22/05/2012

Dolmen du Roh en Aod (St-Pierre-Quiberon, 56)

 

74RohanAod.jpg


Ce dolmen est situé en la commune Roh en Aod, d'où son nom, à Saint-Pierre Quiberon.

Sa particularité réside en son encorbellement: une des pierres le formant porte un groupe de 7 cupules gravées extérieurement. Cette pierre à cupules est appelée "pierre de Saint-Roch".


A découvrir: La Pierre de Saint-Roch:  119-pierre-de-saint-roch-st-pierre-quiberon-56.html

Er Men Kam (Luffang, Crac'h,56)

menhir de kericart, crac'h.jpg                                       Menhir de Kericart, Luffang, Crac'h


Près du village de Luffang, en la commune de Crac'h, au bord de la rivière, face au passage du Laz, il y avait autrefois une grosse pierre appelée Er Men Kam dite "la pierre boîteuse".

On dit qu'il s'agissait d'un soldat boîteuxqui ne pouvait plus suivre les autres soldats, et qui était à la traîne. Quand les autres soldats furent changés en pierre dans les landes de Carnac, il le fut lui aussi, au moment où il allait traverser la rivière.


Zacharie Le Rouzic, Légendes, traditions, coutumes et contes de pays, 1954

21/05/2012

Menhir du Boivre (St-Brévin-les-Pins, 44)

800px-Menhir_du_Boivre,_Saint-Brévin-les-Pins_-_Front_View.JPG


Localisation: sur terrain privé

Datation: Néolithique

Classé MH depuis 1992



Lit du Dragon (Plouezec, 29)

1585615.jpg


Appelé au pays "Loc"h-ar-Ronfl" (lit de l'ogre) ou "Gwele-ar-Ronfl" (lit du géant), le lite du dragon est une allée couverte de Kerriou.

Datation: Néolithique (IIIème millénaire av. J-C)


Longueur: 17 mètres

Ce monument est composée d'une chambre de 2 rangées de piliers, supportant 7 tables de couverture, et s'achève à l'ouest, par une petite "cella". 

Le matériau est en schiste ardoisier local.

A l'origine, l'ensemble était recouvert d'un tertre, aujourd'hui disparu; érosion du temps. 

Des fouilles remontant à 1868 ont mis à jour deux grandes hâches en pierre polie.

Classé MH depuis 1975.

Logis de La Sénaigerie (XVIIè s.) Bouaye, 44

pa44000024.jpg


Datation: XVIIème siècle

Propriété privée, ne se visite pas

19/05/2012

Château de l'Etier (XIVè s.) Béganne, 56

chateau_estier__045137500_1919_26012010.jpg


Le château primitif de l'Etier aurait été édfidié vers 1380 par les Comtes de Rieux.

Il fut amélioré aux XVè et XVIème siècle, puis retsuaré au XVIIIème.

Il fut le siège de l'ancienne seigneurie de l'Estier (ou l'Etier, Lestier).


Ce château a pour intérêt particulier de renfermer 26 cheminées en granit, dont 16 sont de très grande taille, avec leur puissant arc de décharge. Il abrite également un escalier à vis dont l'emmarchement mesure 1,60m.

Menhir de La Vacherie (Donges, 44)

afd2a29f5a867dc0635827b38791acae.jpg

9aaaea1c80aab987d83d47b98505b982.jpg


Les images parlent d'elles-mêmes; je ne ferai pas de commentaire superflus. L'ère industrielle est passée par là. Le menhir de la Vacherie est ainsi incorporé au paysage raffinien de Donges.


Curieux qu'il n'ait pas été déplacé tout de même !


Menhir, Mégalithe, Donges, Raffinerie, Loire-Atlantique, 44, Bretagne, pétrole








Menhir, Mégalithe, Donges, Raffinerie, Loire-Atlantique, 44, Bretagne, pétrole


Menhir des Louères (St-Aubin-des-Châteaux, 44)

800px-Saint-Aubin-des-Châteaux_-_Menhir_des_Louères_(1)2.jpg


Aussi appelé "Pierre de la Louée", ce menhir serait un caillou retiré du sabot de Gargantua alors qu'il était assis sur le clocher de Ruffigné: un pied sur le clocher de Saint-Aubin et l'autre sur celui de Sion. 

Il est dit que si lorsqu'on colle son oreille, on entend sonner les heures !

Château de Roc'h Morvan (XIè s.) 29

la-roche-maurice-10.jpg


Le château de Roc'h Morvan est aussi appelé château de Roche Maurice (tiré du breton Roc'h Morvan).

l

Historique

C'est au XIème siècle que Morvan, Vicomte du Faou, fait bâtir une fortification sur la colline, en bordure de la vallée de l'Elorn.

XIIème siècle: le château et les terres appartiennent au Vicomte de Léon.

1219: Hervé II  de Léon meurt dans son château, de retour de la 5ème croisade.

Entre 1301 et 1333: naissance du futur Hervé VIII de Léon, au château.

1336: Hervé VI de Léon profite de son château, et y donne de somptueuses fêtes.

1363: Hervé VIII de Léon décède. Le château devient propriété de la famille de Rohan, par le mariage de Jeanne de Léon avec Jean de Rohan.

1421: agrandissement du château.

1490: démantèlement du château sur ordre du roi de France.

1641: ce château n'est plus qu'une ruine.

1678: les ruines sont transformées en prison.

1694: les bâtiments sont si délabrés que les prisonniers sont transférés, et le site fortifié est abandonné.

1792: les révolutionnaires s'emparent du site, et le vendent à un marchand de biens. La ruine, va servir de carrière de pierres.

Fin XXème siècle: le Conseil Régional ferme le site, et fait commencer des travaix de consolidation.

la-roche-maurice-P02.jpg


2001: début d'une campagne de fouille dans ce qui reste du château.



XXIème siècle: les ruines peuvent être visitées librement. Mais pour visiter l'intérieur, des horaires sont aménagés.






17/05/2012

Château de Trémohar (XIIIè s.) Berric, 56

chateau-de-tremohar-berric.jpg


Trémohar signifie "grand passage". 

Le château de Trémohar est une des anciennes seigneuries de Berric, il y en avait autrefois 8;

Le premier château  datant des XIIIè et XIVème siècle, dont il ne reste plus qu'une partie de l'enceinte, est la propriété des Berric.

