée couverte, avec une longue chambre de près de 10m de longueur sur une largeur de 1,50 mètres.

Cette allée couverte est précédée au S-E par un passage rétréci, et les restes d'un vestibule d'accès, à l'opposé, une petite "cella" servait aux dépôts de mobiliers ou d'offrandes.


Toutes les tables de cette allée ont aujourd'hui disparu.

Allée Couverte de Minguionnet (Gourin, 56)

Gourin_Minguionnet_table.jpg

Gourin_all%C3%A9e_couverte.jpg


Elle est située au lieu-dit Er-Goat, sur la commune de Gourin. Elle se trouve au centre d'une prairie, non loin du village de Mingionnet, en fond de vallée, que longe la rivière Ster-Laër.

Longueur: 11m

Largeur: 1,80m


Partiellement ruinée, il reste plusieurs grandes dalles, de longs piliers latéraux sont toujours en place, ainsi que 2 tables encore visibles.

Classé aux MH depuis 1970.


Allée couverte de Kercadic (Squiffiec, 22)

squiffiec2.jpg

squiffiec1.jpg


Allée couverte composée d'une enceinte de 7 pierres qui supportent 3 tables



Longueur: 3m

856: Siège & Pillage de Vannes (Pascwheten & Erispoë c. Gotfried)

 

vannes,erispoë,pascwethen,comte de vannes,gotfried,pillage

Période: Invasions Normandes (830-996)

Lieux: Vannes



Pascwethen, Comte de Vannes

puis

Erispoë, roi de Bretagne


919 - viking-chargeant.jpg



Gotfried

Flotte danoise de 102 drakkars




hermines début de texte.gifAprès leur échec devant Redon, les Danois se retournent vers le pays Vannetais qu'ils veulent piller avec pour objectif principale: la cathédrale.

Pascwethen, Comte de Vannes et l'évêque Courantgen, organisent la résistance avec toutes les forces disopnibles, mais accablés sous le nombre, ils cèdent rapidement, et se retrouvent captifs des Danois.

La ville est entièrement pillée, la cathédrale subit le même sort puis est incendiée. 

hermines début de texte.gif

Toutefois, les moines de Redon ayant appris la captivité de Pascwethen, donnèrent un calice d'or et sa patène pour payer la rançon. Par contre, personne ne semblait s'intéresser à la libération de l'évâque Courantgen, lequel restera captif jusqu'au printemps suivant.

erispoe.jpg

Pendant ce temps, Erispoë qui n'ignorait pas l'importance de la place de Vannes, endroit stratégique intimement lié à la sécurité de la Bretagne, accourt avec toutes les troupes qu'il peut trouver, et s'enferme dans la ville de Vannes après la défaite de Pascwethen.

hermines début de texte.gif

Curieusement, il n'est pas assiéger. Les Normanii préfèrent passer l'hiver à piller le pays, et retournent à leurs vaisseaux chargés du butin qu'ils ont pris dans tout le diocèse.


hermines début de texte.gif

Conséquences

Averti de leur départ et estimant la ville hord de danger, Erispoë donne la chasse aux Danois, les rejoint et leur inflige une défaite totale. Il s'appliquera ensuite à réparer les dégâts causés dans les diocèse de Vannes et de Nantes.

 

28/05/2012

855: Pillage raté de l'Abbaye de Redon (Erispoë c. Sidric & Gotfried)

 

17908585.jpg

Période: Invasions Normandes (830-996)

Lieux: Redon

Conflit: chassé de Nantes, les Danois remontent la Vilaine, direction l'abbaye de Redon



image-001,24,001,3512-erispoee.jpg

                                                                                           Erispoë

VICKING 2.gif



Sidric

Gotfried

300 drakkars





hermines début de texte.gifAprès la perte de l'île de Bièce et pour se venger des Bretons qui en ont été la cause, le Danois Gotfried  remonte avec près de 300 drakkars la Vilaine, décidant d'aller piller l'abbaye Saint-Sauveur de Redon.

La présence de Sidric n'est pas une certitude. Il  est supposé par certains historiens que Sidric était en partance via la Seine. Mais dans le cas où sa présence était effectivement aux côtés de Gotfried, cela signifierait que le nombre de drakkars remontant la Vilaine serait de près de 600.

