09/05/2012

Abbaye de Blanche-Couronne (XIiè s.) La Chapelle-Launay, 44

zd.png


La première date connue est 1161, Ernaud, abbé de Blanche-Couronne, est l'un des juges qui arbitrent un différend entre les chanoines de la cathédrale Saint-Pierre de Nantes et les moines de Quimperlé pour la propriété de l'église de Notre-Dame dans la ville de Nantes. Une notice du cartulaire de Quimperlé lui donne le nom d'Hervé.

Le calendrier eclésistique de Nantes fixait à l'an 980 la fondation de l'abbaye de Blanche-Couronne, mais les documents font défaut jusqu'au XIIème siècle.

z.jpg



L'abbaye de Blanche-Couronne est fondée selon l'ordre cistercien du XIIème siècle, le long de l'ancienne voie romaine de Rochefort.



1180: plusieurs abbayes, dont celle de Blanche-Couronne, contribuent à l'achèvement de l'église de la Grainetière. Certains auteurs pensent que l'abbaye aurait été fondée pour seize religieux (venus, semble-t-il, de l'abbaye de la Grainetière, près des Herbiers, au diocèse de Luçon en Vendée) en 1160.

1188: Guérin Seigneur de Saint-Étienne-de-Montluc donne les dîmes de la paroisse de la chapelle Launay au chapelain de l'abbaye. À cette occasion, le prieur de Pontchâteau, Hugon qui devait recevoir ce subside émet une protestation mais la justice donne raison au Seigneur et dîmes restèrent aux mains du chapelain.

1234: elle est honorée d'une bulle de Léon IX lui conférant de grands privilèges.

1410: la bulle du pape Jean XXIII prononce formellement que l'abbaye est de l'Ordre de Saint Benoît.

1463: un aveu rend hommage au duc de Coislin pour une étendue de 200 journaux et la maison abbatiale, son église et le cloître abritent alors 16 religieux.

1638: L'abbaye Blanche-Couronne, qui a compté, parmi ses abbés, des cardinaux de Mâcon et de Lorraine, a été réformée par Claude Cornulier, de 1638 à 1681.

1652: adhésion de la congrégation des Bénédictins de Saint-Maur, qui reprennent l'abbaye en 1719, réparent la chapelle, ainsi qu'une partie des bâtiments en 1743.

1765: elle est rattachée à celle de Saint-Jacques de Pirmil.

1774: liies moinequittent l'abbaye pour se retirer à Pirmil.

1790: devient un bien national. Revendue en 1791 pour 120.000 francs à René Vigneron de la Jousselandière, homme de loi administrateur de la Vendée, qui vient y habiter à partir de 1794. 

1841: devient propriété de la famille Lecadre, négociant français, propriétaire de plusieurs habitations aux Antilles.

1922: le département devient propriétaire pour en faire un hospice d'aliénés. Cela durera 7 ans. 

1940: occupation allemande.

1975: deux associations se créent pour sauvegarder le bâtiment.

1993: devient propriété de la commune de La Chapelle-Launay, pour les deux tiers. L'autre tiers appartient à l'association "les compagnons de Blance-Couronne" qui se charge de l'animation du lieu et des travaux de sauvegarde.

1994: bâiment classé en totalité MH.

 

Abbaye de Blanche-Couronne - La Chapele-Launay.jpg


L'église de l'abbaye détenait autrefois les tombes suivantes:

zc.jpg


Bonabry de Rochefort,

Etiennette, épouse de Josselin de la Roche-Bernard,

Hervé de Blain,

Eon de Rochefort, vicomte de Donges, 

Gillette de Rochefort, dame de Rohan,

Claude Cornulier, évêque,

Pierre Cornulier, conseiller au Parlement, évêque de Rennes, décédé en 1639.

Maire d'Ancenis







 

z le cloitre.jpg






Alignements de Coët er Bei (Erdeven, 56)

 

Alignements de Coet er Bei ~ Erdeven ~ Brittany 030807 04 (1).jpg

Perdus dans les bois du loup, des menhirs oubliés.


ERDEVEN_patrimoine_chaiseacesar4 (1).jpg





Parmi eux, l'un est surnommé "la Chaise de César", faisant allusion bien sûr à l'époque gallo-romaine d'occupation.





 

Alignements de Coet er Bei ~ Erdeven ~ Brittany 030807 03.jpg



08/05/2012

Château de Trégouët (Béganne, 56)

Château de Trégouët, Béganne, 56


Situé sur une colline boisée dominant la Vilaine, il était un lieu de refuge idéal durant les périodes troublées. Le château a abrité un quartier général durant la Révolution en faisant office de dépôt d'armes et de vivres, et une compagnie de fusiliers-marins en 1945.

Suite à un bombardement des Allemands en 1945, il a été incendié mais reconstruit en 1953 par Gonzague Le Mintier.

Allée Couverte de Coët-Correc (Caurel, 22)

38114119.jpg


Non loin de Mûr-de-Bretagne, au nord-ouest de Caurel sur les hauteurs de la Lande Blanche, se trouve la magnifique allée couverte de Coët-Correc.

Alignements, Coët-Correc, Mégalithe, Caurel, 55, Côtes d'Armor, Bretagne


Le monument a été recouvert au XIX ème siècle par un double escalier support d'un calvaire, bâtis par un paysan désireux de christianiser ce monument païen. Un de plus.



Cette allée couverte dont les dalles sont en schiste ardoisier possède une entrée latérale.

 

 

 

 Alignements, Coët-Correc, Mégalithe, Caurel, 55, Côtes d'Armor, Bretagne




Le raccord entre ce vestibule latéral et l'allée couverte est formé de deux dalles munies d'une ouverture ciculaire.