Jeanne de Berric, dernière du nom, alène à la famille de Quifistre, ce manoir, par son alliance avec  Jean.

1593: le château est brûlé et pillé par les Espagnols durant la guerre de la Ligue (1589-1598).

1750: le château est reconstruit. Il est une vaste demeure classique, de plan rectangulaire dominant les jardins. Le corps central est orné d'un avant-corps à fronton triangulaire, flanqué de deux pavillons en saillie.

enceinte-berric.jpgDu château, construit en granit, seuls les frontons et la corniche sont en pierres d'Angers. 

L'aile sud possède un majestueux perron en granit à double révolution.


L'intérieur a gardé la disposition d'origine ainsi que les boiseries et les parquets. Seul le vestibule, ayant souffert à la Révolution, a été remanié au début du XIXème siècle.

puits-berric.jpg


L'enceinte est formée d'une courtine basse avec une tour d'angle. Une enceinte en demi-cercle entoure la cour des communs, dont les bâtiments à arcades datent du XVIIème. 

Une ancienne tour de garde flanquée d'une petite tourelle est encore présente.


Le château de Trémohar est une propriété privée, ne se visite pas.

16/05/2012

Beg-An-Dorchen (Plomeur, 29)

6736822_p.jpg

Au pays Bigouden, on recensait en 1866 plus de 700 mégalithes. Beaucoup ont disparu.

Sur la seule commune de Plomeur, il est aujourd'hui possible de découvrir une vingtaine de sites préhsitoriques classés.

A Penmarc'h, près du musée préhistorique de Porz-Carn, sont regroupés de nombreux menhirs et stèles, ainsi qu'une sépulture à deux couloirs découverts dans les communes voisines.

6736706_p.jpg

 

Non loin du bourg de Plomeur se dresse la Torche, du breton "torchenn" signifiant "siège", qui est un énorme rocher, séparé de la terre ferme par une crevasse profonde surnommée "le saut du moine".

L'éperon rocheux de la Torche, marque la fin de la baie d'Audierne.

 

Beg-An-Dorchen est un ensemble mégalithique constitué par un dolmen à chambre compartimentée et à couloir, remontant à 6.000 ans, prolongé par une allée couverte désaxée, plus récente.

 

Nécropole de Hoëdic (56)

sepulture-double-hoedic.jpg

Sur l'île de Hoëdic, les époux Péquart, fouillèrent un site tout aussi exceptionnel que celui de Théviec en Saint-Pierre-Quiberon.

Là aussi, il s'agit d'un site datant du Mésolithique, avec plusieurs sépultures. Les squelettes d'unefemme et d'un enfant, enterrés ensemble, avec des bijoux en coquillages, outillage en os, ramures de cervidés.

Rare sont les sites remontant au mésolithique en Bretagne, en raison de l'acidité des sols. Mais lorsque ces sépultures sont protégées par des coquillages, le temps semble être ralenti. Pour plus de détails concernant les raisons de cette conservation, je vous invite à découvrir le site de Théviec:

necropole-de-theviec-st-pierre-suiberon-56.html

Au total, c'est 9 sépultures qui seront découvertes à Hoëdic.

Tous les corps sont ligotés, les jambes ramenées sur la poutrine. Ils sont saupoudrés d'or, et parés de colliers de coquillages. Les tombes sont recouvertes de perures de cerf et ensevelies sous un amas de coquillages, puis de pierres.

La présence longue d'amas de détritus de coquillages, d'éclats de pierres, de déchets de cuisine, de feux, de restes de gibiers, de poissons, atteste que les habitants étaient enterrés au milieu des détritus.

La datation au Carbone 14 prouve que leur présence remonte à 4.625 av. J-C.

 

A découvir aussi, le site de Beg-An-Dorchen dans le Finistère:

 

 

 

Nécropole de Théviec (St-Pierre-Quiberon, 56)

 

ile_quiberon.jpg

 

Théviec (ou Téviec) est un îlot privé situé à l'ouest de l'isthme de la presquîle de Quiberon, en Saint-Pierre-Quiberon.

1926: des archéologues amateurs Lorrains, Marthe et Saint-Just Péquart, visitent pour la première fois le site de Théviec, motivés par une prospection de M.F Gaillard, datant de 1883. Ce dernier avait noté une zone, au nord-ouest de l'îlot, d'une quinzaine de mètres de long, remplie de coquillages et d'ossements d'animaux.

1928, juillet: début des fouilles. Décapage progressif sur une cinquantaine de cm d'épaisseur, repèrant de nombreux foyers disposés à même le dépôt coquillier, un outillage en silex, quelques ossements d'animaux dont des pièces en bois de cerf et une dent de sanglier. A un niveau plus ancien, ils découvrent  un homme. Puis des bois de cerf engagés partiellement sous une dalle de 60 cm de long. Une fois la dalle extraite, les bois s'enfonçaient et reposaient directement sur un crâne humain.

 

image022.jpg

 

Entre 1928 et 1934 des fouilles se poursuivirent; La nécropole date du Mésolithiques. Les tombes remontent donc à -9.000 ans avant J-C, ie entre la fin de la dernière glaciation (-9.000 av. J-C) et l'arrivée des premiers agriculteurs du Néolithique (-5.000 av. J-C).

Ce site fait partie des rares sites remontant à cette époque en Bretagne. Les sols étant acides, il est en effet très rare de découvrir des ossements anciens, ces derniers disparaissant habituellement au bout de quelques siècles.

A découvrir aussi:

site de la Pointe de la Torche

site de Hoëdic

site de Beg Er Vil (presqu'île de Quiberon)

Mais les zones littorales, et les îles, font exception.

Au Mésolithique, l'îlot de Théviec se trouvait dans une lagune, et la Manche n'était pas encore une mer. On pouvait rejoindre l'Angleterre à pied. La Bretagne a connu à cette époque des bouleversements de paysage. A la fin de la dernière glaciation, près de 10.000 ans avant notre ère, le niveau de la mer s'est élevé fortement, de près de 100m sur plusieurs siècles. La montée des eaux  a peu à peu privé les habitants des terrains de chasse. Mais ils apprirent ou savaient déjà naviguer.

