07/05/2012

Pierre de La Chopinière (Soudan, 44)

La Chopinière, Soudan, Mégalithe, 44, Loire-Atlantique, Bretagne


La Chopinière, Soudan, Mégalithe, 44, Loire-Atlantique, Bretagne


Ce mégalithe dénommé ainsi est classé ou incrit aux MH depuis 1992 date du Néolithique.



Il se trouve au lieux-dit le Bois de la Champais, lequel est une propriété privée.

Château de La Vrillière (XVIIè s.) La Chapelle-Basse-Mer, 44

Château_de_la_Vrillère.jpg


Château reconstruit au début du XVIIe siècle à partir d'un logis de la fin du XVe siècle. L'ensemble  s'articule autour d'une cour rectangulaire à laquelle on accède par un portail de style classique.

Au sud-est du jardin se trouve une fuye circulaire qui a perdu sa coupole en pierre de taille mais qui conserve ses boulins en pillettes de terre cuite.

Iscrit au MH en 2001

Le château est une propriété privé, il ne se visite pas. 

 

    

Dolmen de La Briordais (St-Brévin-les-Pins, 44)

Dolmen de La Briordais, St-Brévin-les-Pins, Bretagne, Loire-Atlantique, Mégatlithes


Le dolmen de la Briordais est aussi appelé dolmen de Moulin Chevalier, ou encore dolmen du Quarteron des Chevallais.

Dolmen de La Briordais, St-Brévin-les-Pins, Bretagne, Loire-Atlantique, Mégatlithes


Malheureusement, il est un site mégalithique ruiné.


Il forme un petit tertre d'environ 10 m de long sur 5 m de large, au sommet duquel reposent plusieurs pierres en deux endroits distincts. La partie est pourrait comporter une table de couverture.


Situation: dans le nord-est de la commune, près des lieux-dits de La Briordais et du Moulin Chevalier, au milieu des champs.

06/05/2012

Menhir de Pierre Longue (Batz-sur-Mer)

batz1 (1).jpg


batz2.jpg


Il est situé à 500 m au sud du centre de Batz et à mi-hauteur d’un promontoire rocheux dans la partie sud de la plage St Michel dans le prolongement de la digue.

Il est érigé sur un socle de roche. Est ce une curiosité naturelle ou construction humaine ? menhir ou amer ?

 


batz3.jpg


La partie supérieure de la pierre est traversée de part en part d'une broche de fer consolidation survenue lors du relevage du menhir en 1899, après qu'une tempête l'ait renversé et brisé en 1895.

 

La partie supérieure à été réparée (scellée à l’aide d’un ciment). 


 

batz1.jpg


Sur la carte postale ancienne, "Vue du bourg de Batz vers 1840-Le Menhir" on s’aperçoit qu’à cette époque ce monolithe était plus élevé.

Hauteur max: 2,40 m,

Largeur à la base : 1,10 m,

Epaisseur à la base: 0,50 m

Château de Conquereuil (44)

23713899.jpg


Classé MH depuis 1954.

05/05/2012

Les Fions (Bretagne)

Les Fions, Bretagne, Fées des Houles, goules

 

Les Fions, Bretagne, Fées des Houles, goulesCes personnages vivaient avec les fées des Houles (ou des goules).

Ils étaient de si petites tailles que leurs épées n'étaient guère plus longues que els épingles à piécettes.

Ils remplissaient les fonctions de page sou même de domestiques.

Les Fions femelles n'existent pas, pas chez les fées des Houles en tout cas.

112 - LE TOMBEAU D'ALMANZOR (Piriac-sur-Mer, 44)

z - la legende d'Almanzor.jpg


hermines début de texte.gifSitué sur la côte au lieu dit « la mine », peu avant la Pointe du Castelli, un rocher bien particulier se distingue des autres. En effet, même à marée haute, ce bloc granitique émerge de l’eau. A marée basse, vous pouvez y accéder pour l’observer de plus près et pour y découvrir peut-être tous les secrets qu’il renferme 

hermines début de texte.gif

La légende raconte qu’Almanzor, Seigneur de Lauvergnac, partit avec Saint Louis en Orient pour la 8ème croisade.

En attendant le retour du chevalier, Dame Yseult, son épouse, venait chaque jour sur la côte, s’abritant parfois dans sa grotte, « la grotte à Madame ». Après une longue absence, Almanzor revint de la croisade, mais une violente tempête fit sombrer son vaisseau et les vagues rejetèrent le corps laminé du valeureux guerrier au pied du rocher qui devint dès lors, son tombeau pour toujours…

110 - LA FEE EXORCISEE (Saint-Suliac, 35)

 

z.jpg


Saint-Suliac, 35, Ile-et-Vilaine, Bretagne, Fée, Fée exorciséeA l'extrémité de la commune de Saint-Suliac, est une grotte appelée l'antre de la Fée du Bec du Puy.

A sa voix jadis, les vents soufflaient moins fort, les flots se calmaient, et la mer devenait tranquille et transparente, comme un lac de cristal. Aussi voyait-on chaque marin, en partant pour la pêche, venir sur la grève sacrée, offrir ses hommages à la belle déesse, qui lui rendait le vent favorable et la pêche abondante.

Les femmes, les soeurs, les filles, les amantes des absents, venaient déposer de nombreuses guirlandes de fleurs sauvages, à l'entrée de son impénétrable grotte, gardée par une meute de chiens invisibles, toujours aboyants et preêts à dévorer l'imprudent qui se hasardait à en forcer l'entrée.

Saint-Suliac, 35, Ile-et-Vilaine, Bretagne, Fée, Fée exorcisée

On dit qu'un jour, des bergers revenant de pâturages, trouvèrent à la tombée du jour, à l'entrée de la grotte, une jeune fille expirante: son fiancé n'avait encore jamais manqué au rendez-vous, quand, trois jours auparavant, elle avait vu la fée. 