 

 




 

Alignements, Coët-Correc, Mégalithe, Caurel, 55, Côtes d'Armor, Bretagne


 

Château de Keriolet (XVè s.) Concarneau, 29

Châteaux, Concarneau, Keriolet, 29, Bretagne


Le manoir de Keriolet date du XVème siècle. Il fut remanié par la princesse Zénaïde pour son jeune époux le Comte de Chauveau.

châteaux,concarneau,keriolet,29,bretagneÀ la fin des années 1850, sous le Second Empire, Charles Chauveau rencontre la princesse russe Zénaïde Youssoupoff. Elle s'éprend de lui, lui achète deux titres nobiliaires (comte de Chauveau et marquis de Serres), l'épouse le 3 septembre 1860. La nouvelle position sociale du comte lui permet alors d'ambitionner une carrière politique. châteaux,concarneau,keriolet,29,bretagneUn siège de conseiller général se libère à Concarneau, dans le Sud-Finistère. Afin de pouvoir se présenter aux élections, le jeune candidat doit acquérir une résidence dans la circonscription qu'il convoite. Il recherche donc une propriété, est élu en 1860 et achète personnellement, en 1862, le domaine de Kériolet, en Beuzec-Conq (la commune ne sera rattachée à Concarneau qu'en 1945).

Je vous invite à découvrir le site d'une des descendante de la princesse, son arrière petite-fille, la plus à même de retracer l'histoire de sa famille, celle du château:

4084444,La-princesse-NARISCHKINE.html

4084490,Le-Comte-de-CHAUVEAU.html

Remontant au xve siècle, le manoir, bâtisse relativement modeste, est une ancienne propriété des Kéryollet, des Trédern, des Kersalaun. Le manoir du Moros, domaine voisin et ancienne propriété d'Abraham Duquesne, est également acheté par le couple et remanié, dans des proportions bien plus modestes que Kériolet.

châteaux,concarneau,keriolet,29,bretagneLe « nouveau » château de Kériolet se réfère au château de Blois (statue équestre en bas-relief de Louis XII sur la façade), au château de Rustéphan (tourelle-escalier), au prieuré de Locamand (portail d'entrée). Sur l'aile sud, on peut voir, sculptées, les couronnes de comte et de marquis, des fleurs de lys, des hermines de Bretagne, des étoiles d'inspiration russe, des coquilles Saint-Jacques, les lettres A (pour Anne de Bretagne) et L (pour Louis XII) accolées. Les lucarnes à pignon, la balustrade du corps de logis, rappellent celles du château de Josselin, chef-d'œuvre du gothique flamboyant.






Portail d'entrée de la Cour d'honneur



Le parc est agrémenté de statues : une Velléda, copie de celle d'Hippolyte Maindron exposée au musée du Louvre; un Vercingétorix, un Charles VIII, et une Anne de Bretagne, la bonne duchesse si chère au cœur de la princesse, une Jeanne d'Arc, un Bertrand Du Guesclin. Le parc comprend également, à proximité immédiate du château, la Tour de garde, et la Tour Marie-Jeanne (du nom de la cuisinière du comte).châteaux,concarneau,keriolet,29,bretagne
Face à l'entrée de la chapelle se trouve un Christ sur la croix et, penché vers lui, un ange recueille le sang qui coule d'une de ses mains et de ses flancs, dans deux calices (xvie siècle). La toiture de la chapelle est elle-même ornée, à l'extérieur, d'anges aux trompettes, et porte à son sommet, un archange Saint-Michel terrassant le dragon. La première pierre de la chapelle a été posée le 19 mars 1881 et l'édifice a été consacré au début de l'été 18824. Un autel avec retable est démonté en 1900 de l'église de Névez, puis remonté dans la chapelle du château de Kériolet. Il est à nouveau déplacé en 1956 pour revenir dans l'église de Névez.
 
chien canem

Le comte de Chauveau, âgé de 60 ans, décède en octobre 1889 à Kériolet. Son caveau se trouve dans le cimetière tout proche de Beuzec-Conq. Charles de Chauveau avait légué le domaine à sa sœur, Madame Prieur. Sa veuve racheta Kériolet et décida alors d'en faire don, avec ses terres et ses collections, au département du Finistère, à condition de tout laisser en l'état. Elle passa encore quelques étés dans sa résidence concarnoise, avant de s'éteindre à son tour, le 26 février 1893, dans son hôtel particulier du Parc des Princes de Boulogne-Billancourt, à l'âge de 90 ans. Sa dépouille est rapatriée en Russie. Peu après, Kériolet est ouvert au public. Les collections du comte et de la comtesse de Chauveau sont complétées par un ensemble d'œuvres du peintre Camille Bernier (1823-1902), qui vécut au manoir de Kerlagadic à Bannalec, et par de nombreux costumes bretons. Le peintre concarnois Théophile Deyrolle (1844-1923) participera à la mise en valeur du nouveau musée, en tant que premier conservateur nommé. C'est ainsi que Kériolet deviendra un lieu de promenade et de visite très prisé.
 
châteaux,concarneau,keriolet,29,bretagne


Tour de Garde


















Dans la deuxième moitié des années 1910, en Russie, le tsar Nicolas II est confronté à une grave crise politique. Le prince Félix et son épouse, la princesse Irina quittent définitivement la Russie en avril 1919. Ils s’installent en France, achètent une maison à Boulogne-Billancourt, une dépendance de l’ancien hôtel particulier de la comtesse de Chauveau. Avec son épouse, il crée la maison de couture Irfé (Ir pour Irina, fé pour Félix). Le couple aide de nombreux réfugiés russes et ses moyens financiers déclinent rapidement. Le prince visite Kériolet une première fois, dans les années 1920, alors que sa mère a déjà tenté en vain de récupérer le domaine (les clauses du legs n’auraient pas été respectées par le département du Finistère, des objets et une parcelle de terre ayant été vendus).
Bien plus tard, dans les années 1950, il essaiera à son tour d’obtenir la restitution du château à sa famille. Après des années de procédure, il gagne son procès, en 1956. La préfecture de Quimper récupère alors un portail du parc, aujourd’hui ornement du jardin du préfet, le département retire ses rajouts aux collections primitives. Le prince entre en possession de Kériolet, mais la demeure ne lui plaît pas, et très vite les collections sont dispersées, le domaine morcelé. Félix Youssoupoff propose à la ville de Concarneau d’acquérir son château, les pourparlers s’éternisent.
châteaux,concarneau,keriolet,29,bretagne

Il offre le puits des cuisines de Kériolet, puits aujourd’hui remonté dans la Ville-Close de Concarneau.


Cuisine de la salle des gardes


Le domaine se réduit en peau de chagrin, il est finalement vendu, revendu. En 1971, la chapelle est détruite, ses pierres sont récupérées pour la construction d’une maison. Le château se dégrade inexorablement, certains éléments de décoration intérieure et du parc disparaissent lors de vols. La tempête de 1987 emporte la toiture.