Les habitats mis à jour, sont placés sur des amas coquilliers ayant livrés les restes de nombreux mollusques marins, de crustacés, de poissons, d'oiseaux (dont des pingouins er des canards), des cétacés, et des mamifères terrestres (sangliers, chevreuils, cerfs, aurochs, chiens...) ainsi que des résidus de taille de silex. C'est dans cette zone que ces cueilleurs-chasseurs de l'époque enterraient leurs défunts. Les coquillages ont contribué à la conservation des sépultures, leur carbonate ayant isolé les ossements du sol acide.

En ce qui concerne les outillages en os et en bois de cervidés mis à jour, leur datation a permis d'indiquer que l'occupation du site fut plus longue que prévue: entre 6.740 et 5.680 BP, la fin serait ainsi contemporaine au début du Néolithique.

La nécropole découverte faisait partie de l'habitat, les tombes étaient creusées à proximité des lieux de vie. Autour de ces sépultures, ont en effet été découvert des traces d'activités artisanales, des foyers entre autres. Ont été également mis en évidence des traces de rituels liés à l'inhumation des corps. Ceux-ci étaient déposés en flexion forcée, dans des tombes communes, les restes d'autres défunts étant écartés au fur et à mesure.

La nécropole de Théviec nous a ainsi livré dix sépultures, certaines étant multiples, au total près d'une quarantaine d'individus, adultes et enfants, y ont été recensés. Certains ossements étaient dispersés.

Dans une vertèbre de l'un deux, fut découvert une armature de sillex, attestant d'une mort violente. Un chercheur du CNRS, spécialiste de cette époque, a par la suite confimé que des pointes de flèches ont été prélevées sur plusieurs squelettes, témoignant  d'une vraie tuerie.

 La-tombe.jpg

Après leur découverte, les époux Péquart furent amené à travailler dans l'Ariège. C'est à cette occasion, que la sépulture dénommée A fut donnée au muséum de Toulouse.

800px-Sépulture_de_Teviec_Global.jpg

 

 

La reconstitution de cette tombe du Mésolithique fut effectuée par Philippe Lacomme, lequel, au début du XXème siècle, était le taxidermiste et préparateur du muséum. Il data 1938, la reconstitution de cette sépulture.

 

 

800px-Sépulture_de_Teviec_(5).jpg

 

 

Jusqu'à une dernière étude en 2010, le squelette de droite était donné pour être un homme alors que celui de gauche passait pour être une femme.

 

 

 

 

800px-Sépulture_de_Teviec_(2).jpgUne fois la résine et les reconstitutions faites en 1938 enlevées, les deux bassins ont en fait révélé qu'ils appartenaient à deux femmes âgées de 25 à 30 ans, et présentant toutes deux, des traces de mort violente.Le corps de droite porte 5 impacts de coups sur la tête, dont deux mortels, ainsi qu'une entrée de flèche entre les deux yeux. Celui de gauche, présente deux traces de coups.

Et curieusement, ces deux corps ont ensuite été inhumé avec le plus grand soin, avec des parures, des ornements, des bijoux.

Si le crime est indubitable, beaucoup d'hypothèses courrent: crime rituel, guerre de clans, viol collectifs suivi de mise à mort, pusi dernier hommage des familles ?

 

 

 

15/05/2012

Tmulus St-Michel (Carnac, 56)

 

tumulus,carnac,56,morbihan,bretagne


En venant à Carnac, la route passe au milieu des alignements de Menhir et avant d'arriver sur le bourg, nous dévoile le tumulus Saint-Michel sur la gauche. 

tumulus,carnac,56,morbihan,bretagne




Haut. 12 m

Long. 125 m

Larg. 60 m


Datation:

vers 4500 ans avant J-C.





Sous cet amas de terre et de pierres ont été découverts un dolmen, 2 chambres funéraires, une quinzaine de coffres de pierre remplis d'ossements et nombres de haches, de poteries et de bijoux, exposés au Musée de Préhistoire.

tumulus,carnac,56,morbihan,bretagne


Cette véritable colline artificielle de plus de 30 000m3 s'est implantée sur un des points hauts de la topographie naturelle et son sommet constitue un belvédère d'où l'on domine toute la région. La dédicace d'un tel lieu à l'archange est classique. Elle remonte sans doute au haut Moyen-Âge, tout comme l'établissement étudié par J. Miln au pied sud du monument. La chapelle actuelle, héritière de toute une succession d'édifices cultuels, a été reconstruite en 1927.

tumulus,carnac,56,morbihan,bretagne

1862-1864: premières fouilles du Tumulus Saint-Michel par Galles et Lefebvre. Ils creusèrent une galerie à partir de l'ouest et des puits verticaux depuis le sommet dont l'un atteignit un caveau au somptueux mobilier, au centre du monument.


1901-1907: campagne suivante, dirigée par Le Rouzic; une série de galeries de mine devait rencontrer plusieurs caveaux annexes autour de la tombe principale ainsi qu'une chambre à couloir près de l'extrémité orientale.


tumulus,carnac,56,morbihan,bretagne

Ces galeries, ensuite consolidées pour la visite, ont cependant dû être fermées pour raison de sécurité voici quelques années. La structure interne ne peut être que déduite de ces observations qui restent très partielles à l'échelle de l'énorme monument.
Les différents caveaux semblent pris dans un noyau pierreux central long et étroit.


Une épaisse chape de "vase" (limon grisâtre probablement extrait d'une zone humide avoisinante) recouvre le tout et enveloppe directement le "dolmen" oriental.

Une carapace pierreuse superficielle complète la structure et explique sa bonne tenue à l'érosion (la terrasse actuelle semble avoir été surajoutée plutôt que résulter d'un arasement du sommet).

tumulus,carnac,56,morbihan,bretagne

Le caveau central est bien caractéristique des cryptes des grands "tumulus carnacéens" avec ses parois en maçonnerie sèche "cyclopéenne" grossière et sa couverture faite d'une grande dalle. Construite sur le sol, cette chambre mesure 2,4 x 1,4 m pour 0,9m de hauteur interne.

Un prestigieux mobilier ne comprenait pas moins de 11 grandes lames de haches polies (de 37 à 19 cm de long et une autre plus modeste de 9,7 cm en pyroxénite), 25 haches en fibrolite, 97 perles discoïdes et 10 pendeloques piriformes en variscite. On peut leur ajouter une quarantaine de petites perles discoïdes en os.

Des restes d'ossements humains et animaux furent également recueillis dans plusieurs caveaux tandis que des fragments de céramique du Néolithique moyen provenaient du "dolmen" oriental.