" Depuis, confia t-elle, je l'attends vainement: le vent et la mer ont été contre nous, et cependant, je conserverais l'espoir, si la Fée ne m'était de nouveua apparue".

La veille au soir, elle se trouva face à la Dame du Puy; voulant fuir, les forces lui manquèrent, et elle tomba anéantie à la place où l'on venait de la trouver.

" Mes jours sont comptés, dit-elle; allez me chercher un prêtre: la fée m'a dit des choses qui me laissent aucun doute sur ma fin prochaine. Mon fiancé n'est plus ! Que ferai-je ici-bas ? Allez mes amis, hâtez-vous, le temps presse, et mes forces m'abandonnent."

Saint-Suliac, 35, Ile-et-Vilaine, Bretagne, Fée, Fée exorcisée

Les bergers, ne doutant plus de la fatale rencontre, la portèrent sur leurs épaules jusqu'au bourg, où elle expira. Le curé de Saint-Suliac, suivi d'un nombreux cortège, croix et bannière en t^te, se rendit à la grotte, où il somma la fée de comparaître, répétant trois fois la sommation, sans résultat.

Alors, il l'exorcisa et lui ordonna de la part de Dieu de ne plus apparaître en ces lieux. On ne vit rien, mais on entendit un cri de douleur sortir de la montagne, et des imprécations qui glacèrent tous les coeurs furent répétées par les échos des vallons de la Rance.

Depuis ce jour, on la voit bien quelquefois se promener au clair de lune, mais elle s'enfuit, dès que l'homme approche l'endroit où elle se trouve.

Saint-Suliac, 35, Ile-et-Vilaine, Bretagne, Fée, Fée exorcisée

En revenant sur les galets de la grève, le cortège trouva un corps inanimé que les flots y avaient déposé depuis son passage. C'était le jeune marin disparu, le fiancé de la jeune fille qui, faisant chaque jour la traversée de la Rance à la nage, avait péri dans le trajet, et que la fée en fuyant, avait jeté comme une dernière vengeance sur les pas du clergé qui le fit enlever et transporter en terre bénite.


Légendes locales de la Haute-Bretagne, 1899


 

Menhir de Boutinardière (La Bernerie-en-Retz, 44)

z.jpg

04/05/2012

Le Bisclaveret (Bretagne)

52562083_p.jpg

Le bisclaveret est l'équivalent breton du loup-garou.

 

Je suis à la pêche aux légendes où interviendrait un Bisclaveret.....

yx4q8kfk.jpg

03/05/2012

Château du Goust (Malville, 44)

 

Goust_2_.jpg


hermines début de texte.gifLe château du Goust est situé à l'extrêmité sud de la commune de Malville, dans les marais, entre la Loire et le sillon de Bretagne. Pour accéder au site, il faut se rendre au village du Merlet, puis, à pied suivre le chemin balisé "Ruines". 

entree_logis.jpg

Le château du Goust date des XIVeme-XVIeme siècles. Laissé à l'abandon depuis le XVIIème siècle, le château s'est fortement dégradé. Pourtant il possède des éléments architecturaux militaires et civils dignes d'intérêt
 


Le site, bien qu'appartenant à la commune, n'est pas visitable. Pour cela, rapprochez-vous auprès de l'association.




Goust.jpg

Historique
 
hermines début de texte.gif
1370 env.: Trois grandes familles ont habité le château du Goust : d'après un acte de vente datant des années 1370, le premier propriétaire connu de la seigneurie du Goust est Jeanne d'Ussé, dame de MONTJEAN.
 
Le château est ensuite propriété des MONTFORT jusqu'au XVème siècle.
 
hermines début de texte.gif
1418: Il appartient à la famille des MONTAUBAN.
 
C'est surtout Jean VI de Montauban, dernier de la famille à occuper le château, qui a laissé son nom dans l'histoire en prenant une part active aux guerres de religion. A cette époque, une lutte sans merci oppose le chevalier du Goust au duc de Mercoeur, gouverneur de Bretagne, ce dernier désirant affirmer sa position en Bretagne. Apprenant que Jean de Montauban fortifie son château, Mercoeur décide de l'attaquer. Il est devancé par Montauban qui s'empare du château de Blain. Cette prise de Blain est symbolique dans la mesure où le duc de Mercoeur s'en était emparé sans combat en 1585, au dépend des Rohan.
Le seigneur du Goust est alors assiègé sans succès. Les royalistes fidèles abandonnent le parti du duc de Mercoeur alors que circulent des lettres patentes d'Henri III dénonçant les exactions du Duc. Jean de Montauban est alors fait capitaine et gouverneur de Blain. Alors que Jean de Montauban se bat à Blain.
 
hermines début de texte.gif
1589: le château du Goust est pris par les hommes de Mercoeur avec le concours des habitants de Cordemais et de Malville. C'est le début de sa ruine. A la demande du sénéchal de Rennes, deux personnes proches de Jean de Montauban, témoignent sur les événements survenus au château du Goust. L'un, cuisinier, dit que le lendemain de la prise de Blain par Jean VI, le 25 mai 1589, le château du Goust défendu par quelques soldats et le seigneur Latimon, écuyer, capitula à la vue de deux canons envoyés par les ligueurs. Dans les clauses de rédition, il fut permis au seigneurs Latimon et à la petite garnison de sortir avec armes et bagages. Les seigneurs de Sévigné et de Kernezy accompagnés de trois autres seigneurs prirent, volèrent l'importante vaisselle d'argent, les tapisseries, le linge, les lettres et titres de la maison du Goust. Les meubles y compris ceux de la mère du seigneurs du Goust furent ou brisés pour se chauffer ou emportés. Le seigneur de Sévigné mit tout à sac. L'autre, marchand, déclara qu'il avait été chargé par le seigneur du Goust pour avoir des armes, qu'il fut arrêté et emprisonné au château de Nantes où il resta neuf journées. Sous la conduite du capitaine Cornet de Jean de Mesmager vicaire de Cordemais et du Sieur de Kernezy il vit partir une couleuvrine pour être amenée à la maison du Goust. Muni des pleins pouvoirs pour effectuer des levées d'impôts dans la région blinoise, Jean de Montauban outrepasse ses fonctions et dévaste le pays jusqu'aux portes de Nantes. Blain devient un repaire de brigands et l'entrepôt des pillages. Les Nantais excèdés appellent le Duc de Mercoeur. Jean de Montauban et ses hommes de mains sont fait prisonniers après plusieurs jours de combat. Il ne sera libéré qu'en 1598 après avoir versé une rançon.
 