Christophe Lévèque, rachète alors le château, le restaure (restauration toujours en cours en 2011, une partie du second étage étant achevée) et l’ouvre à nouveau au public. De 1997 à 2001, le château sert de résidence au festival de musique électronique Astropolis.
 

Dolmen de Guiliguy (Ploudalmezeau, 29)

Sur un promontoire, face au petit port de Portsall.....

Dolmen de Guiliguy, Ploudalmezeau, 29, Bretagne, finistère, Mégalithes


Dolmen de Guiliguy, Ploudalmezeau, 29, Bretagne, finistère, Mégalithes




Ce dolmen est très particulier pour la Bretagne car il est l'un des rares à disposer d'une entrée latérale.







Dolmen de Guiliguy, Ploudalmezeau, 29, Bretagne, finistère, MégalithesDatation: Néolithique. Les fouilles ont révélé l'occupation de plusieurs civilisations. Au Mésolithique (présence d'un atelier de taille de pierre, pointes de flèches...), au Néolithique, l'âge de Bronze (l'allée couverte que devait être ce site lors de sa construction s'est transformé en tombe).



Dolmen de Guiliguy, Ploudalmezeau, 29, Bretagne, finistère, Mégalithes



Fut découverte une chatière, endroit par lequel on faisait passer les défunts, ainsi que la chance d'avoir récupérer enfouie, la pierre ovale qui la fermait. 




La croix monolithique qui surplombe le dolmen est un témoignage de la christianisation de la Bretagne, tout était fait pour démystifier les sites où les croyances paiënnes bien ancrées représentaient un ennemi à abattre.

Château de Kerriou (XXè s.) Gouézec, 29

4697776.jpg


Le château est construit en 1906 par la comtesse Cecilia Monteiro de Barros, épouse brésilienne du comte Henri de Legge, maire de Gouézec de 1902 à 1922. La riche comtesse, peu soucieuse de vivre dans le vieux manoir de Kerriou, fait édifier sur le domaine un château néo-gothique dans le style de celui que vient de faire bâtir « dans des proportions beaucoup plus vastes », à Trévarez, le comte James de Kerjégu.

chateau-de-kerriou-gouezec.jpgVendu à un officier après la mort de la comtesse en 1934, le château est occupé pendant la guerre par des officiers de la Kriegsmarine, puis par des FFI et des Américains. Après la guerre, de nouveaux acquéreurs pensent en faire une maison de retraite, des marianistes veulent y installer un juvénat. Devenu enfin la propriété d'un chirurgien, le château a été restauré.

Château de Kerouzéré (Sibiril, 29)

Châteaux, Kerouzéré, 29, Finistère, Sibril, Bretagne, Sibiril


Châteaux, Kerouzéré, 29, Finistère, Sibril, Bretagne, SibirilÀ l'origine, le château se compose d'une série de bâtiments formant une courtine, flanqués de tours et d'un chemin de ronde crénelé pourvu de mâchicoulis. Le château de Kérouzéré perd sa tour sud-ouest et sa courtine sud lors du second siège soutenu contre la Ligue, en 1590.



En Bretagne, seuls les châteaux de Brest et de Kérouzéré sont acquis à la cause du roi Henri IV.

Châteaux, Kerouzéré, 29, Finistère, Sibril, Bretagne, Sibiril

La famille de Boiséon possède le château jusqu'en 1682. L'un de ses membres, Pierre, est capitaine général de la milice des gardes-côtes pour la capitainerie de Saint-Pol. La marquise de Piré y demeure pendant la Révolution sans être inquiétée. Son fils, le général de Piré, vend le château en 1821 à Jean-Baptiste Du Beaudiez.

 

  Châteaux, Kerouzéré, 29, Finistère, Sibril, Bretagne, SibirilLe château de Kerouzere constitue un parfait exemple de ce que le terme château fort décrit : puissance et austérité. Pillé par les paysans, il sera restauré dans un style moins médiéval notamment dans sa partie sud, la façade nord conservant son style d'origine.

Visites commentées en saison, de mai à fin juin et du 15/09 au 31/10.

  Châteaux, Kerouzéré, 29, Finistère, Sibril, Bretagne, Sibiril



Le Parc boisé est ouvert gratuitement toute l'année.

Cromlec'h de Crucuno (Plouharnel, 56)

Cromlec'h, Crucuno, Plouharnel, 56, Mégalithes, Bretagne, Morbihan


Cromlec'h, Crucuno, Plouharnel, 56, Mégalithes, Bretagne, MorbihanVous le rencontrerez à l'est du village de Crucuno, à quelques km au nord-ouest de la commune de Plouharnel. Les panneaux du village indiquent "cromlec'h", terme que l'on utilise normalement pour des enceintes circulaires, ce qui n'est pourtant pas le cas ici.


Cromlec'h, Crucuno, Plouharnel, 56, Mégalithes, Bretagne, MorbihanEn effet, le cromlec'h de Crucuno est aussi appelé "quadrilatère de Crucuno". Cet ensemble mégalithique est classé MH depuis 1889.

Ce quadrilatère consiste en un ensemble rectangulaire composé d'une vingtaine de pierres, formant un rectangle de 35m de long sur 25m de large environ.

Datation: 4.000 ans av. J-C.

Restauré en 1882, beaucoup de pierres étaient jusqu'alors à terre. Vous remarquerez qu'il est parfaitement aligné sur les points cardinaux, mais il est probable que cette disposition ait été particulièrement améliorée lors de sa restauration.


Château de Kergroades (XVIIè s.) Brélès, 29

Château de Kergroade, Brélès, 29, Finistère, Bretagne, Châteaux


En 1598, le Marquis de Kergroadez souhaitait bâtir une belle demeure sur ses terres du Bas Léon. C'est ainsi que naquit le château de Kergroadès, qui fut bâti entre 1602 et 1613, selon un plan inspiré de celui du château de Kerjean, construit quelques quarante ans plus tôt:

Château de Kergroade, Brélès, 29, Finistère, Bretagne, Châteaux


il est constitué par trois ailes disposées en U autour d'une cour fermée par une galerie, avec quatre pavillons d'angle. Si la distribution interne s'inspire de celle de Kerjean, l'architecture s'en distingue  par sa sévérité.