On a beaucoup discuté sur l'âge d'un tel monument, ainsi que sur la chronologie relative des caveaux centraux et du dolmen périphérique. Des datations radiocarbone tentées à partir d'échantillons anciens ont donné des résultats trop dispersés pour être crédibles. A la lumière de fouilles récentes (Locmariaquer, Erdeven), on peut penser que ce grand tumulus a été construit en plusieurs étapes (dans un laps de temps sans doute assez bref), vers le milieu du 5e millénaire avant J.-C.
L'association de caveaux scellés et d'une tombe à couloir peut correspondre à une complémentarité fonctionnelle autant qu'à un décalage chronologique entre les deux types de structures.
 



 

Château de Kerninon (XVIIIè s.) Ploulec'h, 22

Château de Kerninon, XVIIIè siècle, Ploulec'h, 22, caca de mouette - dicton breton, Bretagne

 

Château datant de la fin du XVIIIe siècle ou du début du XIXe siècle. Outre un colombier disparu, il comprend une chapelle et un ancien logement contemporains de la construction du château (à l'entrée de la cour), ainsi qu'un autre logement du début  du XIXe siècle (à gauche du corps de logis principal). Château de style classique précédé d'une allée et d'une cour intérieure délimitée par un mur de clôture. 

   Le corps de logis, de type ternaire à neuf travées, est construit en granite sur un plan rectangulaire allongé, double en profondeur. La façade antérieure, montée en grand appareil de granite & caractérisée par l'ordonnancement des élévations, présente un avant corps ouvert d'une porte d'entrée et couronné d'un fronton orné d'un blason. 

   Un logement de type ternaire est situé à gauche du corps de logis principal. 

   Une chapelle  et un logement sont disposés de part  et d'autre du portail desservant l'accès à la cour intérieure du château.

Dolmen de la Salle des Fées (Ste-Pazanne, 44)

Dolmen de la Salle des Fées, Ste-Pazanne, 44, Loire-Atlantique, Bretagne, Mégalithe


Situé à 3 kms au sud-est de Ste Pazanne au bord de la rivière le Tenu et à proximité de la D61. Ce dolmen est écroulé. 

Dolmen de la Salle des Fées, Ste-Pazanne, 44, Loire-Atlantique, Bretagne, MégalitheUn arbre a poussé au milieu peut être la cause de son éboulement ?

La dalle de fond de chambre et la dalle latérale arrière gauche sont encore dans leurs positions d’origine. 

La table qui les recouvraient est effondrée sur le montant droit. 

Ce dolmen ne semble n’avoir comporté que deux tables. Celle de l’entrée ressemblant à un portique est aussi effondrée sur ces deux piliers.


Curieux qu'aucune association n'ait pas encore supplée les pouvoirs publics qui se désintéresse  totalement de notre patrimoine, en prenant la décision d'empêcher ce monument de se dégrader ainsi.

Fort de Penfeld (Guilers, 29)

vestiges-du-fort-de-penfeld-guilers.jpg

 

Édifié entre 1777 et 1783, il est pour le marquis de Langeron « la clef de Brest » car il contrôle d´accès au lit de la rivière qui abrite l´arsenal.

Il est l'un des 5 forts qui constrituaient la ligne de défense que commanda Louis XVI à Vauban. Voir aussi, forteresse de Brest: fort-montbarey-brest-29.html

800px-Fortezze_a_protezione_di_Brest.jpg

Le fort s´apparente à un bastion aux faces de près de 100 m fermé à la gorge. L´ouvrage est isolé par un fossé de 10 m de largeur entièrement défendu par des meurtrières de fusillade percées dans une galerie de contrescarpe. Le corps de l´ouvrage abrite en son centre un imposant cavalier d´artillerie semi-circulaire détaché de l´escarpe dont la gorge est défendue par des meurtrières de fusillade. Ce cavalier reçoit 10 des 34 pièces d´artillerie armant le fort. La garnison, forte de 539 hommes, est logée dans des casemates à l´épreuve de la bombe aménagées dans le cavalier. La communication avec le chemin couvert s´effectue par des caponnières couvertes sur les flancs.

 

De part sa conception, le fort de Penfeld est le plus caractéristique de la chaîne d´ouvrages extérieurs de Brest. Peu modifié au 19e siècle (aménagement d´un magasin à poudre type 1874), l´ouvrage est déclassé en 1921. Les bombardements alliés lors du siège d´août-septembre 1944 ont sérieusement endommagé le cavalier. Utilisé par la Marine nationale jusque dans les années 1970, son fossé a été partiellement comblé et son chemin couvert a disparu. Ce site militaire n´est pas accessible au public et s´avère particulièrement dangereux".

Fort Montbarey (Brest, 29)

Fort Montbarey, Brest, 29, Finistère, Bretagne, Mémorial 1939-1945, déportation


Construction: de 1777 à 1784. Il fut achevé après la guerre d'indépendance américaine.


C'est de Brest que partaient les escadres de soutien aux Américains. Louis XVI voulait faire de ce port une forteresse imprenable, confie à Vauban les travaux de fortification qui vont consister en la construction d'une ligne de défense à l'ouest de Brest. 

Fort Montbarey, Brest, 29, Finistère, Bretagne, Mémorial 1939-1945, déportation


Cette ligne de défense sera constitué de 5 forts détachés. Le plus important: fort Montbarey. Il a étét conçu pour pouvoir tenir un siège de trois semaines avec un contingent de 500 à 600 soldats.




1984: la Marine Française le remet à disposition de l'association du Mémorial afin qu'y soit racontée l'histoire du Finistère durant la 2nde guerre mondiale.


5 salles principales :

Fort Montbarey, Brest, 29, Finistère, Bretagne, Mémorial 1939-1945, déportationAlvéole I : Logement pour 100 soldats. 

Alvéole II : Atelier d'artillerie, logement pour 50 soldats. 

Alvéole III : Hall d'honneur 

Alvéole IV : Atelier d'artillerie avec logement pour 50 soldats. 

Alvéole V : Logement pour 100 soldats. 

