12/11/2012

La France abandonne ses citoyens

Les médias en parlent, n'en font pas des tonnes, mais se contentent pour la plupart de relater qu'une partie des informations ( je sais, ce n'est pas nouveau!) et ne cherchent surtout pas à expliquer aux français les tenants et aboutissants de cette affaire récente: l'extradiiton d'Aurore Martin.


Mon coup de gueule est vicéral !

Comment une nation, peut-elle être réduite à extrader un de ses ressortissants à une autre nation ? 

Il est compréhensible que tout pays déposant un Mandat d'Arrêt Européen (MAE) s'attende à avoir des "retours" de la part de ses voisins européens;

Il est compréhensible et louable qu'un gouvernement ne souhaite pas intervenir dans des affaires de justice, Aurore Martin ayant été arrêtée par la gendarmerie suite à une demande de la Cour de justice de Pau.

Ce que je ne comprends pas et ai vicéralement du mal à accepter:

Qu'il est étrange tout de même de voir, qu'au sein de la même Europe, deux pays puissent puissent avoir des positions différentes quant au parti basque Batasuna, autorisé en France, mais illégal en Espagne, Batasuna étant  très lié à l'ETA.

Qu'il est curieux d'apprendre que, trois jours avant l'arrestation d'Aurore Martin, la Cour d'appel de Pau refusa le 30 octobre d'extrader en Espagne, Arturo Villanueva Arteaga, pour son appartenance à un mouvement de jeunesse radical basque, déclaré illégal en Espagne depuis janvier 2007, cette décision annula le MAE émis par Madrid contre lui. En 2010, les juridictions britanniques avaient elles aussi refusé d'appliquer ce même MAE.

Qu'il est inquiétant de voir que la justice de son pays puisse vous extrader pour un simple délit d'opinion ! Car en fait, que lui reprochent les autorités espagnoles: son appartenance à un parti interdit (Batasuna) et de s'être exprimé lors de manifestations. L'Espagne ! Notre voisin, qui n'est pourtant pas reconnu pour être une dictature et où on peut être plus que surpris de voir pareil délit.

 


Eclaircissements:

- Article 695-22 du Code de procédure pénal: cet article prévoit plusieurs conditions dans lesquelles un Etat ne pas donner suite à un MAE, ainsi un MAE peut être refusé "s'il est établi que ledit mandat d'arrêt a été émis dans le but de poursuivre ou de condamner une personne en raison de son sexe, de sa race, de sa religion, de son origine ethnique, de sa nationalité, de sa langue, de ses opinions politiques ou de son orientation sexuelle". 

  - Jusqu'à 1981, la France avait toujours refusé d'extrader un de ses ressortissants français. C'est sous l'ère Mitterand, que commencèrent certains "échanges" avec l'Espagne notamment, pour les membres de l'ETA;

- Jusqu'en 2004, une extradition ne pouvait se faire sans un décret signé par le Premier Ministre. Depuis, il n'y en a plus besoin, et si un ministre s'y oppose, il entre en contradiction avec les textes de l'Union Européenne.


En résumé:

Pour Aurore Martin, le MAE remonte à 2010. Dans un premier temps elle vivait cachée.Récemment elle annonça qu'elle souhaitait reprendre une vie normale et qu'elle regagnerai son appartement. Une première tentative d'arrestation eût lieu à son domicile, mais la trop grande foule qui s'était amassé dans les escaliers de l'immeuble, fit reculer les forces de l'ordre. Ce n'était que partie remise. Elle se fit arrêtée quelques jours plus tard, loin de son quartier populaire, au cours d'un barrage que l'on nous dit de routine. Mais ce qu'on nous cache, c'est qu'en réalité tout un dispositif avait été mis en place autour de son domicile: tous les carrefours étaient dotés de barrage pour effectuer des contrôle de routine.....

Bref, elle se fait arrêtée sans opposition le 1er novembre, et à partir du moment où elle est arrêtée, les voies de recours étant toutes épuisées, la remise aux autorités espagnoles est automatique, aucune intervention politique n'est réalisable, l'affaire devant se poursuivre de juge à juge.

Selon la loi espagnole, Aurore Martin est passible d'une peine d'emprisonnement de 12 années !


Alors je ne sais pas pour vous, mais je suis bien tenté de lancer un appel à tous mes frères bretons, nos cousins Corses, Occitans, Alsaciens, et tous ceux qui pensent que cette procédure est abusive,  afin que tous intégrons le parti Batasuna, pour pouvoir exprimer nos doléances aux autorités espagnoles.

Vous savez à quoi vous en tenir: Un MAE ne tardera pas à être levé contre nous, et nous pourrons avoir l'assurance d'être lâché par notre pays, celui des droits de l'homme et du citoyen, celui qui n'est même pas capable de protéger et de défendre ses ressortissants !

 

374494_4752045360477_8801096_n.jpg


Tenez au fait ! Hier, 11 novembre, était la journée commémorative pour tous les hommes et femmes morts pour la France, et pas uniquement ceux de 1914-1918, une journée du souvenir.

Saviez-vous qu'en ce même 11 novembre de l'après-guerre (date précise que je vais rechercher), le Général DeGaulle avait déposé une gerbe aux pieds d'un drapeau basque afin de préciser qu'il souhaitait que l'on se souvienne aussi de tous ces basques qui se sont battus contre les forces de l'Alliance (Allemagne-Italie-Espagne) durant la la guerre d'espagne contre le franquisme (1936-1939) et pendant la 2nde guerre mondiale. 

Je ne suis pas en mesure de vous préciser s'il en a fait de même au pied de notre Gwen ha du, mais là n'est pas le propos.



 

 

 

 

 

10/09/2012

2012, 15 septembre - Bretagne Réunifiée à l'UNESCO pour la Démocratie

Tract qui sera distribué samedi 15.09, devant le siège de l'UNESCO:

2012-09-15 BR à l'UNESCO.jpg


En 2011, l'UNESCO publiait un atlas des langues en danger: le Breton y figure au rang de celles comme "étant sérieusement en danger". Sa survie est compromise !

BRETAGNE REUNIFIEE demande à ce que la Bretagne puisse disposer des droits culturels et démocratiques nécessaires à la survie de notre langue, et que la Ratification de la Charte Européenne des Langues Régionales ou Minoritaires Autochtones soient enfin ratifiée !

Contrairement à ce que la majorité des français pense, le déclin du breton n'est pas du simple fait d'une désaffection de cette langue régionale, entraînant une baisse du nombre de locuteurs. L'Etat français en est clairement le responsable !
A titre de comparaison, en 30 ans, le nombre de locuteurs Gallois est passé de 400 à 700.000 locuteurs actifs, le gallois étant compris de nos jours par plus de la moitié des Gallois. Dans la même période, le nombre de locuteurs brittophones a chuté de 600 à 200.000 locuteurs actifs ! Notre langue se meure...!

Comment est-il possible qu'aujourd'hui, un pays tel que la France, "la Patrie des Droits de l'Homme", un pays dont les chefs d'Etat sont les premiers à dénoncer les traitements de certains régimes autoritaires, faits à leur peuple, dénonçant leur privation de liberté culturelle (Tibet, Syrie etc..) ? Les faits montrent que la parole de la France ne vaut qu'en dehors de ses frontières, i.e, "Faites ce que je dis, pas ce que je fais!" La parole de la France n'a plus de valeur !

Quelques exemples:

- La Poste demande à changer la typonymie d'origine bretonne,

- Des militants de 44+BREIZH sont empêchés de s'exprimer en breton (mars 2011) devant la Cour d'Appel de Rennes. Lorsqu'il s'agit de locuteurs étrangers, la Cour dépêche pourtant la présence d'interprète. Ce droit leur fut refuser, sous prétexte qu'ils sont français et qu'ils connaissent la langue du pays. Où est donc notyre liberté culturelle ?

- Des postes d'enseignants bilingues sont non-pourvus,

- Le refus de chèque libéllés en breton, notamment par la Banque de Bretagne, mais aussi dans les administrations, alors que la loi le permet,

- Des écoles Diwan, écoles laïques, bilingues et gratuites, peinent à vivre pendant les 5 premières années, le salaire des instituteurs étant à leur charge. Quand bien même l'équilibre financier est atteint, des mairies abusent de leurs droits pour réhausser les loyers des locaux qu'elles leur louent, sachant pertinament que plus de charges menacerait leur existence. Dernier exemple criant, l'école Diwan de Louaneg, la mairie refusant de la reloger dans d'autres bâtime,nts (pourtant nombreux) de la commune, aucun dialogue possible, pas même après la tentative de médiation organisée par le Chef de Cabinet de F.Hollande.

- Des inégalités de traitements selons les régions: une période probatoire de 5 ans est exigée dès la création d'une école Diwan. Après cette période seulement, l'école sera contractualisée par l'Education Nationale, laquelle prendra en charge le salaire des instituteurs.
Seulement voilà: les écoles Ikastolak du Pays Basque ont également une période probatoire, mais de 1 an seulement. A contrario, dans le même département (Pyrénées-Atlantiques), les écoles Occitanes ne bénéficient pas de cette année de probation ! Pourquoi ? 
Par ailleurs, toute école Diwan, déjà contractualisée, peut ouvrir une annexe. Mais dès lors que celle-ci se situe sur une autre commune, elle devra connaître elle-aussi, une période probatoire de 5 ans. Pour les Ikastolak, l'ouverture d'annexes dans n'importe quelle commune des alentours n'entrâine aucune période probatoire. Pourquoi ?
C'est dire la facilité que l'on donne à créer des écoles ici ou là, c'est dire le handicap qu'ont certaines langues régionales par rapport à d'autres ! Pourquoi une telle différence de traitement dans notre pays ? Diwan peine à se développer.
Moins d'écoles Diwan il y aura, moins de possibilité sera donné aux résidants d'accéder à ces écoles bilingues, plus on écarte les populations de leur culture originelle, mieux on centralise, mieux on contrôle. Telle est la politique de la France envers ses concitoyens !

La Charte Européenne des Langues Régionales ou Minoritaires Autochtones fut signée par le gouvernement Jospin en mai 1999, elle attend toujours d'être ratifiée. Problème de constitutionalité disent certains (Conseil Constitutionnel entre autres) en raison de quelques articles (Ordonnace n°58-1067, articles 18, alinéa 2, 19 et 20). Pourtant, le breton est soit-disant langue officielle de Bretagne et inscrit dans le patrimoine de la Constitution francaise. Le Conseil Constitutionnel considère que "les principes fondamentaux de notre Constitution s'opposent à ce que soient reconnus des droits collectifs à quelque groupe que ce soit, défini par une communauté d'origine, de culture, de langue ou de croyance". 

Que ce même Conseil nous explique alors pourquoi, nous, Bretons et Français, ne disposons pas tous des mêmes droits que les Alsaciens, les Basques, les Corses etc...

Les Bretons ne constituent pas une communauté, ils constituent tout comme les Alsaciens, Basques, Corses, Occitans, Berrichons etc... des citoyens qui ont donné leur sang pour que la France soit ce qu'elle est aujourd'hui ! Voyez comment nous sommes remerciés !

Enfin, pour rappel, la ratification de cette Charte fut l'une des promesses électorales faites à Lorient (2011) par F. Hollande !

Pour tous ceux qui  veulent dénoncer l'injustice et la discrimination dont sont victimes les Bretons, vous pouvez nous rejoindre via:


breizh.adunanet@gmail.com

SVP: MERCI DE NE PAS JETER CE TRACT SUR LA VOIE PUBLIQUE

09/09/2012

Diwan Louaneg: elle est belle notre République !

Jusqu'à la fin de l'année scolaire 2011/2012, le maire a laissé croire que l'école Diwan de la commune investirait simplement d'autres locaux, ma mairie travaillant à l'achat de bâtiments vides;

Impossible de savoir si dès le départ, les intentions de la majorité du Conseil municipal était de ne jamais redonner des locaux. Une chose est sûre: à la rentrée scolaire du 4 septembre, des enfants étaient privés d'école !

Le 7 septembre, eut lieu une réunion de médiation de la préfecture, initiée par le chef de cabinet de François Hollande.

A l'heure actuelle, il s'avère que la mairie refuse tout dialogue, aucune négociation possible ! Quelque soit le dossier, aussi bien ficelé soit-il, avec le financement de la Région..... la mairie rejette tout en bloc: Diwan est devenue "persona ingrata" à Louaneg, il va sans dire que la mairie ne veut pas non plus de toutes ces familles. Don't act !

Une demande a été faite afin que les enfants puissent accéder à la bibliothèque municipale: aucune réponse bien évidemment !

Et en attendant, le prix de la cantine est surfacturé.

Une enseignante dispense même des cours, l'après-midi, dans.... le couloir, en raison des locaux exigüs; pourtant, les bâtiments ne manquent pas à Louaneg.


     Maintenant, une petite piqure de rappel pour ce qui concerne notre République Française où des élus n'hésitent pas à vous rappeller qu'elle est "une et indivisible". Autrement dit: nous avons tous les mêmes droits, quelque soit le coin de l'hexagone que vous habitez. 

Pour l'affaire qui nous intéresse, l'administration française applique très curieusement ce précepte, pour preuve:

- Une période probatoire de 5 ans est demandée dès l'ouverture d'une école Diwan. Elle devra ainsi attendre 5 ans, avant d'être contractualisée par l'Education Nationale. Pendant cette période probatoire, l'école Diwan devra prendre en charge les salaires des instituteurs. Et je le rappellle, Diwan est une école laïque mais aussi gratuite. 

Ainsi, le plus dur est de perdurer pendant ces 5 années, pour peu qu'une mairie n'use pas de tous ses pouvoirs pour faire partir ces écoles.

Et notre République étant la même pour tous, curieusement, la période de probation pour des écoles basques (les Ikastolak) sont de...... 1 ans seulement ! A contrario, les écoles Occitanes, situées dans ce même département (Pyrénées-Atlantiques) ne bénéficient pas de cette année de probation.


- Toute école Diwan de Bretagne, contractualisée, peut ouvrir une annexe dans une autre commune, mais cette annexe devra elle aussi connâitre une période probatoire de 5 ans. 

A contrario, les Ikastolak du Pays Basque, peuvent ouvrir des annexes dans n'importe quelle commune des alentours, la création de nouvelles écoles est ainsi facilitée.


Est-il utile de rappeler, que le Breton fut classé en danger d'extinction par l'Unesco ?

Est-il utile de rappeler, que lors d'un discours pré-électoral à Lorient, un certains François Hollande avait promis de ratifier la Charte des Langues Régionales ou Minoritaires Autochtones ?

Est-il utile de rappeler que la filière Diwan au Baccalauréat a obtenu des résultats à hauteur de 99% de réussite, ce qui en faire la première filière sur le territoire !

Est-il utile de rappeler, que nombreux sont les exemples qui prouvent que dès lors qu'il s'agit de Bretagne, l'Etat apporte un soin minutieux à détruire peu à peu notre culture, méprisant les rapports de l'UNESCO, méprisant ses propres concitoyens alors que la France est la première à dénoncer les régimes autoritaires qui ne respectent pas leurs peuples (Fiates ce que je dis pas ce que je fais! ), essayant depuis des lustres de casser notre image alors que dans le même temps il est le premier à se féliciter des bonnes fréquentations touristiques ou de tels résultats économiques.....

Comment peut-on se dire être socialiste et mépriser ainsi ses administrés,

Elle est belle notre République, 

Il est beau le pays des Droits de l'Homme,

Ar wec'hal


ps: si vous vous sentez concerné, défendre ce droit concernant tous les parents souhaitant donner l'éducation qu'ils souhaitent à leurs enfants, n'hésitez pas à vous rendre à la mairie de Louaneg/Louannec, samedi 15 septembre à 15h.

A tous, vous pouvez exprimer votre mécontentement à cette équipe municipale par le moyen que vous jugerez opportun:

adresse: Jean Nicolas, Ti-Kêr/mairie, 22 700 Louaneg/Louannec

courriel: mairie-louannec@orange.fr

tél: 02 96 23 20 63

 

 


20/08/2012

2012.08, le 19 - Stéphane LE FOLL, défenseur des Bretons ?

Stéphane-Le-Foll-677x507.jpg

En qualité de Miniistre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll s'est déplacé à Bolazec (29) dans le cadre de l'affaire "Doux".

Notre ministre s'est posé en défenseur de l'agriculture bretonne:

" faire vivre et travailler les gens du pays"

En dépit de son nom, de mère bretonne (Côts d'Armor), vous devez savoir qu'il reste un opposant à toute réunification de la Bretagne, précisant  que la réunification "n'intéresse pas les Bretons".

Un conseil: qu'il se rapproche du peuple, qu'il cesse de croire en la propagande "PDL", et qu'il jette un oeil sur tous les sondages réalisés depuis des années, prouvant le grand décalage qu'il y a entre ce qu'il pense et ce que veut le peuple: curieux de penser ainsi pour un élu, non ?

202.08, le 13 - Emmanuel Valls dans Libération

10h00-reunion-restreinte-avec-sa-garde-rapprochee-pierre-moscovici-stephane-le-foll-aquilino-m.jpg

Dans Libération, édition du 13 août, Emmanuel VALLS, Ministre de l'Intérieur, précise à l'occasion de la politique à l'égard des Tziganes:

"Je l’affirme avec force : aucune politique publique ne sera focalisée sur tel ou tel groupe culturel. Je ne désignerai pas de coupables uniques des maux de notre société, les uns ne seront pas montés contre les autres."


Devons-nous rappeler que depuis des lustres: la Bretagne est amputée de la Loire-Atlantique depuis 1955, la capitale historique (Nantes) se retrouve dans une région factice et incohérente (Pays-de-Loire), les habitants du 44 subissent une politique de communication onéreuse et outrageusement propagandesque, notre histoire est niée, notre culture est cantonnée au folklore, etc.


Derniers actes: lors de la fête nationale du 14 juillet, le texte écrit par un anti-breton (Gambetta, affaire du camp de Conlie) fut une insulte envers nous tous + Que dire de l'interdiction du Gwen-ha-Du aux J.O de Londres + Que dire de l'interdiction imposée au Belem, de pavoiser aux couleurs de la ville de Nantes et de la Bretagne.

- Comment des ministres bretons (J.Y Le Drian, M.Lebranchu...) ont-ils accueilli ce discours du 14 juillet qui les insultait ?
- Comment notre 1er Ministre J.M Ayrault, ancien député-maire de Nantes, anti-réunificateur mais grand défenseur de l'image de sa ville, a t-il accepté que l'on interdise au Belem de porter les couleurs de la ville qui l'a vu naître ? Quoique, à ce sujet, il ne peut que se soumettre et se taire puisque c'est exactement ce qui se fait tous les jours en Loire-Atlantique et à Nantes, tout est fait pour "débretonniser" à outrance !


M. Valls, vos paroles ne sont pas tombées dans les oreilles de sourds, faites attention à ce que le ciel ne vous tombe pas sur la tête ! 

10/08/2012

Des affronts qui prouvent que nous devons bouger !

BRETAGNE REUNIFIEE

photo (44).JPG

BREIZH ADUNANET


Sans doute l'avez-vous remarqué: depuis quelques mois, il vogue dans l'air comme un cumul d'affronts envers le Gwen-ha-Du, envers la nation bretonne ! Ces affronts sont-ils une réponse au texte de Le Fur et De Rugy qui fut adopté par l'Assemblée nationale en janvier dernier, à la présence de bretons dans le gouvernement Ayrault ?

 

J'ai un fils et je voudrais qu'adulte, au soir de ma vie, il se souvienne de l'importance de prendre du recul devant toute information venant à lui, des médias classiques, d'internet. Je voudrais qu'il puisse être fier d'avoir eu un père qui s'est battu contre l'ignorance des uns, ignorance née d'un pouvoir étatique jacobin qui s'est évertué à cacher des vérités historiques, à dissoudre un peuple, son identité et sa culture. 

Pour ce qui le concerne, j'aurais échoué dans la perspective qu'il se sente un jour breton; né en région parisienne, il se sent parisien, et la bretonnitude de son père ne suffira pas. Je souhaite seulement qu'il comprenne un jour, ma démarche, celle d'un homme qui revendiquait son identité bretonne, qu'il comprenne la mélancolie qui m'anime lorsque je ne suis pas au pays, qu'il comprenne ma colère lorsque l'actualité s'en prend à la Bretagne ou à l'un de ses symboles. 

