21/05/2012

Logis de La Sénaigerie (XVIIè s.) Bouaye, 44

pa44000024.jpg


Datation: XVIIème siècle

Propriété privée, ne se visite pas

19/05/2012

Château de l'Etier (XIVè s.) Béganne, 56

chateau_estier__045137500_1919_26012010.jpg


Le château primitif de l'Etier aurait été édfidié vers 1380 par les Comtes de Rieux.

Il fut amélioré aux XVè et XVIème siècle, puis retsuaré au XVIIIème.

Il fut le siège de l'ancienne seigneurie de l'Estier (ou l'Etier, Lestier).


Ce château a pour intérêt particulier de renfermer 26 cheminées en granit, dont 16 sont de très grande taille, avec leur puissant arc de décharge. Il abrite également un escalier à vis dont l'emmarchement mesure 1,60m.

Menhir de La Vacherie (Donges, 44)

afd2a29f5a867dc0635827b38791acae.jpg

9aaaea1c80aab987d83d47b98505b982.jpg


Les images parlent d'elles-mêmes; je ne ferai pas de commentaire superflus. L'ère industrielle est passée par là. Le menhir de la Vacherie est ainsi incorporé au paysage raffinien de Donges.


Curieux qu'il n'ait pas été déplacé tout de même !


Menhir, Mégalithe, Donges, Raffinerie, Loire-Atlantique, 44, Bretagne, pétrole








Menhir, Mégalithe, Donges, Raffinerie, Loire-Atlantique, 44, Bretagne, pétrole


Menhir des Louères (St-Aubin-des-Châteaux, 44)

800px-Saint-Aubin-des-Châteaux_-_Menhir_des_Louères_(1)2.jpg


Aussi appelé "Pierre de la Louée", ce menhir serait un caillou retiré du sabot de Gargantua alors qu'il était assis sur le clocher de Ruffigné: un pied sur le clocher de Saint-Aubin et l'autre sur celui de Sion. 

Il est dit que si lorsqu'on colle son oreille, on entend sonner les heures !

DAONET (Nantes, 44)

 

donet,nantes,bretagne,44


Naissance: 2002

Daonet est un trio de korrigans nantais. Leur crédo: le rock breton


Membres

Gwendal Meillarec (fondateur) - guitares, flûtes & chant

Hervé Briand - batteir

Gilles H - basse, guitare synthé & chant

 

Discographie

2003 Da C'hortoz Bezan Daonet (Maxi 3 titres)


 2008, Rok a Raok                      2012, Donemat                                                                                                                                                                          (Maxi 5 titres)

donet,nantes,bretagne,44  donet,nantes,bretagne,44






Ayant fait parti des soucripteurs, cet opus est arrivé très vite dans ma discothèque perso. Du rock comme je l'aime, avec un accent celtique, c'est mélodique et puissant, révolté même, j'ai hâte de les découvrir sur scène !

17/05/2012

Château de Trémohar (XIIIè s.) Berric, 56

chateau-de-tremohar-berric.jpg


Trémohar signifie "grand passage". 

Le château de Trémohar est une des anciennes seigneuries de Berric, il y en avait autrefois 8;

Le premier château  datant des XIIIè et XIVème siècle, dont il ne reste plus qu'une partie de l'enceinte, est la propriété des Berric.

Jeanne de Berric, dernière du nom, alène à la famille de Quifistre, ce manoir, par son alliance avec  Jean.

1593: le château est brûlé et pillé par les Espagnols durant la guerre de la Ligue (1589-1598).

1750: le château est reconstruit. Il est une vaste demeure classique, de plan rectangulaire dominant les jardins. Le corps central est orné d'un avant-corps à fronton triangulaire, flanqué de deux pavillons en saillie.

enceinte-berric.jpgDu château, construit en granit, seuls les frontons et la corniche sont en pierres d'Angers. 

L'aile sud possède un majestueux perron en granit à double révolution.


L'intérieur a gardé la disposition d'origine ainsi que les boiseries et les parquets. Seul le vestibule, ayant souffert à la Révolution, a été remanié au début du XIXème siècle.

puits-berric.jpg


L'enceinte est formée d'une courtine basse avec une tour d'angle. Une enceinte en demi-cercle entoure la cour des communs, dont les bâtiments à arcades datent du XVIIème. 

Une ancienne tour de garde flanquée d'une petite tourelle est encore présente.


Le château de Trémohar est une propriété privée, ne se visite pas.

16/05/2012

56 av. J-C: Bataille des Vénètes contre les Romains

 

bataille2.jpg


Période: gallo-romaine

Lieu: au large de la plage de Kerjouanno,

communes d'Arzon, Saint-Gildas-de-Rhuys, Locmariaquer, Vannes

images.jpg


Vénètes et alliés armoricains

(Osismes, Namnètes, Ambilates, Morins, Diablintes, Ménapes, Lexoviens)


Contingents de l'île de Bretagne,


200 voiliers vénètes.



Ennemis:

gaule11.jpg



Romains, commandés par César et Brutus Decimus,

200 galères (trirèmes) et légionnaires embarqués

 





venetes2.gifCésar a dominé l'Armorique plus ou moins pacifiquement. Mais les Vénètes refusent de le ravitailler, ainsi nait la guerre. César ne peut s'imposer car les Vénètes se réfugient sur des îles ou des éperons barrés qu'ils évacuent à volonté. César n'a pas de flotte face aux puissants vaisseaux Vénètes. Il en fait construire sur la Loire, chez les Andes.


Les Romains échouent leurs trirèmes sur la plage de Kerjouanno. Sortent du Golfe alors les Vénètes, et font une conversion pour écraser vent arrière les galères romaines sur la plage. Mais les Romains mettent à la rame et c'est la mêlée. Les éperons romains sont impuissants contre les coques des Vénètes.


venetes.gif

Le vent tombe et des faux emmanchées, invention de César, coupent les cordages des Vénètes. Les bateaux vénétiens sont alors pris à l'abordage par plusieurs galères romaines à la fois. Ils succombent tous.


Résultats: défaite totale des Vénètes. Sénat exécuté, population réduite à l'esclavage. Les 220 navires vénètes sont brûlés "follement" par César. Mal lui en a prit, car il aurait put s'en servir, lui qui songea un moment, à débarquer sur l'île de Bretagne.

 

Sources: Jules César, commentaire sur la Guerre des Gaules, livre III

 

LES TOMBES DE L'ESPOIR (Rennes, 35)

Cimetière, Rennes, 35, Bretagne, contes, Légendes

Dans le nord de Rennes, le cimetière de l'Espérance, où vous attendent les tombes de l'espoir.....

* LA TOMBE DE L'ABBé HUET

Près de l'entrée, sur la droite, cette tombe est dédiée aux étudiants. Celui qui a donné son nom à l'une des rues de la commune; dans le quartier de Villejean, était aumônier. Né en 1864, ordonné prêtre à 24 ans, Jean Huet enseignera à Versailles, avant d'être précepteur à Pleurtuit, puis surveillant à Saint-Vincent  de Paul. Amonier de l'Hôtel-Dieu, sa tombe rassemblait les étudiants qui venaient chercher du soutien pendant leurs examens.

* LA TOMBE DE JOSEPH THEBAULT ou LA TOMBE AUX BOUCHONS

Cimetière, Rennes, 35, Bretagne, contes, Légendes

Cimetière, Rennes, 35, Bretagne, contes, LégendesSituée à gauche en entrant, ce curé mort en 1860 était l'objet de curieuse pratique. On l'appelle aussi, la tombe aux bouchons.

Autrefois elle était couverte de bouchons de liège, bouchons déposée par ceux qui voulaient guérir de la bouteille. La tombe a beaucoup souffert, et les bouchons ont presque disparus.