 

hermines début de texte.gif

Arrivés à quelques kilomètres de Redon, un violent orage de déchaîne et contraint les assaillants à s'arrêter. La légende veut que ce soit les moines de l'abbaye terrorisés, qui aient invoqué avec foi et succès, un châtiment céleste à la mesure des mauvaises intentions des Danois. Le message est bien compris, car ces derniers impressionnés, font demi-tour, épargnant ainsi un terrible carnage à l'abbaye. 

Peut-être faut-il y voir le résultat d'une habile négociation monnayée avec les Normands, tels qu'il soit courant d'en user en pareil cas. Il semble que la négociation fut fructueuse pour les moines de l'abbaye, car ele permit de payer aussi, les rançons de Pascweten,, gendre de Salomon et de l'évêque de Vannes, qui étaient tombés entre les griffes des Danois lors de précédentes expéditions.

hermines début de texte.gif

Conséquences

L'abbaye de Redon est miraculeusement épargnée. Elle garda tout son prestige vis-à-vis de la population et des pirates danois. Mais ceci ne l'empêcha pas d'envisager l'exode quelques années plus tard.

800px-Redon_StSauveur_cloître.jpg



 

853: Nouveau Pillage de Nantes (Erispoë & Sidric c. Gotfried)

 

loire---les.jpg

Période: Invasions Normandes (830-996)

Lieux: ville de Nantes , île de Bièce (Beaulieu)



image-001,24,001,3512-erispoee.jpg


Erispoë

Sidric, cousin du roi Lotric de Danemark

105 drakkars

VICKING.jpg



Gotfried (Godefroy), Général Danois

200 drakkars


 

853 - erispoe.jpg

hermines début de texte.gif853, juillet: une nouvelle troupe de Danois, qui avait déjà ravagé les bords de la Seine jsuqu'à Rouen, rentre dans la Loire, conduits par leur chef Gotfried, comptant y faire de nouvelles prises. Ils s'emparent de la vile de Nantes, en partie abandonnée et détruite depuis la prise de 843. Ils pillent ce qui reste, et installent leur quartier général dans l'île de Bièce, actuelle île Beaulieu. Ils y construisent un fort et des magasins pour y conserver leurs vicres et leur butin. 

hermines début de texte.gif

854: quelques mois plus tard, une aure flotte danoise arrive sur les bords de l'île de Bièce, ayant le même dessein. Tentés par le butin qui s'y trouve, ils se disposent à en faire le siège. Mais leur chef, Sidric, se sentant en état d'infériorité numérique, fait appel à... Erispoë pour vaincre son rival.

Erispoë y consent et lui confie une partie de ses troupes moyennant la promesse, en cas de succès, que Sidric restituera l'île de Bièce aux Bretons. Le combat s'engage aussitôt et l'île est assaillie de tous côtés de la pointe du jour au crépuscule avec des pertes très importantes dans les deux camps. 

Se sentant très affaiblis, les Danois de Gotfried craignent une seconde attaque qui serait très destructrice pour eux. Ils proposent donc à Sidric un partage de leur trésor. Sidric, blessé au cours de la bataille, accepte la proposition, et passe du côté de ses adversaires, établissant un accord pour faire cesser les combats.

hermines début de texte.gif

Conséquences

Une fois le partage fait, les Danois abandonnèrent Nantes, mais ne quittent pas la Loire pour autant. Ils continuent d'y excercer les mêmes méfaits.

Les Bretons quant à eux, récupèrent Bièce et peuvent retournent chez eux, mais la ville de Nantes et sa cathédrale ne sont que champs de ruines. Elles resteront en l'état pour longtemps.


Caerlvarock Castle (XIIIè s.) Dumfries, Dumfries & Galloway

 

alexandre ii d'ecosse,john de maccuswell,herbert maxwell,edouard ier,eustace maxwell,roger kirkpatrick,david ii,robert ier d'ecosse,jacques vi d'ecosse,robert maxwell,comte de nithsdale

alexandre ii d'ecosse,john de maccuswell,herbert maxwell,edouard ier,eustace maxwell,roger kirkpatrick,david ii,robert ier d'ecosse,jacques vi d'ecosse,robert maxwell,comte de nithsdale


Situation: au sud de la ville de Dumfries, au S-O de l'Ecosse. Très proche de la frontière anglaise, il connut de nombreux sièges. Sa particularité ets d'être le seul château de plan triangulaire qui ait été construit en Ecosse.alexandre ii d'ecosse,john de maccuswell,herbert maxwell,edouard ier,eustace maxwell,roger kirkpatrick,david ii,robert ier d'ecosse,jacques vi d'ecosse,robert maxwell,comte de nithsdale 




De profondes douves l'entourent entièrement, elles mesure près de 20m de large.