Un jour viendra où il prendra concience que l'identité de chacun est importante, et qu'il est vital de savoir d'où l'on vient pour tracer son chemin sans se perdre en cour de route. Un jour viendra où il comprendra les origines du déclin de la France dans le monde, qu'elles sont loin les Trente Glorieuses, qu'il est loin le siècle des lumières, la France qui tirait ses richesses de ses régions, de ses colonies. 

 

Pour l'heure, il esquisse des sourires lorsqu'il me voit partir rejoindre mes frères bretons, le Gwen-ha-Du sur les épaules, pour une manifestation en Bretagne ou sur Paris. Il ne comprend pas vraiment tout ce qu'il représente. Il peine à comprendre que je m'emporte lorsque des médias nous mentent, qu'il s'agisse de la Bretagne ou pas, il sait cependant que les médias rapportent des informations que l'Etat accepte de partager aux citoyens, qu'ils possèdent le pouvoir de contrôler un peuple, de transmettre une histoire, pas toujours la vraie histoire.

 

- Il ne comprit pas ma stupéfaction le 14 juillet dernier, lors du discours prononcé par une bretonne, lisant un texte de Gambetta devant la tribune présidentielle. Aussi m'a t-il fallu lui expliquer que ce même Gambetta avait constitué une Armée de Bretagne en 1870 pour détruire ce qui pouvait rester de forces chouannes. Près de 60.000 bretons volontaires pour aider la France périrent ainsi dans le camp de concentration de Conlie, et ceux qui survécurent furent envoyés sans arme pour servir de chaire à canons prussiens. Aussi comprend-il mieux maintenant l'affront ressenti par tout breton qui se respecte... Quel a été le ressentie des membres bretons du gouvernement ?

 

- Que dire du MSC Flaminia en juillet 2012 et avant lui, le TK Bremen en 2011: en échouant sur les côtes bretonnes, ces catastrophes auraient pu être évitées ou minimisées. Il en  aurait été tout autrement si les décisions avaient été placées sous la compétence d'autorités maritimes locales ! Ne tombe t-il pas sous le bon sens qu'une décentralisation des compétences serait opportun pour faire face à ce genre de déconvenues ? 

 

- Que notre Gwen-ha-Du soit viré "manu-militari" des tribunes olympiques de Londres lui paraît anecdotique. Mais en lui expliquant qu'il en fut de même pour le drapeau basque, et que les ces interdictions allaient à l'encontre du règlement olympique, lequel stipule que seuls sont autorisés sur le site olympique les drapeaux des nations représentées et des régions "sous-ombrelle" de ces mêmes nations, l'anecdote initiale devînt alors pour lui, une interrogation suspecte. 

 

- En décembre dernier, mon fils put découvrir à Saint-Nazaire, l'un des plus beaux voiliers du monde, le Belem. Né à Nantes en 1896, depuis toujours le Belem pavoise breton en Bretagne administrative, mais jamais à Nantes.Inutile de vous rappeler pourquoi. Présent à Londres depuis le jubilée de la Reine, le Gwen-ha-Du a dû quitter le mat du Belem pendant les Olympiades, sur ordre de l'Etat Français. Et le fiston de se demander pourquoi le gouvernement intervient pour ça, comme s'il n'y avait pas de décisions ou d'interventions plus importantes vers lesquelles une urgence prévaut !

 

 

Il est pour l'instant étrange de constater le mutisme général de la communauté bretonne résidant à Paris et ïle-de-France à l'égard de ces derniers évènements, et il en est de même pour les injustices précédentes, pour la réunification de la Bretagne, pour la ratification de la Charte Européenne des Langues Régionales et Minoritaires, cette dernière étant, je le rappelle, une des promesses électorales de F. Hollande. Comme si le pouvoir étatique avait eu raison de notre identité, les années passant, l'âme bretonne des exilés sur la capitale s'est dissipée, laissant les Bagad ou Cercles de danse vivre dans leur cocon folklorique, ne gênant plus guère les exactions gouvernementales. Le caractère associatif de ces groupes empêcherait-il toute volonté de s'impliquer dans des revendications sortant de leur raison sociale habituelle, les crédits ou aides de l'Etat seraient-ils cette épée de Damoclès qui les autorise à s'exprimer dès lors que leurs actions ne sortent pas du folklore breton ?

 

La vocation du collectif "Bretagne Réunifiée/Breizh Adunanet" est de réunir tous les bretons de sang, de coeur ou d'âme, résidant sur la capitale ou ses environs, ceux qui ont des facilités pour se rendre à Paris. Il est apolitique, et nos revendications reposent sur trois points:

- Réunification de la Bretagne: une réparation historique mais aussi un enjeu économique s'inscrivant dans une logique cohérente,

- Ratification de la Charte Européenne des Langues Régionales Minoritaires Autochtones,

- Réforme territoriale.

 

Nos actions/manifestations se feront à des dates symboliques pour la nation bretonne, pour exemple, le 30 juin dernier, triste anniversaires que ceux du 30 juin 1941 et 1955, nous avons remis au Palais de l'Elysée, à Matignon et aux ministères de la Défense et de l'Intérieur, nos revendications.

Notre prochain grand rendez-vous est fixé au samedi 26 janvier 2013, histoire de célébrer l'anniversaire de notre Duchesse Anne de Bretagne, un passage s'imposera à Matignon puisque notre 1er Ministre J.M Ayrault est né lui aussi ce même jour, en 1940.

Notre journée d'action se couplera avec nos partenaires de Bretagne Réunie section Idf, l'union étant de mise.

 

Pour beaucoup d'entre nous, il n'y a aucune incohérence à se sentir Français tout en gardant le sentiment d'appartenance à notre communauté bretonne (il en est sans doute de même pour les Alsaciens, Basques, Corses, etc.). Tous pouvons vivre en harmonie avec la République, pour peu que ses préceptes ne trouvent pas de contradictions dans les faits.

Nos identités régionales, nos cultures, nos langues constituent nos racines, la France est constituée de la convergence des richesses de ses régions, nos différences ne constituent aucunement une division et n'entre pas en contradiction avec le caractère "une et indivisible" de notre République que beaucoup d'élus aiment à rappeler pour s'opposer à l'octroie de droits spécifiques. Et pourtant ! La Corse dispose de droits spécifiques (Assemblée), idem pour l'Alsace (statut particulier à l'égard de son appartenance passée à l'Allemagne, 2 jours fériés supplémentaires, droits sociaux et juridiqueS aménagés etc.) et dans le même temps l'Etat français s'oppose toujours à une réunification de la Bretagne, certains allant jusqu'à dire qu'un tel changement de région ne pourrait se faire que sous une VIème République alors que le départ de la Corse de la région PACA se fit avec souplesse, sur Décret.

 

La richesse de la France repose sur sa diversité, elle est multiple, elle est riche de ces différences, et cela doit profiter à chaque culture, la finalité étant d'accroître son rayonnement dans le monde. Aussi, conduire une politique d'uniformisation à outrance est une erreur, car c'est éloigner les concitoyens de leurs racines, et modeler une identité sans corps qui risque de se noyer dans cette Europe, au même titre que cède le pas, peu à peu, le français au profit de l'anglais. 

 

Par respect envers mes ancêtres mais aussi pour donner à mes enfants la chance de vivre dans une réelle démocratie respectant tous ses concitoyens, toutes cultures confondues, nous refusons de nous laisser endormir, et espérons que vous prendrez concience que notre destin est entre nos mains, pour peu que l'on agisse unis. Se déplacer aux urnes est un devoir pour chacun mais insuffisant car il est utile de rappeler à nos représentants qu'ils sont élus pour nous représenter et la tendance à faire passer les destins personnels ou ceux de l'Etat bien avant celui des intérêts régionaux a déjà fait ses preuves.


Pour nos enfants, pour nous, pour notre nation...

 

 "BRETAGNE RéUNIFIéE / BREIZH ADUNANET":

breizh.adunanet@gmail.com

breizhadunanet.bertaeynagereaey@groups.facebook.com

jimafuron44@gmail.com

 

06/08/2012

2012, 25 juillet - Notre Gwen-Ha-Du interdit de Jeux Olympiques

 

celte16.gif


Flèche début de texte.gif

Cette année encore, une trentaine de Bretons participent aux J.O. Lors de l'inauguration, ils ont défilé derrière la bannière française, une seule délégation donc, sans surprise.

Mercredi 25 juillet, à Glasgow, l'équipe de France féminine de football affrontait les Américaines. Parmi les françaises, Eugénie, l'attaquante, était supportée par son père Thierry Le Sommer et son fils, venus encourager les bleues depuis les tribunes. 

Agitant à tour de bras le Gwen-ha-Du, la fête fut gâchée dès lors que les vigiles sont intervenus afin de l'obliger à ranger le drapeau sous peine d'être exclu des tribunes. Curieux n'est-il pas?

Le père de l'attaquante française est d'autant plus surpris qu'il parcourt le monde entier pour supporter les matches internationaux de sa fille, et jamais le Gwen-ha-Du ne fut interdit de s'exprimer.

Flèche début de texte.gif

Mais voilà, c'est le règlement ! Aux J.O, seules les nations participantes ont l'autorisation d'exhiber un drapeau à leurs couleurs.

3UK_Escocia-scotlasnd2.gifMais il y a règlement et règlement. Dans les tribunes flottaient des drapeaux écossais, les drapeaux bleus à crois blanche... ah oui: le drapeau basque fut lui aussi exclu quelques jours plus tard, le 2 août:

Des proches de Maialen Chourraut, médaillée de bronze en kayak monoplace, ont également été sommés de ranger leur drapeau basque.


Je note tout de même que l'histoire olympique prouve que de temps à autre, des entorses au règlement des J.O, en témoigne cette année même le port du voile pour une judokate d'Arabie Saoudite, le règlement même de la fédération inbternationale de Judo stipulant que les combattantes ne doivent porter uniquement! pantalon + veste + ceinture.

Il n'est nullement question pour moi de reprocher cette dérogation, surtout que le voile esr déjà autorisé dans d'autres disciplines olympiques, au tir notamment. Serait par contre plus que critiquable, la qualification de cette judokate, qui n'a aucune "stature" internationale, et qui pourtant, put participer aux jeux. Mais l'esprit des J.O veut que toutes les nations soient représentées dans les disciplines, alors...

 

Flèche début de texte.gif

Il existe donc un certain esprit d'ouverture aux jeux, mais pour ce qui concerne les questions de nations, la question semble figée. Mais souvenez-vous:

Voici 4 ans, aux J.O de Pékin, le drapeau Tibétain avait été exclu lui aussi des tribunes, manu-militari, sous des critiques virulentes de la presse anglaise. Qu'en pensent-ils aujourd'hui de l'exclusion de drapeaux de nations lors de leurs propres JO ???

Mais que dit le règlement olympique: sont interdits aux jeux les drapeaux des nations qui n'y participent pas. Les drapeaux des nations "sous l'ombrelle" des nations participantes peuvent être agités. Autrement dit, les vigiles anglais ne connaissent pas le règlement ! Donc, nous pouvons brandir aux jeux drapeaux bretons, basques, écossais, gallois, de même que celui du FCN, de la ville de Pontivy ou même celui de Breizh Adunanet !!!

 



20/07/2012

2012.07, le 18 - Petit Topo sur l'Apéro Breton

 

apéro,ambassade de bretagne,radio pays,breizh adunanet,bretagne,bretons de paris

Mercredi 18 juillet, Olier Gourmelon et Julien Artu, fondateurs d'AMBASSADE DE BRETAGNE, association née voici plus d'un an, ont fait un appel sur Facebook et sur son site, afin de rencontrer des bretons de Paris et ses environs. C'est dans un café de la rue Caumartin (Paris IXème) que la rencontre eut lieu: Le Moulin à Café.

Sortir du virtuel était une occasion à ne pas manquer, alors, rencontrer ces "rassembleurs" et d'autres Bretons d'horizons différents ne pouvait qu'être constructive, notamment pour notre collectif BREIZH ADUNANET.

apéro,ambassade de bretagne,radio pays,breizh adunanet,bretagne,bretons de parisAinsi, Kévin Viaud et votre hôte ont répondu à cet appel. Pour ma part j'avais adhéré dès sa création à cette initiative car elle paraissait présenter un concept pouvant rassembler tous les Bretons du monde, un concept apolitique qui se donnait pour but de promouvoir et développer notre nation Celte, de protéger et développer notre identité.  

 

19H30

Dès notre arrivée, le contact fut fraternel - Un regret cependant: nous n'étions qu'une poignée., tampis,  les échanges seront facilités. 

De suite, AMBASSADE DE BRETAGNE se présente, et cela tombe plutôt bien car parmi nous, certains s'interrogent sur son objectif, notamment Florent de TRI ZEOD (émission sur radio Bro).

 


apéro,ambassade de bretagne,radio pays,breizh adunanet,bretagne,bretons de parisQui est AMBASSADE DE BRETAGNE ? Son rôle ? Ses actions ?

Cette association est installée à Bruxelles. Etonnant non ? Pas tant que ça puisque l'idée de s'installer au "centre" de l'Europe traduit une volonté de s'inscrire sur la scène internationale.

Les objectifs cités supra vont au-delà de l'annuaire international, tel que peut l'être TAMM- KREIZ, une base de données pour tous les Bretons du monde. Bientôt une application androide/iphone (gratuite) permettra à chacun de localiser les bretons les plus proches et ce, de par le monde, une possibilité donc pour nouer d'autres liens, et voire, de s'entraider.

O.Gourmelon a confirmé vouloir agir sur le terrain sur des questions purement identitaires, certaines paraissant incontournables, qu'il s'agisse des écoles Diwan, de la réunifications de la Bretagne, ou même pour ce "camouflet" de discours prononcé le 14 juillet.

Prononcée par une bretonne, jeune il est vrai, sans doute ignorait-elle le passé de son auteur (Gambetta), devant la tribune présidentielle depuis laquelle des ministres bretons (J.Y. Le Drian, M. Le Branchu), qui eux ne peuvent ignorer l'affaire de Conlie (de même que François Hollande féru d'histoire), ont ainsi pu écouter un texte lu par une bretonne, écrit par un "exterminateur" de bretons, et  entendu par des bretons qui vont faire passer les intérêts de l'Etat avant celui de la Bretagne. Je ne sais pas pour vous, mais j'avoue en avoir été choqué. Qu'il s'agisse de maladresse des uns ou de l'ignorance des autres, si un discours est prononcé en un jour de fête nationale, c'est bien sur celui-ci qu'il faut bien choisir son texte ou son auteur, ce jour étant dévolu à un rassemblement populaire. Or chacun sait ce quelles furent les conséquences de la Révolution au peuple breton, aussi, lire un texte écrit par un "anti-breton" ne peut être ressenti que pour un affront. Pour chacun de nous, écrire au gouvernement pour montrer notre désapprobation est légitime en regard à nos aieux.

Sauf erreur de ma part, différentes questions seront ainsi  abordées, et traitées après diverses "interview" dans le monde associatif, politico-économique, juridique, etc...  Florent s'est dit intéressé par de tels débats. 

Julien ARTU nous a expliqué les freins économiques que rencontre AMBASSADE DE BRETAGNE puisqu'aucune adhésion n'est payante, ainsi que des difficultés rencontrées pour gérer un tel projet. Il y aurait donc un besoin en ressources humaines comme financières.

 

Plusieurs autres sujets ont été abordés, alors en  vrac, je vous dresse les principaux:

- Qui est Breton 

Etre né en Bretagne suffit-il pour dire que l'on est breton ? Cette idée typiquement française n'a pas de sens. Breton de sang, de coeur ou d'âme, la Bretagne est une nation qui s'est constitué par diverses populations. L'identité bretonne n'est pas seulement liée au sang ou au sol, elle se retrouve dans sa vie, dans son comportement, dans son ressenti. 

Pour ne prendre que des célébrités: Eric Tabarly (né à Nantes, Loire-Atlantique, 44), ), Alan Stivell (Riom, Puy-de-Dôme, 63), Patrick Le Lay (St-Brieuc , 22)etc..... nombreux peuvent être les exemples de personnes qui se disent bretons parce qu'ils le sont intérieurement alors que d'autres,  Jean-Marie LePen (La Trinité -sur-mer, Morbihan, 56) pour ne citer qsue lui, est  né en Bretagne mais n'a rien de breton en lui. 

- Ecole Diwan

Pourquoi ne pas axer leur communication en rappellant que Diwan est une école laïque, bilingue et gratuite. Le bilinguisme à l'école ne constitue en rien un frein dans la scolarité de nos enfants, bien au contraire. Des exemples pleuvent à l'étranger, les spécialistes le prônent, des polytechniciens, ingénieurs ou des médecins viennent d'écoles Diwan, ces élites doivent être rapprochées pour les promouvoir.

- Consommer Breton 

Consommer un produit breton ne suffit pas à vouloir défendre notre région ou notre identité. Consommer régional pour protéger l'emploi: choisir le "cola du Phare Ouest" (BREIZH COLA, Brasserie Lancelot) c'est bien, consommer le cola (né à Atlanta) fabriqué en Bretagne, protège aussi des emplois. La stratégie marketing de COCA-COLA  vient d'innover face aux parts que la marque a perdu en Bretagne: en première mondiale, les étiquettes se sont adaptées aux consommateurs en s'affublant de triskell, Gwen-he-Du et phare, histoire de "celtiser" le produit....Après, c'est une affaire de goût. 

Plusieurs marques se revendiquent bretonnes, il ne faut pas se leurrer. Plusieurs se contentent d'exploiter l'image de la Bretagne sans y investir économiquement ou culturellement. Mais le produit est-il 100% breton ? Pour le textile, bien évidemment c'est plutôt "coton"! EMSAVER (fabriquant au maximum au pays, sinon en Europe), PARIA (jean fabriqué en Bretagne mais d'autres produits venant de l'étranger), A L'AISE BREIZH (fabrication à l'étranger), STERED (fabrication sur l'île Maurice) etc...

- Réunification

Aucun des acteurs en présence ne la conteste, elle est évidente. Par contre, deux visions s'opposent: celle de ceux qui veulent une réintroduction de la Loire-Atlantique dans sa région historique, revendication qui s'inscrit dans une refonte des frontières territoriales des régions limitrophes (Vendée-Poitou-Charente, Une Normandie...). Une autre option s'y oppose, celle de ceux qui sont persuadés qu'il n'y aurait jamais de réunification, mais que le projet du Grand Ouest est d'une probabilité plus grande et qu'elle permet à la Bretagne de retrouver la Loire-Atlantique. Le problème pour nous: la Bretagne risque de se retrouver noyée dans une région plus grande, où il sera plus difficile de s'octroyer des aides uniquement pour la Bretagne, une identité plus difficile à défendre puisqu'elle ne concernera que le tiers de cette région, plus difficile de se faire entendre.

 

MINUIT: nos discussions nous ont fait oublié la faim, nos familles et les horaires de train/métro. L'heure tardive nous amène à nous séparer alors qu'il y a tant à débattre. AMBASSADE DE BRETAGNE renouvellera cette expérience en Bretagne. 

 

Pour notre collectif, il nous appartient d'amplifier notre communication, nous faire connaître, "grossir" nos rangs afin  que nos actions futures ne soient pas prises de haut par les autorités. Nos revendications sont simples et légitimes, et s'inscrivent dans une vision d'une France plus démocratique au sein d'une Europe fédéraliste.

Cela passe par une coordination avec les actions menées par BRETAGNE REUNIE (IDF), par un partenariat avec 44=BREIZH. Je compte donc sur chacun de vous pour promouvoir note collectif autour de vous, et sur votre prochaine présence lors de notre action future (janvier), un évènement sera crée début août. Dans la mesure où la presse y sera conviée, je vous demanderai de vous y inscrire que lorsque vous aurez l'assurance d'y participer.

Kenavo avechal !

 

BREIZH ADUNANET

13/07/2012

14 juillet: les morts pour la France

« Le 14 juillet est la fête de la Nation. Il est un jour d’unité. Il perpétue le souvenir de la fête de la Fédération, lorsque les Français de toutes origines, de toutes convictions, de toutes conditions, se sont retrouvés, au-delà de leurs différences, pour faire la France.

Le 14 juillet est aussi la fête de la Liberté. Il inscrit dans la trame de notre concience collective la prise de la Bastille comme le symbole de la fin des privilèges, de la chute de l’arbitraire et de l’irruption du peuple sur la scène de l’Histoire.

