29/05/2012

Alignements de Sainte-Barbe (Plouharnel, 56)

Alignements de Sainte-Barbe, Plouharnel, 56, Morbihan, Bretagne, Mégalithe

Alignements de Sainte-Barbe, Plouharnel, 56, Morbihan, Bretagne, Mégalithe

 

Alignements de Sainte-Barbe, Plouharnel, 56, Morbihan, Bretagne, Mégalithe

 

 

 

 

 

 

 

Alignements de Sainte-Barbe, Plouharnel, 56, Morbihan, Bretagne, Mégalithe

 

 

Alignements de Sainte-Barbe, Plouharnel, 56, Morbihan, Bretagne, Mégalithe

 

 

 

 

 

 

 

Alignements de Sainte-Barbe, Plouharnel, 56, Morbihan, Bretagne, Mégalithe

28/05/2012

Dolmen de La Barbière (Crossac, 44)

barbiere2.jpg


barbiere1.jpgIl s'agit d'un domen à couloir.


Bien que ruiné, il possède toujours une table qui repose sur 3 orthostats, mesurant:*4 X 3 X 0,70m


L'entrée se situait à l'Est où 4 pierres formaient un couloir.

23/05/2012

Allée Couverte de La Ville Bellanger (Hénansal)

henansal1.jpg


Cette allée couverte située entre Erquy et Lamballe, est également appelée "La Roche aux Fées".


henansal3.jpg


Longueur: 13 mètres.


La plus grande dalle a été emmenée en Belgique pour servir de monument commémoratif de la 1èere utilisation du gaz au cours de l'attaque subie par la 87ème division terrotoriale en 1915.


henansal2.jpg

21/05/2012

Menhir du Boivre (St-Brévin-les-Pins, 44)

800px-Menhir_du_Boivre,_Saint-Brévin-les-Pins_-_Front_View.JPG


Localisation: sur terrain privé

Datation: Néolithique

Classé MH depuis 1992



Lit du Dragon (Plouezec, 29)

1585615.jpg


Appelé au pays "Loc"h-ar-Ronfl" (lit de l'ogre) ou "Gwele-ar-Ronfl" (lit du géant), le lite du dragon est une allée couverte de Kerriou.

Datation: Néolithique (IIIème millénaire av. J-C)


Longueur: 17 mètres

Ce monument est composée d'une chambre de 2 rangées de piliers, supportant 7 tables de couverture, et s'achève à l'ouest, par une petite "cella". 

Le matériau est en schiste ardoisier local.

A l'origine, l'ensemble était recouvert d'un tertre, aujourd'hui disparu; érosion du temps. 

Des fouilles remontant à 1868 ont mis à jour deux grandes hâches en pierre polie.

Classé MH depuis 1975.

19/05/2012

Menhir de La Vacherie (Donges, 44)

afd2a29f5a867dc0635827b38791acae.jpg

9aaaea1c80aab987d83d47b98505b982.jpg


Les images parlent d'elles-mêmes; je ne ferai pas de commentaire superflus. L'ère industrielle est passée par là. Le menhir de la Vacherie est ainsi incorporé au paysage raffinien de Donges.


Curieux qu'il n'ait pas été déplacé tout de même !


Menhir, Mégalithe, Donges, Raffinerie, Loire-Atlantique, 44, Bretagne, pétrole








Menhir, Mégalithe, Donges, Raffinerie, Loire-Atlantique, 44, Bretagne, pétrole


Menhir des Louères (St-Aubin-des-Châteaux, 44)

800px-Saint-Aubin-des-Châteaux_-_Menhir_des_Louères_(1)2.jpg


Aussi appelé "Pierre de la Louée", ce menhir serait un caillou retiré du sabot de Gargantua alors qu'il était assis sur le clocher de Ruffigné: un pied sur le clocher de Saint-Aubin et l'autre sur celui de Sion. 

Il est dit que si lorsqu'on colle son oreille, on entend sonner les heures !

16/05/2012

Nécropole de Théviec (St-Pierre-Quiberon, 56)

 

ile_quiberon.jpg

 

Théviec (ou Téviec) est un îlot privé situé à l'ouest de l'isthme de la presquîle de Quiberon, en Saint-Pierre-Quiberon.

1926: des archéologues amateurs Lorrains, Marthe et Saint-Just Péquart, visitent pour la première fois le site de Théviec, motivés par une prospection de M.F Gaillard, datant de 1883. Ce dernier avait noté une zone, au nord-ouest de l'îlot, d'une quinzaine de mètres de long, remplie de coquillages et d'ossements d'animaux.