 

* LA SAINTE AUX POCHONS

Cimetière, Rennes, 35, Bretagne, contes, Légendes

La sépulture de Madame Philippe Hélène de Coëtlogon, que l'on appelle la sainte aux petits pochons. Née en 1630, mariée à un gouverneur de Rennes, elle fut enterrée en 1677 dans la chapelle des Carmes. Lorsque le bâtiment fut démoli en 1798, soit 120 après l'inhumation de cette femme, et que sa dépouille fut transférée au cimetière du nord de la ville, on s'aperçut que son corps était intact.

Cimetière, Rennes, 35, Bretagne, contes, LégendesDepuis, cette dame, ubnique héritière du marquis de Coëtlogon, a pour réputation de guérir certains maux, la fièvre... Il suffit de porter sur soi un petit sachet, pochon pour les bretons, rempli de la terre prise sur la tombe pendant une neuvaine (9 jours) et de la rapporter ensuite.... La tombe de la sainte eux petits pochons est envahie par le lierre, et couverte de petits sacs.

Nécropole de Hoëdic (56)

sepulture-double-hoedic.jpg

Sur l'île de Hoëdic, les époux Péquart, fouillèrent un site tout aussi exceptionnel que celui de Théviec en Saint-Pierre-Quiberon.

Là aussi, il s'agit d'un site datant du Mésolithique, avec plusieurs sépultures. Les squelettes d'unefemme et d'un enfant, enterrés ensemble, avec des bijoux en coquillages, outillage en os, ramures de cervidés.

Rare sont les sites remontant au mésolithique en Bretagne, en raison de l'acidité des sols. Mais lorsque ces sépultures sont protégées par des coquillages, le temps semble être ralenti. Pour plus de détails concernant les raisons de cette conservation, je vous invite à découvrir le site de Théviec:

necropole-de-theviec-st-pierre-suiberon-56.html

Au total, c'est 9 sépultures qui seront découvertes à Hoëdic.

Tous les corps sont ligotés, les jambes ramenées sur la poutrine. Ils sont saupoudrés d'or, et parés de colliers de coquillages. Les tombes sont recouvertes de perures de cerf et ensevelies sous un amas de coquillages, puis de pierres.

La présence longue d'amas de détritus de coquillages, d'éclats de pierres, de déchets de cuisine, de feux, de restes de gibiers, de poissons, atteste que les habitants étaient enterrés au milieu des détritus.

La datation au Carbone 14 prouve que leur présence remonte à 4.625 av. J-C.

 

A découvir aussi, le site de Beg-An-Dorchen dans le Finistère:

 

 

 

Nécropole de Théviec (St-Pierre-Quiberon, 56)

 

ile_quiberon.jpg

 

Théviec (ou Téviec) est un îlot privé situé à l'ouest de l'isthme de la presquîle de Quiberon, en Saint-Pierre-Quiberon.

1926: des archéologues amateurs Lorrains, Marthe et Saint-Just Péquart, visitent pour la première fois le site de Théviec, motivés par une prospection de M.F Gaillard, datant de 1883. Ce dernier avait noté une zone, au nord-ouest de l'îlot, d'une quinzaine de mètres de long, remplie de coquillages et d'ossements d'animaux.

1928, juillet: début des fouilles. Décapage progressif sur une cinquantaine de cm d'épaisseur, repèrant de nombreux foyers disposés à même le dépôt coquillier, un outillage en silex, quelques ossements d'animaux dont des pièces en bois de cerf et une dent de sanglier. A un niveau plus ancien, ils découvrent  un homme. Puis des bois de cerf engagés partiellement sous une dalle de 60 cm de long. Une fois la dalle extraite, les bois s'enfonçaient et reposaient directement sur un crâne humain.

 

image022.jpg

 

Entre 1928 et 1934 des fouilles se poursuivirent; La nécropole date du Mésolithiques. Les tombes remontent donc à -9.000 ans avant J-C, ie entre la fin de la dernière glaciation (-9.000 av. J-C) et l'arrivée des premiers agriculteurs du Néolithique (-5.000 av. J-C).

Ce site fait partie des rares sites remontant à cette époque en Bretagne. Les sols étant acides, il est en effet très rare de découvrir des ossements anciens, ces derniers disparaissant habituellement au bout de quelques siècles.

A découvrir aussi:

site de la Pointe de la Torche

site de Hoëdic

site de Beg Er Vil (presqu'île de Quiberon)

Mais les zones littorales, et les îles, font exception.

Au Mésolithique, l'îlot de Théviec se trouvait dans une lagune, et la Manche n'était pas encore une mer. On pouvait rejoindre l'Angleterre à pied. La Bretagne a connu à cette époque des bouleversements de paysage. A la fin de la dernière glaciation, près de 10.000 ans avant notre ère, le niveau de la mer s'est élevé fortement, de près de 100m sur plusieurs siècles. La montée des eaux  a peu à peu privé les habitants des terrains de chasse. Mais ils apprirent ou savaient déjà naviguer.

Les habitats mis à jour, sont placés sur des amas coquilliers ayant livrés les restes de nombreux mollusques marins, de crustacés, de poissons, d'oiseaux (dont des pingouins er des canards), des cétacés, et des mamifères terrestres (sangliers, chevreuils, cerfs, aurochs, chiens...) ainsi que des résidus de taille de silex. C'est dans cette zone que ces cueilleurs-chasseurs de l'époque enterraient leurs défunts. Les coquillages ont contribué à la conservation des sépultures, leur carbonate ayant isolé les ossements du sol acide.

En ce qui concerne les outillages en os et en bois de cervidés mis à jour, leur datation a permis d'indiquer que l'occupation du site fut plus longue que prévue: entre 6.740 et 5.680 BP, la fin serait ainsi contemporaine au début du Néolithique.

La nécropole découverte faisait partie de l'habitat, les tombes étaient creusées à proximité des lieux de vie. Autour de ces sépultures, ont en effet été découvert des traces d'activités artisanales, des foyers entre autres. Ont été également mis en évidence des traces de rituels liés à l'inhumation des corps. Ceux-ci étaient déposés en flexion forcée, dans des tombes communes, les restes d'autres défunts étant écartés au fur et à mesure.

La nécropole de Théviec nous a ainsi livré dix sépultures, certaines étant multiples, au total près d'une quarantaine d'individus, adultes et enfants, y ont été recensés. Certains ossements étaient dispersés.

Dans une vertèbre de l'un deux, fut découvert une armature de sillex, attestant d'une mort violente. Un chercheur du CNRS, spécialiste de cette époque, a par la suite confimé que des pointes de flèches ont été prélevées sur plusieurs squelettes, témoignant  d'une vraie tuerie.

 La-tombe.jpg

Après leur découverte, les époux Péquart furent amené à travailler dans l'Ariège. C'est à cette occasion, que la sépulture dénommée A fut donnée au muséum de Toulouse.

800px-Sépulture_de_Teviec_Global.jpg

 

 

La reconstitution de cette tombe du Mésolithique fut effectuée par Philippe Lacomme, lequel, au début du XXème siècle, était le taxidermiste et préparateur du muséum. Il data 1938, la reconstitution de cette sépulture.

 

 

800px-Sépulture_de_Teviec_(5).jpg

 

 

Jusqu'à une dernière étude en 2010, le squelette de droite était donné pour être un homme alors que celui de gauche passait pour être une femme.