(…)

Le défilé militaire des Champs-Elysées est un moment dédié à la fierté, à la gratitude de la France à l’égard des soldats.

Il est un temps de mémoire, en hommage à tous ceux qui, sur les champs de bataille d’hier et d’aujourd’hui, sont morts pour la France.

Il est un rendez-vous de la fidélité à la République et à ses valeurs.

Valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité.

Valeurs universelles de solidarité internationale et de paix (…). »

 

Message de François Hollande, Président de la République, dans la plaquette de présentation du programme du défilé du 14 juillet 2012.

 

 

menhir de Bormouïs, Pierre du diable, meunier, Saint-Salomon, Guern, 56, Morbihan, Bretagne, mégalithes, contes, légendes

Et puisqu’en ce jour de fête nationale, vont défilés sur les Champs-Elysées, entre autres, l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr (basée à Coëquidan, Morbihan), l’Ecole militaire Inter-armés (Coëtquidan, Morbihan), l’Ecole des Officiers de la Marine Nationale (Lanvéoc-Poulnic, Finistère) et l’Ecole de Maistrance (Brest, Finistère), je souhaiterai que nos élus de la République aient une pensée envers tous ces hommes/femmes qui ont quitté leurs familles et leurs régions pour donner leur vie au service de la France, au service de causes qu’ils estimaient juste, mais aussi une pensée particulière pour toutes ces âmes perdues inutilement, « dommages collatéraux » diraient certains. 

Je souhaiterai que tous ceux qui participent aux nombreux défilés de ce jour de fête, ces militaires qui défilent mais aussi ceux qui vont applaudir ces prestations, depuis la rue ou devant leur poste de télévision aient une pensée pour toutes les victimes indirectes des nombreux conflits qui ont construit l’histoire de la France.

 

menhir de Bormouïs, Pierre du diable, meunier, Saint-Salomon, Guern, 56, Morbihan, Bretagne, mégalithes, contes, légendes

Beaucoup ont été oubliées, très rarement citées car souvent honteuse pour l’Histoire de la France. Alors de même qu’il n’existe pas de guerre « propre », renier ne serait-ce qu’un tout petit instant de l’histoire, revient à trahir ceux qui sont morts pour notre liberté, à mentir au peuple et à soi-même. 

 

En ce jour, j’ai une pensée particulière pour l’armée de Bretagne constituée en 1870 pour lutter contre la Prusse, laquelle fut, à peine constituée, abandonnée dans un camp devenu rapidement un camp de concentration, le camp de Conlie : 60.000 hommes y furent abandonnés, peu nourris, peu abrités, très peu armés car le célèbre GAMBETTA craignait d’armer de nouveaux Chouans. Seuls 4.000 sortiront du camp, armés de fusils réformés aux munitions inadéquates, et serviront de chair à canon. Les autres succombèrent du froid, d’épidémies (Choléras, Variole…).

Cette page de l'histoire de France, comme d'autres tout aussi sombres, ne mérite aucunement d'être oubliée, cachée, se doit même d'être enseignée à nos enfants. 

Pour en savoir plus sur cette tragédie:              1870-conlie.html


menhir de Bormouïs, Pierre du diable, meunier, Saint-Salomon, Guern, 56, Morbihan, Bretagne, mégalithes, contes, légendes

ps: J'en profite par ailleurs pour emettre un voeu adressé à l'Education Nationale: une internationalisation omniprésente se traduit dans les manuels scolaires, de géographie notamment, par un apprentissage des plus succints de notre pays, de ses régions. Pour exemple, lorsqu'est abordé le chapitre de la vie urbaine, une seule ville française est pris en exemple, et comparée avec la vie urbaine d'une ville américaine, d'une ville asiatique et d'une ville africaine. Ainsi, tout l'apprentissage du collégien est comparé à l'international, une vue d'ensemble grossière de la planète qui a pour conséquence d'éloigner les jeunes français de leur France réelle, de ses diversités, un passage obligé qui induit des impasses, des vérités, un formatage de nos enfants qui peu à peu, ne connaîtront même pas le pays dans lequel ils grandissent, ne comprendront pas les complexités de notre société.

Qu'en sera t-il de leurs enfants? Et des générations suivantes?

Comment peut-on espérer que ces nouvelles générations puissent innover et tirer profit des richesses de notre pays s'ils ne le connaissent pas, s'ils n'ont eu qu'un accès approximatif aux données sur lesquelles ils pourraient s'appuyer pour grandir, s'accomplir, créer ?

06/07/2012

2012, 30 juin - Un Triste Anniversaire pour notre Nation Celte !

triskell8gh0.gif  «BREIZH ADUNANET/BERTAÈYN AGERÉAÈY»  triskell8gh0.gif


 
 
      Samedi 30 juin 2012, un triste anniversaire !
  
hermines début de texte.gif30 juin 1941 : Décret Pétain 2727/2736 séparant la « Loire-Inférieure » (actuelle Loire-Atlantique) du reste de la Bretagne dite « historique ». Pourtant, l’appartenance du pays nantais (Bro Naoned) à la Bretagne, est unanimement attestée depuis le 22 août 851. Près de ONZE siècles d’histoire gommés, sans concertation, par un simple décret.

hermines début de texte.gif
30 juin 1955 : le Décret Pfimlin 55/885 décide du lancement de « programmes d’action régionale », confirmant le décret de 1941, créant la région « Pays-de-Loire » et faisant de Nantes sa capitale.

hermines début de texte.gif
30 juin 2012:  “BREIZH ADUNANET / BERTAEYN AGEREAEV”, collectif des Bretons de l’Ile-de-France, se rendra aux Mairies de Paris XIVème et XVème pour revendiquer l’union de la Bretagne et la ratification de la Chartre sur les Langues Régionales et Minoritaires. 

 


   
L'identité bretonne est toujours là et les luttes sont nombreuses pour qu'elle soit reconnue, respectée et qu'elle recouvre son droit d'existence. Malgré les différentes interventions centralisatrices de l'Etat, la langue bretonne résiste mais souffre, les locuteurs se font moins nombreux, les écoles Diwan peinent à exister, nombreuses sont les mairies qui les ignorent, certains élus voient en notre culture un folklore qui n 'a plus son rôle à jouer dans notre société moderne. La région Pays-de-Loire profite de toute occasion pour corriger l’Histoire, débaptisant des rues, retirant des statuts d’illustres bretons (Alain Barbetorte – Nantes), essayant d’intégrer le château des Ducs de Bretagne dans celui des châteaux de la Loire (rappel à l’ordre de l’UNESCO), les exemples pleuvent !
« Pour liquider un peuple, on commence par lui enlever la mémoire. On détruit ses livres, sa culture, son histoire. Puis quelqu’un d’autre lui écrit d’autres livres, lui donne une autre culture, lui invente une autre histoire. Ensuite, le peuple commence lentement à oublier ce qu’il est, et ce qu’il était. Et le monde autour de lui l’oublie encore plus vite »                                        Milan Hübl, historien
 
  
hermines début de texte.gif
 Le 16 mai 2012, François HOLLANDE, nouvellement élu à la Présidence de la République, choisissait comme chef de gouvernement, Jean-Marc AYRAULT, Député-Maire de Nantes. Nous connaissons tous sa position quant à nos revendications régionalistes ou fédéralistes. Pourtant ce dernier a choisi pour son gouvernement des personnes qui peuvent défendre nos positions, à commencer par Jean-Yves LE DRIAN, Ministre de la Défense, ou encore Marylise LE BRANCHU, Ministre de la Réforme de l'Etat, Décentralisation et Fonction Publique.
 
Nous rappelons par ailleurs aux élus qui s’opposent à cette réunification, qu’ils ne doivent pas oublier qu’ils représentent une population, laquelle s’exprime majoritairement en faveur de celle-ci, et qu’en cette qualité, ils ne doivent pas décider pour convenances personnelles de l’avenir de notre nation. 

   
hermines début de texte.gif
L’amendement de Marc LE FUR & François DE RUGY fut voté à l’Assemblée nationale le 10 janvier 2012, adoptant une clause positive au Projet de Réforme Territoriale : tel département a la possibilité de rejoindre une région, peut fusionner avec un autre…. Cet amendement n’a toujours pas été débattu au Sénat. 

hermines début de texte.gif
Le rapport de la Commission Balladur concernant la réforme des collectivités locales (remis au président de la République le 5 mars 2009) faisait état de plusieurs recommandations, entre autres, de la nécessité d’un redécoupage territorial, du regroupement de régions (de 22 on passerait à 15 régions). Réintégration de la Loire-Atlantique à la Bretagne, une seule Normandie, une seule Alsace… Ainsi est recommandé un redécoupage plus intelligent, respectant des réalités économiques et humaines, mais cette « économie » de régions se traduirait par des suppressions de fauteuils…. Moins de fauteuils, moins d’élus, moins de possibilité de cumuler…. Le « statut-quo » de l’Etat prouve qu’il n’entre pas dans son projet de rendre des régions plus fortes et plus cohérentes, plus compétitives  en en diminuant leur nombre, alors qu’il en irait de l’intérêt de tous.
 
   
hermines début de texte.gif
Les Alsaciens ont pourtant montré la voie : l’Alsace a décidé en novembre 2011 de fusionner son Conseil Général et ses Conseils Généraux – autrement dit, une seule assemblée d’élus, un « Conseil Alsacien » pour l’ensemble de l’Alsace, réunissant les Conseils généraux des départements Haut-Rhin et Bas-Rhin, et le Conseil régional. 
   
hermines début de texte.gif
Que dire des dépenses en communication de la région « Pays-de-Loire » qui s’évertue à promouvoir une région afin de créer une identité dans laquelle  les habitants pourraient se reconnaître ? 
La sauce « Ligurienne » ne prend pas, il est difficile de revendiquer une identité basée sur une région factice. !  
hermines début de texte.gif
Combien de sondages réalisés faudra t-il cumuler ? Pourquoi demander une consultation des citoyens pour refaire ce qu’un simple décret a défait sans concertation ? Certains élus nous répondent qu’il est impossible de modifier les régions sans passer par une 6ème République : dans ce cas, qu’ils nous expliquent par quelle magie la Corse quitta la Région « Provence-Côtes d’Azur-Corse »  !!! le Décret n°70-18 du 9 janvier 1970.
Ce qu'un décret a défait, un autre peut le refaire !
   
hermines début de texte.gif
Quoiqu'il en soit, qu'ils soient de droite ou de gauche, gouvernement Parlement sont à Paris; c'est dans la capitale que sont prises les décisions, que sont votées les lois. C'est pourquoi vient de naître le collectif «BREIZH ADUNANET/BERTAÈYN AGERÉAÈY» qui a pour vocation de regrouper tous les bretons de sang, de coeur ou d'âme, résidant sur la capitale et la région parisienne.
hermines début de texte.gif
Que dire d'un Etat, se disant “patrie” des droits de l'homme, donnant des leçons à l'international comme ce fut le cas récemment avec les révolutions des printemps arabe, demandant à la Turquie de reconnaître le génocide arménien, alors qu’il refuse de trancher sur la réunification malgré les multiples sondages favorables à celle-ci. Un réel refus de tout élan démocratique pour que la question soit débattue. N’est-il pas paradoxal d’entendre de la bouche d’un étranger que Nantes est en Bretagne alors que dans les écoles les élèves apprennent que ce n’est pas le cas ! 

La partition de la Bretagne est ressentie par les Bretons comme une blessure, une atteinte à l’unité de la nation bretonne qui existait bien avant que n’existe la France. Mais si le retour de la Loire-Atlantique dans sa région historique n’est que rendre justice, elle représente aussi et surtout un facteur identitaire indéniable pouvant servir d’assise pour l’essor de toute une région.
« La Bretagne est une vieille rebelle. Toutes les fois qu’elle s’est révoltée pendant deux mille ans, elle avait raison. Contre les Romains ou les Francs, contre la Monarchie ou la Révolution, contre les gouverneurs du Roi ou les représentants de la République, c’est toujours la même guerre que la Bretagne a faite, la guerre contre l’étouffante centralisation. »   Victor Hugo                                                                                                                                                                                                

breton56.gif

Samedi 30 juin 2012 , «BREIZH ADUNANET/BERTAÈYN AGERÉAÈY» tenait donc à faire ses premiers pas en remettant à plusieurs intéressés ses revendications:

30 juin,1941,1955,anniversaire,pétain,vichy,pfimlin,bretagne,bretagne réunie,breizh adunanet,réunification de la bretagne,j.m. ayrault,j.y le drian,m. le branchu,e. valls,f. hollande10h00 : Mairie de Paris XIVème,
11h00 : Mairie de Paris Xvème,
14h30 :«BREIZH ADUNANET/BERTAÈYN AGERÉAÈY» est rejoints par BRETAGNE REUNIE délégation Ide-de-France) pour poursuivre nos "rendez-vous" ministériels:
15h00: Elysées: remise de nos revendications à F. HOLLANDE.
15H30: Matignon pour remettre nos lettres respectives à J.M. AYRAULT
16h00: Ministère de l'Intérieur: E. VALLS
16H30: Ministère de la Défense: J.Y LE DRIAN
17h00: Ministère de la Réforme Territoriale: M. LEBRANCHU. Le ministère étant fermé, cette lettre sera remise ultérieurement. 
 
 

30 juin,1941,1955,anniversaire,pétain,vichy,pfimlin,bretagne,bretagne réunie,breizh adunanet,réunification de la bretagne,j.m. ayrault,j.y le drian,m. le branchu,e. valls,f. hollande

14h15: arrivée de notre délégation Bretagne Réunifiée. Nous ne sommes que trois, trois anonymes à la sortie du métro Miromesnil. Nos Gwen ha du sont pliés, bombarde rangée... Et pourtant: quasiment en temps réel, arrive un véhicule de police où en descendent deux agents. De l'autre côté du carrefour, on aperçoit un fourgon. 

30 juin,1941,1955,anniversaire,pétain,vichy,pfimlin,bretagne,bretagne réunie,breizh adunanet,réunification de la bretagne,j.m. ayrault,j.y le drian,m. le branchu,e. valls,f. hollande

14H30: nous attendons la délégation des collectifs Bretagne Réunie et 44=Breizh. Qu'ils sont nombreux les véhicules de la Préfectures à passer par là ! Coïncidence ou pas, il est vrai que le palais présidentiel se trouve à l'autre bout de la rue.....

Histoire de tuer le temps, une conversation très sympa est entamée avec les agents de la Préfecture de Police, interrogatifs dans un premier temps car ignorant les raisons de notre présence et de nos démarches.

30 juin,1941,1955,anniversaire,pétain,vichy,pfimlin,bretagne,bretagne réunie,breizh adunanet,réunification de la bretagne,j.m. ayrault,j.y le drian,m. le branchu,e. valls,f. hollande14H45: nos collectifs sont présents, nous sommes 8, bien moins nombreux que les agents des forces de l'ordre. "Accompagnés" par des agents à pied, entenue ou en civil, et d'un véhicule banalisé, nous prenons le chemin de l'Elysée. Très rapidement, nous sommes arrêtés avant d'arriver au Palais présidentiel. Nous apprenons alors que seule une délégation de deux personnes sera autorisée à y entrer pour porter nos revendications à François Hollande, Président de la République.

Le Ministère de l'Intérieur étant voisin, la délégation s'y rend. Les services de police interdisent aux autres de les rejoindre.


30 juin,1941,1955,anniversaire,pétain,vichy,pfimlin,bretagne,bretagne réunie,breizh adunanet,réunification de la bretagne,j.m. ayrault,j.y le drian,m. le branchu,e. valls,f. hollande15H15: départ des collectifs pour Matignon, toujours bien escortés. Un grand merci d'ailleurs car leur nombre et leurs différentes tenues nous ont fait de la publicité, surtout que notre cheminement nous faisait traverser les Champs-Elysées afin d'accéder au pont Alexandre III.

30 juin,1941,1955,anniversaire,pétain,vichy,pfimlin,bretagne,bretagne réunie,breizh adunanet,réunification de la bretagne,j.m. ayrault,j.y le drian,m. le branchu,e. valls,f. hollande


15H45: Matignon - remise de nos revendications à J.M AYRAULT; même topo, seules deux personnes sont autorisées à entrer.






30 juin,1941,1955,anniversaire,pétain,vichy,pfimlin,bretagne,bretagne réunie,breizh adunanet,réunification de la bretagne,j.m. ayrault,j.y le drian,m. le branchu,e. valls,f. hollande


16H15: Ministère de la Défense - remise de nos lettres à J.Y LE DRIAN;



17H00: Ministère de la Réforme Territoriale (M. LE BRANCHU) fermé. Notre parcours du jour s'arrête là !



Contacts “BREIZH ADUNANET / BERTAEYN AGEREAEV”
Fabrice: 06.16.51.01.67 – Jean-Marc :06.24.65.65.56
breizh.adunanet@gmail.com
Groupe: breizhadunanet.bertaeynagereaey@groups.facebook.com

La Résistance de la Langue Bretonne

hermines début de texte.gif1539, 10 et 15 août - Ordonnance de François Ier, Villers-Cotterêts

L'ordonnance comprend 192 articles. Cette ordonnance interdit au breton d'être utilisé dans les documents juridiques et commerciaux, ni même dans la publicité. Jusque là, les actes légaux et noatriés étaient rédigés en latin, la langue de toutes les personnes instruites de l'époque.

Art. 111: «Et pour ce que telles choses sont souvent advenues sur l'intelligence des mots latins contenus dans lesdits arrêts, nous voulons dorénavant que tous arrêts, ensemble toutes autres procédures, soit de nos cours souveraines et autres subalternes et inférieures, soit de registres, enquêtes, contrats, commissions, sentences, testaments, et autres quelconques actes et exploits de justice, ou qui en dépendent, soient prononcés, enregistrés et délivrés aux parties, en langage maternel et non autrement».

Autrement dit, les affiches de festoù-noz (pour fêtes de nuit) qui sont rédigées en breton, sont des documents illégaux.

Formellement, la langue bretonne, et les personnes parlant le breton, sont "hors-la-loi". La République Française est conue pour sa reconnaissance des droits des minorités ethniques et linguistiques dans le monde entier, mais c'est loin d'être le cas pour ce qui concerne son propre territoire.

Les représentants de la France, ont toujours refusé de signer l'article 27 de la Déclaration des Droits Civils et Politiques, car cela obligerait l'Etat français à respecter les droits linguistiques des bretonnants. Il en sera de même pour la ratification de la Charte Européenne des Langues Minoritaires Autochtones.

hermines début de texte.gif

1822

"Aujourd'hui, le bas-breton, le basque, le gaélique, meurent de cabane en cabane, à mesure que meurent les chevriers et les laboureurs"

CHATEAUBRIANT, Mémoires d'Outre-Tombe, 1848


hermines début de texte.gif

1831

"La Basse-Bretagne, je ne cesse de le dire, est une contrée à part qui n'est plus la France. Ecxeptez en les villes, le reste devrait être soumis à une sorte de régime colonial. Je n'avance rien d'exagéré. Créons pour l'amélioration de la race bretonne, quelques unes de ces primes que nous réservons aux chevaux et faisons que le clergé nous seconde en l'accordant la première communion qu'aux seuls enfants parlant le français."

Auguste ROMIEU, sous-préfet de Kemperlé

"Il faut, par tous les moyens possibles, favoriser l'appauvrissement du breton, jusqu'au point où, d'une commune à l'autre, on ne puisse pas s'entendre (...), car alors la nécessité de communication obligera le paysan d'apprendre le français. Il faut absolument détruire le langage breton. "

Lettre des Préfets des Côtes du Nord et du Finistère                                                         à MONTALIVET, ministre de l'Instruction Publique. 

"Les Bas-Bretons ont un langage dur et difficile à comprendre. Leurs habitudes, leurs coutumes, leur crédulité et leurs superstitions leur laissent à peine une place au-dessus de l'homme sauvage. Le paysan y est d'une malpropreté dégoûtante. Son habitation peut presque se comparer à celle d'Hottentots (...) En général les paysans ont une mauvaise physionomie, stupide et brutale à la fois."

Malte BRUN, Les jeunes voyageurs en France

hermines début de texte.gif

1835

"Croyez-moi, Monsieur, le catalan qui me faisait tant enrager n'est qu'un jeu d'enfant auprès du bas-breton. C'est une langue que celle-là. On peut la parler fort bien, je crois, avec un bâillon dans la bouche, car il n'y a que les entrailles qui paraissent se contracter quand on cause en bas breton. Il y a surtout l'h et le c'h qui laissent loin derrière la jota espagnole. Les gens qui parlent cette belle langue sont bons diables, mais horriblement sales (...) On voit dans les villages les enfants et les cochons se roulant pêle-mêle sur le fumier, et la pâtée que mangent les premiers serait probablement refusée par les cochons du Canigou."