Château de Kergroade, Brélès, 29, Finistère, Bretagne, ChâteauxResté dans  la famille de Kergroadès  jusqu'en 1732, il n'a subi aucune modification sous l'Ancien Régime, la propriété a été mise sous séquestre à la fin du XVIIIe siècle ce qui a provoqué la liquidation des portes, des fenêtres et de la charpente en 1807.

Racheté par la famille Chevillotte à l'état de ruine, il a été restauré en 1913-1914. La charpente,  la toiture, les menuiseries et les aménagements intérieurs ont été entièrement refaits ab-nihilo. Les maçonneries semblent cependant n'avoir subi aucune modification.


Château de Kergroade, Brélès, 29, Finistère, Bretagne, Châteaux


Eléments protégés MH : château, ancienne ferme, jardins en terrasse avec la fontaine lavoir, anciens jardins derrière


Il a été malmené par les siècles, mais est peu à peu restauré et réaménagé. Il est visitabe d'avril à  août.


 

Château de Kergroade, Brélès, 29, Finistère, Bretagne, Châteaux


   

Menhir de La Morandais (Besné, 44)

Menhir, La Morandais, Besné, 44, Loire-Atlantique, Bretagne, Mégalithe


Menhir, La Morandais, Besné, 44, Loire-Atlantique, Bretagne, Mégalithe


Ce menhir est situé à 2 km au sud de Besné, et à 300 m au sud du village de la Morandais. Dans une zone humide sur les bords du canal de la Taillée.



Il fait une hauteur de 1,50 m pour une largeur à la base de1,00 m et une épaisseur de 0,40 m

 

Menhir, La Morandais, Besné, 44, Loire-Atlantique, Bretagne, Mégalithe


07/05/2012

Pierre de La Chopinière (Soudan, 44)

La Chopinière, Soudan, Mégalithe, 44, Loire-Atlantique, Bretagne


La Chopinière, Soudan, Mégalithe, 44, Loire-Atlantique, Bretagne


Ce mégalithe dénommé ainsi est classé ou incrit aux MH depuis 1992 date du Néolithique.



Il se trouve au lieux-dit le Bois de la Champais, lequel est une propriété privée.

Château de La Vrillière (XVIIè s.) La Chapelle-Basse-Mer, 44

Château_de_la_Vrillère.jpg


Château reconstruit au début du XVIIe siècle à partir d'un logis de la fin du XVe siècle. L'ensemble  s'articule autour d'une cour rectangulaire à laquelle on accède par un portail de style classique.

Au sud-est du jardin se trouve une fuye circulaire qui a perdu sa coupole en pierre de taille mais qui conserve ses boulins en pillettes de terre cuite.

Iscrit au MH en 2001

Le château est une propriété privé, il ne se visite pas. 

 

    

Dolmen de La Briordais (St-Brévin-les-Pins, 44)

Dolmen de La Briordais, St-Brévin-les-Pins, Bretagne, Loire-Atlantique, Mégatlithes


Le dolmen de la Briordais est aussi appelé dolmen de Moulin Chevalier, ou encore dolmen du Quarteron des Chevallais.

Dolmen de La Briordais, St-Brévin-les-Pins, Bretagne, Loire-Atlantique, Mégatlithes


Malheureusement, il est un site mégalithique ruiné.


Il forme un petit tertre d'environ 10 m de long sur 5 m de large, au sommet duquel reposent plusieurs pierres en deux endroits distincts. La partie est pourrait comporter une table de couverture.


Situation: dans le nord-est de la commune, près des lieux-dits de La Briordais et du Moulin Chevalier, au milieu des champs.

06/05/2012

Menhir de Pierre Longue (Le Croisic)

Menhir, Pierre longue, Le Croisic, 44, Loire-Atlantique, Mégatlithe


Ce menhir n'est pas à son emplacement d'origine. En effet, il était situé sur un point culminant à une centaine de mètres à l'ouest au niveau des bunkers et du récent lotissement de l'autre coté de la route du littoral. Sa position culminante en faisait un éventuel amer. Durant la construction du Mur de l'Atlantique, il a été abattu pour ne plus servir de point de repaire, c'est du moins la version officielle. Il a été érigé à son emplacement actuel lors du dernier élargissement du chemin côtier transformé en route touristique durant les années 1970.

Menhir, Pierre longue, Le Croisic, 44, Loire-Atlantique, Mégatlithe


Une de ses face comporte des gravures : deux cœurs encadrants une croix datables du XVIIe ou XVIIIe siècle, peut-être réalisées lors du redressement du menhir en 1744, mais possiblement antérieures. Elles sont très érodées par l'exposition aux embruns depuis le déplacement du menhir.

Des documents anciens signalent un second menhir à proximité, mais il n'y en a aujourd'hui plus trace, les photographies du début du siècle ne le montrent pas, sa destruction est donc antérieure XIXe siècle.


Menhir, Pierre longue, Le Croisic, 44, Loire-Atlantique, MégatlitheDe même, plus vers la pointe du Croisic, un dolmen a été décrit, il serait localisé au niveau du terrain de golf proche de la Pointe du Croisic. Il n'y pas eu de recherches archéologiques lors de ces aménagements et nivellements importants du terrain pour cette installation.

Les légendes de la presqu'île du Croisic, rapportent (depuis le XVIe siècle de façon continue dans des archives d'origines très différentes, civiles comme éclésiastiques) que cette pierre était un lieu de réunion, et du culte païen des « fêtes d'Hirmen ».

Le monument est inscrit au titre des monuments historiques en 1889.

Menhir de Pierre Longue (Batz-sur-Mer)

batz1 (1).jpg


batz2.jpg


Il est situé à 500 m au sud du centre de Batz et à mi-hauteur d’un promontoire rocheux dans la partie sud de la plage St Michel dans le prolongement de la digue.

Il est érigé sur un socle de roche. Est ce une curiosité naturelle ou construction humaine ? menhir ou amer ?

 


batz3.jpg


La partie supérieure de la pierre est traversée de part en part d'une broche de fer consolidation survenue lors du relevage du menhir en 1899, après qu'une tempête l'ait renversé et brisé en 1895.

 

La partie supérieure à été réparée (scellée à l’aide d’un ciment). 


 

batz1.jpg


Sur la carte postale ancienne, "Vue du bourg de Batz vers 1840-Le Menhir" on s’aperçoit qu’à cette époque ce monolithe était plus élevé.

