09/11/2012

2012, le 9 juin - Projet d'Hydrolienne en Ria d'Etel

La société française LGI projette d'implanter une hydrolienne expérimentale en ria d'Étel, en aval du Pont-Lorois. En 2006, une société brestoise avait dû renoncer à un premier projet de l'autre côté du pont.

 

 Les courants marins de la ria d'Étel sont tellement puissants qu'il serait bête de s'en priver, à l'heure de la diversité bioénergétique. Dès 2006, la société brestoise Actimar était parvenue à cette conclusion, avec à la clé un projet concret: celui d'une hydrolienne flottante qu'elle projetait d'implanter en amont du Pont-Lorois, entre l'île de Gravinez et la rive de Plouhinec. Mais, combattu par plusieurs associations, le projet avait été abandonné l'année suivante.

 

Cinq ans après, la société française Le Gaz Intégral (LGI), tente à son tour de se lancer à l'eau en Ria. La société, basée à Nanterre (Hauts-de-Seine), a, en effet présenté, en 2011, Blustream, un projet d'hydrolienne française élaboré en collaboration avec l'Ifremer de Brest, l'Ensta de Brest, ainsi que deux entreprises privées, dont Guinard Énergies, également implantée à Brest.

 

Deux mois d'instruction

C'est une hydrolienne de ce type que LGI projette d'immerger en ria d'Étel, à titre expérimentaldans un premier temps. Il s'agit d'un équipement intégralement immergé, dont la particularité est d'être composée de «deux tuyères divergentes solidarisées par un bras de liaison, capables de s'orienter automatiquement dans le sens du courant». Et donc de ne rien perdre de l'énergie de celui-ci. Son diamètre serait de 5m, contre 6 dans le cas du projet abandonné en 2007. Chez LGI, on confirme l'existence du projet tout en refusant pour l'heure de communiquer, au motif qu'«une autorisation d'occupation temporaire de l'espace public est actuellement à l'instruction». Une phase qui doit durer deux mois, avant décision de la Direction des Territoires et de la Mer (DDTM).

 

De fait, une réunion aura lieu, mardi à Lorient, dans les locaux de la DDTM en présence des maires de Plouhinec et de Belz et des représentants des pêcheurs plaisanciers et des ostréiculteurs. Par la voix de leur président, Jean Mahéo, ces derniers font savoir qu'ils ne sont «ni pour ni contre». Il en serait peut-être allé différemment si l'implantation avait été envisagée au même endroit qu'en 2006. Mais après avoir, eux aussi, étudié trois emplacements en amont du PontLorois, les promoteurs du projet ont décidé de passer de l'autre côté. Ils ont jeté leur dévolu sur un quatrième lieu, en aval cette fois.

 

Selon plusieurs sources, il se situerait en face de PortNiscop (Belz), mais plus près de la rive de Plouhinec, à un endroit où il y a 10m de fond à marée basse. Largement de quoi immerger une hydrolienne de 5m donc. Sauf que ladite hydrolienne ne voyage pas en solitaire: elle est accompagnée d'un ponton en surface.

 

Présentation publique mardi

Tout l'enjeu pour le promoteur du projet, dans les jours à venir, va donc être d'expliquer aux différentes associations que le ponton n'entrave en rien la navigation. Et également que l'hydrolienne n'aura pas de conséquences sur l'équilibre écologique de la rivière. Dans ce but, LGI a invité plusieurs associations à une présentation de son projet mardi soir, à 20h30, à la salle des Astéries de Belz.

 

Benoit Siohan & Jean-Yves Collin

Les commentaires sont fermés.