 
 

Fort Montbarey, Brest, 29, Finistère, Bretagne, Mémorial 1939-1945, déportation

Arrondissement Nord
- Pharmacie qui servait aussi au logement des chirurgiens et de l'aumônier. Avec l'infirmerie, elle abrite une exposition de 1940.
- Infirmerie. C'est la première fois qu'on prévoyait, dès la conception du Fort, un endroit pour isoler les malades et les blessés 
- Salle de La Résistance.
- Salle de la Déportation. Il est important qu'elle soit vue par les jeunes générations, mais il est déconseillé d'y emmener des enfants trop jeunes.

Fort Montbarey, Brest, 29, Finistère, Bretagne, Mémorial 1939-1945, déportation

Arrondissement Sud :
- Magasin aux farines avec logement des commis aux vivres en soupente. Durant la Seconde Guerre mondiale il servit de mess pour des officiers allemands. C'est eux qui ont dessiné l'aigle, les têtes de chevaux et inscrit les devises. Au fond à droite : "La fidélité est l'essence de l'honneur". C'est une parole de Bismark. A droite en entrant: "Le combat nous mène à la victoire". A gauche : "L'Allemagne vivra même si nous devons mourir".
Une exposition revient sur l'engagement des aviateurs finistériens dans les Forces Françaises Libres.
- Boulangerie : Le four prévu pour cuire 300 pains par jour est toujours en état de fonctionnement. Le crochet servait à accrocher les sacs de farine pour pouvoir les déverser sur une table. Dans la muraille un conduit amenait l'eau nécessaire aux travaux de boulangerie.
Expositions : «La guerre d'Indépendance américaine». - «Les théâtres d'opérations extérieurs». (France Libre).
- Salle d'intendance. A droite en entrant la réserve de bois. A gauche l'arrière du four. Au fond, il y avait un petit puits duquel on prenait l'eau pour alimenter la fontaine qui aboutit dans la boulangerie.
- Magasin aux vins.

Fort Montbarey, Brest, 29, Finistère, Bretagne, Mémorial 1939-1945, déportation
Wagon de la déportation : C'est dans des wagons de ce type que les déportés étaient emmenés dans les camps ; le voyage durait environ quinze jours avec 100 à 120 voire 150 personnes à l'intérieur. Il est consacré aux cheminots en guerre et aux déportés finistériens.
 
Blockhaus : Construit en 1953 par la Marine Française, il abritait un poste de commandement Radar durant la guerre froide.

Salle 1 : La présence de la Kriegsmarine à Brest notamment le Scharnhorst, le Gnelsnau et la base sous-marine.
Salle 2 : Munitions retrouvées dans la région.
Puits : Alimenté par une source, il contient 4 000 litres d'eau. Du 12 au 16 septembre 1944, il servit de poste de commandement improvisé aux soldats d'un bataillon du 2e régiment d'infanterie parachutiste retranchés dans le fort. Pour délivrer le fort, les Américains durent faire appel aux Anglais armés de chars lance-flammes du type Churchill Crocodile dont on peut voir un modèle d'époque à l'entrée de la cour.

Fort Montbarey, Brest, 29, Finistère, Bretagne, Mémorial 1939-1945, déportationVéhicules : Ils sont tous d'époque. A l'exception du char ils sont tous en état de fonctionner. Pour la plupart ils ont participé au débarquement de Normandie (étoile peinte sur le véhicule). Ils sont exposés au fort pour rendre hommage à l'action des Alliés qui a permis la libération de la France.
Fort Montbarey, Brest, 29, Finistère, Bretagne, Mémorial 1939-1945, déportation
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

13/05/2012

Menhir de Saint-Samson (Dinan, 22)

 

menhir de saint-samson,dinan,22,c^tes d'armor,mégalithe,légendes


Le menhir de Saint-Samson, près de Dinan, était autrefois connu sous le nom de Pierre de Gargantua. On la désigne même sous le nom de la Pierre de Tommerai.

Hauteur: 8m

Diamètre: 7,50m

Classé MH en 1977

Mais l'originalité objective du mégalithe réside dans ses dimensions et dans sa morphologie, qui révèle qu'il a été retouché en différents endroits pour que soit obtenue cette forme particulière, de même que son inclinaison peut avoir été délibérée et non accidentelle.

Enfin, il faut attendre 1972 pour que soit découvert, sur trois de ses faces, tout un ensemble gravé, qui n'est visible que sous un éclairage particulier.

Désignée comme la Pierre longue aux XVIe et XVIIe siècles, puis comme la Pierre de saint Samson, cette pierre dressée draine une importante tradition légendaire.


Aussi je vous invite à découvrir:

Les Tentations du Diable et Saint-Samson:

L'Entrée de l'Enfer:

La Culotte de Baptême: 


Menhir de Menozac'h (29)

0 - menhir_menozach_mini.jpg


Situé dans l'Aber Vrac'h, ce menhir est vraiment tout petit mais a la particularité de se trouver dans l'eau. Témoignage de la montée des eaux ?

Menhir de Men Marz (Brigognan-plage, 29)

menhir_men_marz1.jpg


MEN-MARZ - Menhir390px-Menhir_Men_Marz.jpg


Ce menhir se trouve sur la commune de Brignogan-Plage. Men Marz signifie la pierre du miracle. L'un des plus hauts menhirs de Bretagne, 8 mètres de haut, il a la particularité d'être surmonté d'une croix.


Ceci date de l'époque où les moines évangélisateurs, considérant menhirs et dolmens comme des monuments païens, ont christiannisé certains mégalithes.


 

0 - menhir_men_marz_mini.jpg


10/05/2012

114 - L'ETANG DE GARGANTUA (Jugon, 22)

 

jugon-les-lacs-511870.jpg


La légende raconte que c'est en pissant qu'est né cet étang d'où provient l'Aguernon. Il y laisse une pierre à affiler près de Saint-Mire, et une autre près de Pontgamp en Plougenast.

Château de Lehélec (XVIIè s.) Béganne, 56

lehelec_1.jpg


Le château de Lehélec fut construit dans les années 1660 par l'un des 100 gentihommes de la Maison du Roi: Jean Le Mintier. Il est dans la même famille depuis ... le début.

lehelec_2.jpgEdifié à côté du Manoir familial, sur une terrasse, le château domine du côté sud, la perspective offerte par trois cours successives, bordées par des bâtiments de service datant du XVIème siècle, que vient refermer un vaste étang. Il est élevé sur un seul niveau, tout comme le Manoir, et les toits sont coiffés à la Pagode avec des lucarnes style Renaissance. 