Prosper MERIMEE, Lettre à Jaubert de Passa

hermines début de texte.gif

1836

"Vous saurez d'abord que c'est vers la Bretagne, la douce et la bretonnante, que sont dirigées les courses cette année (...) Quant aux naturels du pays hélas! C'est la province sans soleil. Croiriez vous que j'ai fait quatre cent lieues en Bretagne sans déboutonner ma braguette. Impossible de toucher sans pincette les personnes du sexe de Brest, Morlaix, Saint Brieux, Rennes, Vannes, Quimper. Ce n'est qu'à Nantes que la Providnce m'a envoyé soulagement (...) Au lieu de votre joli patois dont on comprend toujours quelque chose, c'est une langue que le diable a inventée que l'on parle là-bas et qui n'a pas moins de quatre dialectes très différents. Lavarèt d'in pélec'h azô ünenbennak ago zéfé gâllec ? Voilà tout ce que j'ai pu apprendre à dire m'écorchant le gosier: Dites moi où il y a quelqu'un qui parle le français. Jamais, à moins qu'on ne lui fasse une opération chirurgicale, un Provençal ne prononcera Pélèc'h. Mngez une olive crue, et en crachant, vous ferez un bruit approchant ce c'h. Par dessus le marché, ces sauvages ne m'ont-ils pas persécuté dans leurs journaux, m'accusant d'avoir enlevé d'autorité à leur province un manuscrit d'un certain barde du Vème siècle, Guiclan ou Guinclan, manuscrit que j'ai cherché partout inutilement et dont j'ai appris  l'existence à la plupart de leurs doctes."

Prosper MERIMEE, Lettre à Requien

hermines début de texte.gif

1842

Le Recteur approuve le règlement pour les écoles primaires élémentaires de l'arrondissement de Lorient, disposant entre autres:

"Art.21. Il est défendu aux élèves de parler breton, même pendant la récréation et de proférer aucune parole grossière. Aucun livre breton ne devra être admis ni toléré."

hermines début de texte.gif

1845

"Surtout rappelez-vous, messieurs, que vous n'êtes établis que pour tuer la langue bretonne."

Un sous-préfet du Finistère, Discours aux instituteurs

hermines début de texte.gif

1866

"Le Tribut de Nomenoe (du Barzaz Breiz) est un poème de 140 vers, plsu grand que l'Illiade, plus beau, plus parfait qu'aucun chef d'oeuvre sorti de l'esprit humain. (...) En vérité, aucun de ceux qui tiennent une plume ne devrait rencontrer un Breton sans lui ôter son chapeau."

George SAND, Promenades autour d'un Village

hermines début de texte.gif

1874

" Si l'on veut comprendre la Vendée, qu'on se figure cet antagonisme: d'un côté, al Révolution française, de l'autre le paysan breton. En face de ces évènements incomparables, menace immense de tous les bienfaits à la fois, accès de colère de la civilisation, excès du progrès, amélioration démesurée et initelligente, qu'on place ce sauvage grave et singulier, cet homme à l'oeil clairet aux longs cheveux, vivant de lait et de châtaignes, borné à son toît de chaume, à sa haie et à son fossé, distinguant chaque hameau du voisinnage au son de sa cloche, ne se servant de l'eau que pour boire, ayant sur le dos une veste de cuir avec des arabesques de soie, inculte et brodé, tatouant ses habits comme ses ancêtres les Celtes avaient tatoué leurs visages, respectant son maître dans son bourreau, parlant une langue morte, ce qui est faire 'habiter une tombe à sa pensée, piquant ses boeufs, aiguisant sa faux, sarclant son blé noir, pétrissant sa galette de sarrasin, vénérant sa charrue d'abord, sa grand-mère ensuite, croyant à la Sainte Vierge et à la Dame Blanche, dévot à l'autel et aussi à la heute pierre pystérieuse debout au milieu de la lande, laboureur dans la plaine, pêcheur sur la côte, braconnier dans le hallier, aimant ses rois, ses seigneurs, ses prêtres, ses poux; pensif, immobile, souvent des heures entières nsur la grande grève déserte, sombre écouteur de la mer.

Et qu'on se demande si cet aveugle pouvait accepter cette clarté (...)"

Victor HUGO, Quatre-Vingt Treize

"La Bretagne est une vieille rebelle. Toutes les fois qu'elle s'était révoltée pendant deux mille ans, elle avait eu raison; la dernière fois, elle a eu tort. Et pourtant au fond, contre la Révolution comme contre la Monarchie, contre les représentants en mission comme contre les gouverneurs ducs et pairs, contre la planche aux assignats comme contre la ferme des gabelles, quels que fussent les personnages combattant, Nicolas Rapin, François de La Noue, le capitaine Pluviaut et la dame de La Garnache, ou Stofflet, Coquereau et Lechandelier de Pierreville, sous M. de Rohan contre le roi et sous M. de La Rochejaquelein pour le roi, c'était toujours la même guerre que la Bretagne faisait, la guerre de l'esprit local contre l'esprit central."

Victor HUGO, Quatre-Vingt Treize

hermines début de texte.gif

1880

Naissance de l'enseignement gratuit, laïque, francophone et obligatoire, crée par Jules FERRY

L'article 14 du règlement modèle ndes écoles primaires reprend l'article 29 du règlement de 1850, et exclut la langue bretonne de l'école. C'est le premier coup porté contre la langue bretonne. L'école, catholique ou républicaine, ignore le breton dans l'enseignement, dénigre ses utilisateurs et persécute les enfants bretonnants par l'utilisation du "symbole" ou de la "vache", traumatisant des générations de bretonnants et préparant l'éradication de la langue.

hermines début de texte.gif

1888

"Le petit Breton est abandonné à lui-même dès qu'il peut marcher. A peine vêtu, malpropre, il parauge toute la journée par les chemins, mange à l'écart un morceau de pain noir, joue peu, ne parle pas (...) S'il a huit ans d'âge physiquement, il en a trois àpeine pour le développement intellectuel. Y a-t-il lieu, dans ces conditions, de tenir compte des quelques mots bretons qui lui ont suffi pour traîner jusque là une vie rudimentaire ? Je ne le crois pas. Mieux vaut admettre qu'il ne sait rien et commencer par le commencement, comme on fait à l'école maternelle."

Poitrineau, Inspecteur d'Académie à Vannes

hermines début de texte.gif

1897

François JAFFRENNOU, dit Taldir, compose le Bro Goz Ma Zadou, sur l'air de l'hymne national gallois (composé en 1846 par William James). Il devient l'hymne national breton.

"Un principe qui ne saurait jamais fléchir: pas un mot de breton en classe ni dans la cour de récréation."

DAUSIMONT, inspecteur d'académie, Discours aux instituteurs

 

hermines début de texte.gif

1902

"L'école ni le régiment n'ont encore sensiblement atténué l'emploi du "bresoneck" qui reste langue courante usuelle de toute la Basse-Bretagne."

SERIS, L'enseignement du Français dans les écoles bretonnantes du Finistère,

La Revue Pédagogique, 15 mars 1902

"A la campagne, parler français c'est se faire remarquer et passer pour un étranger. De fait, c'est en breton que le recteur (curé) prêche, confesse, donne ses instructions, en breton que se traitent les affaires au marché, en breton que délibèrent la plupart des conseils municipaux (...) le breton reste la langue du foyer."

SERIS

"Que l'Eglise n'accorde la première communion qu'aux seuls enfants parlant français."

DANTZER, inspecteur d'académie, Discour devant le Conseil Général du Morbihan


hermines début de texte.gif

1902, 23 septembre

Emile COMBES, président du Conseil, adresse aux préfets des départements du Finistère, Morbihan et Côtes du Nord (Côtes d'Armor actuelles), une instruction interdisant aux curés d'enseigner le catéchisme et de prononcer leurs sermons en breton dans les églises. Le breton fait les frais de la guerre idéologique que mène l'Etat républicain contre le clergé catholique. C'est le deuxième grand coup porté à la langue bretonne.

"Les prêtres bretons veulent tenir leurs ouailles dans l'ignorance en s'opposant à la diffusion de l'enseigenement et en utilisant que la langue bretonne dans les instructions religieuses et le catéchisme. Les Bretons ne seront républicains que lorsqau'ils parleront le français."

Emile COMBES, président du Conseil

 

hermines début de texte.gif

1914

Le gouvernement français fait imprimer des affiches demandant aux Bretons de lui confier leur or pour soutenir l'effort de guerre.

Le soldat François LAURENT, de Melioneg, refuse un ordre qu'il n'avait pas compris car bretonnant: il est fusillé. Certains y voient l'abusrdité de cette guerre, d'autres la nécessité de franciser les bretons pour l'efficacité de l'armée française.

hermines début de texte.gif

1914-1918

La population masculine bretonnante rescapée des massacres, ayant subi 4 années de traumatismes physiques et psychiques et de francisation aux armées, reviendra au pays, dans leurs familles, contribuant à la francisation au coeur même des familles bretronnantes. Troisième coup porté à la langue bretonne.

hermines début de texte.gif

1925, 19 juillet

Exposition Universelle de Paris, inauguration du pavillon de la Bretagne:

"Pour l'unité linguistique de la France, la langue bretonne doit disparaître."

Anatole de MONZIE, ministre de l'Instruction Publique."

S'il était parmi nous aujourd'hui, nul doute qu'il prônerait une unité linguistique pour l'Europe. En dirait-il autant pour la disparition de la langue française pour le bénéfice d'une unité linguistique européeenne ?

 

1950.JPG


hermines début de texte.gif

1932

Le groupe clandestin Gwenn-ha-Du fait sauter le monument commémorant l'union de la Bretagne à la France, à ma mairie de Rennes. Cet acte provoque la répression policière contre le mouvement culture, qui amènera le PCF à soutenir les revendications culturelles retonnes.

"La seule réponse à faire aux revendications linguistiques bretonnes, c'est d'emprisonner tous ceux qui les formulent."

Albert DALIMIER, ministre du Travail & ministre de la Justice,

Discours à Tréboul, 11 sept.1932


hermines début de texte.gif

1941, 30 juin - Décret PETAIN n°2727/2736

1941.07, le 1er-  décret.jpg


La Loire-Inférieure (Loire-Atlantique actuelle) est retirée de sa région d'origine, la Bretagne. Unanimement attestée depuis près de onze siècle, ce décret appuyé par aucun référendum, renie toute une page d'histoire.


L'arrêté CARCOPINO autorisde l'enseignement du breton, à raison d'une heure et demie facultative, mais il faudra attendrev 1942 pour que l'on pense à rémunérer les enseignants.

hermines début de texte.gif

1948

Déclaration Universelle des Droits de l'Homme: elle reconnaît la liberté d'expression sans discrimination de langue.

hermines début de texte.gif

1951

La loi DEIXONNE autorise l'enseignement du breton, basé sur le volontariat des enseignants et des élèves. Le manque de formation des enseignants assure l'inefficacité de la loi.

Malgré plusieurs tentaives de gauche ou du centre, il n'y aura pas d'autres lois votées pour assurer la promotion ou la reconnaissance de l'existence de la langue bretonne.

hermines début de texte.gif

1955, 30 juin - Décret PFIMLIN

Création de la région "Pays-de-Loire", entérinant la partition de la Bretagne, excluant la Vendée de sa région historique "Vendée-Poitou-Charente". Nantes devient capitale de cette région artificielle.

hermines début de texte.gif

1958, 3 juillet - Constitution de la Vème République

"la langue de la République est le français (...) les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France."


hermines début de texte.gif

1972

"Il n'y a pas de place pour les langues et cultures régionales dans une France destinée à marquer l'Europe de son sceau."

George POMPIDOU, Président de la République Française

hermines début de texte.gif

1978

A Ploërmel, Valéry Giscard d'Estaing, Président de la République (1974-1981) annonce l'octroi de la "Charte Culturelle Bretonne".

"La présente Charte constitue de la part de l'Etat (...) un acte de reconnaissance de la personnalité culturelle de la Bretagne et l'engagement d'en garantir le plein épanouissement."

Charte Culturelle

hermines début de texte.gif

1981

Proposition de loi LE PENSEC, concernant le statut officiel pour le breton et les autres langues dites "régionales".

" Au delà des bonnes paroles il faut des actes (...) Le temps est venu d'un statut des langues et cultures de France. Le temps est venu de leur ouvrir grandes les portes de l'école, de créer des sociétés régionales de radio et télévision permettant leur diffusion, de leur accorder toute a place qu'elles méritent dans la vie publique."

François MITTERAND, Discours de campagne présidentielle, à Lorient,

Président de la République Française (1981-1995)

hermines début de texte.gif

1985

"Ce n'est pas rendre service à des enfants que de les enseigner dans une langue qui n'a pas d'avenir".

Jean-Pierre CHEVENEMENT, ministre de l'Education Nationale

Création du CAPES de breton, permettant de recruter des enseignants pour les établissements secondaires.

" Monsieur LANG ayant créer un Capes de patois breton, pourquoi ne pas créer un Capes de mendicité ? Il y a une culture à préserver, comme on dit de nos jours."

Jean DUTOURD, France-Soir Magazine, Novembre 1985

hermines début de texte.gif

1989

Création du DEUG de breton

"Le breton, plus on en parle, moins on ne le parle."

Didier EUGENE, directeur de la page Bretagne, Ouest-France, 1er août 1989

hermines début de texte.gif

1990

La France signe la Convention Internationale relative aux droits de l'Enfant. Cependant, elle émet une réserve à propos de l'article 30, concernant les droits des enfants des minorités ethniques et linguistiques, sous le prétexte que la Constitution ne reconnaît pas l'existence de minorités sur son sol.

hermines début de texte.gif

1992

Modification de l'article 2 de la Constitution de la Vème République. La langue bretonne devient anticonstitutionnelle.

"Le français est la langue de la République"

Article 2, Constitution de la Vème République Française

hermines début de texte.gif

1999

Pierre MOSCOVICI, ministre des Affaires Européennes du gouvernemenbt socialiste de Lionel JOSPIN, signe la Charte des Langues Européennes.

Jacques CHIRAC, Président de la République (1995-2007) saisit le Conseil Constitutionnel, lequel déclare cette signature non conforme à l'article 2 de la Constitution.

Refusant de modifier cet article, la Charte ne peut être ratifiée.

Création de Ofis ar Brezhoneg

"Si des langues régionales étaient menacées, je serai le premier à les défendre."

Georges SARRE, députe MDC de Paris

"Non aux identités factices."

Jean-Pierre CHEVENEMENT, ministre de l'Intérieur

"Personne en Bretagne ne croit à la possibilité de sauver le breton."

Jean DU & Yves LE BERRE, enseignants de breton, Université de Bretagne Occidentale            Colloque à la Sorbonne.








 

 




 

25/06/2012

Euro 2012

78586-euro-2012.jpg

Alors voilà! Je vais faire court. L'Euro pour les Bleus s'arrête au 1/4 de finales, après une défaite contre l'Espagne 0-2.

Les Bleus ont joué un match amical contre une équipe d'Espagne Championne en titre et Championne du monde, mais qui a montré qu'elle était plus que prenable. Les Bleus n'ont pas VOULU en profiter.

euro 2012,pologne,ukraine,les bleus,foot




Jouer ainsi un tel match est une vraie honte ! C'est oublier le maillot que l'on porte, c'est oublier les supporters qui ont fait le déplacement, c'est n'avoir aucune fierté, c'est oublier que des millions de français et d'autres amoureux du football vous regardent, c'est oublier ceux à qui on a pris la place.







Ce qui me désole le plus, c'est l'après-match, et c'est inquiétant:

- Comment K.Benzema paut-il conclure un tel match en disant qu'ils ont bien joué ? S'ils avaient mal joué, le score aurait été de .... 0-8 ?

- Que dire de la réaction à chaud de S.Nasri qui déteste les journalistes mais qui oublie le maillot qu'il défend ?


Il n'y a plus aucun respect, ni même de patron dans l'équipe, j'entends par là un patron que l'on respecte pour ses qualités sportives et collectives, que l'on écoute dès lors qu'il gueule dans les vestiaires. Certains refusent apparemment ce rôle ! F.Ribery, Malouda, Evrard se sont-ils effacés pour faire oublier le scandale de la dernière coupe du monde ? Benzema, Loris ? Je ne sais pas.


Plusieurs joueurs ont pourtant montré quelque chose, je pense à Kolcieny, Cabaye, d'autres auraient sans doute voulu tremper le maillot ( M.Martin...), que dire de ceux qui n'ont pas été sélectionné ou qui ont été bouté au dernier moment (Gourcuff...)...


Apparemment l'équipe de France est incapable de porter les valeurs qu'elles défendaient auparavant, faute à de mauvais garçons, qui sont aussi de mauvais sportifs car ils oublient que s'ils sont les meilleurs joueurs dans de grands clubs étrangers, ils en oublient le principal: mouiller le maillot et défendre les couleurs qu'ils portent !


Et dire que les joueurs partent avec une prime de 100.000€ pour leur qualification en 1/4 de finales ! Vu le salaire de la plupart des joueurs, cette prime ne devrait pas leur manquer, et s'ils ont ne serait-ce qu'un minimum de respect envers eux, ils devraient la refuser !


Alors pour l'avenir, j'aurais un conseil pour le futur sélectionneur, je doute en effet que L.Blanc accepte de rester avec une telle équipe de bras cassés: porter le maillot de l'équipe national se mérite par ses performances sportives mais surtout par ses qualités humaines, son esprit collectif, son humilité. Qu'importe si à l'avenir, les Bleus doivent se passer d'un de ses meilleurs joueurs, pourvu que l'ambiance reste saine et que les Bleus ne soient plus la risée du monde.

 

Euro 2012, Pologne, Ukraine, les Bleus, foot


22/06/2012

2012.06, le 30 - BREIZH ADUNANET 1ère

Voilà c'est parti !

Notre collectif lance son 1er appel aux Bretons de Paris et ses alentours

599420_4184652534781_633820810_n.jpg

Les XIVème et XVème Arrondissements de Paris étant ceux qui accueillent le plus de Bretons, c'est naturellement vers ces mairies que nous allons nous rendre afin de remettre la lettre infra:


 Messieurs les Maires des XIVème et XVème Arrondissements de PARIS,

Notre collectif « BREIZH ADUNANET / BERTAÈYN AGERÉAÈY» vient vers vous en ce 30 juin 2012 qui est un double  « anniversaire »  (30 juin 1941 : le Régime de VICHY promulgue le Décret 2727/2736 qui sépare la « Loire Inférieure » du reste de la « Bretagne Historique » [l’appartenance du Pays Nantais à la Bretagne est unanimement attestée du 22 août 851 au 30 juin 1941 : près de ONZE siècles d’Histoire avérée !] / 30 juin 1955 : le Décret Pfimlin, décidant du lancement de « programmes d'action régionale » [en vue de promouvoir l'expansion économique et sociale des différentes Régions], confirme celui de 1941 faisant de NANTES la Capitale d’une « Région Pays-de-la-Loire » construite de toutes pièces !!!).

Nos « frères et sœurs » Breton(ne)s des 5 Départements Historiques manifestent aujourd’hui devant les Préfectures et Sous-Préfectures concernées : pour notre part, nous nous adressons à vous, qui administrez les Breton(ne)s de PARIS, en vous incitant à rejoindre la démarche de « Bretagne Réunie » et du Collectif  "44=BZH" de « Breizh Unvanet » : de même que bien des Conseils Municipaux des 5 Départements Historiques ont voté une résolution demandant la Réunification Administrative, nous incitons les Conseils Municipaux (XIVème et XVème) de PARIS à faire de même !