hermines début de texte.gif
1599:  il obtient du roi Henri IV des lettres d'absolution pour ses faits de guerre. Cependant, dépourvu de sa puissance, il ne pourra pas reconstruire le château. 
 
hermines début de texte.gif
1601: le château reçoit une garnison royale.
 
hermines début de texte.gif
1623: un curateur des enfants mineurs de Jean-de-Montauban vivant chevalier de l'ordre du Roi, seigneur du Goust, loue les terres et dépendances du Goust.
 
hermines début de texte.gif
1627-1628: le château est démantelé comme le furent ceux du Comté nantais, sur l'ordre de Richelieu. 
 
 

hermines début de texte.gif

1997: le château devient propriété de la commune, et remis à une association désireuse de sauvegarder les ruines de cette ancienne place forte.

mur de refend.gif

 mur de refend






                                               pilier

pilier.jpg

 

   latrines.gif 
 
 
 
 Laterines
 
 
 
 
 
 
 
                                             Tour nord-est

tour_nord_est.jpg

 

pile_pont-levis.jpg

 

Pile du Pont-levis

 

 

                                 Tour du corps de Garde

 

 

 

Si vous êtes intéressé: contacter l'association:

 "la sauvegarde des ruines du château du Goust"

 Espace  Thalweg - 8 place de l'Eglise - F-44 260 Malville

email: le.Goust@wanadoo.fr

Président :tour du corps de garde.gif



Le Couvent des Cordeliers (Savenay, 44)

 

3.jpg


1419: Jean V, duc de Bretagne, fonde le couvent des Cordeliers de Savenay, ce "collège des frères mineurs", prêcheurs, va jouer un rôle prépondérant dans la cité.

En fait, actuellement ce couvent est une longue bâtisse décrépite, située sur un axe est/ouest, sur le rebord du Sillon de Bretagne, en plein centre ville, derrière La Poste. Le point de vue y est très beau sur l'Estuaire.

Ce bâtiment est l'aile sud de l'ancien couvent, lequel s'organisait autour d'une tour carrée, où se trouvait une chapelle, mais qui a été grandement amputé au XXème siècle avec l'installation de La Poste, puis avec la construction d'une nouvelle Poste sur une partie de l'emprise du couvent.

A la même époque, dans les années 1970, bien d'autres sites étaient détruits en France, notamment dans le département, où fut détruits le Prieuré roman de Béré, l'ancien couvent de la Visitation devenu un garage...

2.jpg


Le couvent des Cordeliers était composé de 4 ailes disposées autour d'une cour, d'une chapelle conventuelle, d'un ckoître, de dépendances et de jardins. 

Devant l'actuel bâtiment, s'ouvre une "terrasse au midy" que décrivent les Cordeliers dans cet écrit du 27 février 1790:

" Au devant la face du dortoir situé au midv est une terrasse d'environ 12 pieds, potagés en 14 carrés sans compter les plats de bandes en haut de la même terrasse." (Cette terrasse avait une longueur de 43 mètres).

 A la Révolution, le couvent des Cordeliers devient bien national: il servira de siège du district en 1790, de tribunal, de gendarmerie et de prison.

1793: les locaux sont dévastés lors de l'insurrection anti-républicaine et de la bataille du 23 décembre, qui voit le massacre des Vendéens dans et autour de Savenay.

1800: installation de la Sous-Préfecture dans le couvent.

1868:départ de la Sous-Préfecture pour Saint-Nazaire.

1872: l'école Normale d'instituteur s'y installe, elle occupera les locaux jusqu'en 1912, partant s'insaller dans des locaux neufs construits entre 1908 et 1912, à l'entrée de la ville (aujourd'hui établissement lycée public). 

1912: le couvent devient propriété de la commune. S'y installent, la Bibliothèque municipale, la Caisse d'Epargne, la Justice de Paix et la Perception. Puis il devient en:

1914: hôpital filial français

1918: hôpital américain de la Red Cross

1921 à 1979: la Poste. Bureaux remaniés en 1930, puis à l'après-guerre. Des bâtiments neufs seront construits devant le couvent dans les années 1970.

8.jpg1980: depuis, c'est le total abandon. Son état est lamentable, étonnant d'ailleurs de voir un tel bâtiment se délabrer en plein centre ville ! Toutes les vitres sont cassées ou murées, les cheminées extérieures méconnaissables, le crépi n'en parlons pas, le plancher du 1er étage est impraticable.... 9.jpg

Une association s'est constituée pour lui redonner de la splendeur. Puisque nous sommes en Bretagne, quoiqu'en disent certains pour justifier leurs investissements ou leur implication politique dans la région factice des Pays-de-Loire, ce lieu historique a son importance, de par sa fondation au XVème siècle par un duc de Bretagne, par son rôle dans la Révolution française... 

1.jpg


Le couvent sera restauré à compter de la fin de l'année 2012, et transformé en résidence de jeunes artistes et artisans. Un lien évident existe entre Savenay et la Bretagne, aussi l'association se rapprochera des écoles d'art de Rennes et de musiciens bretons, afin que le couvent des Cordeliers devienne un lieu vivant pour l'art breton.