 

 

 

 

800px-Sépulture_de_Teviec_(2).jpgUne fois la résine et les reconstitutions faites en 1938 enlevées, les deux bassins ont en fait révélé qu'ils appartenaient à deux femmes âgées de 25 à 30 ans, et présentant toutes deux, des traces de mort violente.Le corps de droite porte 5 impacts de coups sur la tête, dont deux mortels, ainsi qu'une entrée de flèche entre les deux yeux. Celui de gauche, présente deux traces de coups.

Et curieusement, ces deux corps ont ensuite été inhumé avec le plus grand soin, avec des parures, des ornements, des bijoux.

Si le crime est indubitable, beaucoup d'hypothèses courrent: crime rituel, guerre de clans, viol collectifs suivi de mise à mort, pusi dernier hommage des familles ?

 

 

 

15/05/2012

Tmulus St-Michel (Carnac, 56)

 

tumulus,carnac,56,morbihan,bretagne


En venant à Carnac, la route passe au milieu des alignements de Menhir et avant d'arriver sur le bourg, nous dévoile le tumulus Saint-Michel sur la gauche. 

tumulus,carnac,56,morbihan,bretagne




Haut. 12 m

Long. 125 m

Larg. 60 m


Datation:

vers 4500 ans avant J-C.





Sous cet amas de terre et de pierres ont été découverts un dolmen, 2 chambres funéraires, une quinzaine de coffres de pierre remplis d'ossements et nombres de haches, de poteries et de bijoux, exposés au Musée de Préhistoire.

tumulus,carnac,56,morbihan,bretagne


Cette véritable colline artificielle de plus de 30 000m3 s'est implantée sur un des points hauts de la topographie naturelle et son sommet constitue un belvédère d'où l'on domine toute la région. La dédicace d'un tel lieu à l'archange est classique. Elle remonte sans doute au haut Moyen-Âge, tout comme l'établissement étudié par J. Miln au pied sud du monument. La chapelle actuelle, héritière de toute une succession d'édifices cultuels, a été reconstruite en 1927.

tumulus,carnac,56,morbihan,bretagne

1862-1864: premières fouilles du Tumulus Saint-Michel par Galles et Lefebvre. Ils creusèrent une galerie à partir de l'ouest et des puits verticaux depuis le sommet dont l'un atteignit un caveau au somptueux mobilier, au centre du monument.


1901-1907: campagne suivante, dirigée par Le Rouzic; une série de galeries de mine devait rencontrer plusieurs caveaux annexes autour de la tombe principale ainsi qu'une chambre à couloir près de l'extrémité orientale.


tumulus,carnac,56,morbihan,bretagne

Ces galeries, ensuite consolidées pour la visite, ont cependant dû être fermées pour raison de sécurité voici quelques années. La structure interne ne peut être que déduite de ces observations qui restent très partielles à l'échelle de l'énorme monument.
Les différents caveaux semblent pris dans un noyau pierreux central long et étroit.


Une épaisse chape de "vase" (limon grisâtre probablement extrait d'une zone humide avoisinante) recouvre le tout et enveloppe directement le "dolmen" oriental.

Une carapace pierreuse superficielle complète la structure et explique sa bonne tenue à l'érosion (la terrasse actuelle semble avoir été surajoutée plutôt que résulter d'un arasement du sommet).

tumulus,carnac,56,morbihan,bretagne

Le caveau central est bien caractéristique des cryptes des grands "tumulus carnacéens" avec ses parois en maçonnerie sèche "cyclopéenne" grossière et sa couverture faite d'une grande dalle. Construite sur le sol, cette chambre mesure 2,4 x 1,4 m pour 0,9m de hauteur interne.

Un prestigieux mobilier ne comprenait pas moins de 11 grandes lames de haches polies (de 37 à 19 cm de long et une autre plus modeste de 9,7 cm en pyroxénite), 25 haches en fibrolite, 97 perles discoïdes et 10 pendeloques piriformes en variscite. On peut leur ajouter une quarantaine de petites perles discoïdes en os.

Des restes d'ossements humains et animaux furent également recueillis dans plusieurs caveaux tandis que des fragments de céramique du Néolithique moyen provenaient du "dolmen" oriental.

On a beaucoup discuté sur l'âge d'un tel monument, ainsi que sur la chronologie relative des caveaux centraux et du dolmen périphérique. Des datations radiocarbone tentées à partir d'échantillons anciens ont donné des résultats trop dispersés pour être crédibles. A la lumière de fouilles récentes (Locmariaquer, Erdeven), on peut penser que ce grand tumulus a été construit en plusieurs étapes (dans un laps de temps sans doute assez bref), vers le milieu du 5e millénaire avant J.-C.
L'association de caveaux scellés et d'une tombe à couloir peut correspondre à une complémentarité fonctionnelle autant qu'à un décalage chronologique entre les deux types de structures.
 



 

Château de Kerninon (XVIIIè s.) Ploulec'h, 22

Château de Kerninon, XVIIIè siècle, Ploulec'h, 22, caca de mouette - dicton breton, Bretagne

 

Château datant de la fin du XVIIIe siècle ou du début du XIXe siècle. Outre un colombier disparu, il comprend une chapelle et un ancien logement contemporains de la construction du château (à l'entrée de la cour), ainsi qu'un autre logement du début  du XIXe siècle (à gauche du corps de logis principal). Château de style classique précédé d'une allée et d'une cour intérieure délimitée par un mur de clôture. 

   Le corps de logis, de type ternaire à neuf travées, est construit en granite sur un plan rectangulaire allongé, double en profondeur. La façade antérieure, montée en grand appareil de granite & caractérisée par l'ordonnancement des élévations, présente un avant corps ouvert d'une porte d'entrée et couronné d'un fronton orné d'un blason. 

   Un logement de type ternaire est situé à gauche du corps de logis principal. 

   Une chapelle  et un logement sont disposés de part  et d'autre du portail desservant l'accès à la cour intérieure du château.

Dolmen de la Salle des Fées (Ste-Pazanne, 44)

Dolmen de la Salle des Fées, Ste-Pazanne, 44, Loire-Atlantique, Bretagne, Mégalithe


Situé à 3 kms au sud-est de Ste Pazanne au bord de la rivière le Tenu et à proximité de la D61. Ce dolmen est écroulé. 

Dolmen de la Salle des Fées, Ste-Pazanne, 44, Loire-Atlantique, Bretagne, MégalitheUn arbre a poussé au milieu peut être la cause de son éboulement ?

La dalle de fond de chambre et la dalle latérale arrière gauche sont encore dans leurs positions d’origine. 

La table qui les recouvraient est effondrée sur le montant droit. 

Ce dolmen ne semble n’avoir comporté que deux tables. Celle de l’entrée ressemblant à un portique est aussi effondrée sur ces deux piliers.


Curieux qu'aucune association n'ait pas encore supplée les pouvoirs publics qui se désintéresse  totalement de notre patrimoine, en prenant la décision d'empêcher ce monument de se dégrader ainsi.

Fort Montbarey (Brest, 29)

Fort Montbarey, Brest, 29, Finistère, Bretagne, Mémorial 1939-1945, déportation


Construction: de 1777 à 1784. Il fut achevé après la guerre d'indépendance américaine.


C'est de Brest que partaient les escadres de soutien aux Américains. Louis XVI voulait faire de ce port une forteresse imprenable, confie à Vauban les travaux de fortification qui vont consister en la construction d'une ligne de défense à l'ouest de Brest. 

Fort Montbarey, Brest, 29, Finistère, Bretagne, Mémorial 1939-1945, déportation


Cette ligne de défense sera constitué de 5 forts détachés. Le plus important: fort Montbarey. Il a étét conçu pour pouvoir tenir un siège de trois semaines avec un contingent de 500 à 600 soldats.