Hauteur max: 2,40 m,

Largeur à la base : 1,10 m,

Epaisseur à la base: 0,50 m

Château de Conquereuil (44)

23713899.jpg


Classé MH depuis 1954.

05/05/2012

Château de la Motte Olivet (XVII-XXè s.) Pleslin Trivagou, 22

 

Châteaux, Pleslin, La Motte Olivet, 22, Côtes d'Armor


Construit autour des années 1640, il fut bien évidemmant restauré, et agrandi dans les années 1860 par l'architecte rennais Jacques Mellet, pour la famille du Breil de Pontbriand.

Les deux pavillons est sont anciens. Un belvédère ayant été ajouté au-dessus de second corps de bâtiment, la partie ouest du château a vraissemblablement été reconstruite. Le style du nouveau bâtime,t et le fait que les travaux se soient achevés au début XXème, permettent de supposer l'intervention de M. Mellet à cette période.


 

A l'est,  un pavillon couvert en carêne, surmonté d'un belvédère et formant saillie sur la façade principale s'intercale entre le corps principal  et le pavillon placé à l'extrémité de l'édifice,  ce dernier est flanqué  d'une tour de plan carré au nord. 

 

 Une tourelle d'escalier circulaire semi-engagée est placée à la jonction des corps principaux,  sur la façade arrière. 

 

 Le style de l'architecture d'origine est très scrupuleusement respecté,  les nouvelles élévations affichant rigueur et  sobriété dans un souci de cohérence et d'harmonie de l'ensemble ; cette intervention s'accompagne probablement d'une réfection intérieure. 

 

Châteaux, Pleslin, La Motte Olivet, 22, Côtes d'Armor

 

  Château de la Motte Olivet est une propriété privée, et ne se visite pas.

 

Menhir de Boutinardière (La Bernerie-en-Retz, 44)

z.jpg

03/05/2012

Château du Goust (Malville, 44)

 

Goust_2_.jpg


hermines début de texte.gifLe château du Goust est situé à l'extrêmité sud de la commune de Malville, dans les marais, entre la Loire et le sillon de Bretagne. Pour accéder au site, il faut se rendre au village du Merlet, puis, à pied suivre le chemin balisé "Ruines". 

entree_logis.jpg

Le château du Goust date des XIVeme-XVIeme siècles. Laissé à l'abandon depuis le XVIIème siècle, le château s'est fortement dégradé. Pourtant il possède des éléments architecturaux militaires et civils dignes d'intérêt
 


Le site, bien qu'appartenant à la commune, n'est pas visitable. Pour cela, rapprochez-vous auprès de l'association.




Goust.jpg

Historique
 
hermines début de texte.gif
1370 env.: Trois grandes familles ont habité le château du Goust : d'après un acte de vente datant des années 1370, le premier propriétaire connu de la seigneurie du Goust est Jeanne d'Ussé, dame de MONTJEAN.
 
Le château est ensuite propriété des MONTFORT jusqu'au XVème siècle.
 
hermines début de texte.gif
1418: Il appartient à la famille des MONTAUBAN.
 
C'est surtout Jean VI de Montauban, dernier de la famille à occuper le château, qui a laissé son nom dans l'histoire en prenant une part active aux guerres de religion. A cette époque, une lutte sans merci oppose le chevalier du Goust au duc de Mercoeur, gouverneur de Bretagne, ce dernier désirant affirmer sa position en Bretagne. Apprenant que Jean de Montauban fortifie son château, Mercoeur décide de l'attaquer. Il est devancé par Montauban qui s'empare du château de Blain. Cette prise de Blain est symbolique dans la mesure où le duc de Mercoeur s'en était emparé sans combat en 1585, au dépend des Rohan.
Le seigneur du Goust est alors assiègé sans succès. Les royalistes fidèles abandonnent le parti du duc de Mercoeur alors que circulent des lettres patentes d'Henri III dénonçant les exactions du Duc. Jean de Montauban est alors fait capitaine et gouverneur de Blain. Alors que Jean de Montauban se bat à Blain.
 
hermines début de texte.gif
1589: le château du Goust est pris par les hommes de Mercoeur avec le concours des habitants de Cordemais et de Malville. C'est le début de sa ruine. A la demande du sénéchal de Rennes, deux personnes proches de Jean de Montauban, témoignent sur les événements survenus au château du Goust. L'un, cuisinier, dit que le lendemain de la prise de Blain par Jean VI, le 25 mai 1589, le château du Goust défendu par quelques soldats et le seigneur Latimon, écuyer, capitula à la vue de deux canons envoyés par les ligueurs. Dans les clauses de rédition, il fut permis au seigneurs Latimon et à la petite garnison de sortir avec armes et bagages. Les seigneurs de Sévigné et de Kernezy accompagnés de trois autres seigneurs prirent, volèrent l'importante vaisselle d'argent, les tapisseries, le linge, les lettres et titres de la maison du Goust. Les meubles y compris ceux de la mère du seigneurs du Goust furent ou brisés pour se chauffer ou emportés. Le seigneur de Sévigné mit tout à sac. L'autre, marchand, déclara qu'il avait été chargé par le seigneur du Goust pour avoir des armes, qu'il fut arrêté et emprisonné au château de Nantes où il resta neuf journées. Sous la conduite du capitaine Cornet de Jean de Mesmager vicaire de Cordemais et du Sieur de Kernezy il vit partir une couleuvrine pour être amenée à la maison du Goust. Muni des pleins pouvoirs pour effectuer des levées d'impôts dans la région blinoise, Jean de Montauban outrepasse ses fonctions et dévaste le pays jusqu'aux portes de Nantes. Blain devient un repaire de brigands et l'entrepôt des pillages. Les Nantais excèdés appellent le Duc de Mercoeur. Jean de Montauban et ses hommes de mains sont fait prisonniers après plusieurs jours de combat. Il ne sera libéré qu'en 1598 après avoir versé une rançon.
 
hermines début de texte.gif
1599:  il obtient du roi Henri IV des lettres d'absolution pour ses faits de guerre. Cependant, dépourvu de sa puissance, il ne pourra pas reconstruire le château. 
 
hermines début de texte.gif
1601: le château reçoit une garnison royale.
 
hermines début de texte.gif
1623: un curateur des enfants mineurs de Jean-de-Montauban vivant chevalier de l'ordre du Roi, seigneur du Goust, loue les terres et dépendances du Goust.
 
hermines début de texte.gif
1627-1628: le château est démantelé comme le furent ceux du Comté nantais, sur l'ordre de Richelieu. 
 