 

 

couvent des cordeliers,savenay,44,bretagne,restauration,patrimoine


D'ores et déjà, il n'est pas prévu de classer le bâtiment afin d'éviter des coûts d'entretien élevés.

Si vous êtes intéressés par la conservation de notre patrimoine, je vous invite à découvrir les articles suivants, concernant des monuments de plus grande importance, certains étant classés:

- l'Abbaye de Blanche Couronne,

- le château du Goust (Malville), remonté pierre par pierre par une association,

- le château d'Escuray (Prinqiau),

- le château de Bouée,

- les 19 manoirs de Bouée (La Bouquinais, La Rostonnerie, La Violière etc.), tous du XVIème siècles.

- les chapelles, les églises, les calvaires, mais aussi les petits ports ainsi que les villages du lit de la Loire comme du Sillon de Bretagne, constituent un patrimoine à conserver.



 


02/05/2012

Dolmen de Mane Rethual (Locmariaquer, 56)

Dolmen de Mane Rethual

 

 Ce dolmen est un dolmen à log couloir et double chambre 

dolmen de mane rethual, Locmariaquer, 56, Morbihan, Bretagne



Sa table de recouvrement est remarquable.





Datation: 3900 à 3500 ans av. J-C.dolmen de mane rethual, Locmariaquer, 56, Morbihan, Bretagne

 

Dolmen de Mane Rethual

 

 

 

Dolmen de Mane Rethual

dolmen de mane rethual, Locmariaquer, 56, Morbihan, Bretagne

 

dolmen de mane rethual, Locmariaquer, 56, Morbihan, Bretagne

Temple de Lanleff (Locmariaquer, 56)

Temple, Lanleff, Locmariaquer, Morbihan, 56, Bretagne


Avec sa construction en rotonde, le temple de Lanleff intrigue depuis des siècles. Pas étonnant dès lors que s'y attache le légendaire.

 

Temple, Lanleff, Locmariaquer, Morbihan, 56, Bretagne



Certains voyaient à Lanleff un temple gallo-romain, d'autres un baptistère mérovingien. Quant aux romantiques, ils n'ont pas hésité à qualifier le bâtiment de sanctuaire d'origine celtique : les Celtes ont toujours affiché un profond respect pour le symbolisme du cercle.



Aujourd'hui, tous les chercheurs se rejoignent pour dater la construction de la curieuse église au XIe siècle. L'édifice est de style roman, et son magnifique granit rose lui confère une austérité toute monastique. Quant à son inspiration en cercle, elle serait plus d'origine palestinienne (à l'imitation du Saint-Sépulcre de Jérusalem) que celtique.





Pour découvrir une légende, celle du troc avec le diable:  le-troc-avec-le-diable-locmariaquer-56.html

 
 
Temple, Lanleff, Locmariaquer, Morbihan, 56, Bretagne

Le Temple est un curieux monument en ruines, d’une beauté remarquable, aux formes élégantes, en grès rose, de style roman primitif, construit, pense-t-on au xie siècle. C'est en fait une ancienne église bâtie sur un plan circulaire, comme l'église abbatiale Sainte Croix-de-Quimperlé. Sa forme serait inspirée de celle du Saint Sépulcre de Jérusalem.


L'édifice se présente à l’origine sous la forme de 2 enceintes circulaires concentriques séparées par un déambulatoire.
Temple, Lanleff, Locmariaquer, Morbihan, 56, Bretagne
Aujourd’hui, ne reste qu’une partie de l’enceinte extérieure comportant encore 2 absidioles sur 3 préexistantes. L’enceinte intérieure est constituée de 12 arches soutenues par 12 piliers imposants.
 





Temple, Lanleff, Locmariaquer, Morbihan, 56, Bretagne

Temple, Lanleff, Locmariaquer, Morbihan, 56, Bretagne


Ceux-ci sont ornés, sur leurs chapiteaux et sur leurs bases de sculptures naïves énigmatiques.Temple, Lanleff, Locmariaquer, Morbihan, 56, Bretagne






Le premier document qui y fait référence est une charte de donation datée de 1148, puis il faut attendre le xviiie siècle pour en trouver à nouveau mention chez différents auteurs.


Temple, Lanleff, Locmariaquer, Morbihan, 56, BretagneAprès un voyage d’étude en Bretagne, Prosper Mérimée s’intéresse au Temple et le fait inscrire, selon certains auteurs, à l’inventaire des monuments historiques en 1840. Mais sur le site des Monuments historiques ([1]) est indiqué : classé par liste de 1889. L'édifice est remarquable aussi par les éléments décoratifs qui ornent les chapiteaux et les bases de colonnes. On en a compté plus de 140. L'un des plus visibles est la représentation humaine aux mains de très grands doigts qu'Olivier Pagès a appelé "Adam pudique" (voir photo ci-dessous). Le "Temple" de Lanleff peut être visité librement et gratuitement. Possibilité de visites commentées en s'adressant à la mairie.
 
 

105 - LA LICORNE DE BROCELIANDE

 

x1pAiu4hyfyKFVbZuUPF4m9cP8NdZJvRx9tuaC8RKP0f3rA_KBixrS_lP1XV_5i-hCkD1wiDDWmpQT21x6cnICuNHQ903Lthu.jpg


La licorne est un animal mythique et fabuleux, elle est l'emblème de pureté d'âme et d'amour honnête.

Elle est aussi symbole de puissance, force et beauté. Elle protége les justes, apporte de la chance et réalise les désirs du cœur ... 

licorne006.gifUne légende raconte que désabusée par la cruauté de l' homme, la licorne aurait quitté la planète Terre il y a de cela très longtemps. Elle vit maintenant dans les cieux, au Paradis.