A l'époque, la propriété était entouré de murs avec une porte cochère et une porte piétonne. lehelec_3 (1).jpg


Anciennement tenue par la famille de La Touche, la seigneurie de Léhelec est au XVIème siècle la propriété de la famille Bocan.



 

chateau-de-lehelec_b.JPG


1578: Marie Bocan, dernière descendante des Seigneurs de Lehélec, épouse François Le Mintier, Gouverneur de Redon. Ils habitaient alors, le Manoir bâti vers 1554, lequel existe toujours. Elle apporte alors en dot la seigneurie. François Le Mintier prend alors le titre de Seigneur de Léhelec.

Armoiries Le Mintier.jpgLa Maison Le Mintier est une Maison Chevaleresque de Bretagne, par son ancienneté remontant au moins jusqu'en 1090, et par le nombre de ses branches, elle est l'une des plus importante de la noblesse de Bretagne. 

Originaire de Moncontour dans les Côtes d'Armor, elle possédait de nombreuses seigneureries, notamment le château des Granges en Hénon, berceau de la famille.

Armoiries Le Mintier. Armes: de geules, à la croix engrêlée d'argent, Couronne de Marquis, Support à 2 lions. Légende: "Deus Meus, Omnia Sunt" (Mon Dieu est mon Tout)

Devise de la famille: "Tout ou rien"


Nombreux sont les membres de la famille qui ont servis la France:

François Le Mintier (? - 1616): seigneur de Lehélec, Gouverneur de Redon en 1585, très aprécié par le Duc de Mercoeur. Inhumé à Béganne le 10 août 1616.

Pierre Le Mintier: écuyer, seigneur de Lehélec (1595-1628), homme d'armes de la Compagnie du Marquis de Goulaine. 

Jean Le Mintier: seigneur de La Villésion et de Léhelec: Officier très aprécié du Duc de Mercoeur dans les années 1580. Son descendant ...

Jean Le Mintier: seigneur de Lehelec (1620-1670), Capitaine de la Compagnie des 100 gentilshommes de sa Majesté, Gouverneur de Compiègne. C'est le "bâtisseur" du château de Lehelec, trouvant le Manoir trop exigu pour les besoins de la famille. Il préservera l'ancienne construction, construisant la nouvelle demeure familiale à proximité.

Louise Renée de Penancouet de Keroual: Duchesse de Porstmount (1649-1734), originaire de Bretagne et apparentée aux Le Mintier. Elle eut un fils, Charles Lennox, Duc de Richemont, dont descendait en ligne directe, la Princesse de Galles Lady Diana Spencer.

François Le Mintier: Chevalier, seigneur de Lehelec (1658-1712), Major de la Capitainerie Générale de Muzillac en 1714.

Le Comte Gabriel Le Mintier (1743-1785): Lieutenant des Maréchaux de France. A la fin du XVIIIème siècle, la famille est à la tête d'une imortante seigneurie, par l'acquisition d'autres seigneurie telles que celles de Pellouan en Béganne, de Péaule, de Quistinic et du Bézit.

Charles Marie Joseph Le Mintier (1746-1822): écuyer, Chevalier de Saint-Louis, Mousquetaire noir de la garde du Roi.

François Marie Le Mintier: Marquis de Lehelec (1753-1827), Chevalier de Saint-Louis et de la Légion d'Honneur, Colonel de la Garde à cheval de Louis XVI, Maréchal des Camps et Armées du Roi.

Après dissolution de la garde par les révolutionnaires, bien que licencié, il se trouva auprès du Roi au château des Tuileries le 10 août 1792, lors des évènements qui verront la chute de la Royauté et l'emprisonnement du Roi qui alors, refusa de faire tirer sur la foule qui avait envahi les Tuileries. Il resta à Paris, où il participa à une tentative d'évasion de Louis XVI. 

A la Restauration, Louis XVIII le récompensa de son attachement aux Bourbons,  le nommant Président du Conseil Général du Morbihan et Maire de Vannes, fonctions qu'il occupa jusqu'à sa mort en 1827. Une des rues de Vannes porte son nom.

Sévère Marie Joseph, Comte Le Mintier (1773-1843): Chevalier de Saint-Louis et de Saint Ferdinand d'Espagne, Officier de l'armée de Condé, Commandant du Quartier Général de la Place de Madrid puis de la Place de Saragosse de 1823 à 1825, Chef de Division des Armées Royales de Bretagne.

Annibal Ange Le Mintier: Marquis de Lehelec (1779-1858), Chevalier de Saint-Louis, Aide de camp du Prince de Condé, Capitaine de Cavalerie, Chef Chouan attaché à l'Etat majoir du Général Sol de Grisolle: fut blessé par trois fois, au Mans, à Nantes et du côté de Laval. Le château de Lehelec servit pendant toute la Révolution de cache d'armes pour le Chef Chouan;

Ange Le Mintier: Marquis de Lehele (1829-1882), compositeur distingué.

Jules Le Mintier: Marquis de Lehelec (1861-1946), Maire de Béganne pendant plus de 30 ans.

Jean, Comte Le Mintier de Lehelec (1901-1980): Chevalier de la Légion d'Honneur, Colonel d'Artillerie Colonial.

Thérèse Le Mintier: Marquise de Lehelec (1908-2004). Elle crée la section morbihannaise des Vieilles Maisons Françaises (VMF). Elle a été la première dans le Morbihan à organiser des concerts dans sa propriété, et à y accueillir des visiteurs, considérabnt qu'il était de son devoir de contribuer à la mise en valeur du Patrimoine Historique du Morbihan.








Allée Couverte de Lesconil (Plobannalec-Lesconil, 29)

AlleecouvertedeLesconil1-reduc.jpg


5296220724_4263006938.jpg



Dans la région on l'appelle "Ty Arc'horriquet", signifiant "la maison des nains".








AlleecouvertedeLesconil2-reduc.jpgLes premières fouilles datent de juillet 1881.

L'intérieur du monument était encombré de pierres, de terre, de charbon mais aussi de morceaux de poterie, des éclats de silex. Fut exhumé un vase muni d'oreillettes de préhension, une écuelle et une pointe de flèche en schiste ardoisier.




Château de Bois-Joly (Caudan, 56)

Château de Bois-Joly, Caudan, 56, Morbihan, Bretagne, Châteaux


Le château est construit sur le site d'un manoir éponyme, à Caudan, non loin de Hennebont.