1984: la Marine Française le remet à disposition de l'association du Mémorial afin qu'y soit racontée l'histoire du Finistère durant la 2nde guerre mondiale.


5 salles principales :

Fort Montbarey, Brest, 29, Finistère, Bretagne, Mémorial 1939-1945, déportationAlvéole I : Logement pour 100 soldats. 

Alvéole II : Atelier d'artillerie, logement pour 50 soldats. 

Alvéole III : Hall d'honneur 

Alvéole IV : Atelier d'artillerie avec logement pour 50 soldats. 

Alvéole V : Logement pour 100 soldats. 

 
 

Fort Montbarey, Brest, 29, Finistère, Bretagne, Mémorial 1939-1945, déportation

Arrondissement Nord
- Pharmacie qui servait aussi au logement des chirurgiens et de l'aumônier. Avec l'infirmerie, elle abrite une exposition de 1940.
- Infirmerie. C'est la première fois qu'on prévoyait, dès la conception du Fort, un endroit pour isoler les malades et les blessés 
- Salle de La Résistance.
- Salle de la Déportation. Il est important qu'elle soit vue par les jeunes générations, mais il est déconseillé d'y emmener des enfants trop jeunes.

Fort Montbarey, Brest, 29, Finistère, Bretagne, Mémorial 1939-1945, déportation

Arrondissement Sud :
- Magasin aux farines avec logement des commis aux vivres en soupente. Durant la Seconde Guerre mondiale il servit de mess pour des officiers allemands. C'est eux qui ont dessiné l'aigle, les têtes de chevaux et inscrit les devises. Au fond à droite : "La fidélité est l'essence de l'honneur". C'est une parole de Bismark. A droite en entrant: "Le combat nous mène à la victoire". A gauche : "L'Allemagne vivra même si nous devons mourir".
Une exposition revient sur l'engagement des aviateurs finistériens dans les Forces Françaises Libres.
- Boulangerie : Le four prévu pour cuire 300 pains par jour est toujours en état de fonctionnement. Le crochet servait à accrocher les sacs de farine pour pouvoir les déverser sur une table. Dans la muraille un conduit amenait l'eau nécessaire aux travaux de boulangerie.
Expositions : «La guerre d'Indépendance américaine». - «Les théâtres d'opérations extérieurs». (France Libre).
- Salle d'intendance. A droite en entrant la réserve de bois. A gauche l'arrière du four. Au fond, il y avait un petit puits duquel on prenait l'eau pour alimenter la fontaine qui aboutit dans la boulangerie.
- Magasin aux vins.

Fort Montbarey, Brest, 29, Finistère, Bretagne, Mémorial 1939-1945, déportation
Wagon de la déportation : C'est dans des wagons de ce type que les déportés étaient emmenés dans les camps ; le voyage durait environ quinze jours avec 100 à 120 voire 150 personnes à l'intérieur. Il est consacré aux cheminots en guerre et aux déportés finistériens.
 
Blockhaus : Construit en 1953 par la Marine Française, il abritait un poste de commandement Radar durant la guerre froide.

Salle 1 : La présence de la Kriegsmarine à Brest notamment le Scharnhorst, le Gnelsnau et la base sous-marine.
Salle 2 : Munitions retrouvées dans la région.
Puits : Alimenté par une source, il contient 4 000 litres d'eau. Du 12 au 16 septembre 1944, il servit de poste de commandement improvisé aux soldats d'un bataillon du 2e régiment d'infanterie parachutiste retranchés dans le fort. Pour délivrer le fort, les Américains durent faire appel aux Anglais armés de chars lance-flammes du type Churchill Crocodile dont on peut voir un modèle d'époque à l'entrée de la cour.

Fort Montbarey, Brest, 29, Finistère, Bretagne, Mémorial 1939-1945, déportationVéhicules : Ils sont tous d'époque. A l'exception du char ils sont tous en état de fonctionner. Pour la plupart ils ont participé au débarquement de Normandie (étoile peinte sur le véhicule). Ils sont exposés au fort pour rendre hommage à l'action des Alliés qui a permis la libération de la France.
Fort Montbarey, Brest, 29, Finistère, Bretagne, Mémorial 1939-1945, déportation
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

13/05/2012

Menhir de Menozac'h (29)

0 - menhir_menozach_mini.jpg


Situé dans l'Aber Vrac'h, ce menhir est vraiment tout petit mais a la particularité de se trouver dans l'eau. Témoignage de la montée des eaux ?

Menhir de Men Marz (Brigognan-plage, 29)

menhir_men_marz1.jpg


MEN-MARZ - Menhir390px-Menhir_Men_Marz.jpg


Ce menhir se trouve sur la commune de Brignogan-Plage. Men Marz signifie la pierre du miracle. L'un des plus hauts menhirs de Bretagne, 8 mètres de haut, il a la particularité d'être surmonté d'une croix.


Ceci date de l'époque où les moines évangélisateurs, considérant menhirs et dolmens comme des monuments païens, ont christiannisé certains mégalithes.


 

0 - menhir_men_marz_mini.jpg


11/05/2012

Les MARI MORGAN - Bretagne

 

mari morgan,bretagne


Ne confondez pas les Morganes et les Morganezed avec les Mari Morgan:

En Haute-Bretagne, on dit que les royaumes des Mari Morgan sont aussi étendus que des contrées. On y trouve des campagnes, des montagnes, des vergers et des jardins. Les châteaux sont ornés de tentures d'algues et de parements de coraux.

Les Mai Morgan sont des fées d'eau de Bretagne, en tous points semblables à des femmes. On ne les trouve jamais en pleine mer, mais dans le voisinnage des côtes, à l'entrée des cavernes ou à l'embouchures des rivières.

"Très effrontées et versées dans la science des maléfices, elles poursuivaient les jeunes pêcheurs de leurs sollicitations amoureuses: ceux qu'elles parvenaient à séduire étaient entraînés sous les eaux et on ne les revoyait jamais" ( P. Sébillot)

Les habitants et les visiteurs de ces abysses, ne manquent ni d'air ni de lumière, et on y voit presque aussi bien que sur terre.

Des poissons font en permanence navette entre le fond de la mer et la surface, emmagasinant l'air dans leurs bouches, qu'ils expulsent ensuite dans une gigantesque bulle qui alimente le royaume sous-marin, à la façon d'une cloche de plongée.

On dit que de nombreux marins de Basse-Bretagne ont cédé à la séduction des Mari Morgan, et les ont suivies dans leur palais de nacre et de cristal, où ils ne manquaient de rien et pouvaient jouir de plaisirs de toutes sortes...

Je vous invite à découvrir maintenant, les Morganed & les Morganezed en vous rendant sur l'ile d'Ouessant:

 morganed-morganezed-ile-d-ouessant.html

10/05/2012

Château de Lehélec (XVIIè s.) Béganne, 56

lehelec_1.jpg


Le château de Lehélec fut construit dans les années 1660 par l'un des 100 gentihommes de la Maison du Roi: Jean Le Mintier. Il est dans la même famille depuis ... le début.

lehelec_2.jpgEdifié à côté du Manoir familial, sur une terrasse, le château domine du côté sud, la perspective offerte par trois cours successives, bordées par des bâtiments de service datant du XVIème siècle, que vient refermer un vaste étang. Il est élevé sur un seul niveau, tout comme le Manoir, et les toits sont coiffés à la Pagode avec des lucarnes style Renaissance. 


A l'époque, la propriété était entouré de murs avec une porte cochère et une porte piétonne. lehelec_3 (1).jpg


Anciennement tenue par la famille de La Touche, la seigneurie de Léhelec est au XVIème siècle la propriété de la famille Bocan.