 

hermines début de texte.gif

1997: le château devient propriété de la commune, et remis à une association désireuse de sauvegarder les ruines de cette ancienne place forte.

mur de refend.gif

 mur de refend






                                               pilier

pilier.jpg

 

   latrines.gif 
 
 
 
 Laterines
 
 
 
 
 
 
 
                                             Tour nord-est

tour_nord_est.jpg

 

pile_pont-levis.jpg

 

Pile du Pont-levis

 

 

                                 Tour du corps de Garde

 

 

 

Si vous êtes intéressé: contacter l'association:

 "la sauvegarde des ruines du château du Goust"

 Espace  Thalweg - 8 place de l'Eglise - F-44 260 Malville

email: le.Goust@wanadoo.fr

Président :tour du corps de garde.gif



Menhirs de Traonigou (Plouarzel, 29)

Menhir de Traonigou - Plouharzel, 29


Menhir de Traonigou - Plouharzel, 29



Aux abords de la commune de Plouarzel, deux menhirs séparés de quelques mètres, dans un champs.....

Tertre des Druides (Kertugal, Saint-Quay-Portrieux, 22)

tertre-des-druides-saint-quay-portrieux.jpg


Kertugal, dont le nom celtique signifie village des Gaulois, abrite plusieurs ensembles mégalithiques, de dolmens et de menhirs, notamment au lieu-dit Tertre-des-Druides.


De fait, l'occupation celtique est postérieure à l'érection de ces ensembles, plus précisément à l'âge du fer. Leur utilisation religieuse par les druides celtes est donc peut-être sensiblement différente de celle qu'en firent leurs prédécesseurs du Néolithique et de l'âge du bronze, dont les usages et les croyances n'ont pas laissé d'autre trace.

Le Couvent des Cordeliers (Savenay, 44)

 

3.jpg


1419: Jean V, duc de Bretagne, fonde le couvent des Cordeliers de Savenay, ce "collège des frères mineurs", prêcheurs, va jouer un rôle prépondérant dans la cité.

En fait, actuellement ce couvent est une longue bâtisse décrépite, située sur un axe est/ouest, sur le rebord du Sillon de Bretagne, en plein centre ville, derrière La Poste. Le point de vue y est très beau sur l'Estuaire.

Ce bâtiment est l'aile sud de l'ancien couvent, lequel s'organisait autour d'une tour carrée, où se trouvait une chapelle, mais qui a été grandement amputé au XXème siècle avec l'installation de La Poste, puis avec la construction d'une nouvelle Poste sur une partie de l'emprise du couvent.

A la même époque, dans les années 1970, bien d'autres sites étaient détruits en France, notamment dans le département, où fut détruits le Prieuré roman de Béré, l'ancien couvent de la Visitation devenu un garage...

2.jpg


Le couvent des Cordeliers était composé de 4 ailes disposées autour d'une cour, d'une chapelle conventuelle, d'un ckoître, de dépendances et de jardins. 

Devant l'actuel bâtiment, s'ouvre une "terrasse au midy" que décrivent les Cordeliers dans cet écrit du 27 février 1790:

" Au devant la face du dortoir situé au midv est une terrasse d'environ 12 pieds, potagés en 14 carrés sans compter les plats de bandes en haut de la même terrasse." (Cette terrasse avait une longueur de 43 mètres).

 A la Révolution, le couvent des Cordeliers devient bien national: il servira de siège du district en 1790, de tribunal, de gendarmerie et de prison.

1793: les locaux sont dévastés lors de l'insurrection anti-républicaine et de la bataille du 23 décembre, qui voit le massacre des Vendéens dans et autour de Savenay.

1800: installation de la Sous-Préfecture dans le couvent.

1868:départ de la Sous-Préfecture pour Saint-Nazaire.

1872: l'école Normale d'instituteur s'y installe, elle occupera les locaux jusqu'en 1912, partant s'insaller dans des locaux neufs construits entre 1908 et 1912, à l'entrée de la ville (aujourd'hui établissement lycée public). 

1912: le couvent devient propriété de la commune. S'y installent, la Bibliothèque municipale, la Caisse d'Epargne, la Justice de Paix et la Perception. Puis il devient en:

1914: hôpital filial français

1918: hôpital américain de la Red Cross

1921 à 1979: la Poste. Bureaux remaniés en 1930, puis à l'après-guerre. Des bâtiments neufs seront construits devant le couvent dans les années 1970.

8.jpg1980: depuis, c'est le total abandon. Son état est lamentable, étonnant d'ailleurs de voir un tel bâtiment se délabrer en plein centre ville ! Toutes les vitres sont cassées ou murées, les cheminées extérieures méconnaissables, le crépi n'en parlons pas, le plancher du 1er étage est impraticable.... 9.jpg

Une association s'est constituée pour lui redonner de la splendeur. Puisque nous sommes en Bretagne, quoiqu'en disent certains pour justifier leurs investissements ou leur implication politique dans la région factice des Pays-de-Loire, ce lieu historique a son importance, de par sa fondation au XVème siècle par un duc de Bretagne, par son rôle dans la Révolution française... 

1.jpg


Le couvent sera restauré à compter de la fin de l'année 2012, et transformé en résidence de jeunes artistes et artisans. Un lien évident existe entre Savenay et la Bretagne, aussi l'association se rapprochera des écoles d'art de Rennes et de musiciens bretons, afin que le couvent des Cordeliers devienne un lieu vivant pour l'art breton.


 

 

couvent des cordeliers,savenay,44,bretagne,restauration,patrimoine


D'ores et déjà, il n'est pas prévu de classer le bâtiment afin d'éviter des coûts d'entretien élevés.

Si vous êtes intéressés par la conservation de notre patrimoine, je vous invite à découvrir les articles suivants, concernant des monuments de plus grande importance, certains étant classés:

- l'Abbaye de Blanche Couronne,

- le château du Goust (Malville), remonté pierre par pierre par une association,

- le château d'Escuray (Prinqiau),

- le château de Bouée,

- les 19 manoirs de Bouée (La Bouquinais, La Rostonnerie, La Violière etc.), tous du XVIème siècles.