1928, juillet: début des fouilles. Décapage progressif sur une cinquantaine de cm d'épaisseur, repèrant de nombreux foyers disposés à même le dépôt coquillier, un outillage en silex, quelques ossements d'animaux dont des pièces en bois de cerf et une dent de sanglier. A un niveau plus ancien, ils découvrent  un homme. Puis des bois de cerf engagés partiellement sous une dalle de 60 cm de long. Une fois la dalle extraite, les bois s'enfonçaient et reposaient directement sur un crâne humain.

 

image022.jpg

 

Entre 1928 et 1934 des fouilles se poursuivirent; La nécropole date du Mésolithiques. Les tombes remontent donc à -9.000 ans avant J-C, ie entre la fin de la dernière glaciation (-9.000 av. J-C) et l'arrivée des premiers agriculteurs du Néolithique (-5.000 av. J-C).

Ce site fait partie des rares sites remontant à cette époque en Bretagne. Les sols étant acides, il est en effet très rare de découvrir des ossements anciens, ces derniers disparaissant habituellement au bout de quelques siècles.

A découvrir aussi:

site de la Pointe de la Torche

site de Hoëdic

site de Beg Er Vil (presqu'île de Quiberon)

Mais les zones littorales, et les îles, font exception.

Au Mésolithique, l'îlot de Théviec se trouvait dans une lagune, et la Manche n'était pas encore une mer. On pouvait rejoindre l'Angleterre à pied. La Bretagne a connu à cette époque des bouleversements de paysage. A la fin de la dernière glaciation, près de 10.000 ans avant notre ère, le niveau de la mer s'est élevé fortement, de près de 100m sur plusieurs siècles. La montée des eaux  a peu à peu privé les habitants des terrains de chasse. Mais ils apprirent ou savaient déjà naviguer.

Les habitats mis à jour, sont placés sur des amas coquilliers ayant livrés les restes de nombreux mollusques marins, de crustacés, de poissons, d'oiseaux (dont des pingouins er des canards), des cétacés, et des mamifères terrestres (sangliers, chevreuils, cerfs, aurochs, chiens...) ainsi que des résidus de taille de silex. C'est dans cette zone que ces cueilleurs-chasseurs de l'époque enterraient leurs défunts. Les coquillages ont contribué à la conservation des sépultures, leur carbonate ayant isolé les ossements du sol acide.

En ce qui concerne les outillages en os et en bois de cervidés mis à jour, leur datation a permis d'indiquer que l'occupation du site fut plus longue que prévue: entre 6.740 et 5.680 BP, la fin serait ainsi contemporaine au début du Néolithique.

La nécropole découverte faisait partie de l'habitat, les tombes étaient creusées à proximité des lieux de vie. Autour de ces sépultures, ont en effet été découvert des traces d'activités artisanales, des foyers entre autres. Ont été également mis en évidence des traces de rituels liés à l'inhumation des corps. Ceux-ci étaient déposés en flexion forcée, dans des tombes communes, les restes d'autres défunts étant écartés au fur et à mesure.

La nécropole de Théviec nous a ainsi livré dix sépultures, certaines étant multiples, au total près d'une quarantaine d'individus, adultes et enfants, y ont été recensés. Certains ossements étaient dispersés.

Dans une vertèbre de l'un deux, fut découvert une armature de sillex, attestant d'une mort violente. Un chercheur du CNRS, spécialiste de cette époque, a par la suite confimé que des pointes de flèches ont été prélevées sur plusieurs squelettes, témoignant  d'une vraie tuerie.

 La-tombe.jpg

Après leur découverte, les époux Péquart furent amené à travailler dans l'Ariège. C'est à cette occasion, que la sépulture dénommée A fut donnée au muséum de Toulouse.

800px-Sépulture_de_Teviec_Global.jpg

 

 

La reconstitution de cette tombe du Mésolithique fut effectuée par Philippe Lacomme, lequel, au début du XXème siècle, était le taxidermiste et préparateur du muséum. Il data 1938, la reconstitution de cette sépulture.

 

 

800px-Sépulture_de_Teviec_(5).jpg

 

 

Jusqu'à une dernière étude en 2010, le squelette de droite était donné pour être un homme alors que celui de gauche passait pour être une femme.

 

 

 

 

800px-Sépulture_de_Teviec_(2).jpgUne fois la résine et les reconstitutions faites en 1938 enlevées, les deux bassins ont en fait révélé qu'ils appartenaient à deux femmes âgées de 25 à 30 ans, et présentant toutes deux, des traces de mort violente.Le corps de droite porte 5 impacts de coups sur la tête, dont deux mortels, ainsi qu'une entrée de flèche entre les deux yeux. Celui de gauche, présente deux traces de coups.

Et curieusement, ces deux corps ont ensuite été inhumé avec le plus grand soin, avec des parures, des ornements, des bijoux.