En effet, si en 1986, un sondage réalisé par le centre de recherche CRÉA pour FR3 Nantes Magazine indiquait que seulement 44 % des habitants de Loire-Atlantique y était favorables, cette proportion montait à 66 % dans une étude réalisée en 1998 par la Sofres pour Pèlerin Magazine. Depuis une série de sondages a conforté l'idée que l'opinion publique était largement favorable au rattachement, dans des proportions variables : 68 % des habitants de Loire-Atlantique en 1999 selon un sondage TMO pour Ouest-France-Dimanche, 71 % en 2000 selon une étude de l'Institut CSA (pour 63 % dans les quatre autres départements bretons), 75 % en Loire-Atlantique en 2001 selon l'Ifop (63% en Bretagne Administrative selon un autre sondage réalisé la même année par le C.R.E.S. du Royaume-Uni), puis 56 % en 2002 et 67 % en novembre 2006 selon le même institut. Cependant le premier sondage TMO-région réalisé 1999 sur un échantillon de 904 personnes a souvent été partiellement présenté dans la littérature. Une question symétrique avait été posée : Êtes-vous pour le maintien de la région "Pays-de-Loire" ? 1) tout à fait d'accord, 2) un peu d'accord, 3) un peu contre et 4) tout à fait contre. Le résultat de la question symétrique a montré qu'il y avait aussi une majorité favorable au maintien des Pays-de-Loire (25 % de oui et 38 % de un peu oui, soit 64 %). Un autre sondage réalisé en 2002 par TNS Sofres, formulé de façon différente, donnait un résultat opposé à ceux émis par les autres instituts. Interrogés sur la meilleure formule en matière d'organisation territoriale pour la Loire-Atlantique, 29 % des sondés étaient favorables au rattachement administratif de la Loire-Atlantique à la Bretagne, contre 32 % pour le « maintien des structures régionales actuelles » et 36 % pour « La mise en place d'une grande "Région Ouest" dont ferait partie la Loire-Atlantique ». En 2003, TMO-région a effectué un sondage symétrique sur des questions à choix multiples : D'ici vingt ans, quelle évolution souhaitez-vous pour la région Bretagne ? 1) je souhaite qu'elle reste à quatre départements, 2) je voudrais qu'elle passe à 5 départements, 3) je voudrais que les régions "Bretagne" et "Pays-de-Loire" fusionnent, 4) je voudrais qu'on passe à une région encore plus grande, "le Grand Ouest". Pour la question pro Bretagne, les partisans de la Bretagne réunifiée représenteraient 37%. Quant à la question symétrique (d'ici vingt ans, quelle évolution souhaitez-vous pour les Pays-de-Loire ?), les résultats n'ont jamais été présentés dans la littérature. En juin 2006, une étude détaillée et commentée de TMO Régions pour France 3 Ouest (télévision publique locale organisée sur la base du regroupement des deux rédactions régionales de France 3 Bretagne et France 3 Pays-de-la-Loire), a été menée afin de conduire à une « mesure plus exacte » de l'opinion sur la question du rattachement. À cette fin, la société de sondage a posé une question symétrique (« la Loire-Atlantique doit-elle rester attachée à la région des Pays-de-la-Loire ? ») à celle posée traditionnellement (« la Loire-Atlantique doit-elle être rattachée à la région Bretagne ? »), tout en proposant par ailleurs une réponse « ne sait pas » aux sondés. Le résultat de ce sondage confirme ceux obtenus dans la plupart des autres études, à savoir que 63 % des sondés des deux régions ayant exprimé une opinion sont favorables au rattachement de la Loire-Atlantique (soit 66 % en région Bretagne, 68 % en Loire-Atlantique et 61 % dans la région Pays de la Loire). Le résultat indique cependant une importante proportion d'indécis (respectivement 29 % en région Bretagne, 19 % en Loire-Atlantique et 31 % en région Pays de la Loire), dont la prise en compte amène à nuancer le bilan apparent. Personnes « sans opinion » comprises, la proportion de sondés favorables au rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne est de 47 % en région Bretagne, de 55 % en Loire-Atlantique et de 42 % en région Pays-de-la-Loire. Les réponses à la question symétrique donnent un résultat contradictoire pour la Loire-Atlantique. En effet, personnes « sans opinion » comprises, la part des sondés favorables au maintien de l'attachement de la Loire-Atlantique dans la région Pays-de-Loire est de 37 % en Bretagne, de 60 % en Loire-Atlantique et de 63 % dans l'ensemble des Pays-de-Loire. Selon les auteurs du sondage, les résultats paradoxaux pour la Loire-Atlantique, pour laquelle les sondés expriment à la fois le choix pour le rattachement et celui pour le maintien, révèlerait que « pour la majorité des personnes interrogées, y compris en Loire-Atlantique, la question du rattachement du département à l’une ou l’autre des régions est sans doute secondaire, loin des préoccupations quotidiennes». Ces résultats pourraient plus simplement indiquer, sur un plan plus général, l'absence de fiabilité des simples sondages d'opinion, lorsqu'ils portent sur des problématiques aussi complexes que celles de l'identité perçue ou réelle. Enfin, d'après les auteurs, sur l'ensemble des deux régions, l'étude tendrait à montrer que la part des personnes favorables au rattachement augmente nettement avec l'âge, ce qui conduirait à une baisse mécanique de cette population dans la prochaine décennie. Cette dernière analyse n'a cependant aucune valeur scientifique. Les sondages sont en effet limités par principe à la photographie et à l'étude de l'opinion à un moment précis. Ils ne peuvent en aucun cas porter sur l'état de l'opinion à venir. L'étude de TMO Régions a été contestée par Yves Lainé, membre de l'Institut culturel de Bretagne. Il montre qu'en dépit du fait que l'étude prétend s'appuyer sur « l'échantillon le plus conséquent sur ce thème », celui-ci n'a rien d'exceptionnel pour la région bretonne (478 sondés) et est l'un des plus faibles réalisés en Loire-Atlantique (184 sondés auxquels s'ajoutent les 338 personnes interrogées dans le reste des Pays de la Loire). Selon Yves Lainé, la suggestion de la réponse « ne sait pas » dans le sondage contribue à diluer encore plus les résultats et « aboutit à un "Ouest" qui ne sait pas ce qu’il veut ». Il remarque que l'hypothèse retenue pour justifier une baisse de l'opinion « pro » réunification est que les sondés ne changent pas d'avis dans l'avenir. Or, selon lui, « si l’on rapproche les résultats des sondages depuis 15 ans qui montrent que cette demande ne faiblit pas alors que – mécaniquement – la part des plus jeunes se renforce, on est obligé d’en conclure que des ANTI deviennent PRO plus souvent que l’inverse ». Le niveau d'éducation et d'accès à l'information des jeunes générations pourrait jouer un rôle prépondérant en la matière.

Lainé déplore aussi la non-validation de la connaissance de l'espace concerné par le sondé. Il précise qu'en 1999, 43 % des habitants de la Loire-Atlantique ne savaient pas qu'ils faisaient partie de la région Pays-de-la-Loire et que certains pensaient même être toujours en Bretagne. Cependant dans sa critique, Yves Lainé ne fait pas référence aux résultats de la question « symétrique » que ce sondage est le seul à avoir posé. Dans un autre sondage Ifop pour Ouest-France publié le 7 mars 2009, les résultats font apparaître qu'une majorité de Bretons fait le choix d'une évolution du découpage régional (52 %), et, dans cette hypothèse de changement qui est au demeurant la seule envisagée par le rapport "Il est temps de décider" du Comité pour la réforme des collectivités locales présidé par Édouard Balladur, le choix du rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne est majoritaire par rapport aux 2 autres choix proposés, que ce soit en Loire-Atlantique (27 % contre 14 % pour un regroupement des régions Pays-de-la-Loire et Bretagne, et 6 % pour un regroupement de ces 2 régions administratives avec celle de Basse-Normandie) ou bien en Bretagne administrative (32 % contre 14 % et 6 %). Toutefois, une part importante des sondés a opté pour un premier choix : « Qu'on en reste à la situation actuelle », choix non-décrit à la différence des autres options (le sondeur supposant que la situation actuelle est connue) : 48 % des sondés de la Bretagne administrative et 53 % de ceux de Loire-Atlantique ont effectué ce choix, alors qu’ils auraient pu opter pour « Ne se prononce pas ». Les résultats du sondage sont donc en apparence contradictoires avec ceux de sondages récents et ils doivent être examinés avec une très grande prudence. Le sondage a été réalisé dans un contexte de début de crise économique mondiale, immédiatement après la publication le 5 mars 2009 du rapport du comité Balladur. Ce rapport a notamment proposé un allègement des structures des collectivités locales, ce qui a suscité de fortes réactions de la part des élus locaux. Les réponses, si on leur accorde un crédit, traduiraient un intérêt secondaire porté à la réforme territoriale dans un contexte teinté de fortes incertitudes, plutôt qu'un véritable rejet de cette réforme. La crise économique a pu fortement influencer les réponses des sondés en les orientant vers un choix "sûr", celui du statu quo, "Qu'on en reste à la situation actuelle". Les sondés ont pu exprimer également une exaspération vis-à-vis de la classe politique en général, accusée de se préoccuper de questions annexes par rapport à leurs préoccupations quotidiennes (sondage à mettre en parallèle avec l'impopularité croissante de certains élus). Il y a donc très probablement interférence d'éléments extérieurs aux questions posées. Un autre sondage réalisé par le CSA à la demande du CNRS est publié le 26 mars 2009. Ce sondage limité à la Région Bretagne Administrative et réalisé auprès d'un échantillon de 900 personnes donne un résultat de 51 % de personnes favorables au rattachement de la Loire-Atlantique à la région Bretagne (dont 26 % tout à fait d'accord et 25 % plutôt d'accord), 28 % s'y déclarent opposés (9 % plutôt pas d'accord, et 19 % pas du tout d'accord). L'enquête tient aussi compte des sans-opinions représentant 20 % des personnes interrogées et d’1 % des sondés ayant refusé de répondre.

Nous souhaitons par ailleurs attirer votre attention sur la nécessité de la ratification par la France de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires adoptée par la Convention de 1992 mais jamais appliquée par la France (sont concernées la langue "bretonne" de Basse-Bretagne ET la langue "gallèse" de Haute-Bretagne).

Nous souhaitons enfin évoquer la Réforme Territoriale imaginée par le Comité de réflexion "Balladur" : Si le « Grand Paris » ne nous concerne pas, nous qui sommes Breton(ne)s d’origine et/ou de cœur et d’âme, une simple fusion Région + Départements n’est pas suffisante : en Bretagne nous avons des "Pays" (Broioù Breizh-Izel/Paeïz dë Hautt-Bertaèyn) qui doivent être reconnus pour ce qu’ils sont (une RÉALITÉ historique/culturelle).

Voilà, Messieurs les Maires des XIVème et XVème Arrondissements de Paris, ce que nous avions à vous dire, à vous, à vos Adjoints et à l’ensemble de vos Conseils Municipaux d’Arrondissements respectifs : Merci d’avoir pris le temps de lire ces quelques lignes, espérant qu’elles susciteront de votre part les réactions attendues…

 


2012.06, le 30 - Sus aux Préfectures & sous-préfectures !!!

198222_2207708769440_767484315_n.jpg


Le comité local de Lorient de Bretagne Réunie a initié un appel à se rassembler devant les préfectures et sous-préfectures de Bretagne le samedi 30 juin à 14h. En effet, le 30 juin 1941, le gouvernement de Vichy signait un décret qui pour la première fois séparait administrativement le pays nantais des 4 autres départements bretons. En 1972, cette première partition était entérinée par la création du conseil régional des "Pays de la Loire".

Nous nous joignons à cet appel. Dans leur projet de gouvernement, François Hollande et le Parti Socialiste français disent vouloir "répondre aux demandes citoyennes, rééquilibrer nos institutions, simplifier nos administrations, encourager la démocratie territoriale, une meilleure prise en compte de la démocratie participative.". Ils proposent "une loi sur le renforcement de la démocratie et des libertés locales". 

Nous les prenons au mot et leur demandons de répondre aux demandes des citoyens de Loire-Atlantique et de l'ensemble de la Bretagne, ainsi que des milliers d'élus et des centaines de collectivités locales, qui tant en pays nantais que dans la région administrative Bretagne réclament depuis des années un processus démocratique autour de la réunification de la Bretagne. 

Marilyse Lebranchu, aujourd'hui ministre de la décentralisation, votait au mois de décembre dernier une loi qui aurait permis à la population de Loire-Atlantique et de l'ensemble de la Bretagne de se déterminer sur la question de la réunification. Nous attendons à ce que le nouveau gouvernement tienne ses promesses démocratiques et enclenche dans le cadre de la décentralisation la réunification administrative de la Bretagne.

Lieux des rassemblements listés à l'heure actuelle :
(n'hésitez pas à nous contacter pour nous indiquer l'éventualité d'un rassemblement dans une autre sous-préfecture. Ex : Morlaix, Saint-Brieuc, ...)

56 VANNES                            22 LANNION                          29 QUIMPER                        
     LORIENT                               GUINGAMP                             BREST
     PONTIVY                               DINAN


           44 NANTES                                    35 RENNES

                       SAINT NAZAIRE                              FOUGERES
                       CHATEAUBRIANT


Pourquoi revendiquer la réunification

Réunification, revendication, Bretagne, Loire-Atlantique, Décret Pétain, Décret Pfimlin


La Réunification de la Bretagne doit dépasser les clivages politiques, preuve en est, que ses partisans se trouvent dnas toutes les tendances. Pour les personnes avec les quelles je me suis entretenus récemment, je ^n'ai pas voulu m'attarder sur la légitimité de cette revendication, cela m'évitant de me justifier sur sa source historique et culturelle et éviter que l'on me dise d'aller de l'avant au lieu de regarder encore et toujours vers le passé.

Revendiquer la réunification, ce n'est pas seulement vouloir réclamer la justice dans l'Histoire. A côté de cette réparation, je suis comme bon nombre de mes compagnons, résolument tourné vers l'avenir, notre vision intéresse avant tout la Bretagne mais nous gardons une vision globale du territoire, une réorganisation des régions limitrophes à la Bretagne est plus que nécessaire, le développement économique de notre région passe bien évidemment par une cohésion territoriale, des réalités économiques, démographiques et sociologiques des régions, sont prises en compte leur histoire et leur culture afin de diriger les citoyens vers un avenir commun.

En ces temps de crise, notre lutte peut paraître bien futile pour certains. Et pourtant ! L'aspect économique est à prendre en compte, qu'importe si une diminution du nombre de régions entraîne une baisse de sièges à pourvoir pour nos élus. Le rapport Balladur montrait le chemin à suivre, il finit dans les tiroirs. Que pensez-vous de rendre nos régions plus fortes, plus dynamiques, des régions bien identifiées à l'internationale, à l'instar de la Bavière, de la Catalogne ? Bien identifiée, les régions se révèlent plus fédéralistes, plus mobilisatrices autour d'une identité commune. Mais voilà, Paris craint semble t-il que quelque chose ne lui échappe, que renaissent des appétits indépendantistes ?

Il est tout de même incroyable que les gouvernements successifs ignorent sciemment le potentiel de synergie entre les territoires qu'induirait une réunification de la Bretagne, le retour de la vendée dans une région "Vendée-*Poitou-Charente", une région "Val-de-Loire", une réunification de l'Alsace, de la Normandie etc. ! 

Pour les partisans de grandes régions, un Grand Ouest, un Grand-Paris, bref, le territoire découpée en 5 grandes régions (identiques à celle de nos indicateurs téléphonique?), il suffit de regarderla Belgique, l'Irlande, ou même la Norvège, pour comprendre qu'une Bretagne réunissant plus de 4,3 millions 'âmes esr loin d'être une idée ridicule.

15/06/2012

APPEL AUX BRETONS EXPATRIES

 

197251_203420106343267_200275779991033_713143_434513_n.jpg


Il est un pays qui depuis des lustres résiste encore et toujours à l'oppression jacobine centraliste du gouvernemant français.

L'identité bretonne est toujours là et les luttes sont nombreuses pour qu'elle soit reconnue, respectée et qu'elle recouvre son droit d'existence. Malgré les différentes interventions de l'Etat, la langue bretonne résiste mais souffre, les locuteurs se font moins nombreux, les écoles Diwan peinent à exister, nombreuses sont les mairies qui les ignorent, certains élus voient en notre culture un folklore qui n 'a plus son rôle à jouer dans notre société moderne.

Le 18 juin 2011, j'ai quitté Lutèce pour Nantes où une grande manifestation étaient organisée par plusieurs associations ou partis, réclamant une réunification de la Bretagne. Grande déception ! Notre parcours nous a fait déambuler dans le sud-loire de Nantes, passant bien sûr devant le Palais des régions mais ignrant totalement le centre ville. Autrement dit, nous sommes passés quasiment inaperçus, et je en vous parlerai pas de la couverture médiatique. Ma déception était d'autant plus grande que nous étions loin d'atteindre le nombre escompté (6 à 10.000) beaucoup ne sont pas venus, j'en ignore les raisons mais leur absence a marginalisé notre présence.

Le  2012, une autre manifestation avait lieu à Quimper, mais aussi dans d'autres villes régionales, afin de réclamer cette fois, la ratification de la Chartre sur les Langues Régionales et Minoritaires. Là aussi, 5 à 8.000 personnes.

Le 2 juin 2012, Bretagne Réunie organise à nouveau une manifestation pour la réunification de la Bretagne, cette date étant choisie avant le 1er tour des Législatives. 

Le 16 mai 2012, François Hollande, nouvellement élu à la Présidence de la République, choisissait comme chef de gouvernement, Jean-Marc Ayrault, Député-Maire de Nantes. Nous connaissons tous sa position quant à nos revendications régionalistes ou fédéralistes. Pourtant ce dernier a choisi pour son gouvernement des personnes qui peuvent défendre nos positions, à commencer par Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense, ou encore Marylise Le Branchu, Ministre de la Réforme de l'Etat, Décentralisation et Fonction Publique.

Toutes ces manifestations intéressent beaucoup de bretons qui, comme moi, sont en région parisienne, mais se déroulent trop loin pour que nous y soyons à chaque fois. 

Quoiqu'il en soit, qu'il soit de droite ou de gauche, le gouvernement et le Parlement sont à Paris, c'est dans la capitale que sont prises les décisions, que sont votées les lois, et je dirais même que la couverture médiatique pourrait être tout autre.

Aussi, grande, très grande est la tentation d'organiser une manifestation dans la capitale, et cette envie n'est pas si irréaliste que ça dans la mesure où la communauté bretonne expatriée sur Paris et sa région est importante: plus de 900.000. 

Alors, je vais faire court et direct: ceci est un appel aux bonnes volonté de la région parisienne et tous ceux qui pourraient se rendre sur Paris au moment fatidique. En attendant, je vous annonce d'ores et déjà la naissance du collectif:

"BREIZH ADUNANET / BERTAEYN AGEREAEY / BRETAGNE REUNIFIEE"

La date n'est pas arrêtée, plusieurs dates sont retenues, le calendrier de nos interventions sera calqué au possible sur des dates symboliques.


Mais j'ai besoin de vous pour rendre ce projet possible, toutes les bonnes volontés seront accueillies à bras ouvert le jour dit mais aussi pour organiser ce rendez-vous. Pour se faire, vous pouvez me contacter via:

e-mail: jimafuron44@gmail.com

sms: 06 24 65 65 56

Trugarez

 

384784_2103581284087_1682149024_1445265_2074016643_n.jpg








28/05/2012

2012, 2 juin: Tous à Nantes

 

26083_1.jpg


Goulard et Bretagne Réunie décentralisation [2/12/11] Pôles métropolitains, opportunité ou menace pour la réunification de la Bretagne ? [6/10/10] Financement des compétences transférées : la Loire-Atlantique a déposé deux recours contre l'État Appel Bretagne Réunie appelle les Bretons à se mobiliser pour la réunification samedi 2 juin à Nantes Source : Bretagne Réunie Porte parole:Yannick COCHER Publié le 24/05/12 18:47

NANTES/NAONED—A Nantes se tiendra le samedi 2 juin, un des 3 grands meetings organisés par le PS pour les élections législatives (avec Lille et Paris). L'acte 3 de la décentralisation est programmé par le président Hollande et le gouvernement Ayrault, pour le début de cette nouvelle législature 2012-2017 comme faisant partie des solutions pour réformer la France.