La légende dit qu'elle reste à l'écoute des êtres au cœur pur, et consent parfois à aider certains humains à réaliser leurs vœux. Cependant, elle ne reviendra sur Terre que lorsque la Paix régnera à nouveau sur notre Planète Bleue.


licorne002.gif

Seules les âmes pures pouvaient l'approcher et la toucher. Le seul homme qui aurait pu approcher ce bel animal fut Merlin, qui possédait la sagesse et le pouvoir de parler aux animaux.

 



432002_304370196288538_121133541278872_888843_1370473215_n.jpgDans la forêt de Brocéliande...

Dans la forêt de Brocéliande, au pays des légendes et des fées, allaient en toute liberté, les elfes et les lutins qui bénéficiaient d'un immense privilège en ces temps bien troublés.

Ils étaient invisibles pour les hommes et le Prince des Ténèbres, seuls les enfants et les

gens bien pensants pouvaient les voir gambader, jouer ou se chamailler dans la nuit, car les lutins, gais par natures, ne pensaient qu'à rire, s'amuser et danser.

Le peuple des lutins ayant une âme d'enfant, choisissait toujours pour chef le plus jeune d'entre eux, il devenait : Le Prinde des Lutins.

 

Mais un jour, né d'un éclair venu du ciel, apparut sur terre un étrange animal ressemblant à un cheval, il portait sur le front une magnifique corne, aussi les lutins l'appelèrent : la Licorne.

gif112.gif

 Le Prince des Lutins devint ami avec la Licorne qui, en échange de son amitié, lui permit de monter sur son dos.

leprechaun marchant.gifAinsi, accompagné de son peuple, le Prince des Lutins entreprit un grand voyage avec la Licorne dans le royaume du Prince des Ténèbres...

La nuit était si grande que la Licorne ne trouvait plus son chemin. Apparut alors la Fée Viviane qui d'un seul coup de baguette magique fit jaillir la lumière de la corne de la Licorne, et le jour gagna sur la nuit, au grand émerveillement du peuple des lutins.1201160888.gif



Le Prince des Ténèbres entra alors dans une violente colère et sortit de la nuit pour affronter la Licorne.

Dans ce combat, il réussit à s'emparer de la corne de l'animal qui perdit ainsi immédiatement tous ses pouvoirs surnaturels et redevint un simple cheval...

gif07.gif

druide pointant doigt.gifMerlin décida de faire régner l'Ordre et le Droit, de défendre les pauvres et les opprimés et de secourir le peuple des hommes.

Pour cela, il fit venir à lui la corne que le Prince des Ténèbres avait arraché au front de la Licorne et la transforma en une magnifique épée dotée de pouvoirs surnaturels. Merlin la nomma : Excalibur.

 

Puis il fit venir Arthur, qu'il savait être Chevalier de haute lignée pour lui remettre l'Épée, mais surgit alors de la nuit le Prince des Ténèbres prétendant également à l'Épée.

afficher_image.gif

Merlin décida alors qu'un grand tournoi où le champion deviendrait le propriétaire de l'Épée de Justice...


Medieval-9.gif

Le jour dit, sur le lieu dit, Arthur et son ami Mélian des Lys accompagnés de leurs écuyers portant fièrement bannières et étendards se présentèrent face au Prince des Ténèbres accompagné d'un Chevalier Viking suivis de leurs hommes d'armes puissamment armés pour le Grand Tournoi.

 

duel.gif

Merlin et la Fée Viviane présidèrent la cérémonie afin d'en assurer le bon déroulement suivant le code d'honneur de la Chevalerie.


Medieval-6.gifLe Prince des Ténèbres et son compagnon le Chevalier Viking battus en tournoi par Arthur et son ami Mélian des Lys n'acceptèrent pas leur défaite.

Dans une dernière traîtrise il attaqua Arthur alors que la Fée Viviane venait de lui remettre Excalibur l'Epée magique. Arthur, tout en esquivant l'attaque frappa d'un coup d'Excalibur l'épée du Prince des Ténèbres qui dans un grand éclair se brisa en deux.Medieval-8.gif

 

 

Sous la menace de la Fée Viviane et de Merlin, le Prince des Ténèbre retourna dans la nuit d'où il ne revint jamais. Arthur, champion du tournoi, devint Roi et Chevalier de La Table Ronde.chevaliers de la table ronde.jpg

 

 

 

 

 

 

 

104 - GARGANTUA DETESTE LA RAIE (St-Jacut-de-la-Mer, 22)

Saint-Jacut-de-la-mer, 22, Contes d'Armor, Bretagne, Gargantua, contes, légendes


Gargantua, sentant une odeur de raie à Saint-Jacut-de-la-Mer, est pris de haut-le-coeur et vomit les rochers du Bé, la Pointe de la Garde, le Rocher de Bec Rond (également présenté comme un étron), tandis qu’il laise tomber deux cailloux qui traînaient dans sa poche :

la Petite et la Grande-Feuillâtre. Il vomit encore Canevet et chie la Basse à Chiambrée (qui pourrait aussi être, avec l’île Agot, et les Petit et Grand-Boudineau, des pierres avec lesquelles il cherche à abattre une bernache).

103 - LES PIERRES SONNANTES DE GARGANTUA (Dinan, 22)

Dinan (ph. J P Fleau).jpg(ph: JP Fléau)

 

Gargantua ramenait, après les avoir avalées, des pierres sonnantes provenant d’une carrière à Languédias, qu’il avait demandées aux Dinannais pour aller les faire sonner à Plévenon. Mais, arrivé à Plancoët et marchant dans le lit de l’Arguenon, il croise un bateau transportant de la raie. Pris d’un haut-le-coeur, il vomit d’abord la pierre La Héronnière à l’embouchure, puis les autres à Notre-Dame-du-Guildo

Château de Châteaubriant (XIè s.) 44

Châteaux, Châteaubriant, Loire-Atlantique, Bretagne


Le château de Châteaubriant, construit sur la commune du même nom, est une forteresse médiévale fortement remaniée à la renaissance.