Si le crime est indubitable, beaucoup d'hypothèses courrent: crime rituel, guerre de clans, viol collectifs suivi de mise à mort, pusi dernier hommage des familles ?

 

 

 

15/05/2012

Dolmen de la Salle des Fées (Ste-Pazanne, 44)

Dolmen de la Salle des Fées, Ste-Pazanne, 44, Loire-Atlantique, Bretagne, Mégalithe


Situé à 3 kms au sud-est de Ste Pazanne au bord de la rivière le Tenu et à proximité de la D61. Ce dolmen est écroulé. 

Dolmen de la Salle des Fées, Ste-Pazanne, 44, Loire-Atlantique, Bretagne, MégalitheUn arbre a poussé au milieu peut être la cause de son éboulement ?

La dalle de fond de chambre et la dalle latérale arrière gauche sont encore dans leurs positions d’origine. 

La table qui les recouvraient est effondrée sur le montant droit. 

Ce dolmen ne semble n’avoir comporté que deux tables. Celle de l’entrée ressemblant à un portique est aussi effondrée sur ces deux piliers.


Curieux qu'aucune association n'ait pas encore supplée les pouvoirs publics qui se désintéresse  totalement de notre patrimoine, en prenant la décision d'empêcher ce monument de se dégrader ainsi.

13/05/2012

Menhir de Saint-Samson (Dinan, 22)

 

menhir de saint-samson,dinan,22,c^tes d'armor,mégalithe,légendes


Le menhir de Saint-Samson, près de Dinan, était autrefois connu sous le nom de Pierre de Gargantua. On la désigne même sous le nom de la Pierre de Tommerai.

Hauteur: 8m

Diamètre: 7,50m

Classé MH en 1977

Mais l'originalité objective du mégalithe réside dans ses dimensions et dans sa morphologie, qui révèle qu'il a été retouché en différents endroits pour que soit obtenue cette forme particulière, de même que son inclinaison peut avoir été délibérée et non accidentelle.

Enfin, il faut attendre 1972 pour que soit découvert, sur trois de ses faces, tout un ensemble gravé, qui n'est visible que sous un éclairage particulier.

Désignée comme la Pierre longue aux XVIe et XVIIe siècles, puis comme la Pierre de saint Samson, cette pierre dressée draine une importante tradition légendaire.


Aussi je vous invite à découvrir:

Les Tentations du Diable et Saint-Samson:

L'Entrée de l'Enfer:

La Culotte de Baptême: 


Menhir de Men Marz (Brigognan-plage, 29)

menhir_men_marz1.jpg


MEN-MARZ - Menhir390px-Menhir_Men_Marz.jpg


Ce menhir se trouve sur la commune de Brignogan-Plage. Men Marz signifie la pierre du miracle. L'un des plus hauts menhirs de Bretagne, 8 mètres de haut, il a la particularité d'être surmonté d'une croix.


Ceci date de l'époque où les moines évangélisateurs, considérant menhirs et dolmens comme des monuments païens, ont christiannisé certains mégalithes.


 

0 - menhir_men_marz_mini.jpg


09/05/2012

Allée Couverte de Pors-Ploulhan (Plouhinec, 29)

allee-couverte-de-pors-poulhan-_2_.jpg

Datation: entre 3.300 et 2.800 av. J-C. édifiée par une communauté néolithique, pour un usage sépultural.


Allée Couverte de Pors-Ploulhan, Plouhinec, 29, Finistère, Bretagne, Mégalithe, Néolithique


1835:  le Chevalier de Fréminville signale L'allée couverte de Pors - Poulhan comme "l'un des plus beaux et plus grands dolmens de tout le Finistère". Ce qui ne l'empêchera pas d'être mis à mal par une activité d'extraction de pierres de construction, d'être utilisé au début du XXème siècle comme remise à charrettes et enfin d'être détruit au cours de la dernière guerre mondiale par les allemands, car il gênait la visibilité d'une batterie côtière.

4805997_l.jpeg




C'était sans doute une des plus belles allées couvertes de la région, mais pendant la dernière guerre, elle a été dynamitée, sans pour autant rendre impossible sa restauration.





On a remplacé quelques supports et piliers par des pierres d'un autre monument détruit, la cellule terminale et les pierres de délimitation du tertre ont été en partie retrouvées et redressées.6733518_p.jpg

 

Les morts y sont inhumés avec divers objets: poterie, armes, outils, bijoux...

La perle en pâte de verre retrouvée dans la chambre funéraire témoigne de la fréquentation à l'Age de bronze.

A la période gallo-romaine dans le tertre partiellement dégradé sont enfouies des urnes cinéraires, le rôle funéraire est ainsi conservé.

A partir du Moyen-Age, le site est abandonné et pillé.