- les chapelles, les églises, les calvaires, mais aussi les petits ports ainsi que les villages du lit de la Loire comme du Sillon de Bretagne, constituent un patrimoine à conserver.



 


02/05/2012

Dolmen de Mane Rethual (Locmariaquer, 56)

Dolmen de Mane Rethual

 

 Ce dolmen est un dolmen à log couloir et double chambre 

dolmen de mane rethual, Locmariaquer, 56, Morbihan, Bretagne



Sa table de recouvrement est remarquable.





Datation: 3900 à 3500 ans av. J-C.dolmen de mane rethual, Locmariaquer, 56, Morbihan, Bretagne

 

Dolmen de Mane Rethual

 

 

 

Dolmen de Mane Rethual

dolmen de mane rethual, Locmariaquer, 56, Morbihan, Bretagne

 

dolmen de mane rethual, Locmariaquer, 56, Morbihan, Bretagne

Temple de Lanleff (Locmariaquer, 56)

Temple, Lanleff, Locmariaquer, Morbihan, 56, Bretagne


Avec sa construction en rotonde, le temple de Lanleff intrigue depuis des siècles. Pas étonnant dès lors que s'y attache le légendaire.

 

Temple, Lanleff, Locmariaquer, Morbihan, 56, Bretagne



Certains voyaient à Lanleff un temple gallo-romain, d'autres un baptistère mérovingien. Quant aux romantiques, ils n'ont pas hésité à qualifier le bâtiment de sanctuaire d'origine celtique : les Celtes ont toujours affiché un profond respect pour le symbolisme du cercle.



Aujourd'hui, tous les chercheurs se rejoignent pour dater la construction de la curieuse église au XIe siècle. L'édifice est de style roman, et son magnifique granit rose lui confère une austérité toute monastique. Quant à son inspiration en cercle, elle serait plus d'origine palestinienne (à l'imitation du Saint-Sépulcre de Jérusalem) que celtique.





Pour découvrir une légende, celle du troc avec le diable:  le-troc-avec-le-diable-locmariaquer-56.html

 
 
Temple, Lanleff, Locmariaquer, Morbihan, 56, Bretagne

Le Temple est un curieux monument en ruines, d’une beauté remarquable, aux formes élégantes, en grès rose, de style roman primitif, construit, pense-t-on au xie siècle. C'est en fait une ancienne église bâtie sur un plan circulaire, comme l'église abbatiale Sainte Croix-de-Quimperlé. Sa forme serait inspirée de celle du Saint Sépulcre de Jérusalem.


L'édifice se présente à l’origine sous la forme de 2 enceintes circulaires concentriques séparées par un déambulatoire.
Temple, Lanleff, Locmariaquer, Morbihan, 56, Bretagne
Aujourd’hui, ne reste qu’une partie de l’enceinte extérieure comportant encore 2 absidioles sur 3 préexistantes. L’enceinte intérieure est constituée de 12 arches soutenues par 12 piliers imposants.
 





Temple, Lanleff, Locmariaquer, Morbihan, 56, Bretagne

Temple, Lanleff, Locmariaquer, Morbihan, 56, Bretagne


Ceux-ci sont ornés, sur leurs chapiteaux et sur leurs bases de sculptures naïves énigmatiques.Temple, Lanleff, Locmariaquer, Morbihan, 56, Bretagne






Le premier document qui y fait référence est une charte de donation datée de 1148, puis il faut attendre le xviiie siècle pour en trouver à nouveau mention chez différents auteurs.


Temple, Lanleff, Locmariaquer, Morbihan, 56, BretagneAprès un voyage d’étude en Bretagne, Prosper Mérimée s’intéresse au Temple et le fait inscrire, selon certains auteurs, à l’inventaire des monuments historiques en 1840. Mais sur le site des Monuments historiques ([1]) est indiqué : classé par liste de 1889. L'édifice est remarquable aussi par les éléments décoratifs qui ornent les chapiteaux et les bases de colonnes. On en a compté plus de 140. L'un des plus visibles est la représentation humaine aux mains de très grands doigts qu'Olivier Pagès a appelé "Adam pudique" (voir photo ci-dessous). Le "Temple" de Lanleff peut être visité librement et gratuitement. Possibilité de visites commentées en s'adressant à la mairie.
 
 

Le Dolmen des Pierres Plates (Locmariaquer, 56)

le dolmen des pierres plates

 Cet ensemble remarquable est libre d'accès et se situe au bord de la plage de " La Falaise" à environ 1500m au sud-ouest du bourg à l'extrémité d'une promenade réservée aux piétons.

Il est situé sur une pointe de terre qui s'avance dans la mer en face de l'îlot de Méaban.

Son accès est libre depuis qu'en 1892:  année où elles furent cédées par l'Hospice d'Auray à l'État pour la somme de 600 francs

 

 

le dolmen des pierres plates

 

 


 L'allée de 26 m du nord au sud:

d'abord orientée sud sud-est la galérie s'infléchit vers le sud sud ouest en formant un angle de 45°; 

sa largeur moyenne est de 1.50m.




Le monument complet devait comporté 70 blocs de granit(aujourd'hui 50):

38 menhirs supports,

12 tables de recouvrements

le dolmen des pierres plates

Toute la partie terminale (7m de long) représente une vaste chambre funéraire très allongée, elle est séoarée de l'allée par une haute pierre formant cloison;la dalle qui  la recouvre  mesure 7,5m x 2.50m x 0,70 et pèse 23 tonnes.


 le dolmen des pierres plates



Le premier tiers de la galerie, un peu plus étroit et oblique par rapport à la chambre, correspond au couloir d'accès, 

 
 






le dolmen des pierres plates



Aux Pierres-plates, un petit "cabinet"  latéral, rectangulaire(2.80mx1.40m) qui s'ouvre sur l'allée en se greffant au creux du coude de la structure principale.
 
 
Par comparaison avec le monument quasi-intact de Gâvres, on peut penser que l'ensemble de la galerie n'était protégé que par un tertre modeste, mais comportant un noyau pierreux important.