Châteaux, Châteaubriant, Loire-Atlantique, Bretagne


La forteresse faisait partie des Marches de Bretagne avec Vitré, Fougères, Ancenis, Clisson, frontière chargée de défendre la Bretagne face au royaume de France. Il est le pendant breton du château médiéval de Pouancé.


L'ensemble fut ensuite réaménagé par la construction de bâtiments renaissance, avant d'être transformé en cité administrative.



Ce château fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 11 juillet 1921.

 

L'histoire de Châteaubriant commence au début du XIe siècle quand Brient, fils de Dame Innogwen, (envoyé du comte de Rennes) édifia une forteresse sur une motte au bord de la Chère destinée à poursuivre la fortification de la frontière des Marches de Bretagne. Une cité s'est développée autour du château et fut appelée Châteaubriant. Il fonda plus tard le prieuré Saint-Sauveur de Béré, l'Église St Jean de Béré, et le premier château en 1015.Châteaux, Châteaubriant, Loire-Atlantique, Bretagne

Il aurait construit un barrage sur la Chère, permettant d'y prélever un droit de passage.

Les seigneurs de Châteaubriant firent évoluer au XIIIie siècle et au XIVe siècle la motte castrale initiale vers un château fort complet, apte à assurer sa fonction défensive.

Châteaux, Châteaubriant, Loire-Atlantique, Bretagne










À la fin du XVe siècle siècle Françoise de Dinan fait signer par les barons bretons qui s'opposent à François II de Bretagne le traité de Châteaubriant par lequel ils en appellent au roi de France pour régler leurs différends avec le Duc dont l'administration est de plus en plus contestée.

Châteaux, Châteaubriant, Loire-Atlantique, BretagneLors de la Guerre folle, le château est assiégé par Louis II de La Trémoille, qui le met à sac (1488).

Françoise de Dinan, ancienne gouvernante d'Anne de Bretagne obtient de celle-ci des dédommagements permettant la modification du château médiéval, et la construction d'un bâtiment renaissance, le bâtiment de gardes. Elle meurt en 1499 sans avoir vu l'achèvement des travaux (env. 1513) Ce bâtiment était relié au donjon par une galerie aujourd'hui disparue.

C'est Jean de Laval-Châteaubriant qui, devenu gouverneur de bretagne (1531), achèvera la construction d'un second bâtiment renaissance ainsi que d'une galerie, donnant au château son aspect actuel. Mort sans descendance en 1543 il désigne Anne de Montmorency pour héritier. Ce dernier poursuit les travaux et embellit le parc.

Lorsque Henri II de Montmorency fut décapité, la baronnie de Châteaubriant passa à la famille des Bourbon-Condé jusqu'à la Révolution.

 

Châteaux, Châteaubriant, Loire-Atlantique, Bretagne


Les bâtiments sont acquis par le Conseil général de Loire-Atlantique en 1853. Le château deviendra cité administrative, abritant notamment la sous-préfecture, le Trésor public et le Tribunal d'Instance.

Dolmen de La Herviais (Savenay, 44)

PAS D'ERREUR !!! Aucune image !

Le dolmen de La Herviais, sous lequel on trouva des armes, des monnaies, des bijoux, une hache de pierre etc... a été détruit au XIXème siècle pour..... empierrer des chemins !


01/05/2012

Mégalithes du Tossen Keller (Tréguier, 22)

Mégalithes du Tossen Keller, Tréguier, 22, Côtes d'Armor, Bretagne


De forme élliptique ouverte vers l'est, l'ensemble du Tossen Keller comprend 8 blocs en schiste pour les plus petits, en granit pour les plus grands. Certains pèsent de 5 à 6 tonnes.


Découvert à Penvénan, l'ensemble a été reconstitué sur les quais de Tréguier.

Aucune trace de sépulture n'a été trouvée, par contre, deux foyers centraux ainsi que quelques tessons de poteries du néolithique, une hache en dolérite et quelques éclats de grattoirs en silex y ont été découverts.

Le site a connu une occupation humaine pendant l'âge du fer, et une transformation latérale au Moyen-Âge.

Datation: 2000 à 500 ans av J-C.

Dimensions: 38 m de longueur sur 32 m de large

Alignements de Kerbourgnec (Saint-Pierre-Quiberon, 56)

alignements de kerbourgnec,saint-pierre-quiberon,56,morbihan,bretagne


Les alignementrs de Kerbourgnec, également appelé alignements de Saint-Pierre,  est un ensemble mégalithique constitué de:

- un alignement. 

- un Cromlec'h de 27 pierres. alignements de kerbourgnec,saint-pierre-quiberon,56,morbihan,bretagne






Le site est classé MH depuis 1889.

Babouin & Babouine (Trédion, 56)

carte_lanvaux20.jpg

Au lieu dit Lerman, en plein coeur du bois de Lanvaux, deux pierres insolites, ornées chacune d'un visage humain grossièrement sculpté, sucitent la curiosité: sont-ils de vrais menhirs retaillés à l'époque gauloise ?

Ou alors, la proximité de la grande voie romaine Angers-Carhaix tenderait à indiquer qu'il s'agit de bornes anciennes ?

carte_lanvaux20.jpg

 

Babouine

 

 

 

Hauteur: 3,25 m

Diamètre: 2,10 m

Retaillée sur toute sa hauteur

 

 

 

 

 

carte_lanvaux10.jpg

 

Babouin

Hauteur: 1,42 m

Diamètre: 1,73 m

Son visage est taillé probablement  dans le socle, il semble qu'elle soit à l'envers, comme celle de Buléon.

carte_lanvaux22.jpg

 

 

 

Très probablement datant de l'âge du fer, ces stèles peuvent avoir été réutilisées comme borne militaire, mais, nul ne peut encore dire à quelle époque Babouin et Babouine ont été sculptés.