– Pour montrer aux plus hauts responsables de l’État, la détermination des Bretons à faire aboutir la réunification de la Bretagne,

– Pour montrer une fois de plus le décalage grandissant entre les légitimes revendications de la société civile bretonne et les blocages institutionnels organisés depuis 40 ans par les élus,

– Pour démontrer qu'une vraie décentralisation passe par des vraies régions et non par des découpages technocratiques rejetés par les populations, 

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=26083
Copyright © agencebretagnepresse.com

2014: 500ème anniversaire de la mort d'Anne de Bretagne

pétition,anne de bretagne,timbre,philatélie

A l'attention de Mme Christèle Fontaine, Directrice de Phil@poste (Service Philalélique de la Poste)
A l'attention de Mme Christèle Fontaine, Directrice de Phil@poste (Service Philatélique de la Poste)

Chère Madame,

A l'occasion du 500 ème anniversaire de la mort en 2014 d'Anne de Bretagne (1477 - 1514) nous souhaiterions voir honorée par l'émission d'un timbre, la duchesse Anne de Bretagne qui fut deux fois Reine de France (1er mariage avec Charles VIII, le second avec Louis XII) et qui n'a à notre connaissance fait l'objet que d'une seule émission philatélique en 1972 par le petit émirat d'AJMAN (un des sept émirats faisant partie aujourd'hui des Emirats Arabes Unis).

Par l'émission de ce timbre tous les bretons attachés à la figure de leur dernière duchesse Anne de Bretagne verraient d'autre part réparée une injustice dans la mes
 
ure où le dernier timbre de France consacré à un personnage célèbre breton avait été en 2005 le personnage très controversé de Bécassine !

En espérant voir retenu par vos services ce projet d'émission en 2014 d'un timbre sur Anne de Bretagne veuillez agréer madame la Directrice l'assurance de nos sentiments les plus cordiaux.
 
 
 

2012, 28 mai - Les Pays-de-Loire manque d'identité régionale

OF 28 MAI.jpg

Vous êtes étonnés ? Moi pas ! 

Malgré de grandes dépenses en communication pour générer une identité "ligérienne", la mayonnaise ne prend pas. La raison est toute simple: une identité ne se crée pas d'un coup de baguette magique et encore moins avec les deniers d'une région factice ou des citoyens.

Je ne reviendrai pas aujourd'hui sur ce problème d'identité, mais vous noterez j'espère que cet article est étrange, à commencer par le décalage entre le titre et la finalité. Car si le titre parle d'identité, le contenu tend à vouloir démontrer que les Pays-de-Loire sont en quête de touristes, et cette région compterait sur son "identité" pour les attirer.

Il est vrai que l'identité d'une région y fait pour beaucoup ! Mais à condition qu'elle soit vraie, ce qui est loin d'être le cas pour la Loire-Atlantique.


Enfin, je souhaiterai savoir en quoi la région Pays-dfe-Loire  proposerait-elle un tourisme plus diversifié que la Bretagne. Un peu facile d'émettre une affirmation sans donner un état général des deux régions et en se contentant d'avancer qu'il existe "une complémentarité entre le littoral et l'intérieur des terres" car il est évisdent bien sûr, que la Bretagne n'a..... rien ne précise le journaliste, pas d'exemple. Doit-on en déduire qu'il n'y a aucune complémentarité ? L'identité même de la Bretagne suffit à elle-même. Elle constitue une nation celte, avec une culture, ses langues, et est-il utile de préciser que cette identité était déjà bien présente alors que la France, et encore moins les Pays-de-Loire, n'existait nullement.


Alors il est curieux que cet article ne pose pas clairement les raisons de ce problème touristique. L'identité n'est pas, tout simplement parce que les pouvoirs publics ont crée une région en détruisant l'âme d'autres régions. La Vendée n'est pas à sa place et que dire encore de celle de la Loire-Atlantique. Les populations ne sentent aucunement "ligérienne" car cela ne représente rien. Demandez à un Vendée, à un nantais, à un Manceau ou à un angevins, s'ils se sentent "ligériens". Une grande majorité vous répondra que leur identité est celle de la ville qui leui est proche, et certainement pas celle d'une région que l'Etat jacobin impose.


Alors n'en déplaise à certains, si la Loire-Atlantique recouvrait sa nation d'origine, de même que si la Vendée retrouvait une vraie région "Poitou-Charente-Vendée", il n'y aurait plus de problème d'identité, et il serait inutile de dépenser autant en communication pour affirmer une identité que beaucoup ressentent déjà. Bien sûr, il y aura toujours quelques nantais pour refuser cette réalité, mais leurs arguments sont, on ne peut plus superficiels et infondés. Avec le temps...



04/05/2012

Le Patrimoine Breton n'interesse pas Paris

Ne vous êtes-vous pas demandé qu'il soit curieux que très peu de musées ne révèlent que trop peu de pièces archéologiques trouvées dans notre sol breton ? Et vous en conviendrez, les sites ne manquent pas, non ?

Allons au Louvre, à Lutèce, le plus grand musée du monde: rien. Au Musée de Saint-Germain-en-Laye, pas plus qu'à celui de Cluny, très peu de pièces. Curieux, non ? En Bretagne ? Guère plus, en dehors des mégalithes à ciel ouvert, très peu de pièces archéologiques sont proposées au public.

Peut-on en déduire que malgré la richesse et la densité de l'histoire bretonne, le temps a tout effacé, l'érosion, les destructions de l'ère industrielle (ex: dolmen de Savenay(1), Cairn de Barnenez(2), site de Saint-Aubin-du-Cormier(3)) et les pillages successifs n'ayant légués que les mégalithes ? Et comment se fait-il qu'il n'y ait pas de grands musées en Bretagne pour retracer toute notre histoire ? Ne vous méprenez pas ! Les réserves de nos musées recèlent de nombreux trésors mais ceux-ci sont toujours inassessibles.

Les pouvoirs publics auraient-ils la volonté de nous cacher certains trésors archéologiques comme s'ils ne voulaient pas que cette histoire ait existé, comme s'ils craignaient que certaines conciences ne se réveillent.... Karl Marx avait bien raison lorsqu'il dit un jour que "l'histoire na fait rien, c'est l'homme, réel et vivant, qui fait tout", car historiens comme politiciens ont la capacité d'oeuvrer sur la mémoire du passé et d'en retransmettre aux générations futures que ce dont ils pensent savoir.

Savez-vous que si bon nombre de nos menhirs, dolmens, cromlec'h, cairns, ou tumulus sont classés Monuments Historiques, beaucoup ont été abandonné, ignoré, détruits volontairement, quand ils n'ont pas été vendus (ex en 1896 pour être réimplanté au cimétière de Meudon(4)).

Seul un site est inscrit sur la liste du Patrimoine de l'humanité ? Et si vous pensez au site de Carnac, mondialement connu, vous avez tout faux ! Le seul monument breton inscrit par l'Unesco, et encore c'est très récent, est la Tour Dorée (ou Tour Vauban) de Camaret. Ni Carnac, pas plus que le cairn de Barnenez, n'y sont inscrits, et pourtant ils sont bien antérieur aux pyramides d'Egypte. L'histoire de la Bretagne aurait-elle moins d'importance que celle de l'Egypte ?

Alors pourquoi autant de mépris ? Devons-nous en déduire que pour être inscrit au Patrimoine de l'Humanité, être un monument de culture française est une condition sinéquanon ? Un aveu caché montrant que la Bretagne n'est pas la France, et que l'histoire de la Bretagne n'intéresse la France uniquement dans une considération jacobine.

Alors, non bien sûr, je ne suis pas étonné ni même tombe des nues. Le jour de notre reconnaissance officielle est encore loin, la centralisation continue de puiser sur les régions étouffant des identités, négligeant nos langues, nos cultures, nous sommes loin de cette démocratie que la France se plaît à exporter, la France donneuse de leçons à l'étranger alors qu'elle n'est même pas capable, dans ses propres frontières de reconnaître nos différences, et ne prouve pas qu'elle désire respecter les identités régionales. Il suffit pour cela de regarder quels sont les pays européens à avoir signé et ratifié le Traité sur les langues minoritaires: bien que l'ayant signé, la ratification traîne.

La France sait nous reconnaître lorsqu'elle a besoin de nous: lourd est le tribu humain que la Bretagne a payé lors des conflits internationaux, les guerres notamment, que dire des dizaines d'épaves de navires militaires qui pourrissent en baie de Landévennec en attendant leur destruction finale, bientôt elle se vantera de ses parcs éoliens ou autres énergies renouvelables qui "verdiront" l'énergie national tout en lui donnant de l'indépendance énergétique, etc. La fréquence de passage dans notre région des "leaders" politique en campagne présidentielle (alors que je ne les ai pas entendu organiser de grands "meeting" en Normandie par exemple) ne constitue t-il pas la preuve que notre existence ne vaut que pour leurs intérêts ?

 

 


 

(1) Dolmen de La Herviais détruit pour empierrer des chemins        cairn-tumulus-de-barnenez.html

(2) Cairn & Tumulus de Barnenez sauvé in-extrémis                     cairn-tumulus-de-barnenez.html

(3)  Site de Saint-Aubin-du-Cormier sauvé de la destruction grâce à une association

(4) Dolmen de Kerran vendu en 1896 pour devenir sépulture à Meudon:

                                                                       dolmens-de-kerran-saint-philibert.html



02/04/2012

Dilemne électoral

          De tous les candidats aux Présidentielles de cette année, une évidence s'impose pour quiconque se revendique de gauche: s'il y en a un qui semble apporter quelque chose de neuf, c'est bien J.L Mélenchon porté par le Front de Gauche. Et en cette période de crise grave, il est clair que quelque chose doit changer. Car entre N. Sarkozy (UMP) et F. Hollande (PS), il y aurait une sorte de continuité dans le fonctionnement politique de notre pays, une urgence de sortie de crise s'imposera dans leurs programmes, amors: devons-nous continuer avec cette politique liébrale qui a prouvé ses limites, ou devons-nous nous succomber à la 6ème République défendue par le Front de Gauche ? Cornélien dilemne non ?

* Le vote de l'âme ?

 Devons-nous faire passer au 1er plan nos aspirations démocratiques régionalistes, pur ne pas dire fédéralistes ? Dans cette perspective, quels sont les candidats qui défendraient le mieux nos intérêts: E. Joly (EELV), F. Bayrou (MoDem) ?

Ce que nous sommes, nous le resterons quel que soit le futur Président, alors devons-nous faire passer nos intérêts avant ceux de la nation ? Résoudre la crise est incontournable, elle touche la majorité de nos concitoyens, sans oublier nos frères européens (Grecs, espagnols, italiens...).

Notre démocratie est en danger, nos concitoyens découvrent seulement il y a peu, que notre pays n'est pas dirigé par nos élus, qu'ils sont au contraire sous la houpe du monde de la finance et des assurances, sous la dépendance de grands groupes bancaires, industriels, pharmaceutiques, qu'ils doivent "allégeance" aux directives européennes. Nos particularités et nos intérêts régionaux sont débattus à Strasbourg quand ce n'est pas à Paris, sans consultation citoyenne autre que par leurs représentants déposant tel ou tel projet de loi. Alors oui, nous aimerions que nos intérêts soient un peu plus pris en compte !

* Le vote utile ?

Eviter le spectre de 2002 et le séisme politique qui suivit la défaite de L. Jospinb au 1er tour des Présidentielles doit-il influencer notre décision ?

Afin d'éviter de devoir choisir au second tour pour deux candidats qui sont aux antipodes de nos idées (N. Sarkozy/UMP - M. LePen/FN) devons-nous "voter utile" ? Cela reviendrait à voter F. Hollande (PS)  afin qu'il soit confronté au second tour au favori de l'UMP. Je ne dis pas aus sa qualification au second tour soit garantie à 100 % pour N. Sarkozy, mais le bon sens et sa représentation électorale tendent à le garantir malgré tout.

Une fois encore, "voter utile" reviendrait au bipartisme présidentiel et au sempiternel duel droite-gauche au second tour. Comme si un président pour notre pays ne pouvait pas être issu d'un courant ni-gauche ni droite ! Nu doute que les idées neuves d'autres candidats seront repris en compte, mais les deux favoris des sondages imposeront-ils un réel changement dans notre société ?


* Le vote de coeur ?

S'il y a un candidat qui attire et intéresse par ses belles paroles, c'est bien J.L Mélenchon. Mais parle t-il juste ? A chacune de ses interventions, il semble être celui qui sait être le plus proche de ses concitoyens. Il parle simple, sans langue de bois, pas de paroles alambiquées, sa détermination paraît sans faille, ses épaules larges et une indépendance à ses propos tranche avec les idées habituelles avancées par les autres candidats, au point que certaines soient déjà reprises. Bref, il est peut-être le Président qu'il nous faut demain. Il n'empêche:

Je n'oublies pas ! A lors qu'il était Ministre Délégué à l'enseignement professionnel sous la tutelle de J. Lang (Ministre de l'Education), c'est lui qui bloqual'intégration de Diwan dans le service rénové de l'enseignement public. Dans le quotidien Libération, il s'en est pris à J.Y LeDrian, président du Conseil Général de Bretagne, pour avoir fait alliance avec des militants bretons en 2004. Plus récemment, il a critiqué F. Hollande lorsque ce dernier proposa de transférer aux régions un pouvoir règlementaire afin de pouvoir adapter les lois votées au Parlement aux réalités de chaque région. Il tombe sous le bon sens que els lois votées à Paris aient des applications diverses selon les réalités propres à nos régions, et qu'elles ne soient pas appliquées "stricto-senso" en respect d'un texte techno-bureaucratique qui n'aura pas tenu compte des particularités de chacune de nos régions. La France est plurielle ! Difficile do'oublier donc, que le candidat du Front de Gauche est un candidat anti-Diwan, républicain centraliste et jacobin.



          Une idée "neuve" est apparue dans les discours politiques de ces dernières semaines: le "produit en France" ou comment sortir de la crise en consommant ce qui est produit en Fran,ce. Cette orientation de la consommation ayant pour but de sauvegarder des emplois, et "induiment le pouvoir d'acaht, est confrontée à la concurrence déloyale de produits étrangers.

Cette prise de concience doit être nationale, tous les acteurs économiques doivent en prendre concience, collectivités territoriales inclues, même si à cette heure, les budgets sont serrés. Il n'empêche: que penser lorsqu'une mairie  (Tours) octroie le marché du granit pour le tramway de la ville à une entreprise chinoise proposant un coût inférieur de 30 %  à celui proposé par des producteurs bretons, transport et délais non-inclus ? Que penser lorsque Renault délocalise depuis dix ans alors qu'au même moment Volswagen produit de plus en plus en Allemagne ? Toutes les entreprises ne délocalisent pas, leurs marges en France sont moindres mais beaucoup résistent non ?

" Une et indivisible " est notre République !

La quasi-totalité des dix candidats nous le scande à chaque occasion, rappelant les principes d'égalité de notre constitution. Il n'empêche:

Les inégalités se retrouvent à tous les niveaux: les salaires des femmes restent inférieurs à celui des hommes, la représentation des femmes au Parlement n'est pas proportionnelle à l'électorat féminin, les arrêts de justice ne sont pas les mêmes à Saint-Denis qu'à Bordeaux (pour des faits identiques), les plus riches bénéficient d'exonérations fiscales alors que les moins aisés des imposables doivent rogner sur leurs budgets pour payer leurs contributions, la Corse bénéficie de pouvoirs que d'autres régions n'ont pas, les alsaciens bénéficient de deux jours fériés de plus que les autres français.......

Les forces vives de la France c'est nous tous ! La force de la France repose sur ses régions, sur les particularités de ses territoires, sur les identités de tout un chacun. La combinaison de toutes ces singularités en fait sa force, et il est aussi erroné qu'injuste, d'empêcher une région de se développer sous couvert d'un intérêt national qui pourrait être mis à mal si une de ses régions gagnait en indépendance. 


* Pour ceux qui comme moi sont bretons, corses, basques, alsaciens etc.:

Comme beaucoup j'en ai assez de me justifier sur mes origines ! Je me suis faits aux railleries de certains qui voient en moi un traditionnaliste d'un temps révolu, un indépendantiste d'un autre temps, voire parfois de fasciste.... 

 

Ne vous êtes-vous pas demandé pourquoi, à l'étranger, que vous soyez face à un anglais,  à un irlandais, ou quiconque connaisse un peu la France, tous vous placeront Nantes en Bretagne, alors qu'en France même, on vous parle de "Pays-de-Loire" ? Curieux non ?

 

Je suis fier de ma bretonnitude et je serais fier d'être français si notre pays reconnaissait nos identités régionales, tout comme les peuples que la France défend à l'étranger. La nation bretonne existait bien avant que la France était encore divisée, en guerre perpétuelle.  Elle n'est pas seulement une région parmi d'autres, touristiques et au folklore encore vivant. Le Gwen Ha Du n'est pas seulement un joli drapeau, il représente tout un peuple qui a payé un lourd tribu  pour que la France puisse défendre ses frontières ou/et ses idées. La France en fait telle autant pour notre région ? 

 

Je ne citerai qu'un exemple, celui de la taxe professionnelle commuée en 2010  en CET (Contribution Economique Territoriale), changement argumenté par un allègement fiscal pour les entreprises. La CET est fixée par l'Etat et non plus par les régions, une contribution régionale qui ne garantit aucunement un retour proportionnel aux efforts consentis. 

 

Vous êtes-vous demandé pourquoi il y avait si peu de locuteurs breton ou gallo (10.000) en comparaison à l'alsacien (36.000) ou  l'occitan (25.000) par exemple ? N'est-ce pas le résultat de politiques successives qui ont dépensé temps et argent pour réduire ou contenir une identité qui dérange ? Or, toutes les langues font partie du patrimoine français, elles constituent une richesse et non pas un handicap. Elles sont ce que nous sommes, porteuses d'une histoire qui constitue notre patrimoine, définissent nos racines, nous aident à nous connaître et nous avantagent pour l'ouverture aux autres.

 

 

          Après réflexion, et quasi à contre-coeur, mettre au second plan ma bretonnitude semble être l'option anti-surprise, celle qui consiste à penser avant tout au bien pour la nation, à brève échéance: mettre en parenthèse ses intérêts personnels,  suspendre ses souhaits de réunification de la Bretagne et ses désirs de reconnaissance de  l'identité bretonne et voter pour le candidat le plus à même d'empêcher toute mauvaise surprise au second tour - eviter de devoir choisir entre UMP et FN. 

 

Les présidentielles ne sont qu'une étape, suivront les législatives et d'autres consultations, et dans les soutiens de F. Hollande certains soutiennent les causes régionales, d'autres au contraire, ont d'autres prérogatives, notamment J.M. Ayrault (Député-Maire de Nantes). Il nous appartient de les remettre à l'ordre du jour une fois les élections passées.

 

 

 

Beaucoup se sont détournés de la politique, lassés des mensonges de tous bords, lassés de se rendre compte que mandat après mandat, le pouvoir d'achat des français ne se détériore et dépend de plus en plus de décisions prises en dehors de nos frontières. L'internationalisation a mis à mal notre indépendance, il ne faut pas le nier mais simplement en avoir concience afin que le peuple français puisse reprendre son destin en main. Cela commence par le choix des urnes. Sauf erreur de ma part, l'actuel Président n'a pas été élu par la majorité de l'électorat français, 45,6 % des inscrits au 2nd tour (25,75% au 1er tour), sa représentativité est minorée, son programme n'était pas celui de la majorité du peuple, bon nombre de ses actions quinquénales n'étaient pas souhaitées par le peuple français. 

 

          Mon coeur est noir et blanc et mon âme est celte. Il n'y a là aucune incompatibilité à être breton et français ! Refaire l'histoire n'est pas mon combat, je souhaite simplement qu'elle soit respectée, que cessent les dénis, que cessent des dépenses inutiles en communication pour créer une identité factice etc. Beaucoup de mes frères de sang regrettent que nos valeurs ne soient pas prises plus en compte, reprochent à nos élus de ne pas ouvrir les yeux et d'admettre ne serait-ce que cette fois, que le salut du pays passe par une autre vision de la France. Nous souhaitons qu'elle respecte ses concitoyens, leurs identités, au même titre que tous ceux qui viennent à devenir français en y apportant leur culture. La France n'en serait que plus grande si elle était fédérale, si elle prenait concience que sa force réside dans l'association naturelle des forces de ses peuples plutôt que dans une assimilation forcée. Je souhaite qu'elle s'aligne sur la volonté des peuples européens pour que tous ayons les mêmes droits,  ce que d'autres pays ont compris. Il est temps que la France retrouve sa réactivité, qu'elle soit plus visionnaire à défaut d'être "avant-gardiste"

Ces mots ne sont que le reflets de mon âme...

 

 

 




13/02/2012

Faire son Choix, S'impliquer et Bouger !!!