En 1852, un nouvel édifice est bâti selon les plans de Hallouis qui réalise probablement le projet d'un architecte non connu à ce jour. Des modifications ont été apportées au dessin d'origine, absence du belvédère avec horloge prévu au centre du toit, le château est construit en tuffeau, soubassement de granit. L'élévation principale est ordonnancée, à faux avant-corps central & latéraux.

    Le décor sculpté est très riche. Les pilastres cannelés de l'élévation sud sont ornés de chapiteaux composites. A l'intérieur, plusieurs salons possèdent un riche décor de stuc peint de style Louis XV, les chambres gardent leurs tentures ou papiers peints d'origine. 

    Dans le parc romantique, vasque portant Vénus, pont métallique, kiosque, fabriques et statues. L'ancienne ferme est éloignée du logis, au nord. La maison d'habitation, le bâtiment contenant écurie et pressoir ont été conservés.

    Réalisé dans un style éclectique encore emprunt de références néo-classiques,  le château est un édifice atypique dans la production régionale.

 

  Le château de Bois Joly est une propriété privée, ne se visite pas.

 

 

Château de Bois-Joly

Précisions : Le château et le parc, lieudit Bois-Joly, à savoir le logis en totalité, la ferme pour ses façades et toitures, le parc avec l'ensemble de ses fabriques, de sa statuaire et de ses bassins (mausolée de Françoise Bonnamy avec ses vases Médicis et son obélisque, le kiosque à musique, le pont métallique, les bassins de Neptune et de Pan, les deux statues féminines et la statue équestre), y compris les murs de clôture et la grille d'entrée principale sud-ouest (cad. ZO 15 à 18, 20 à 33, 100, 109, 134, 203) : inscription par arrêté du 20 août 2007

 

Type : Monuments historiques

Epoque : 2e moitié 18e siècle

Eléments protégés : bassin; ferme; logis; parc; mur de clôture; fabrique de jardin; obélisque; kiosque; statue; mausolée; vase; grille; pont

Dolmen du Prieuré (Saint-Nazaire, 44)

Dolmens, les trois pierres, dolmen du Prieuré, Saint-Nazaire, 44, Loire-Atlantique

Le dolmen du Prieuré est aussi appelé dolmen des trois pierres. Il est situé en plein centre ville, occupant la partie sud d'un petit square, ) 400 mètres à l'ouest du port, sur la place du dolmen, formée à l'intersection de la rue du Dolmen et de la rue du Menhir.

Ce dolmen est dit de type trilithe, car il est constitué de deux pierres vericales sur lesquelles repose une 3ème pierre horizontale.

Hauteur: 3m

Longueur: + 3m

Dolmens, les trois pierres, dolmen du Prieuré, Saint-Nazaire, 44, Loire-Atlantique

 

 

 

Juste à côté, se dresse un grand menhir. D'autres pierres éparses sont conservées dans les environs, absorbées par le paysage urbain.

 

 

 

Datation: Néolithique. A l'origine, ce dolmen était érigé dans le domaine clos du Prieuré de Penhoët, d'où sa domination dans les documents antérieurs à la Révolution française. Au XIXème siècle, il est même dénommé "Dolmen de la Métairie" ou "Dolmen du Bois Savary".

L'aspect actuel du dolmen est le résultat de destructions et d'aménagements successifs, à tel point que certains auteurs ont mis en doute son authenticité.

Les plus anciennes gravures et les plus anciens textes, indiquent que les trois pierres en trilithe sont disposées de cette façon avant le début du XIXème siècle, bien avant l'expansion de la ville dans ce secteur.

Des clichés remontant à 1895-1910 indiquent que l'aspect actuel du monument est antérieur à cette époque.

En 1883, René Kerviler, archéologue et ingénieur ayant construit le bassin du port de Saint-Nazaire, décrit ainsi le dolmen:

" Dolmen du Prieuré, dans la nouvelle ville de Saint-Nazaire. C'est un immense trilithe, de deux mètres de heuteur et de 3m40 de table, avec des débris de galerie couchés en arrière. On l'a conservé intact au milieu de cette petite place, au milieu d'un square; et Saint-Nazaire est sans doute  la seule ville de France qui possède un dolmen authentique  dans ses murs. M.Carro en a donné deux lithographies assez exactes dans son Voyage chez les Celtes (1857). "

Alors là, excusez-moi M. Kerviler, j'ai le regret de vous informer que j'ai vu plusieurs villes, petites certes, qui possèdent en leurs murs des sites mégalithiques.

La place des autres éléments mégalithiques disposés dans le sqaure; est bien plus récente. En particulier le menhir situé à côté du dolmen: il n'est pas dans son site d'origine. Il n'apparait pas sur les documents anciens, pas plus que sur des gravures, ni sur les cartes postales du début du XXème siècle. Une photo de cette période le montre couché, derrière le porche. S'il s'agit d'un élément mégalithique, il est impossible de savoir si c'est un menhir déplacé ou un lément du dolmen retrouvé à proximité lors de travaux.

Domen classé MH en 1889.

 

Château de Barbe Bleue (XIIIè s.) Machecoul, 44

Châteaux, Machecoul, Barbe Bleue, Gilles de Rais, Gilles de Retz

Vous connaissez Barbe Bleue ? Vous pensiez qu'il n'existait pas et qu'il était juste un produit inventé par des adultes pour faire peur aux enfants ? Que nenni !!!

Châteaux, Machecoul, Barbe Bleue, Gilles de Rais, Gilles de RetzBarbe Bleue a bel et bien existé, son vrai nom était Gilles de Rais (ou Retz). Mais il est vrai que beaucoup de légendes tournent autour de ce personnage hors du commun. Et ce château féodal datant du XIII ème siècle, était le sien.

Pour en savoir plus, je vous invite en catégorie  L3 " Personnages Historiques, Célébrités Bretonnes", à découvrir quelle était sa vie,

via ce lien:       gilles-de-rais-dit-barbe-bleue-1404-1440.html

 

Châteaux, Machecoul, Barbe Bleue, Gilles de Rais, Gilles de Retz

Retournons pour le moment sur son château. Aujourd'hui, il n'est plus que ruines, dommage.

Châteaux, Machecoul, Barbe Bleue, Gilles de Rais, Gilles de RetzIl y eut trois campagnes de construction en élévation:

 

XIIIème siècle (début): une tour circulaire,

XVème siècle: un châtelet, soubassement de logis avec embrasures à la française,

1580-1600: nouvelles fortifications.