 

chateau-de-lehelec_b.JPG


1578: Marie Bocan, dernière descendante des Seigneurs de Lehélec, épouse François Le Mintier, Gouverneur de Redon. Ils habitaient alors, le Manoir bâti vers 1554, lequel existe toujours. Elle apporte alors en dot la seigneurie. François Le Mintier prend alors le titre de Seigneur de Léhelec.

Armoiries Le Mintier.jpgLa Maison Le Mintier est une Maison Chevaleresque de Bretagne, par son ancienneté remontant au moins jusqu'en 1090, et par le nombre de ses branches, elle est l'une des plus importante de la noblesse de Bretagne. 

Originaire de Moncontour dans les Côtes d'Armor, elle possédait de nombreuses seigneureries, notamment le château des Granges en Hénon, berceau de la famille.

Armoiries Le Mintier. Armes: de geules, à la croix engrêlée d'argent, Couronne de Marquis, Support à 2 lions. Légende: "Deus Meus, Omnia Sunt" (Mon Dieu est mon Tout)

Devise de la famille: "Tout ou rien"


Nombreux sont les membres de la famille qui ont servis la France:

François Le Mintier (? - 1616): seigneur de Lehélec, Gouverneur de Redon en 1585, très aprécié par le Duc de Mercoeur. Inhumé à Béganne le 10 août 1616.

Pierre Le Mintier: écuyer, seigneur de Lehélec (1595-1628), homme d'armes de la Compagnie du Marquis de Goulaine. 

Jean Le Mintier: seigneur de La Villésion et de Léhelec: Officier très aprécié du Duc de Mercoeur dans les années 1580. Son descendant ...

Jean Le Mintier: seigneur de Lehelec (1620-1670), Capitaine de la Compagnie des 100 gentilshommes de sa Majesté, Gouverneur de Compiègne. C'est le "bâtisseur" du château de Lehelec, trouvant le Manoir trop exigu pour les besoins de la famille. Il préservera l'ancienne construction, construisant la nouvelle demeure familiale à proximité.

Louise Renée de Penancouet de Keroual: Duchesse de Porstmount (1649-1734), originaire de Bretagne et apparentée aux Le Mintier. Elle eut un fils, Charles Lennox, Duc de Richemont, dont descendait en ligne directe, la Princesse de Galles Lady Diana Spencer.

François Le Mintier: Chevalier, seigneur de Lehelec (1658-1712), Major de la Capitainerie Générale de Muzillac en 1714.

Le Comte Gabriel Le Mintier (1743-1785): Lieutenant des Maréchaux de France. A la fin du XVIIIème siècle, la famille est à la tête d'une imortante seigneurie, par l'acquisition d'autres seigneurie telles que celles de Pellouan en Béganne, de Péaule, de Quistinic et du Bézit.

Charles Marie Joseph Le Mintier (1746-1822): écuyer, Chevalier de Saint-Louis, Mousquetaire noir de la garde du Roi.

François Marie Le Mintier: Marquis de Lehelec (1753-1827), Chevalier de Saint-Louis et de la Légion d'Honneur, Colonel de la Garde à cheval de Louis XVI, Maréchal des Camps et Armées du Roi.

Après dissolution de la garde par les révolutionnaires, bien que licencié, il se trouva auprès du Roi au château des Tuileries le 10 août 1792, lors des évènements qui verront la chute de la Royauté et l'emprisonnement du Roi qui alors, refusa de faire tirer sur la foule qui avait envahi les Tuileries. Il resta à Paris, où il participa à une tentative d'évasion de Louis XVI. 

A la Restauration, Louis XVIII le récompensa de son attachement aux Bourbons,  le nommant Président du Conseil Général du Morbihan et Maire de Vannes, fonctions qu'il occupa jusqu'à sa mort en 1827. Une des rues de Vannes porte son nom.

Sévère Marie Joseph, Comte Le Mintier (1773-1843): Chevalier de Saint-Louis et de Saint Ferdinand d'Espagne, Officier de l'armée de Condé, Commandant du Quartier Général de la Place de Madrid puis de la Place de Saragosse de 1823 à 1825, Chef de Division des Armées Royales de Bretagne.

Annibal Ange Le Mintier: Marquis de Lehelec (1779-1858), Chevalier de Saint-Louis, Aide de camp du Prince de Condé, Capitaine de Cavalerie, Chef Chouan attaché à l'Etat majoir du Général Sol de Grisolle: fut blessé par trois fois, au Mans, à Nantes et du côté de Laval. Le château de Lehelec servit pendant toute la Révolution de cache d'armes pour le Chef Chouan;

Ange Le Mintier: Marquis de Lehele (1829-1882), compositeur distingué.

Jules Le Mintier: Marquis de Lehelec (1861-1946), Maire de Béganne pendant plus de 30 ans.

Jean, Comte Le Mintier de Lehelec (1901-1980): Chevalier de la Légion d'Honneur, Colonel d'Artillerie Colonial.

Thérèse Le Mintier: Marquise de Lehelec (1908-2004). Elle crée la section morbihannaise des Vieilles Maisons Françaises (VMF). Elle a été la première dans le Morbihan à organiser des concerts dans sa propriété, et à y accueillir des visiteurs, considérabnt qu'il était de son devoir de contribuer à la mise en valeur du Patrimoine Historique du Morbihan.








Château de Bois-Joly (Caudan, 56)

Château de Bois-Joly, Caudan, 56, Morbihan, Bretagne, Châteaux


Le château est construit sur le site d'un manoir éponyme, à Caudan, non loin de Hennebont.

En 1852, un nouvel édifice est bâti selon les plans de Hallouis qui réalise probablement le projet d'un architecte non connu à ce jour. Des modifications ont été apportées au dessin d'origine, absence du belvédère avec horloge prévu au centre du toit, le château est construit en tuffeau, soubassement de granit. L'élévation principale est ordonnancée, à faux avant-corps central & latéraux.

    Le décor sculpté est très riche. Les pilastres cannelés de l'élévation sud sont ornés de chapiteaux composites. A l'intérieur, plusieurs salons possèdent un riche décor de stuc peint de style Louis XV, les chambres gardent leurs tentures ou papiers peints d'origine. 

    Dans le parc romantique, vasque portant Vénus, pont métallique, kiosque, fabriques et statues. L'ancienne ferme est éloignée du logis, au nord. La maison d'habitation, le bâtiment contenant écurie et pressoir ont été conservés.

    Réalisé dans un style éclectique encore emprunt de références néo-classiques,  le château est un édifice atypique dans la production régionale.

 

  Le château de Bois Joly est une propriété privée, ne se visite pas.

 

 

Château de Bois-Joly

Précisions : Le château et le parc, lieudit Bois-Joly, à savoir le logis en totalité, la ferme pour ses façades et toitures, le parc avec l'ensemble de ses fabriques, de sa statuaire et de ses bassins (mausolée de Françoise Bonnamy avec ses vases Médicis et son obélisque, le kiosque à musique, le pont métallique, les bassins de Neptune et de Pan, les deux statues féminines et la statue équestre), y compris les murs de clôture et la grille d'entrée principale sud-ouest (cad. ZO 15 à 18, 20 à 33, 100, 109, 134, 203) : inscription par arrêté du 20 août 2007

 

Type : Monuments historiques

Epoque : 2e moitié 18e siècle

Eléments protégés : bassin; ferme; logis; parc; mur de clôture; fabrique de jardin; obélisque; kiosque; statue; mausolée; vase; grille; pont

09/05/2012

Château des Barons du Pont (XIè s.) Pont-L'Abbé, 29

pont_l_abbe_chateau_des_barons_du_pont_1.jpg


pont_l_abbe-02.jpg


XIème siècle: après le départ des Normands, un premier seigneur s'établit sur une motte à la tête du pont traversant la rivière.