Comme dans les autres tombes de ce type, les parois sont "mixtes", avec d'étroits panneaux maçonnés entre les piliers mégalithiques.

le dolmen des pierres plates


La couverture est assurée par une succession de petites dalles étroites en granite (beaucoup ont dû être remplacées). 
La dernière, plus importante et en orthogneiss,(2) qui a sans doute été récupérée sur quelque monument alors déjà ruiné. 
Le tertreindécis qui englobe actuellement cette tombe est très largement dû à Z. Le Rouzic qui la restaura en 1931. 






Quant au "menhir indicateur" qui se dresse à l'entrée, il s'agit d'un bloc qui gisait devant le monument et fut érigé là par le restaurateur. On ignore son rôle originel dans la structure mais on peut constater que sa face orientale porte de nombreuses cupules.
 
 
le dolmen des pierres plates


Ce monument fut exploré dès 1813 avec des résultats décevants en raison de perturbations anciennes:disparition du cairn


Cependant, les fouilleurs notèrent que de nombreux piliers étaient décorés, ce qui donna lieu au premier véritable relevé d'art mégalithique dans la région, publié par A. Maudet de Penhouet dès 1814.
Plusieurs pierres présentent des gravures que certains assimilent à des " poupes" d'autres à des "idôles sans têtes "ou à "épaules saillantes"
                                                                                 


C'est ce décor, réétudié à maintes reprises mais quelque peu mutilé depuis (un panneau majeur au moins a disparu), qui a permis de définir le "style des Pierres-plates" caractéristique des tombes en équerre morbihannaises.le dolmen des pierres plates
 
 





 

Château de Châteaubriant (XIè s.) 44

Châteaux, Châteaubriant, Loire-Atlantique, Bretagne


Le château de Châteaubriant, construit sur la commune du même nom, est une forteresse médiévale fortement remaniée à la renaissance.

Châteaux, Châteaubriant, Loire-Atlantique, Bretagne


La forteresse faisait partie des Marches de Bretagne avec Vitré, Fougères, Ancenis, Clisson, frontière chargée de défendre la Bretagne face au royaume de France. Il est le pendant breton du château médiéval de Pouancé.


L'ensemble fut ensuite réaménagé par la construction de bâtiments renaissance, avant d'être transformé en cité administrative.



Ce château fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 11 juillet 1921.

 

L'histoire de Châteaubriant commence au début du XIe siècle quand Brient, fils de Dame Innogwen, (envoyé du comte de Rennes) édifia une forteresse sur une motte au bord de la Chère destinée à poursuivre la fortification de la frontière des Marches de Bretagne. Une cité s'est développée autour du château et fut appelée Châteaubriant. Il fonda plus tard le prieuré Saint-Sauveur de Béré, l'Église St Jean de Béré, et le premier château en 1015.Châteaux, Châteaubriant, Loire-Atlantique, Bretagne

Il aurait construit un barrage sur la Chère, permettant d'y prélever un droit de passage.

Les seigneurs de Châteaubriant firent évoluer au XIIIie siècle et au XIVe siècle la motte castrale initiale vers un château fort complet, apte à assurer sa fonction défensive.

Châteaux, Châteaubriant, Loire-Atlantique, Bretagne










À la fin du XVe siècle siècle Françoise de Dinan fait signer par les barons bretons qui s'opposent à François II de Bretagne le traité de Châteaubriant par lequel ils en appellent au roi de France pour régler leurs différends avec le Duc dont l'administration est de plus en plus contestée.

Châteaux, Châteaubriant, Loire-Atlantique, BretagneLors de la Guerre folle, le château est assiégé par Louis II de La Trémoille, qui le met à sac (1488).

Françoise de Dinan, ancienne gouvernante d'Anne de Bretagne obtient de celle-ci des dédommagements permettant la modification du château médiéval, et la construction d'un bâtiment renaissance, le bâtiment de gardes. Elle meurt en 1499 sans avoir vu l'achèvement des travaux (env. 1513) Ce bâtiment était relié au donjon par une galerie aujourd'hui disparue.

C'est Jean de Laval-Châteaubriant qui, devenu gouverneur de bretagne (1531), achèvera la construction d'un second bâtiment renaissance ainsi que d'une galerie, donnant au château son aspect actuel. Mort sans descendance en 1543 il désigne Anne de Montmorency pour héritier. Ce dernier poursuit les travaux et embellit le parc.

Lorsque Henri II de Montmorency fut décapité, la baronnie de Châteaubriant passa à la famille des Bourbon-Condé jusqu'à la Révolution.

 

Châteaux, Châteaubriant, Loire-Atlantique, Bretagne


Les bâtiments sont acquis par le Conseil général de Loire-Atlantique en 1853. Le château deviendra cité administrative, abritant notamment la sous-préfecture, le Trésor public et le Tribunal d'Instance.

Dolmen de La Herviais (Savenay, 44)

PAS D'ERREUR !!! Aucune image !

Le dolmen de La Herviais, sous lequel on trouva des armes, des monnaies, des bijoux, une hache de pierre etc... a été détruit au XIXème siècle pour..... empierrer des chemins !


01/05/2012

Mégalithes du Tossen Keller (Tréguier, 22)

Mégalithes du Tossen Keller, Tréguier, 22, Côtes d'Armor, Bretagne


De forme élliptique ouverte vers l'est, l'ensemble du Tossen Keller comprend 8 blocs en schiste pour les plus petits, en granit pour les plus grands. Certains pèsent de 5 à 6 tonnes.


Découvert à Penvénan, l'ensemble a été reconstitué sur les quais de Tréguier.

Aucune trace de sépulture n'a été trouvée, par contre, deux foyers centraux ainsi que quelques tessons de poteries du néolithique, une hache en dolérite et quelques éclats de grattoirs en silex y ont été découverts.

Le site a connu une occupation humaine pendant l'âge du fer, et une transformation latérale au Moyen-Âge.

Datation: 2000 à 500 ans av J-C.

Dimensions: 38 m de longueur sur 32 m de large

Alignements de Kerbourgnec (Saint-Pierre-Quiberon, 56)

alignements de kerbourgnec,saint-pierre-quiberon,56,morbihan,bretagne


Les alignementrs de Kerbourgnec, également appelé alignements de Saint-Pierre,  est un ensemble mégalithique constitué de:

- un alignement. 

- un Cromlec'h de 27 pierres. alignements de kerbourgnec,saint-pierre-quiberon,56,morbihan,bretagne






Le site est classé MH depuis 1889.