 

 

Trois autres pierres de forme identique,mais non-sculptées, se trouvent sur la même voie, sur les communes de Plaudren (au lieu dit Toul Douar la Mare au sel en Saint-Jean Brévelay) et La Chapelle de Locmeltro (en Guern). Une 4ème est située dans le bourg de Buléon, sur l'axe Vannes-Corseul.

Château du Guildo (XIII-XVè s.) Créhen, 22

Château du Guido, Créhen, 22, Bretagne, Côtes d'Armor

Château du Guido, Créhen, 22, Bretagne, Côtes d'Armor

 

XIIIème: Construction d'un premier chateau destiné à controlé l'Arguenon

 

XIVème: Destruction du chateau puis reconstruction par Charles de Dinan qui lui donne sa forme actuelle

 

 

Château du Guido, Créhen, 22, Bretagne, Côtes d'Armor

1444: La forteresse devient propriété de Françoise de Dinan, épouse de Gilles de Bretagne

 

Château du Guido, Créhen, 22, Bretagne, Côtes d'Armor

 

1490: Le chateau est une nouvelle fois reconstruit


 

 

 

1499: Mort de Françoise de Dinan, le chateau entre en possession de François de Laval puis Jean de Laval pour lesquels il n'a que peu d'intérêt

Château du Guido, Créhen, 22, Bretagne, Côtes d'Armor

 

 

1540: Le chateau devient propriété de Louis de Bourbon, il est adapté à l'artillerie

1592: Le chateau est fortement endommagé lors des guerres de la Ligue

 

 

1618: Le chateau fort du Guildo est démanteléChâteau du Guido, Créhen, 22, Bretagne, Côtes d'Armor

 

 

XVIIIème: Ruiné, le chateau est utilisé comme carrière de pierre, et sa cour utilisée pour les cultures

 

Château du Guido, Créhen, 22, Bretagne, Côtes d'Armor

 

1951: Inscription à l'inventaire des monuments historiques

1981: Le Conseil Général rachète le Château, des fouilles seront organisées régulièrement quelques années plus tard.

 

Château du Guido, Créhen, 22, Bretagne, Côtes d'Armor

30/04/2012

Cairns de Larcuste, Colpo, 56

Cairns de Larcuste, Colpo, 56, Morbihan, Bretagne

cairns de larcuste,colpo,56,morbihan,bretagneC'est à 300 mètres edu village de Larcuste, commune de Colpo que l'on peut découvrir cet ensemble de 2 cairns.

Très proches l'un de l'autre, ils sont parés de murets de pierre sèche, les façades sont alignées à l'Est.

cairns de larcuste,colpo,56,morbihan,bretagne








1er Cairn

Datation: de 5.000 à 4.200 ans av.J-C.cairns de larcuste,colpo,56,morbihan,bretagne

Cairns de Larcuste, Colpo, 56, Morbihan, Bretagne


Le cairn 1 de larcuste est constitué de parement et de deux dolmens. Le grand axe du cairn est orienté SO-NE, il fait une longueur de 13 m pour 8,50 m de largeur.Cairns de Larcuste, Colpo, 56, Morbihan, Bretagne


Le premier dolmen (A) est recouvert en partie par deux dalles, son couloir fait 2,80 m de long  pour 1,10 m de large.

Cairns de Larcuste, Colpo, 56, Morbihan, Bretagne


Il est réalisé avec des dalles de soutenement séparées par des murets en pierre sèche, la chambre a la même constitution.

Cairns de Larcuste, Colpo, 56, Morbihan, Bretagne





Elle est de forme oblongue de 3,30 m de long pour 3,10 m de large, une dalle de 10 m2 de superficie la recouvre.

Cairns de Larcuste, Colpo, 56, Morbihan, Bretagne


Les fouilles livrèrent : un bol, un fragment de vase, et des silex.





2nd Cairn

Datation: 4.500 ans AV.J-C.cairns de larcuste,colpo,56,morbihan,bretagne


Cairns de Larcuste, Colpo, 56, Morbihan, BretagneLe second dolmen (B) ne conserve aucune dalle de recouvrement, il est fort possible que la chambre est eu une voute en encorbellement d'après les pierres amoncelées dans la chambre.

Aucun mobilier ne fût trouvé dans la chambre.

Le couloir est réalisé par des pierres de supports et des murets de pierre sèche, il fait une longueur de 3,10 m.

Le mobilier retrouvé n'est pas très nombreux : huit éclats de silex, une urne, quelques fragments d'un bol.

Allée Couverte de Kerjagu, Colpo, 56

Allée Couverte de Kerjagu, Colpo, 56, Morbihan, Bretagne


Sur la commune de Colpo au lieu dit : Kerjagu

Allée couverte d'environ 10 m de long sur 1.50 m de large. La dalle de couverture de l'extrémité Ouest du monument mesure, environ 4 m 40 sur 1 m 70.

Il reste une dizaine de piliers sur l'ensemble du dolmen.

Allée Couverte de Men-Coarec (Plaudren, 56)


carte_lanvaux09.jpg

Sur la commune de Plaudren au lieu dit : Kerdiren

Dolmen d'une longueur de 6 m, l'entrée de la chambre est orienté vers l'Est.

carte_lanvaux08.jpg


Les dimensions interne de la chambre sont de 1.60 m par 1.45 m.

Une paire de seins en relief et sculpté sur la dalle extérieure Ouest.

Nom loin de la se trouvait un autre monument du même genre disparu aujourd'hui.

Il date 2500 ans avant JC.