XIIIème siècle: le seigneur de Pont l'Abbé passe un contrat avec l'abbaye de Loctudy pour construire un château proche de la rivière.

1383: le seigneur de Pont l'Abbé construit le Prieuré des Carmélites.

Aujourd'hui, le château est l'Hôtel de Ville de Pont l'Abbé, ainsi q'un musée du pays Bigoudin.


 

 

Allée Couverte de Pors-Ploulhan (Plouhinec, 29)

allee-couverte-de-pors-poulhan-_2_.jpg

Datation: entre 3.300 et 2.800 av. J-C. édifiée par une communauté néolithique, pour un usage sépultural.


Allée Couverte de Pors-Ploulhan, Plouhinec, 29, Finistère, Bretagne, Mégalithe, Néolithique


1835:  le Chevalier de Fréminville signale L'allée couverte de Pors - Poulhan comme "l'un des plus beaux et plus grands dolmens de tout le Finistère". Ce qui ne l'empêchera pas d'être mis à mal par une activité d'extraction de pierres de construction, d'être utilisé au début du XXème siècle comme remise à charrettes et enfin d'être détruit au cours de la dernière guerre mondiale par les allemands, car il gênait la visibilité d'une batterie côtière.

4805997_l.jpeg




C'était sans doute une des plus belles allées couvertes de la région, mais pendant la dernière guerre, elle a été dynamitée, sans pour autant rendre impossible sa restauration.





On a remplacé quelques supports et piliers par des pierres d'un autre monument détruit, la cellule terminale et les pierres de délimitation du tertre ont été en partie retrouvées et redressées.6733518_p.jpg

 

Les morts y sont inhumés avec divers objets: poterie, armes, outils, bijoux...

La perle en pâte de verre retrouvée dans la chambre funéraire témoigne de la fréquentation à l'Age de bronze.

A la période gallo-romaine dans le tertre partiellement dégradé sont enfouies des urnes cinéraires, le rôle funéraire est ainsi conservé.

A partir du Moyen-Age, le site est abandonné et pillé.

Allée Couverte de Pors-Ploulhan, Plouhinec, 29, Finistère, Bretagne, Mégalithe, Néolithique


Gênant la visibilité d'une batterie côtière ce monument est dynamité au cours de la seconde guerre mondiale.

En 1986, l'allée couverte est fouillée. en 1988 le terrain est acquis et le monument restauré par le Conseil Général du Finistère et la commune de Plouhinec.

 


 

6733605_p.jpg

Elle est composée de 16 piliers sur deux rangs parallèles, qui supportaient à l'origine trois ou quatre dalles de couverture (deux sont conservées à ce jour). La fouille a révélé une conception architecturale particulière, que l'on retrouve principalement dans la péninsule ibérique, et un riche mobilier attestant un usage de sépulture, sur un temps long, du néolithique final à l'époque gallo-romaine.

Au centre se trouve la chambre funéraire dont l'entrée est rétrécie par un petit pilier sur lequel s'appuyait la dalle de fermeture, retrouvée brisée.

 

Orientée Est/Ouest,, la chambre est fermée à l'Est par une dalle de chevet derrière laquelle se trouve une cella (petite cellule) ouverte à l'Est, précédée d'un parvis ogival limité par les pierres dressées.

Selon la légende, l'allée couverte représentait l'autel des sacrifices. Chaque mois d'août, un homme était immolé pour obtenir un temps favorable pour la récolte. les dépressions existantes sur la table de couverture, autrefois inclinée, laissaient couler le sang. Cette légende date du XIX ème siècle, donc pas vraiment vieux, puisque avant, la dalle inclinée n'existait pas.

 

Et bien sûr, ce que l'on ne comprends pas, est diabolisé...

Abbaye de Blanche-Couronne (XIiè s.) La Chapelle-Launay, 44

zd.png


La première date connue est 1161, Ernaud, abbé de Blanche-Couronne, est l'un des juges qui arbitrent un différend entre les chanoines de la cathédrale Saint-Pierre de Nantes et les moines de Quimperlé pour la propriété de l'église de Notre-Dame dans la ville de Nantes. Une notice du cartulaire de Quimperlé lui donne le nom d'Hervé.

Le calendrier eclésistique de Nantes fixait à l'an 980 la fondation de l'abbaye de Blanche-Couronne, mais les documents font défaut jusqu'au XIIème siècle.

z.jpg



L'abbaye de Blanche-Couronne est fondée selon l'ordre cistercien du XIIème siècle, le long de l'ancienne voie romaine de Rochefort.



1180: plusieurs abbayes, dont celle de Blanche-Couronne, contribuent à l'achèvement de l'église de la Grainetière. Certains auteurs pensent que l'abbaye aurait été fondée pour seize religieux (venus, semble-t-il, de l'abbaye de la Grainetière, près des Herbiers, au diocèse de Luçon en Vendée) en 1160.

1188: Guérin Seigneur de Saint-Étienne-de-Montluc donne les dîmes de la paroisse de la chapelle Launay au chapelain de l'abbaye. À cette occasion, le prieur de Pontchâteau, Hugon qui devait recevoir ce subside émet une protestation mais la justice donne raison au Seigneur et dîmes restèrent aux mains du chapelain.

1234: elle est honorée d'une bulle de Léon IX lui conférant de grands privilèges.

1410: la bulle du pape Jean XXIII prononce formellement que l'abbaye est de l'Ordre de Saint Benoît.

1463: un aveu rend hommage au duc de Coislin pour une étendue de 200 journaux et la maison abbatiale, son église et le cloître abritent alors 16 religieux.

1638: L'abbaye Blanche-Couronne, qui a compté, parmi ses abbés, des cardinaux de Mâcon et de Lorraine, a été réformée par Claude Cornulier, de 1638 à 1681.

1652: adhésion de la congrégation des Bénédictins de Saint-Maur, qui reprennent l'abbaye en 1719, réparent la chapelle, ainsi qu'une partie des bâtiments en 1743.

1765: elle est rattachée à celle de Saint-Jacques de Pirmil.

1774: liies moinequittent l'abbaye pour se retirer à Pirmil.

1790: devient un bien national. Revendue en 1791 pour 120.000 francs à René Vigneron de la Jousselandière, homme de loi administrateur de la Vendée, qui vient y habiter à partir de 1794. 

1841: devient propriété de la famille Lecadre, négociant français, propriétaire de plusieurs habitations aux Antilles.

1922: le département devient propriétaire pour en faire un hospice d'aliénés. Cela durera 7 ans. 

1940: occupation allemande.

1975: deux associations se créent pour sauvegarder le bâtiment.

1993: devient propriété de la commune de La Chapelle-Launay, pour les deux tiers. L'autre tiers appartient à l'association "les compagnons de Blance-Couronne" qui se charge de l'animation du lieu et des travaux de sauvegarde.

1994: bâiment classé en totalité MH.

 

Abbaye de Blanche-Couronne - La Chapele-Launay.jpg


L'église de l'abbaye détenait autrefois les tombes suivantes:

zc.jpg


Bonabry de Rochefort,

Etiennette, épouse de Josselin de la Roche-Bernard,

Hervé de Blain,

Eon de Rochefort, vicomte de Donges, 

Gillette de Rochefort, dame de Rohan,

Claude Cornulier, évêque,

Pierre Cornulier, conseiller au Parlement, évêque de Rennes, décédé en 1639.

Maire d'Ancenis







 

z le cloitre.jpg






08/05/2012

Allée Couverte de Coët-Correc (Caurel, 22)

38114119.jpg


Non loin de Mûr-de-Bretagne, au nord-ouest de Caurel sur les hauteurs de la Lande Blanche, se trouve la magnifique allée couverte de Coët-Correc.