 IMG_3226.GIF

 REVOLUTION.JPG

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles"

William Shakespeare

       

          A l'aube des Présidentielles, et des législatives qu'il ne faut pas négliger, arrive le moment où, chacun doit être clair dans ses positions, quitte à se tromper et faire son méa culpa dans l'avenir, et en aucun cas faire des promesses que l'on sait irréalisables ou pire, que l'on ne pense pas du tout. Exit la langue de bois, soyons franc, et respectons ceux qui vous soutiennent, ceux qui vous ont élus, ceux qui seront amenés à voter pour vous.

Comment vous regarderiez-vous dans une glace le jour où vos réalisations contrediraient vos promesses ou vos actions ? 

Flèche début de texte.gifDécembre 2006, N.SARKOZY: "Je veux que d'ici à deux ans plus personne ne soit obligé de dormir dans la rue et d'y mourir de froid". Mais voilà, pas de chance, les crises de 2008 et 2011 sont venues avorter ses actions qui devaient résoudre cette misère humaine.

Flèche début de texte.gif

26 avril 2007, sur France 2, Nicolas Sarkosy: "Si on s'engage sur 5% de chômeurs au début de son mandat at qu'à la fin il y en a 10, c'est un problème. Et c'est aux français d'en tirer les conséquences." Trop facile ! Ainsi le responsable plaide non-coupable ?

Vous en conviendrez, l'erreur est humaine, mais à ce niveau, le cumul de  mensonges, de contre-vérités, de tricheries et de bourdes frise l'indécence, l'irresponsabilité ! Car de ce gouvernement sortant, N.Sarkozy n'est pas le seul fautif. La mise en examen d'un bon nombre des hommes du président, les bourdes récurrentes de Nadine MORANO ou encore les déclarations fracassantes de Claude GUEANT (la dernière: "toutes civilisations ne se valent pas"), pour ne citer qu'eux, font froid dans le dos et démontrent qu'une fois atteinte la plus haute sphère du pouvoir, certains semblent se comporter comme s'ils n'étaient pas justiciables.

Flèche début de texte.gif

De tels exemples se retrouvent à tous les niveaux. Pour exemple: le 21 décembre 2011 fut adopté à l'Assemblée Nationale l'amendement Le Fur-De Rugy. Bien qu'ayant voté pour cet amendement, M.HUNAULT, déposa le 26 janvier 2012 en Conseil Régional des Pays-de-Loire, un voeu anti-réunification !Si cela ne s'appelle pas retourner sa veste ? Quel crédit peuvent lui allouer ses électeurs ? Ses confrères ou alliés peuvent-ils se fier à un tel homme indécis ?

 

photo(164).JPG


          Je n'entrerai pas ici sur les contradictions profondes que tous pouvons constater pour ce qui concerne les économies que tous devons faire, Etat inclu, et sur les exhorbitantes dépenses du gouvernement ça-et-là, sur les interventions d'un chef de l'Etat présidentiable mais candidat non-déclaré, histoire de faire des économies de frais de campagne (payés du coup par le contribuable) et sur un temps de parole non-comptabilisé. Pas plus que je ne débattrai pas des impôts payés par les entreprises du CAC 40, ni de la fiscalité sur les transactions financières, ni même du soutien bancaire apporté par l'Etat à des banques qui sont à l'origine de nos maux mais que le peuple doit payer. Les 400 milliards d'Euros octroyés par la BCE aux banques à un taux de 1%, que ces dernières rentabiliseront en prêtant à l'Etat ou aux collectivités à un taux bien supérieur, est encore un exemple qui prouve que ces dirigeants ne se soucient guère de leurs concitoyens, de ceux qui les ont élus, de ceux pour qui ils sont supposés oeuvrer.

Flèche début de texte.gif

Est-il pensable qu'une banque puisse faire des bénéfices sur de l'argent qui ne lui appartient pas et qui n'existe pas, est-il pensable que c'set l'emprunt qui crée de l'argent ?  

Flèche début de texte.gif

Est-il pensable que dans notre pays, on mette en prison ceux qui volent les banques alors que lorsqu'un banquier vole, il part avec un bonus.

Flèche début de texte.gif

Est-il juste qu'une banque perdant de l'argent, ce soit l'Etat la sauve en taxant encore plus les citoyens ?

 

Il est plus que temps que chacun assume ses actes comme ses paroles

 

Flèche début de texte.gif

Attendu que tout citoyen se doit de connaître la loi et qu'il ne peut s'en soustraire,

     

Flèche début de texte.gif

Attendu que des dirigeants d'entreprises ou de sociétés détournent fréquement la loi au mépris de leurs salariés, au bénéfice d'actionnaires ou dans l'attente d'être "remercié" avec des "stock-options",                                                                                                                          

Flèche début de texte.gif

Attendu que nos responsables d'Etat, nos gouvernants, profitent sciemment de lacunes législatives ou des lenteurs de la justice, jouant de largesses avec les finances publiques, au mépris de leur électorat, au mépris du peuple qu'ils sont censés représenter,                                                                                                       

Flèche début de texte.gif

Attendu que leurs fonctions ne laissent nullement présager qu'ils soient déclarés "irresponsables" au regard de la loi,

Flèche début de texte.gif

Les principes d'unicité et d'égalité de notre République exigent par conséquent que ces "fautifs" soient justiciables comme tout un chacun. Tant que persistera cette impunité, tant qu'il n'y aura pas une épée de Damoclès sur la tête de nos gouvernants, de telles mésactions perdureront. 

"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu"

Berthold BRECHT

 

420016_3180100341090_1223103350_3389353_382185283_n.jpg


          Avec autant de liberté d'action laissée à nos gouvernants, il en va aussi de notre responsabilité à tous. 

Flèche début de texte.gif

L'absence relative de protestation populaire, le mouvement des indignés en France n'a pas pris autant d'ampleur qu'à l'étranger, le peu d'intérêt pour le syndicalisme, les taux d'abstention en hausse, les difficultés à mobiliser des masses pour des manifestations contestataires,  il semble que le peuple français soit blasé par nos politiques. 

Flèche début de texte.gif

Désormais plus personne n'est étonné d'apprendre qu'un élu a été mis en examen, c'est devenu chose courante, tout comme on s'est habitué à ce qu'il n'y ait pas de condamnation, ou si peu. Il va sans dire que les problèmes de ces élus deviennent le cadet des soucis du peuple, lequel connaît en ce temps de crise, des problèmes de logement, de travail etc.

Flèche début de texte.gif

Alors pour qui voter ?                                                                                                                              Pour une personne qui vous dira bleu et qui fera le contraire une fois élue ?                          Pour la personne qui paraît la mieux armée dans les sondages pour faire sortir celui que l'on ne veut plus voir ?                                                                                            Pour celle qui représente le mieux nos attentes, celle en qui nous sommes certains qu'elle donnera un bon coup de pied dans cette fourmilière qui ruine l'Etat en appauvrissant le peuple, au risque de voir passer au second tour les deux listes que nous ne voulions surtout pas voir (souvenez-vous en 2002 !)? Les candidats sont tellement nombreux cette année !

Flèche début de texte.gif

Qu'importe votre choix pourvu que tout électeur se déplace et s'exprime, quitte à voter blanc ou nul, l'essentiel pour notre démocratie, c'est que tous nous nous exprimions. Je ne comprends pas pourquoi d'ailleurs, ce droit n'est pas non plus un devoir comme en Suisse, où l'abstention est pénalisée. Etant donné le peu de considération que semblent prêter les élus auprès de leurs électeurs, il ne faut pas s'étonner que certains finissent pas les oublier et à oeuvrer que pour eux-même ou leurs cercles. Le résultat pour la France est édifiant: 

"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire

Albert Einstein

 313657_2539994709743_1549943429_2689167_1326523239_n.jpg

          Ce n'est un secret pour personne. Mes convictions pour le France comme pour l'Europe sont fédéralistes. La conjoncture économique actuelle montre, et pas seulement en France, qu'il est temps de repenser l'organisation territoriale de notre pays.

Flèche début de texte.gif

Aux propos récurrents de notre Président qui ne cesse de citer l'exemple de l'Allemagne, à la mise en place d'un prochain référendum en Ecosse en vue de son indépendance d'ici 2014, aux recommandations d'agences de notation condamnant l'organisation territoriale coûteuse de la France (demande de supprimer les départements), aux résultats du rapport Balladur etc... nombreux sont les exemples qui montrent le chemin à prendre, et la France semble camper sur ses positions. 

 

3 - 21 regions.JPG


Flèche début de texte.gif

La force de la France repose sur celle de ses régions, et les décentralisations accordées restent minimes, contrôlées par Paris. Une bonne partie de nos élus sont pourtant issues de nos provinces, mais voilà, une fois arrivés aux plus hautes sphères du pouvoir, il semble qu'ils oublient d'où ils viennent, et leurs électeurs avec, qu'ils oublient qui ils sont. A qui la faute ? Leur appartenance à un parti national les contraindrait-elle à créer des accords afin que le parti ne parle d'une seule voix. Or, même si "notre République est une et indivisible", elle repose sur la pluralité de nos régions, de leurs spécificités.

Ne pas en tenir compte, c'est réduire leurs forces, leurs identités, et affaiblir la France.

 

3 - Régions.jpg

Flèche début de texte.gif

Ainsi, lorsque François HOLLANDE déclare lors d'un déplacement en Guadeloupe (le 15 janvier 2012) qu'il est "favorable à ratifier la Charte sur les langues régionales", Charte pourtant signée en 1992, l'impression nous est donné qu'on avance, et j'aurais tendance à le croire sincère. Cependant, lors d'un meeting à Brest le 30 janvier dernier, il évoqua "les territoires" comme étant un atout pour la France, une "nouvelle étape dans la décentralisation" qui accorderait de nouveaux pouvoirs aux collectivités territoriales et aux régions, il exclua cependant de faire "une décentralisation spécifique à la Bretagne", faisant référence au courant montant d 'une réunification de la Bretagne. 

Flèche début de texte.gif

L'unicité de la République guidée par notre Constitution a pourtant ses contradictions:

Des collectivités territoriales ont des spécificités propres, c'est le cas de Mayotte, de  la Corse et de l'Alsace. Cette dernière est même en passe actuellement de fusionner les Conseils Généraux de ses deux départements pour plus de cohérence politique, sociale et économique.                                                                                                            Des régions aritificielles reposent sur un découpage aléatoire, fruit de  calculs politiques, certaines ont perdu de leur cohérence dès lors que le découpage ne prenait pas en compte l'identité de leurs habitants (la Bretagne amputée de la Loire-Atlantique) etc.....

 

photo(110).JPG


Flèche début de texte.gif

Puisque parmi les proches de François HOLLANDE, nous pouvons compter, entre autres, Jean-Marc AYRAULT, Député-Maire PS de Nantes, ultra-anti-réunificateur  de la Bretagne et partisan d'une région Grand-Ouest (Bretagne + Pays-de-Loire + Normandie) et Jean-Yves  LE DRIAN, président du Conseil Régional Bretagne, partisan de la réunification, il est évident que cette dualité empêchera une prise de position claire quant à la destinée de la Bretagne historique. 

En juin 2011, J.Y. LE DRIAN déclarait que "le Pays de Galles fait rêver par sa capacité d'actions régionales". Depuis 2006, l'Assemblée Nationale Galloise peut voter ses propres lois dans ses domaines de compétence, sans passer par le Parlement Britannique de Westminster. Elle peut exoger le transfert de compétence de nouveuax secteurs et organiser à terme un référendum pour mettre en place un pouvoir législatif global. Nous en sommes très loin.

Outre J.M AYRAULT et J.Y LEDRIAN, Bernard POIGNANT, Maire de Quimper, est également un proche de François HOLLANDE.  Lors des voeux à la mairie le 29 janvier 2012, il prôna une collectivité bretonne unique, par une fusion de la région Bretagne et des quatre départements de la région administrative B4 (22,29,35,56). Exit la Loire-Atlantique et le respect de son identité bretonne !

Flèche début de texte.gif

Pour un pays comme le nôtre et l'image galvaudée qu'il véhicule en dehors de nos frontières, l'absence de considération de l'Etat envers nos identités, est un manque de respect envers lui-même, un parfait exemple du "faîtes ce que je dis pas ce que je fais".

 

photo.JPG

          L'amendement Le FUR - De RUGY attend que le Sénat s'exprime. Il donnerait enfin la possibilité au peuple de s'exprimer sur son intégrité territoriale.

Flèche début de texte.gif

Que dire d'un pays qui empêcherait son peuple de construire ensemble et en toute liberté son destin et son avenir ? A quoi cela sert-il de louer les révolutions de printemps rapportées par les médias, lesquels félicitent les peuples Egyptiens, Tunisiens, Lybiens ou encore Syriens, alors que pour nous, tout semble figé ?

 Mes propos ne sont que le reflet de mon âme, j'espère que bon nombre de mes concitoyens comprendra qu'il est urgent de s'impliquer dans les évènements actuels, si nous ne bougeons pas pour nous-même, qui le fera ?

 

24036355.gif


02/02/2012

"Pas de décentralisation spécifique à la Bretagne"

celte gif 9.gif



hermines90_cycle.gif

hermines début de texte.gifFrançois Hollande, candidat PS aux Présidentielles 2012 et en tête dans les sondages, était à Brest lundi 30 janvier.

Au sujet de la régionalisation, il a déclaré:

"il n'y aurait pas de décentralisation spécifique à la Bretagne car nous sommes une République Une et Indivisible".

" Il y aura une nouvelle étape de la décentralisation si les Français nous en donnent le mandat, c'est-à-dire à la fois avec une élection présidentielle victorieuse et des élections législatives qui nous donnerait une majorité. Dans cette étape de la décentralisation, des compétences et des pouvoirs nouveaux seront donnés aux collectivités locales. Et une réforme de la fiscalité locale sera engagée, dans le cadre de la grande réforme fiscale, dès l'été. Et vous savez que l'espérimentation existe déjà. Les conseils régionaux peuvent même avoir un pouvoir réglementaire concédé - certes, pas dans tous les domaines, mais que nous pourrons, d'ailleurs, élargir. Mais nous ne ferons pas, je vous le dis, une décentralisation spécifique à la Bretagne. Parce que nous sommes dans un Etat où la République est une et indivisible."

Au sujet de l'éventualité d'une Bretagne administrative sans département, constituant ainsi une seule collectivité territoriale comme en Alsace:

" Je ne me permettrai pas de parler au nom de la Bretagne. Pour l'instant, je suis candidat à la présidence de la République."

   hermines90_cycle.gif    

hermines début de texte.gif

Pas d'illusion ! D'aucun connait la position de F.Hollande sur la réunification. Bien qu'entouré de Jean-Yves Le Drian , il appartient à l'appareil PS, lequel est aussi celui de Jean-Marc Ayrault, fervent opposant de la réunification.

Alors nous savons à quoi nous tenir. Penser que la position du PS et donc celle de F.Hollande pourra évoluer dans le sens d'une réunification de la Bretagne relève de l'utopie.

Devons-nous nous satisfaire de cette promesse de décentralisation ?

hermines début de texte.gif

Par contre, si "notre République est une et indivisible" , je voudrais que l'on me précise pourquoi une "décentralisation spécifique à la Bretagne"  est impossible ?

D'ailleurs, qui en Bretagne demande une quelconque décentralisation pour la Bretagne à laquelle aucune autre région française pourrait prétendre ? Ne me dîtes pas que F.Hollande puisse penser que nos revendications concernant la réunification de la Bretagne, la pratique de la langue (breton ou gallo) etc. sont des droits que nous souhaitons pour nous, et non pas pour les autres.

hermines début de texte.gif

Certes, la Bretagne a cette particularité historique que n'ont pas d'autres régions françaises, à savoir d'avoir un de ses départements exclu de sa région historique,  la Loire-Atlantique intégrant la région Pays-de-Loire, crée de toute pièce. Cependant, l'amendement de Messieurs De Rugy et Le Fur voté en décembre 2011 puis le texte adopté en janvier, ne furent-ils pas adoptés à l'Assemblée nationale ? Ces textes n'ont-ils pas été appuyés par les députés Alsaciens pour ne citer qu'eux ?

J'en reviens à notre République une et indivisible, quelques exemples contradictoires:

- Les deux départements Alsaciens viennent de voter la fusion des Conseils généraux des deux régions   

- Les DOM-TOM, la Polynésie, la Nouvelle-Calédonie, n'ont-ils pas une spécificité régionale ?

- La Corse bénéficie déjà d'une décentralisation spécifique. Pour que cessent les attentats des nationalistes Corses ? Elle est pouratnt, partie intégrante de notre République !

- Si notre la France est indivisible, les français ont-ils tous les mêmes droits ? Bien évidemment non ! Les exceptions sont nombreuses. Les Alsaciens ont 2 jours fériés de plus que tous les autres français. Certains français sont aux 32 heures (exemple des fonctionnaires du Sénat), d'autres (et parfois ce sont les mêmes) ont des régimes de retraites très avantageux etc.

Alors dans cette "une et indivisible", je souhaiterais qu'il n'y ait pas de confusion entre "unité" et "uniformité".

    hermines90_cycle.gif

hermines début de texte.gif

 Sans doute me trouverez-vous naïf de croire, à l'aube de cette échéance présidentielle, laquelle coïncide avec une crise économique grave en Europe où beaucoup de facteurs démontrent qu'une réforme territoriale est indispensable, qu'un candidat éclairé ne se prononce pas clairement en faveur d'une refonte territoriale, en faveur de régions plus cohérentes auxquelles les concitoyens pourraient plus aisément s'identifier et y puiser ses forces. Sauf erreur de ma part, rares sont les candidats qui l'ont compris, Eva Joly semble être la seule..... et vu qu'elle n'apparaît pas dangereuse vu sa position dans les sondages...

Faut-il alors "négliger" les électeurs réunificateurs pour autant ? Le risque n'est-il pas grand devant la multitude de candidats qui se présentent cette année ?


Quoiqu'il en soit, vous l'avez bien compris, il n'y a rien à attendre du candidat qui remportera les présidentielles si dans le même temps, nous cessons toute mobilisation.

 hermines90_cycle.gif

 

hermines début de texte.gif

NE LACHONS RIEN ! Sachons nous unir autour de notre projet de réunification en oubliant les clivages politiques traditionnels froite-gauche. Il ne devrait pas y avoir de côté en politique, juste un devant, car c'est devant que tous souhaitons aller, en nous appuyant sur nos ressourses, sur ce que l'on est !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

23/01/2012

Le Sénat: enquête sur les super privilégiés de la république

Je vous conseille de lire l'ouvrage de Yvan Stephanovitch, qui sortira en janvier 2012 intitulé:    

Je vous conseille de lire l'ouvrage de Yvan Stephanovitch, qui sortira en janvier 2012 intitulé:    Le Sénat: enquête sur les super privilégiés de la république, aux éditions du Rocher

Non seulement ce livre dénonce les avantages de nos très chers sénateurs, élus de la république que beaucoup de concitoyens ne connaissent pourtant pas, à contrario de ceux de l'Assemblée nationale, mais aussi  tous les fonctionnaires qui y travaillent.

1260 fonctionnaires travaillent au Sénat, les salaires s'étendent de 2.300 à 20.000€/mois. 

Les plus gros salaires sont destinés au grand Argentier et au secrétaire général du Sénat. Mais tous bénéficient d'avantages plutôt curieux, indécent même pour nous tous:

- Prime de nuit pour tous, quelque soit la fonction. Elle fait partie de l'institution. Aussi, les jardiniers, travaillant tous de jour, touchent cette prime.

- Tous les fonctionnaires sont à la semaine des  32 heures, quaisment 4 mois de vacances par ans.


Les sénateurs (voir article précédent "Nos élus de la république") perçoivent 11.540€/mois, la moitié de ces indemnités étant fiscalisable. A celà vous ajoutez la gratuité Air France, SNCF, RATP, des taux péréférentiels pour les emprunts, et cette prime informatique de 1000€/mois....... du grand n'importe quoi !!!

Quant à leur retraite !!! 1.869€ mensuel dès lors qu'ils aient effectué un mandat de 6 ans. Or, la moitié des sénateurs sont fonctionnaires, la retraite de fonctionnaire s'y ajoutera.

