24/05/2012

122 - LES FEES DE LA BUTTE AUX GUENAS (Bain-de-Bretagne, 35)

 

MRJCcampagne.jpg

hermines début de texte.gifLa Butte aux Guenas est située dans la commune de Bain, près du village du Tertre, non loin du bois de la Marzelière.

fee010.gifDes fées y demeurent, dans les entrailles de la terre. AU matin, au soleil levant, avant que les bonnes gens soient aux champs, étendre sur le versant du coteau pour les faire sécher, les pièces d'or et d'argent qu'elles fabriquent dans leurs demeures souterraines.

Un jour, elles furent surprises par deux hommes qui regardèrent avec convoitise, ces trésors.

" Prenez-en, leur dirent les fées."

hermines début de texte.gif

L'un d'eux, en emplit les poches; mais l'autre, plus gourmand, s'en alla bien vite chercher un cheval et une charette. Quand il revînt, les fées n'y étaient plus, et elles avaient caché leurs richesses sous les pierres de la butte.fee007.gif


Adolphe Orain, Contes du pays gallo, 1904

121 - LE BOIS DE LA DANSE (Quévert, 22)

 

Eglise Saint-Laurent - Quévert.jpg


Quévert, 22, Dinan, le Bois de la Danse, Contes, Légendes, Bretagne, Côtes d'Armor, FéesCe bois de la commune de Quévert près de Dinan, se situe tout près d'un tumulus. 

Les paysans disent que son sommet très arrondi, est une table où les fées viennent prendre leur repas. Elles vont ensuite danser dans les bois qui, en raison de cette circonstance, a reçu son nom. 

 

Quévert, 22, Dinan, le Bois de la Danse, Contes, Légendes, Bretagne, Côtes d'Armor, Fées

Quévert, 22, Dinan, le Bois de la Danse, Contes, Légendes, Bretagne, Côtes d'Armor, Fées

Plus d'un les a vues, mais il est imprudent de s'approcher d'elles: un jeune gars qui s'était joint à elles fut parfaitement accueilli et revînt enchanté de ce qu'il avait vu et entendu. Mais le lendemain, il était trouvé mort dans son lit.

Pourtant ces fées ne sont pas méchantes: si ceux qui les approchent meurent, ce n'est pas parcequ'elles leur ont jeté un sort, mais parce qu'elles sont si belles et si aimables qu'on ne peut se consoler de ne plus les voir.


Lucie de V.H, Revu des traditions populaires, XVII, 1902