Alignements, Coët-Correc, Mégalithe, Caurel, 55, Côtes d'Armor, Bretagne


Le monument a été recouvert au XIX ème siècle par un double escalier support d'un calvaire, bâtis par un paysan désireux de christianiser ce monument païen. Un de plus.



Cette allée couverte dont les dalles sont en schiste ardoisier possède une entrée latérale.

 

 

 

 Alignements, Coët-Correc, Mégalithe, Caurel, 55, Côtes d'Armor, Bretagne




Le raccord entre ce vestibule latéral et l'allée couverte est formé de deux dalles munies d'une ouverture ciculaire.

 

 




 

Alignements, Coët-Correc, Mégalithe, Caurel, 55, Côtes d'Armor, Bretagne


 

Château de Keriolet (XVè s.) Concarneau, 29

Châteaux, Concarneau, Keriolet, 29, Bretagne


Le manoir de Keriolet date du XVème siècle. Il fut remanié par la princesse Zénaïde pour son jeune époux le Comte de Chauveau.

châteaux,concarneau,keriolet,29,bretagneÀ la fin des années 1850, sous le Second Empire, Charles Chauveau rencontre la princesse russe Zénaïde Youssoupoff. Elle s'éprend de lui, lui achète deux titres nobiliaires (comte de Chauveau et marquis de Serres), l'épouse le 3 septembre 1860. La nouvelle position sociale du comte lui permet alors d'ambitionner une carrière politique. châteaux,concarneau,keriolet,29,bretagneUn siège de conseiller général se libère à Concarneau, dans le Sud-Finistère. Afin de pouvoir se présenter aux élections, le jeune candidat doit acquérir une résidence dans la circonscription qu'il convoite. Il recherche donc une propriété, est élu en 1860 et achète personnellement, en 1862, le domaine de Kériolet, en Beuzec-Conq (la commune ne sera rattachée à Concarneau qu'en 1945).

Je vous invite à découvrir le site d'une des descendante de la princesse, son arrière petite-fille, la plus à même de retracer l'histoire de sa famille, celle du château:

4084444,La-princesse-NARISCHKINE.html

4084490,Le-Comte-de-CHAUVEAU.html

Remontant au xve siècle, le manoir, bâtisse relativement modeste, est une ancienne propriété des Kéryollet, des Trédern, des Kersalaun. Le manoir du Moros, domaine voisin et ancienne propriété d'Abraham Duquesne, est également acheté par le couple et remanié, dans des proportions bien plus modestes que Kériolet.

châteaux,concarneau,keriolet,29,bretagneLe « nouveau » château de Kériolet se réfère au château de Blois (statue équestre en bas-relief de Louis XII sur la façade), au château de Rustéphan (tourelle-escalier), au prieuré de Locamand (portail d'entrée). Sur l'aile sud, on peut voir, sculptées, les couronnes de comte et de marquis, des fleurs de lys, des hermines de Bretagne, des étoiles d'inspiration russe, des coquilles Saint-Jacques, les lettres A (pour Anne de Bretagne) et L (pour Louis XII) accolées. Les lucarnes à pignon, la balustrade du corps de logis, rappellent celles du château de Josselin, chef-d'œuvre du gothique flamboyant.






Portail d'entrée de la Cour d'honneur



Le parc est agrémenté de statues : une Velléda, copie de celle d'Hippolyte Maindron exposée au musée du Louvre; un Vercingétorix, un Charles VIII, et une Anne de Bretagne, la bonne duchesse si chère au cœur de la princesse, une Jeanne d'Arc, un Bertrand Du Guesclin. Le parc comprend également, à proximité immédiate du château, la Tour de garde, et la Tour Marie-Jeanne (du nom de la cuisinière du comte).châteaux,concarneau,keriolet,29,bretagne
Face à l'entrée de la chapelle se trouve un Christ sur la croix et, penché vers lui, un ange recueille le sang qui coule d'une de ses mains et de ses flancs, dans deux calices (xvie siècle). La toiture de la chapelle est elle-même ornée, à l'extérieur, d'anges aux trompettes, et porte à son sommet, un archange Saint-Michel terrassant le dragon. La première pierre de la chapelle a été posée le 19 mars 1881 et l'édifice a été consacré au début de l'été 18824. Un autel avec retable est démonté en 1900 de l'église de Névez, puis remonté dans la chapelle du château de Kériolet. Il est à nouveau déplacé en 1956 pour revenir dans l'église de Névez.
 
chien canem

Le comte de Chauveau, âgé de 60 ans, décède en octobre 1889 à Kériolet. Son caveau se trouve dans le cimetière tout proche de Beuzec-Conq. Charles de Chauveau avait légué le domaine à sa sœur, Madame Prieur. Sa veuve racheta Kériolet et décida alors d'en faire don, avec ses terres et ses collections, au département du Finistère, à condition de tout laisser en l'état. Elle passa encore quelques étés dans sa résidence concarnoise, avant de s'éteindre à son tour, le 26 février 1893, dans son hôtel particulier du Parc des Princes de Boulogne-Billancourt, à l'âge de 90 ans. Sa dépouille est rapatriée en Russie. Peu après, Kériolet est ouvert au public. Les collections du comte et de la comtesse de Chauveau sont complétées par un ensemble d'œuvres du peintre Camille Bernier (1823-1902), qui vécut au manoir de Kerlagadic à Bannalec, et par de nombreux costumes bretons. Le peintre concarnois Théophile Deyrolle (1844-1923) participera à la mise en valeur du nouveau musée, en tant que premier conservateur nommé. C'est ainsi que Kériolet deviendra un lieu de promenade et de visite très prisé.
 
châteaux,concarneau,keriolet,29,bretagne


Tour de Garde


















Dans la deuxième moitié des années 1910, en Russie, le tsar Nicolas II est confronté à une grave crise politique. Le prince Félix et son épouse, la princesse Irina quittent définitivement la Russie en avril 1919. Ils s’installent en France, achètent une maison à Boulogne-Billancourt, une dépendance de l’ancien hôtel particulier de la comtesse de Chauveau. Avec son épouse, il crée la maison de couture Irfé (Ir pour Irina, fé pour Félix). Le couple aide de nombreux réfugiés russes et ses moyens financiers déclinent rapidement. Le prince visite Kériolet une première fois, dans les années 1920, alors que sa mère a déjà tenté en vain de récupérer le domaine (les clauses du legs n’auraient pas été respectées par le département du Finistère, des objets et une parcelle de terre ayant été vendus).
Bien plus tard, dans les années 1950, il essaiera à son tour d’obtenir la restitution du château à sa famille. Après des années de procédure, il gagne son procès, en 1956. La préfecture de Quimper récupère alors un portail du parc, aujourd’hui ornement du jardin du préfet, le département retire ses rajouts aux collections primitives. Le prince entre en possession de Kériolet, mais la demeure ne lui plaît pas, et très vite les collections sont dispersées, le domaine morcelé. Félix Youssoupoff propose à la ville de Concarneau d’acquérir son château, les pourparlers s’éternisent.
châteaux,concarneau,keriolet,29,bretagne

Il offre le puits des cuisines de Kériolet, puits aujourd’hui remonté dans la Ville-Close de Concarneau.


Cuisine de la salle des gardes


Le domaine se réduit en peau de chagrin, il est finalement vendu, revendu. En 1971, la chapelle est détruite, ses pierres sont récupérées pour la construction d’une maison. Le château se dégrade inexorablement, certains éléments de décoration intérieure et du parc disparaissent lors de vols. La tempête de 1987 emporte la toiture.