Reversion des retraites: alors que pour le privé, elle se monte à 54%, le conjoint d'un(e) sénateur(trice) percevra une reversion de 66% de leur défunt, laquelle reversion se cumulera avec



    Incompréhensible n'est-ce pas ? De tels  avantages soient octroyés à des personnes ayant des salaires conséquents, les contribuables français paient 380 millions d'€/an pour le fonctionnement de cette institution, ces élus sont inconnus du public ou presque, la Cour des Comptes n'a aucun droit de regard sur les Finances du Sénat, et l'absentéisme bat des records.

A contrario, les députés sont connus de tous, puisqu'élus au suffrage direct, et la Cour des Comptes y a un droit de regard (récemment). 

Tout comme dans d'autres pays tels que les Etats-Unis, l'Allemagne ou l'Angleterre, il existe une loi au Sénat qui stipule que l'absence d'un sénateur 3 à 4 fois d'affilée entraîne la suspension de ses indemnités, aucun des sénateurs, de droite ou de gauche, ne demande à ce que cette loi soit appliquée. 

Autrement dit, des sénateurs qui valident nos lois avant de les refaire voter à l'Assemblée nationale, ne font pas appliquer la loi dans leur propre hémicycle !!!!!

Ce livre précise que 90 sénateurs sur les 343 sont assidûs, 120 n'y sont qu'à temps partiel, certains n'y mettent quasiment jamais les pieds. Le champion toute catégorie serait Jean-Noël Guerini, président du Conseil Général des  Bouches-du-Rhône, qui n'y mettrait jamais les pieds. Jean-Claude Gaudin ( un des plus assidus) aurait même dit: "Si J.N Guérini démissionnait, on ne s'en apercevrait pas". C'est tout dire !


Alors, puisque le Sénat vient de basculer historiquement à gauche, ne serait-ce pas de bon ton et opportun, qu'un bon coup de pied ne soit mis dans ces avantages indécents d'un autre âge ? 




29/12/2011

MEILLEURS VOEUX 2012

bonne anee 2012.jpg

2011 s'achève, et on ne peut pas dire qu'elle fut grande, pas très mémorable.

Flèche début de texte.gifCertains d'entre vous en retiendront j'espère, quelques souvenirs positifs. Personellement; s'il y avait une seule date à retenir, ce serait celle du 21 mai, date de mon mariage avec la princesse de mes rêves, comment l'oublier !

Quant au reste ...... pas très folichon !

Flèche début de texte.gifSous fond de crise européenne, le climat en France est délétère, toujours autant de jacobinisme et d'hypocrisie de la part de nos gouvernants.

Flèche début de texte.gifAlors, pour finir sur une note positive, je retiendrai surtout le soulèvement de peuples envers leurs dirigeants (Tunisie, Egypte, Lybie etc.), un vent de liberté plein d'espoir pour des peuples qui réclament légitimement plus de concertation, plus de droits.

Flèche début de texte.gif

 Notre vie est et sera ce que nous en ferons, 

         Notre démocratie est en danger et nos libertés bafouées,                

        Nos dirigeants nous ignorent dès lors qu'ils sont élus ...  

Flèche début de texte.gif

 Que 2012 apporte un souffle d'espoir pour chacun de nous,                   

         Que 2012 vienne emplir les âmes et les coeurs des français,                  

        Que 2012  éveille nos conciences et réveillent les endormis,    

Flèche début de texte.gif

 Voter en masse ne se suffira pas au printemps !                                     

         Nos élus doivent comprendre qu'ils n'existent que par nous,                   

        Nos représentants sont élus par et pour le peuple,                                    

       Et non pour des banquiers, des assureurs, des laborantins                        

       Ni de quelconque association ou nation !

Flèche début de texte.gif

 Que 2012 nous donne la clairvoyance de voter                                      

         Pour celui ou celle qui osera bousculer le conformisme politique,             

        Et qui n'hésitera pas réorganiser notre territoire, nos régions,                

        Que 2012 soit l'année où la France retrouve son courage et sa force         

        En s'appuyant sur ses régions et non plus en les pillant.

 

Flèche début de texte.gifQue 2012 soit la consécration de nos identités régionales 

          Flèche début de texte.gif

Que 2012 soit celle de la réunification de la Bretagne...

                 

             Flèche début de texte.gifBloavezh Mat, Yec'hed mat ha !                                                        

Bonne année, bonne santé et prospérité !

 

Que le meilleur de 2011 soit le pire de 2012 !

*********************************

Celtijima vous invite à visionner sa dernière production:                                      

" Breizhioux, Unissons-nous ! "

(cliquez sur le lien ci-dessous)

http://www.youtube.com/watch?v=60AWGXuhDT4&feature=share

10/12/2011

A TOURS, ON PREFERE LE GRANIT CHINOIS AU GRANIT BRETON

Le syndicat des transport en commun de l'agglomération de Tours vient de décider l'achat de pavés chinois pour la construction du tramway de Tours.

Cette nouvelle tombe alors que récemment le Secrétaire d'Etat au Commerce et à l'Artisanat Frédéric LEBEBVRE était venu (le 24 novembre en Ile-et-Vilaine) en Bretagne pour annoncer la création d'un label protégeant le granit breton.


Pourquoi avoir choisi la Chine ?                                                                                      Les élus tourangeaux se justifient en expliquant que seuls les chinois peuvent garantir les volumes nécessaires des travaux. Argument réfuté par le président du Syndicat des granitiers bretons.

Pourquoi n'il y a t-il pas eu de préférence nationale ? Les producteurs français ne sont pas que bretons, ils sont aussi implantés dans les Vosges et dans le Tarn. Tous, sont parfaitement capables de répondre aux exigences techniques de projets de cette importance. Preuve ne est que le granit breton est d'ailleurs utilisé pour les chantiers de plusieurs lignes de tramway à Paris, Brest, Le Havre, Dijon ou Lyon.

Et le secrétaire d'Etat  reconnaît qu'il "ne peut pas faire grand chose" dans la mesure où a bien été faite un appel d'offre. Il précise que le label "granit breton" est un label qualité et en aucun cas une préférence nationale. Le monde professionnel reconnait que le granit breton est d'une qualité bien supérieure à celle du granit chinois, mais le;prix a fait la différence:

30% moins cher. Transport inclu ?

En cette période de crise, les décideurs auraient donc pris la décison la plus sage ? Reste à savoir le coût d'entretien de ce granit, sa durée de vie etc...

NB: le granit breton concerne une centaine d'entreprises pour 1.200 salariés. La filière aurait perdu des dix dernières années près e 1.500 emplois.





05/12/2011

IX - CES FRANCAIS QUI FUIENT LA FRANCE: encore Français ?

les exilés.jpg

Les exilés sont-ils des fraudeurs ?

          Il ne m'appartient pas d'en juger  (quoique), par contre le constat est édifiant:

44 plus grandes fortunes de France sont planquées en Suisse, avec la bénédiction du gouvernement (SOURCE: magazine BILAN, échelle de Jacob). Sur les 300 plus grosses fortunes résidant en Suisse, il y aurait aujourd'hui 44 (dont 13 milliardaires) éxilés français, pour un patrimoine de 30 Mds d'€. 10 ans plus tôt, il y en avait... 17. Précisons que ce magazine n'a pris en compte que les fortunes supérieures à 81, M (100 M Francs suisses).

Alors je n'hésite pas à balancer ces quelques privilégiés:

- Famille WERTHEIME (propriétaire de CHANEL),

- Famille CASTEL (vins),                                                                                               

- Famille PRIMAT (héritier SCHLUMBERGER),                                                                 

- Benjamin de ROTHSCHILD (Compagnie financière Edmond de ROTHSCHILD ),              

- Famille PEUGEOT,                                                                                                    

- Famille LESCURE (SEB),                                                                                             

- Famille BICH (groupe BIC),                                                                                        

- Famille MIMRAN Compagnie Sucrière Sénégalaise, actionnaire Compagnie bancaire de l'Afrique Occidentale, etc.),                                                                                          

- Héritiers LOUIS-DREYFUS,                                                                                         

- Claude BERDA (AB Productions),                                                                                

- Paul-Georges DESPATURE (DARMATEX),                                                                     

- Famille MURRAY,  - etc. 

Récemment exilés:

- Denis DUMONT (enseignes de produits frais),                                                              

- Bruno MOINEVILLE (actionnaire Numéricable),                                                             

- Nicolas PUECH (actionnaire HERMES ),                                                                        

- Famille ZORBIBE (ex-propriétaire LANCEL ),                                                                

- Famille HARARI,                                                                                                       

- Familles DEFFOREY & FOURNIER (CARREFOUR),  

Ce flux des exilés s'est accéléré dès la suppression du bouclier fiscal, et il risque de se produire la même chose qu'en 1981, avec la perspective de voir revenir la gauche au pouvoir dès 2012; 

Considérez-vous qu'ils sont encore français ?

En cette période de crise où tous les français sont concernés, où eux aussi auraient à gagner (encore plus) si la France parvenait à remonter la barre, à conserver son AAA, ne serait-il pas logique que ces grandes fortunes contribuent, ne serait-ce que provisoirement, à l'effort national ?





 

VI - IMMOBILISME, ABSTENTION....

  Notre réputation internationale d'antan serait-elle en passe d'évoluer ?

Jusqu'il n'y a pas si longtemps que ça, l'image à l'étranger du français pouvait se caricaturer par un personnage bon vivant, béret sur la tête, une bouteille de vin dans une main, une baguette et un fromage dans l'autre, auquel était associé un caractère râleur, jamais content et toujours en grève.

Notre réputation nous était pardonnée en raison des acquis sociaux que bien d'autres pays nous envient, et malgré que nous soyons des mangeurs d'huîtres et d'escargots, notre gastronomie nationale faisait bien des envieux. Mais voilà! Les français évoluent au même titre que les habitants d'autres nations.

S'il est nullement question que je disserte ici de notre gastronomie ou de notre image, je ne pense pas être le seul à avoir remarqué que le changement de notre société se traduit aussi par un désintérêt plus que naissant du peuple envers la politique. Rupture de confiance, défiance et méfiance semblent habiter de plus en plus de français, de plus en plus de jeunes. Et le danger de voir le plus grand parti politique de france devenir celui de l'abstention, se pointe à  grand pas, mettant en danger la représentativité de nos élus, notre démocratie.

Je ne reviendrai pas sur les évènements d'une certaine élection présidentielle, laquelle connue au 1er tour, le passage à la trappe d'un favori (Lionel JOSPIN, PS) et d'un choix  faire au 2nd tour, entre Jacques CHIRAC (RPR) et Jean-Marie LE PEN (FN); Le taux d'abstention au 1er tour s'est révélé un traquenard pour beaucoup.

A qui la faute: le beau temps, si bien que beaucoup ne se déplacèrent pas, estimant que les jeux étaient faits ?

La peur de voir à la plus haute marche du pays le candidat du Front National se traduisit par une forte participation aux élections du 2nd tour. Comme quoi, les français savent se mobiliser quand ils le jugent nécessaire.

 Alors voilà! Dans un peu plus de six mois se dérouleront les prochaines élections présidentielles. Et le spectre d'une forte abstention se pointe à nouveau.

 

          Cette abstention est un véritable fléau sur lequel bon nombre de nos politiciens devraient se pencher plus assidûment, car elle met en cause la réelle représentativité et la légitimité de nos gouvernants.

En octobre 2011, les primaires socialistes ont été retransmises par tois fois, et la question de l'abstention n'a jamais été soulevée. Il est vrai qu'il était avant tout question de montrer leurs différences afin d'aider les français à faire un choix parmi les 6 candidats socialistes, alors que la question de l'abstention est un combat commun, "wait and see".

 

Depuis quelques années, le sentiment d'appartenance à un  groupe social ou ethnique, semble avoir pris le dessus sur celui d'appartenance à notre nation. Les fils de France, abandonnés ou oubliés, se sont retournés vers des groupes soudés par des intérêts communs: religion, associatif, syndical... Disparait de plus en plus notre identité collective. Les raisons ?

- La désindustrialisation, le chômage, le développement de la sous-traitance, la concurrence entre salariés et intérimaires, le pluri-culturalisme de notre société, la précarité, le replis sur soi etc... sont autant de facteurs qui inhibent la naissance de solidarités professionelles et d'une grande cause nationale.                                                                                               - La multiplication de malversations financières, les inculpations d'hommes politiques ou de leurs proches...

Tous ces facteurs entraînent irrémédiablement l'indifférence du peuple envers le monde politique, baissent les inscriptions sur les listes électorales, le taux d'abstention grimpe.....

 

          ..... et voici que repointe son nez le Front National, lequel profite de toutes les conséquences dramatiques de notre société:

- dégradation des conditions de vie, des conditions de travail,                       - dégradation des conditions d'existence des retraités,                                 - difficultés des patrons de PME ou d'artisans, la crise perdure,                                                                                                     - dégradation des conditions de vie des couches moyennes comme de la bourgeoisie, lesquelles peinent à conserver leur patrimoine,                          - dégradation du niveau de vie des classes populaires, des propriétaires de pavillons en banlieue, 

 

 

 

 

 

 

 

VII - ILS ONT DIT.....

 POUR CONCLURE: quelques citations de circonstance:

 

retraites,salaires,politique morale"Vous n'avez rien fait, tant que le peuple souffre !

Vous n'avez rien fait, tant qu'il y a au dessous de vous une partie du peuple qui désespère !

Vous n'avez rien fait, tant que ceux qui sont dans la force de l'âge et qui travaillent, peuvent être sans pain...."

 

VICTOR HUGO en 1849

 

retraites,salaires,politique morale« Vous participez à un système machiavélique de manière plus efficace en obéissant à ses ordres et décrets. Un tel système ne mérite pas d'allégeance. L'obéissance à ce système équivaut à s'associer à l'enfer. Une personne intelligente résistera de toute son âme à ce système diabolique »

 

 

GANDHI

  retraites,salaires,politique morale

« Dans un monde néo-libéral, le chaos est toujours créateur de richesse »

 

 

 

Naomi KLEIN

 

 

 

 retraites,salaires,politique morale                                                                      

"Par la volonté d'un homme,

Parfois l'unité se dérobe,

 Que sa fâche ou que ça blesse,

 Naoned e Breizh"

 STETRICE

 

retraites,salaires,politique morale

 "La droite a gagné les élections. La gauche a gagné les

 élections. Quand est-ce que ce sera la France qui

gagnera les élections ?"

 

 

COLUCHE

 

 

"Heureusement que le peuple ne comprend pas notre système monétaire et bancaire, car s'il le comprenait je crois qu'il y aurait une révolution avant demain matin."                   

 

                                         Cit. Henry FORD

 

 

 

"Certains des  plus grands hommes aux Etat-Unis, dans le commerce et l'industrie manufacturière, ont peur. Car ils savent qu'il y a quelque part un pouvoir si bien organisé, si subtil, si vigilant et si invasif, qu'ils feraient bien de ne pas élever la voix quand ils le condamnent."                                                                                    Cit. Woodrow WILSON, Ancien Président des E.U, en 1913.

 

 

 

 

 

"Chaque fois qu'un banque accorde un prêt, un nouveau crédit bancaire est crée - ce sont de nouveaux dépôts - de l'argent entièrement nouveau"                                                                                           Cit. Graham F.FLOWERS, Directeur Banque du Canada (1934-1954).

 

 

 

"Le processus par lequel les banques créent de l'argent est si simple que l'esprit résiste à y croire"                                            Cit. John Kenneth GALBRAITH, Economiste.

 

 

 

Donnez-moi le droit d'emettre et de contrôler l'argent d'une nation, et alors peu m'importe qui fait ses lois"                                                                                                   Cit.  Mayern Anselm ROTHSCHILD, Banquier.

 

 

 

"Tout le monde sait, subconciemment, que les banques ne prêtent pas d'argent. Quand vous voulez prendre de l'argent sur votre compte épargne, les banques ne vous disent pas que ce n'est pas possible parce qu'elle a prêté cet argent à quelqu'un d'autre."                                                                                                      Cit.  Mark MANSFIELD, Economiste.

 

"Je crains que le simple citoyen n'aime pas du tout se faire dire que les banques peuvent créer de l'argent et qu'elles le font... Et que ceux ci contrôlent le crédit d'une nation, dirigent la politique des gouvernemants, et tiennent dans le creus de leurs mains la destinée des peuples."                                           

Cit. Reginald McKENNA, ancien président du Conseil d'Administration, Midlands Bank of England.

 

 

 

 

 

"Ainsi le médium national de circulation est maintenant à la merci des transactions de prêts bancaires. Ceux-ci ne sont pas des prêts d'argent mais des promesses de prêts pour de l'argent que les banques n'ont pas."                                                                                                  Cit.  Irving FISHER, Economiste.

 

"Voilà ce qu'est notre système monétaire. S'il n'y avait pas de dette dans notre système monétaire, il n'y aurait pas d'argent."                                                                                   Cit.  Mariner S.ECCLES, Directeur du Conseil d'Administration et Gouverneur du Federal Reserve Board.

 

 

 

"C'est bouleversant. Nous dépendons complètement des banques commerciales. Quelqu'un doit emprunter chacun des $ qui est mis en circulation, cash ou crédit. Si les banques créent amplement de l'argent synthétique, nous prospérons; sinon, c'est la famine. Nous sommes absolument sans sytèmee monétaire permanent. Quand quelqu'un comence à voir l'image globale, l'absurdité tragique de notre situation désespérée est presque qu'incroyable."                                                                                 Cit.   Robert H.HEMPHILL, Gestionnaire du crédit, Federal Reserve Bank, Atlanta, Georgia.

 

 

 

"Une des plus grandes faiblesses de la race humaine, c'est son incompréhension de la fonction exponentielle."   

Cit.  Albert A.BARTLETT, Physicien.

 

 

 

"Quiconque croit que la croissance exponentielle peut continuer sans fin, dans un monde fini, est soit un fou, soit un économiste."      

Cit.  Kenneth BOULDING, Economiste

 

 

 

"Je veux, si je suis élu président de la république, que d'ici à deux ans, plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d'y mourir de froid.Le droit à l'hébergement, c'est une obligation humaine.Si on n'est plus choqué quand quelqu'un n'a plus de toît lorsqu'il fait froid, et qu'il est obligé à dormir dehors, c'est tout l'équilibre de la société qui s'en trouvera remis en cause."               

 Cit. Nicolas SARKOZY, Discours de campagne présidentielle, le 18 décembre 2006.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

17/11/2011

LA BASSE-COUR DU ROI NICOLAS

 

Renards-10.gif

Un renard prénommé Nicolas sur une basse-cour règnait.

Mais il était contesté:

basse cour.jpg

 

"Il ne fait pas rentrer assez de blé, nous n'avons plus de grain à picorer, se lamentaient les animaux affamés.

 

Renards-0.gif- Je fais de mon mieux, répondait Nicolas.... Sans moi, ça serait pire, croyez-moi. Il y a une énorme crise mondiale, Ne l'oubliez pas, c'est infernal."

Beaucoup d'animaux voraces rêvaient pourtant de prendre sa place.

                        

Vaches-18.gif

 

A gauche, la vache Martine et la pintade Ségolène, crurent un temps, pouvoir devenir reines.                                                                                                

 

pigeon.gif

 

Mais ce fut le pigeon François qui leur fit la nique.

 

cochons-23.gifAidé, malgré lui, par le cochon Dominique,

Qui manqua d'aller à l'abattoir,

Pour avoir culbuté une grande poule noire.poule noire.gif

 

loup.jpgMais la pire ennemie du roi Nicolas et du pigeon François

Etait la fille d'un loup borgne qui avait échoué à devenir roi.

Cette louve à la voix rauque et à la chevelure blonde

Se faisait passer pour une brebis aux yeux du monde.

Elle répétait comme une litanie:

Loups-3.gif"Il faut plus de poulets pour renvoyer chez eux les animaux étrangers?

Sans eux, nous serions tellement plus heureux."

 

Moutons-4.gifMoutons-5.gifMoutons-12.gifCertains moutons l'écoutaient béats:

"Bêê, elle dit tout haut ce que nous pensons tout bas."

 

 

pigeon.gifRenards-10.gifOurs-7.gifTaupes-3.gifLe pigeon François, le roi Nicolas, l'ours Mélenchon et la taupe Eva

Faisaient de leur mieux pour éradiquer la terrible maladie

 

Répandue par la louve déguisée en brebis,

Qui avait pour nom haine et démagogie.

Hélas! A six mois des élections,

Personne ne sait encore pour de bon

Qui de la farce sera le dindon!

 

Dindes-3.gif