Allée Couverte de Pors-Ploulhan, Plouhinec, 29, Finistère, Bretagne, Mégalithe, Néolithique


Gênant la visibilité d'une batterie côtière ce monument est dynamité au cours de la seconde guerre mondiale.

En 1986, l'allée couverte est fouillée. en 1988 le terrain est acquis et le monument restauré par le Conseil Général du Finistère et la commune de Plouhinec.

 


 

6733605_p.jpg

Elle est composée de 16 piliers sur deux rangs parallèles, qui supportaient à l'origine trois ou quatre dalles de couverture (deux sont conservées à ce jour). La fouille a révélé une conception architecturale particulière, que l'on retrouve principalement dans la péninsule ibérique, et un riche mobilier attestant un usage de sépulture, sur un temps long, du néolithique final à l'époque gallo-romaine.

Au centre se trouve la chambre funéraire dont l'entrée est rétrécie par un petit pilier sur lequel s'appuyait la dalle de fermeture, retrouvée brisée.

 

Orientée Est/Ouest,, la chambre est fermée à l'Est par une dalle de chevet derrière laquelle se trouve une cella (petite cellule) ouverte à l'Est, précédée d'un parvis ogival limité par les pierres dressées.

Selon la légende, l'allée couverte représentait l'autel des sacrifices. Chaque mois d'août, un homme était immolé pour obtenir un temps favorable pour la récolte. les dépressions existantes sur la table de couverture, autrefois inclinée, laissaient couler le sang. Cette légende date du XIX ème siècle, donc pas vraiment vieux, puisque avant, la dalle inclinée n'existait pas.

 

Et bien sûr, ce que l'on ne comprends pas, est diabolisé...

08/05/2012

Allée Couverte de Coët-Correc (Caurel, 22)

38114119.jpg


Non loin de Mûr-de-Bretagne, au nord-ouest de Caurel sur les hauteurs de la Lande Blanche, se trouve la magnifique allée couverte de Coët-Correc.

Alignements, Coët-Correc, Mégalithe, Caurel, 55, Côtes d'Armor, Bretagne


Le monument a été recouvert au XIX ème siècle par un double escalier support d'un calvaire, bâtis par un paysan désireux de christianiser ce monument païen. Un de plus.



Cette allée couverte dont les dalles sont en schiste ardoisier possède une entrée latérale.

 

 

 

 Alignements, Coët-Correc, Mégalithe, Caurel, 55, Côtes d'Armor, Bretagne




Le raccord entre ce vestibule latéral et l'allée couverte est formé de deux dalles munies d'une ouverture ciculaire.

 

 




 

Alignements, Coët-Correc, Mégalithe, Caurel, 55, Côtes d'Armor, Bretagne


 

Menhir de La Morandais (Besné, 44)

Menhir, La Morandais, Besné, 44, Loire-Atlantique, Bretagne, Mégalithe


Menhir, La Morandais, Besné, 44, Loire-Atlantique, Bretagne, Mégalithe


Ce menhir est situé à 2 km au sud de Besné, et à 300 m au sud du village de la Morandais. Dans une zone humide sur les bords du canal de la Taillée.



Il fait une hauteur de 1,50 m pour une largeur à la base de1,00 m et une épaisseur de 0,40 m

 

Menhir, La Morandais, Besné, 44, Loire-Atlantique, Bretagne, Mégalithe


07/05/2012

Pierre de La Chopinière (Soudan, 44)

La Chopinière, Soudan, Mégalithe, 44, Loire-Atlantique, Bretagne


La Chopinière, Soudan, Mégalithe, 44, Loire-Atlantique, Bretagne


Ce mégalithe dénommé ainsi est classé ou incrit aux MH depuis 1992 date du Néolithique.



Il se trouve au lieux-dit le Bois de la Champais, lequel est une propriété privée.

06/05/2012

Menhir de Pierre Longue (Batz-sur-Mer)

batz1 (1).jpg


batz2.jpg


Il est situé à 500 m au sud du centre de Batz et à mi-hauteur d’un promontoire rocheux dans la partie sud de la plage St Michel dans le prolongement de la digue.

Il est érigé sur un socle de roche. Est ce une curiosité naturelle ou construction humaine ? menhir ou amer ?

 


batz3.jpg


La partie supérieure de la pierre est traversée de part en part d'une broche de fer consolidation survenue lors du relevage du menhir en 1899, après qu'une tempête l'ait renversé et brisé en 1895.

 

La partie supérieure à été réparée (scellée à l’aide d’un ciment). 


 

batz1.jpg


Sur la carte postale ancienne, "Vue du bourg de Batz vers 1840-Le Menhir" on s’aperçoit qu’à cette époque ce monolithe était plus élevé.

Hauteur max: 2,40 m,

Largeur à la base : 1,10 m,

Epaisseur à la base: 0,50 m