 

1792-93: 6.000 paysans attaquent la garnison républicaine de la ville. Elle ne peut résister longtemps, et se rend. Gardes nationaux, gendarmes, patriotes, tous seront tués. Plusieurs centaines de morts, les survivants sont découpés à coups de hache, fusillés dans la foulée et jetés dans les douves du château, ou égorgés dans la rue.

1793: Le château est brûlé lors de la guerre de Vendée. Il sera ensuite laissé à l'abandon.

XIXème siècle (début): le château est transformé en carrière de pierres, afin d'empierrer les routes et construire des maisons.

Châteaux, Machecoul, Barbe Bleue, Gilles de Rais, Gilles de Retz

Châteaux, Machecoul, Barbe Bleue, Gilles de Rais, Gilles de RetzDans l'enceinte du château, il y avait une chapelle dédiée à la Vierge Marie, à l'usage du peuple, et un oratoire privé. Le baptistère de l'église actuelle de Machecoul, provient de cette chapelle.

Le château de Gilles de Rais est une propriété privée, l'extérieur est ouvert aux visites.

Châteaux, Machecoul, Barbe Bleue, Gilles de Rais, Gilles de Retz

09/05/2012

Dolmen de Mané-Croc'h (Erdeven, 56)

 

Dolmen%20de%20Mane%20Croc'h%20~%20Erdeven%20~%20Brittany%20030807%2002.jpg



Datation:  -4.000 0 -5.000 ans av. J-C.


5296150514_63251d35af.jpg


Le dolmen est situé dans le Bois de Er Varquès.






Dolmen%20de%20Mane%20Croc'h%20~%20Erdeven%20~%20Brittany%20030807%2007.jpg



L'entrée de dolmen est placée sur un axe sud-est, comme la plupart des dolmen.





Dolmen%20de%20Mane%20Croc'h%20~%20Erdeven%20~%20Brittany%20030807%2009.jpg



Placé sur un tertre, Mané-Croc'h est un dolmen de type à "chambre compartimentée", dont le couloir de 6 mètres mène à un espace funéraire divisé en 4 chambres, disposées deux à deux, symétriquement.



 

Dolmen%20de%20Mane%20Croc'h%20~%20Erdeven%20~%20Brittany%20030807%2011.jpg


Château des Barons du Pont (XIè s.) Pont-L'Abbé, 29

pont_l_abbe_chateau_des_barons_du_pont_1.jpg


pont_l_abbe-02.jpg


XIème siècle: après le départ des Normands, un premier seigneur s'établit sur une motte à la tête du pont traversant la rivière.

XIIIème siècle: le seigneur de Pont l'Abbé passe un contrat avec l'abbaye de Loctudy pour construire un château proche de la rivière.

1383: le seigneur de Pont l'Abbé construit le Prieuré des Carmélites.

Aujourd'hui, le château est l'Hôtel de Ville de Pont l'Abbé, ainsi q'un musée du pays Bigoudin.


 

 

Allée Couverte de Pors-Ploulhan (Plouhinec, 29)

allee-couverte-de-pors-poulhan-_2_.jpg

Datation: entre 3.300 et 2.800 av. J-C. édifiée par une communauté néolithique, pour un usage sépultural.


Allée Couverte de Pors-Ploulhan, Plouhinec, 29, Finistère, Bretagne, Mégalithe, Néolithique


1835:  le Chevalier de Fréminville signale L'allée couverte de Pors - Poulhan comme "l'un des plus beaux et plus grands dolmens de tout le Finistère". Ce qui ne l'empêchera pas d'être mis à mal par une activité d'extraction de pierres de construction, d'être utilisé au début du XXème siècle comme remise à charrettes et enfin d'être détruit au cours de la dernière guerre mondiale par les allemands, car il gênait la visibilité d'une batterie côtière.

4805997_l.jpeg




C'était sans doute une des plus belles allées couvertes de la région, mais pendant la dernière guerre, elle a été dynamitée, sans pour autant rendre impossible sa restauration.





On a remplacé quelques supports et piliers par des pierres d'un autre monument détruit, la cellule terminale et les pierres de délimitation du tertre ont été en partie retrouvées et redressées.6733518_p.jpg

 

Les morts y sont inhumés avec divers objets: poterie, armes, outils, bijoux...

La perle en pâte de verre retrouvée dans la chambre funéraire témoigne de la fréquentation à l'Age de bronze.

A la période gallo-romaine dans le tertre partiellement dégradé sont enfouies des urnes cinéraires, le rôle funéraire est ainsi conservé.

A partir du Moyen-Age, le site est abandonné et pillé.

Allée Couverte de Pors-Ploulhan, Plouhinec, 29, Finistère, Bretagne, Mégalithe, Néolithique


Gênant la visibilité d'une batterie côtière ce monument est dynamité au cours de la seconde guerre mondiale.

En 1986, l'allée couverte est fouillée. en 1988 le terrain est acquis et le monument restauré par le Conseil Général du Finistère et la commune de Plouhinec.

 


 

6733605_p.jpg

Elle est composée de 16 piliers sur deux rangs parallèles, qui supportaient à l'origine trois ou quatre dalles de couverture (deux sont conservées à ce jour). La fouille a révélé une conception architecturale particulière, que l'on retrouve principalement dans la péninsule ibérique, et un riche mobilier attestant un usage de sépulture, sur un temps long, du néolithique final à l'époque gallo-romaine.

Au centre se trouve la chambre funéraire dont l'entrée est rétrécie par un petit pilier sur lequel s'appuyait la dalle de fermeture, retrouvée brisée.

 

Orientée Est/Ouest,, la chambre est fermée à l'Est par une dalle de chevet derrière laquelle se trouve une cella (petite cellule) ouverte à l'Est, précédée d'un parvis ogival limité par les pierres dressées.

Selon la légende, l'allée couverte représentait l'autel des sacrifices. Chaque mois d'août, un homme était immolé pour obtenir un temps favorable pour la récolte. les dépressions existantes sur la table de couverture, autrefois inclinée, laissaient couler le sang. Cette légende date du XIX ème siècle, donc pas vraiment vieux, puisque avant, la dalle inclinée n'existait pas.

 

Et bien sûr, ce que l'on ne comprends pas, est diabolisé...