Christophe Lévèque, rachète alors le château, le restaure (restauration toujours en cours en 2011, une partie du second étage étant achevée) et l’ouvre à nouveau au public. De 1997 à 2001, le château sert de résidence au festival de musique électronique Astropolis.
 

Dolmen de Guiliguy (Ploudalmezeau, 29)

Sur un promontoire, face au petit port de Portsall.....

Dolmen de Guiliguy, Ploudalmezeau, 29, Bretagne, finistère, Mégalithes


Dolmen de Guiliguy, Ploudalmezeau, 29, Bretagne, finistère, Mégalithes




Ce dolmen est très particulier pour la Bretagne car il est l'un des rares à disposer d'une entrée latérale.







Dolmen de Guiliguy, Ploudalmezeau, 29, Bretagne, finistère, MégalithesDatation: Néolithique. Les fouilles ont révélé l'occupation de plusieurs civilisations. Au Mésolithique (présence d'un atelier de taille de pierre, pointes de flèches...), au Néolithique, l'âge de Bronze (l'allée couverte que devait être ce site lors de sa construction s'est transformé en tombe).



Dolmen de Guiliguy, Ploudalmezeau, 29, Bretagne, finistère, Mégalithes



Fut découverte une chatière, endroit par lequel on faisait passer les défunts, ainsi que la chance d'avoir récupérer enfouie, la pierre ovale qui la fermait. 




La croix monolithique qui surplombe le dolmen est un témoignage de la christianisation de la Bretagne, tout était fait pour démystifier les sites où les croyances paiënnes bien ancrées représentaient un ennemi à abattre.

Château de Kerouzéré (Sibiril, 29)

Châteaux, Kerouzéré, 29, Finistère, Sibril, Bretagne, Sibiril


Châteaux, Kerouzéré, 29, Finistère, Sibril, Bretagne, SibirilÀ l'origine, le château se compose d'une série de bâtiments formant une courtine, flanqués de tours et d'un chemin de ronde crénelé pourvu de mâchicoulis. Le château de Kérouzéré perd sa tour sud-ouest et sa courtine sud lors du second siège soutenu contre la Ligue, en 1590.



En Bretagne, seuls les châteaux de Brest et de Kérouzéré sont acquis à la cause du roi Henri IV.

Châteaux, Kerouzéré, 29, Finistère, Sibril, Bretagne, Sibiril

La famille de Boiséon possède le château jusqu'en 1682. L'un de ses membres, Pierre, est capitaine général de la milice des gardes-côtes pour la capitainerie de Saint-Pol. La marquise de Piré y demeure pendant la Révolution sans être inquiétée. Son fils, le général de Piré, vend le château en 1821 à Jean-Baptiste Du Beaudiez.

 

  Châteaux, Kerouzéré, 29, Finistère, Sibril, Bretagne, SibirilLe château de Kerouzere constitue un parfait exemple de ce que le terme château fort décrit : puissance et austérité. Pillé par les paysans, il sera restauré dans un style moins médiéval notamment dans sa partie sud, la façade nord conservant son style d'origine.

Visites commentées en saison, de mai à fin juin et du 15/09 au 31/10.

  Châteaux, Kerouzéré, 29, Finistère, Sibril, Bretagne, Sibiril



Le Parc boisé est ouvert gratuitement toute l'année.

Château de Keraval (XVI-XVIIè s.) Plomelon, 29

dsc27010.jpg


Le château de Keraval fut édifié  au XVIème siècle par Guillaume Moreau, un parent du chanoine Moreau, l'auteur de l'Histoi des guerres de la Ligue en Bretagne.

chateau-plomelin.jpgEn 1636, l'un des propriétaires, Sébastien Le Gubaër, y fit quelques ajouts, notamment des lucarnes de style Louis XIII;

Le général Cambronne (1770-1842) y loge sa fille adoptive Sophie Adamson, laquelle épouse un peintre Victor Roussin, lequel hérite du domaine.

Cromlec'h de Crucuno (Plouharnel, 56)

Cromlec'h, Crucuno, Plouharnel, 56, Mégalithes, Bretagne, Morbihan


Cromlec'h, Crucuno, Plouharnel, 56, Mégalithes, Bretagne, MorbihanVous le rencontrerez à l'est du village de Crucuno, à quelques km au nord-ouest de la commune de Plouharnel. Les panneaux du village indiquent "cromlec'h", terme que l'on utilise normalement pour des enceintes circulaires, ce qui n'est pourtant pas le cas ici.


Cromlec'h, Crucuno, Plouharnel, 56, Mégalithes, Bretagne, MorbihanEn effet, le cromlec'h de Crucuno est aussi appelé "quadrilatère de Crucuno". Cet ensemble mégalithique est classé MH depuis 1889.

Ce quadrilatère consiste en un ensemble rectangulaire composé d'une vingtaine de pierres, formant un rectangle de 35m de long sur 25m de large environ.

Datation: 4.000 ans av. J-C.

Restauré en 1882, beaucoup de pierres étaient jusqu'alors à terre. Vous remarquerez qu'il est parfaitement aligné sur les points cardinaux, mais il est probable que cette disposition ait été particulièrement améliorée lors de sa restauration.


Château de Kergroades (XVIIè s.) Brélès, 29

Château de Kergroade, Brélès, 29, Finistère, Bretagne, Châteaux


En 1598, le Marquis de Kergroadez souhaitait bâtir une belle demeure sur ses terres du Bas Léon. C'est ainsi que naquit le château de Kergroadès, qui fut bâti entre 1602 et 1613, selon un plan inspiré de celui du château de Kerjean, construit quelques quarante ans plus tôt:

Château de Kergroade, Brélès, 29, Finistère, Bretagne, Châteaux


il est constitué par trois ailes disposées en U autour d'une cour fermée par une galerie, avec quatre pavillons d'angle. Si la distribution interne s'inspire de celle de Kerjean, l'architecture s'en distingue  par sa sévérité.


Château de Kergroade, Brélès, 29, Finistère, Bretagne, ChâteauxResté dans  la famille de Kergroadès  jusqu'en 1732, il n'a subi aucune modification sous l'Ancien Régime, la propriété a été mise sous séquestre à la fin du XVIIIe siècle ce qui a provoqué la liquidation des portes, des fenêtres et de la charpente en 1807.

Racheté par la famille Chevillotte à l'état de ruine, il a été restauré en 1913-1914. La charpente,  la toiture, les menuiseries et les aménagements intérieurs ont été entièrement refaits ab-nihilo. Les maçonneries semblent cependant n'avoir subi aucune modification.


Château de Kergroade, Brélès, 29, Finistère, Bretagne, Châteaux


Eléments protégés MH : château, ancienne ferme, jardins en terrasse avec la fontaine lavoir, anciens jardins derrière


Il a été malmené par les siècles, mais est peu à peu restauré et réaménagé. Il est visitabe d'avril à  août.


 

Château de Kergroade, Brélès, 29, Finistère, Bretagne, Châteaux


   

Menhir de La Morandais (Besné, 44)

Menhir, La Morandais, Besné, 44, Loire-Atlantique, Bretagne, Mégalithe


Menhir, La Morandais, Besné, 44, Loire-Atlantique, Bretagne, Mégalithe


Ce menhir est situé à 2 km au sud de Besné, et à 300 m au sud du village de la Morandais. Dans une zone humide sur les bords du canal de la Taillée.



Il fait une hauteur de 1,50 m pour une largeur à la base de1,00 m et une épaisseur de 0,40 m

 

Menhir, La Morandais, Besné, 44, Loire-Atlantique, Bretagne, Mégalithe