29/04/2012

Château Gaillard (Vannes, 56)

Château Gaillard, Vannes, 56, Morbihan, Bretagne

L’ancien Hôtel du Parlement de Bretagne ou Château-Gaillard, est un ancien hôtel particulier situé dans la commune française de Vannes dans le Morbihan. Construit au début du xve siècle, le château-Gaillard accueille depuis 2000 le musée d'histoire et d'archéologie de la ville.

 
 
Le château est bâti sur des terres appartenant primitivement aux chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Le terrain devient ensuite la propriété de Gaillard Tournemine (dont il tire son nom), de Thomas Faverill, de Jean de Crésolles, de la famille Pantin et de Jean de Malestroit.
Construit en 1410 par Jean de Malestroit, évêque de Saint-Brieuc entre 1406 et 1419 et de Nantes entre 1419 et 1443, chancelier de Jean V depuis 1408, cette demeure médiévale passe entre les mains de d'Hervé de Malestroit, de Jean de Mésanger et des Chanoines de Nantes avant d'être rachetée en 1457 par le duc de Bretagne. C'est dans cette cour souveraine que les vassaux du duc votent les impôts. En 1485, François II confie le rôle des États dans les contentieux à une cour de justice, Parlement de Bretagne. Le château sert alors d'auditoire au Parlement ainsi que de demeure au président.

Le château restera le siège de l'administration du Parlement jusqu'en 1535, trois ans après la signature du traité d'Union de la Bretagne à la France, voté par les États de Bretagne en 1532. En 1554, alors que le Parlement s'installe définitivement à Rennes3, le roi de France Henri II vend l'Hôtel. Au xviie siècle, l'hôtel appartient à Pierre de Sérent, Président du Présidial de Vannes, qui commandite la réalisation du cabinet des Pères du désert composé de 66 panneaux de bois, représentations de tous les pays et de toutes les époques d'après des gravures reproduisant l'œuvre du peintre Maarten de Vos.

En 1912, la Société polymathique du Morbihan rachète le Château Gaillard et le confie à la municipalité vannetaise en 2000 afin de créer un musée d'histoire et d'archéologie qui permet la conservation et la présentation au public de ses collections.

Le Château-Gaillard est classé au titre des monuments historiques depuis le 3 janvier 1913.

28/04/2012

Château de La Motte Basse (XVIIIè s.) Le Gouray, 22

Château de La Motte Basse, Le Gouray, 22, Côtes d'Armor, Bretagne


La Motte Basse fut à l'origine une motte féodale qui surveillait le cours de l'Arguenon. Elle était composée  d'une grande maison de pierre et de terre, avec deux tours, le tout entouré d'eau.

Au XVIIIe siècle, les murs de la petite forteresse furent maintenus,  mais habillés sur la façade par un revêtement de pierres de taille.

En 1748, le château fut agrandi  d'un pavillon. Furent également construits un bâtiment  comprenant un corps de logis et deux pavillons aux toits pyramidaux destiné à l'habitation du chapelain. Les espaces intérieurs conservent de nombreux éléments de leur aménagement du XVIIIe siècle. 

Au XXe siècle,  le château reçut un pavillon en forme de tour carrée,  surmonté d'une coupole et d'un lanternon. Il possède son cordon seigneurial, son corps de logis surmonté d'un toit incurvé avec 2 étages de lucarnes et oeil de boeuf. Dans la cour d'honneur est encore visible l'ancien bâtiment de la boulangerie avec ses fours.

Dans le jardin, une fontaine surmontée d'une croix porte la date de 1733. 

 La pièce d'eau murée, est dominée par une terrasse dessinée à la française. La chapelle, restaurée en 1758,  possède ses litres extérieures blanchies à la chaux à la Révolution. A l'intérieur,  elle s'orne d'une grande peinture de 1691 représentant l'Annonciation.

En 1800, les douves furent supprimées et remplacées par des bâtiments de service  reliés par une grille en fer forgé  qui fermait la cour d'honneur. Les douves arrière furent élargies en pièce d'eau.

Eléments protégés : façades et toitures du corps central du château, du pavillon situé près du bois et des 2 pavillons en bordure du parc, chapelle.

      

Le Château de la Motte Basse est une propriété privée, et ne se visite pas.

Château de CHATEAULIN (Xème s.) Châteaulin, 29

Château de CHATEAULIN, Châteaulin, 29, Finistère, Bretagne, Donjon


Il ne reste que la base de l'une des tours du donjon et quelques pans de murs de l'ancienne forteresse établie sur une butte isolée par le cours de l'Aulne et par des étangs.

Le château fort contrôlait une importante voie de passage au point de remontée extrême des marées et des premiers passages à gué de l'Aulne. La motte qu'enserraient l'Aulne et des étangs constituait un site de défense naturel.

Les Comtes de Cornouaille y construisirent un château fort au Xème siècle.

En 1066,  la famille comtale de Cornouaille hérite de la couronne ducale, la châtellenie de Châteaulin entre dans le domaine ducal.

Vers 1250, le Duc Jean le Roux entoure les terres du domaine ducal de Châteaulin, d'un mur long de 32 km, traversant les campagnes de Cast, Briec, Lothey et de Châteaulin.

En 1373, il est brûlé par les Anglais qui l'occupent lors de la guerre de Succession de Bretagne, avant leur départ devant l'avancée de l'armée royale de Duguesclin.

En 1689, l'emplacement du château est donné à Yves Bauguion, prêtre de l'église Notre-Dame, pour y établir un hospice.

27/04/2012

Château du Breil (XVIIè s.) Iffendic, 35

Château du Breil, Iffendic, Bretagne


Un premier château est construit au XVIIe siècle avec une chapelle et un colombier. Ses seigneurs disposent d'un droit de haute justice.

Reconstruit à la fin du XIXe siècle, il brûle en 1903.

Jusqu'à la fin du XXe siècle subsiste une porte armoriée du XVIe siècle ouvrant sur le parc.