Histoire

alexandre ii d'ecosse,john de maccuswell,herbert maxwell,edouard ier,eustace maxwell,roger kirkpatrick,david ii,robert ier d'ecosse,jacques vi d'ecosse,robert maxwell,comte de nithsdale

950 environ: avant le château actuel, plusieurs fortifications existaient déjà dans la région, notamment un camp romain sur la colline de Ward Law et un fort édifié par les seigneurs de Kalauerock, en 950.

1220 env.: le roi Alexandre II d'Ecosse concède la terre à son chambellan John De Maccuswell, faisant de lui le gardien de la Marche de l'Ouest. Ce dernier construisit alors un premier château, à 200m au sud de l'actuel château. Entouré de douves et de forme carrée, il est l'un des tout premier château à être construit en pierre en Ecosse. 

1270 env.: en raison sans doute de l'huidité trop importante, son neveu, Herbert Maxwell, décide d'en construire un autre, qui sera achevé vers 1290.

alexandre ii d'ecosse,john de maccuswell,herbert maxwell,edouard ier,eustace maxwell,roger kirkpatrick,david ii,robert ier d'ecosse,jacques vi d'ecosse,robert maxwell,comte de nithsdale


1300: le roi Edouard Ier envahit le Galloway et attaque le château avec 27 de ses meilleurs chevaliers, certains d'entre eux étant bretons et lorrains, près de 3.000 hommes et des engins de siège. La garnison composée de 60 hommes, assailie, mais accablée par les coups des trébuchets, se défendit vigoureusement, mais finit par se rendre au bout de deux jours.alexandre ii d'ecosse,john de maccuswell,herbert maxwell,edouard ier,eustace maxwell,roger kirkpatrick,david ii,robert ier d'ecosse,jacques vi d'ecosse,robert maxwell,comte de nithsdale 


1312: restitué à Eustace Maxwell, fils d'Herbert, quelques années après; Eustace prenant le parti de Robert Ier d'Ecosse, tout juste sacré roi, le détruit en 1312 pour éviter qu'il ne retombe entre les mains des Anglais.


1347: suite à la défaite de Neville's Cross et l'emprisonnement du roi David II, Eustace Maxwell rejoint le camp anglais et fortifie le château.

alexandre ii d'ecosse,john de maccuswell,herbert maxwell,edouard ier,eustace maxwell,roger kirkpatrick,david ii,robert ier d'ecosse,jacques vi d'ecosse,robert maxwell,comte de nithsdale1356: des troupes écossaises emmenées par Roger Kirkpatrick attaquent le château, le prennent et le détruisent presqu'entièrement.

1603: Jacques VI d'Ecosse est couronné roi d'Angleterre, scellant la paix entre les deux nations. Le château est alors transformé par Robert Maxwell, 1er Comte de Nithsdale.

1634: le château devient une demeure de plus en plus confortable. Des appartements somptueux sont décorés style Renaissance dans l'aile Est.

alexandre ii d'ecosse,john de maccuswell,herbert maxwell,edouard ier,eustace maxwell,roger kirkpatrick,david ii,robert ier d'ecosse,jacques vi d'ecosse,robert maxwell,comte de nithsdale1640, août: début de la 2nde guerre des évêques. Le Comte de Nithsdale fait venir de nobreux renfortsn la garnison défendant le château atteignant 200 soldats environ. Le château est assiégé par l'armée des Covenantaires. Le 29 septembre, après 13 semaines de bombardements intensifs. Déjà fortement endommagé par les combats, la tour et le mur Sud sont alors démolis par les assaillants afin de rendre le château inutile. Il ne fut jamais reconstruit ar la suite.


1946: le XVIème duc de Norfolk cède la château à l'Etat qui en confie la gestion à Historic Scotland.

Aujourd'hui: ouvert toute l'année. L'été, vous pouvez assister à la reconstituion du siège de 1300 par Edouard Ier & ses 27 chevaliers.

 

alexandre ii d'ecosse,john de maccuswell,herbert maxwell,edouard ier,eustace maxwell,roger kirkpatrick,david ii,robert ier d'ecosse,jacques vi d'ecosse,robert maxwell,comte de nithsdale


Mégalithes de Lusanger (44)

Mégalithes de l'Orme d'en Haut

 mégalithes,dolmen,menhir,lusanger,44,loire-atlantique,bretagne


mégalithes,dolmen,menhir,lusanger,44,loire-atlantique,bretagneSituation: sur le bord de la D1, au croisement avec les deux chemins et la route d'accès à la ferme l'Orme d'en Haut.

Impossible de savoir si ces pierres sont celles d'un dolmen ruiné. Un bloc imposant gît à l'Est, peut-être est-ce le reste d'une table.

mégalithes,dolmen,menhir,lusanger,44,loire-atlantique,bretagne








Menhir de la Pierre

 

mégalithes,dolmen,menhir,lusanger,44,loire-atlantique,bretagne

Situation: sur la D39, entrre le Vieux Bourg et Sion-les-Mines, au carrefour dit de "la Pierre".

mégalithes,dolmen,menhir,lusanger,44,loire-atlantique,bretagne


Hauteur: 1,60m

Largeur: 1,50m

Epaisseur: 1,30m


Au XIXème siècle, ce menhir a été inclu dans un calbvaire, comme cela a été le cas pour Louisfert.

mégalithes,dolmen,menhir,lusanger,44,loire-atlantique,bretagneUn certain nombre de blocs ont été déplacés vers le talus, sans doute déterrés par un agriculteur. Il est fort à parier que ces pierres aussi grosses soient-elles, finissent par disparaître à tout jamais, vu le peu d'intérêt que porte les pouvoirs publics à ce site. 





Menhir du Hochu

 

mégalithes,dolmen,menhir,lusanger,44,loire-atlantique,bretagne

mégalithes,dolmen,menhir,lusanger,44,loire-atlantique,bretagneSituation: dans la forêt de Domnaiche, proche du bourg, à l'Ouest du hameau de l'Ennerie.


Hauteur: 2,75m

Largeur: 1,85m

Epaisseur: 1,60m


mégalithes,dolmen,menhir,lusanger,44,loire-atlantique,bretagneCe menhir est classé MH depuis 1950.









Menhir de Cohardais

 

mégalithes,dolmen,menhir,lusanger,44,loire-atlantique,bretagne

mégalithes,dolmen,menhir,lusanger,44,loire-atlantique,bretagneSituation: à 1,5km au S-E de Lusanger, dans les restes d'un tailis servant de décharge agricole.


mégalithes,dolmen,menhir,lusanger,44,loire-atlantique,bretagneHauteur: 1,85m

Largeur: 1,30m

Epaisseur: 0,75m




Ce menhir aussi est en danger. Aucune inscription aux MH, isolé, en pleine zone rurale, un de ces jours il sera victime des agriculteurs du coin.

mégalithes,dolmen,menhir,lusanger,44,loire-atlantique,bretagne








Pierre de Pont du Chateau

 

mégalithes,dolmen,menhir,lusanger,44,loire-atlantique,bretagne


mégalithes,dolmen,menhir,lusanger,44,loire-atlantique,bretagne


Hauteur: 1,30m

Largeur: 1,50m

Epaisseur: 0,90m



Calvaire de Saint-Thégonnec

phoca_thumb_l_theg4_1.jpg

Nombreux sont les monuments religieux qui ont été édifiés dans le bassin de l'Elorn. A Saint-Thégonnec il est un enclos paroissial qui rappelle clairement la prospérité passé de la paroisse.  

L'Histoire

1610: après plusieurs décennies, le calvaire est terminée: cet ensemble est constitué d'une église, d'un clocher porche, d'une sacristie, d'un ossuaire, un grand calvaire, une porte monumentale, un retable d'orgues, une chaise à prêcher...


Les Scènes

phoca_thumb_l_theg23_1.jpg


- Le Christ aux liens, oeuvre de Roland Doré, fait apparaître Jésus entouré de deux bourreaux dont l'un pourrait bien être la caricature d'Henri IV.



phoca_thumb_l_theg11_1.jpg


- Saint-Thégonnec est représenté afin d'illustrer une légende locale qui veut que Thégonnec ait converti le loup qui aurait dévoré son cheval qui tirait sa charette, lors dde la construction de l'église.

phoca_thumb_l_the26_1.jpg


- La croix centrale affiche sur son fût les écots de l'arbre qui vient d'être taillé pour la Crucifixion. Ce détail fait également référence à l'Arbre de la Vie.



phoca_thumb_l_theg8_1.jpg