15/07/2012

130 - LA FEMME AUX DEUX CHIENS (Penvénan, 22)

 

7317-Penvenan.jpeg


hermines début de texte.gifCeci se passait au temps où les toiles de Basse-Bretagne étaient renommées entre toutes. Il n’y avait pas alors, à Penvénan ni aux alentours, de fileuse qui filât aussi fin que Fant Ar Merrer, de Crec’h-Avel. Tous les mercredis, elle allait à Tréguier vendre son fil. Un mardi soir elle se dit :

"Il faudra que demain je sois sur pied de bonne heure."

 

Elle se coucha avec cette préoccupation.

 

hermines début de texte.gif

Au milieu de la nuit, elle se réveilla et fut étonnée de voir qu’il faisait déjà presque clair. Elle se leva en grande hâte, s’habilla, jeta sur ses épaule son paquet d’écheveaux et se mit en route.

 Arrivée au pied de la montée qui mène vers Croaz-Ar-Braban, elle fit rencontre d’un jeune homme.

 Ils se bonjourèrent mutuellement et cheminèrent côte à côte jusqu’à la croix.

 Là, le jeune homme prit Fant Ar Merrer par le bras et lui dit : 

 "Arrêtons ici."

 Il la poussa dans la douve, contre le talus, et se plaça devant elle comme pour la protéger.

 

hermines début de texte.gif

A peine se furent-ils ainsi rangés de la route, que Fant entendit venir un bruit épouvantable. Jamais elle n’avait ouï fracas pareil. Il y aurait eu, à la file, cent lourdes charrettes lancées au galop, qu’elles n’auraient pas fait plus de train.

 

Le bruit approchait, approchait.  

Fant tremblait de tous ses membres. Néanmoins elle cherchait à voir ce que ceci pouvait être.

 

Une femme passa dans la route, courant à perdre haleine, elle allait si vite qu’on entendait palpiter les ailes de sa coiffe, comme si c’eussent été deux ailes d’oiseau. Ses pieds nus touchaient à peine le sol ; il en pleuvait des gouttes de sang. Ses cheveux dénoués flottaient derrière elle. Elle agitait les bras, en des gestes désespérés, et hurlait lugubrement.

 

C’était une plainte si angoissante, que Fant Ar Merrer en avait froid jusque sous les ongles.

 

hermines début de texte.gif

Cette femme était poursuivie par deux chiens qui semblaient se disputer entre eux à qui la dévorerait.

 De ces chiens, l’un était noir, l’autre blanc.  C’étaient eux qui faisaient tout le vacarme.

 A chacun de leurs bonds, les entrailles de la terre résonnaient.

 La femme fuyait dans la direction de la croix. 

 Fant Ar Merrer la vit s’élancer sur les marches du calvaire. A ce moment le chien noir était parvenu à la saisir par le bas de sa jupe. Mais elle, se précipitant, étreignit l’arbre de la croix et s’y tint cramponnée de toutes ses forces.

 Le chien noir disparut aussitôt, en lâchant un aboi terrible.

 Le chien blanc resta seul auprès de la malheureuse et se mit à lécher ses blessures.

 Le jeune homme dit alors à Fant Ar Merrer :

"Vous pouvez maintenant continuer votre route. Il n’est que minuit. Ne vous exposez plus à voir ce que vous avez vu. Je ne serai pas toujours là pour vous protéger. Il y a des heures où il ne faut pas être sur les. chemins. Quant vous arriverez à Kervénou, entrez dans la maison qui est là. Vous y trouverez un homme en train de mourir. Passez le reste de la nuit à réciter près de son chevet les prières des agonisants et ne sortez de cette maison qu’à l’aube. Quant à moi, je suis votre bon ange ."

22/03/2012

LA BAGUE DU CAPITAINE ETRANGER

 

buguélès,le capitaine étranger,penvénan


Flèche début de texte.gifIl y a quelque cinquante ans, un navire étranger fit naufrage sur la côte de Buguélès, en Penvénan. On recueillit une dizaine de cadavres. Comme on ignorait s'ils étaient chrétiens, on les enterra dans le sable, à l'endroit où on les avait trouvés. Parmi eux, était le corps d'un grand et beau jeune homme, plus richement vêtu que ses compagnons, et que, pour cette raison, on jugea être capitaine. A l'annulaire de la main gauche, il portait une grosse bague en or sur laquelle étaient gravées des lettres en écriture inconnue.

 

Buguélès, le capitaine étranger, Penvénan

Buguélès est habité par une population d'honnêtes gens. On enterra, ou plutôt  on ensabla le beau jeune homme, sans le dépuoiler de sa bague.

Flèche début de texte.gif

Des années passèrent - le souvenir s'était peu à peu effacé. Cependant, à la veillée, quelquefois, en attendant le retour des hommes partis en mer, les femmes devisaient encore de celui qu'elles appelaient "le capitaine étranger" et de la grosse alliance en or pur qu'il portait au doigt.


Buguélès, le capitaine étranger, PenvénanLa première fois que Mona Paranthoën, une jeune couturière des environs, entendit raconter cette histoire, elle ne fit que rêver toute la nuit de cette alliance qu'on disait si belle. Le lendemain, elle y songea encore, et le surlendemain, et tous les jours suivants. Cela devint chez elle une hantise. Elle était passablement coquette comme le sont toutes les jeunes couturières, et elle se disait qu'un bijou est fait pour briller à la lumière du soleil béni, non pour s'encrasser dans les ténèbres de la tombe.

Longtemps néanmoins, je dois l'avouer, elle repoussa la tentation. Mais son métier même l'exposait sans cesse. Quand elle cousait dans les maisons de Buguélès, ce qui advenait presque journellement, elle était obligée de s'installer sur la table, près de la fenêtre, et toutes les fenêtres de ce pays regardent du côté de la grève.

A la fin, la malheureuse n'y tint plus.

 

 


Flèche début de texte.gif

Un soir, sa journée close, elle fit mine de retourner chez elle, puis, quand elle fut bien sûre de n'être pas vue, elle descendit à pas de loup vers la plage.

Le lieu de la sépulture des noyés était marqué par une croix grossière, faite de bois badigeonné de goudron, qu'on avait eu soin de planter au-dessus du cadavre du beau capitaine. A tout seigneur tout honneur.

Nuit pleine et tous les pêcheurs rentrés, Mona Paranthoën n'avait pas à craindre d'être dérangée. Elle s'agenouilla, se mit à gratter le sable avec ses ongles, furieusement. Bientôt, elle parvint à tirer à elle une des mains du cadavre, la gauche. L'anneau y était toujours. Elle tenta de le faire glisser sur le doigt, mais la peau racornie formait de gros bourrelets. Elle essaya de ses ciseaux. Peine perdue, les ciseaux ne mordaient pas dans le cuir tanné par l'eau de mer. Alors, exaspérée, elle saisit le doigt entre ses dents et le trancha d'un cuop. Puis, l'ayant recraché dans la fosse, elle y fit de même rentrer la main, nivela le sable, épousseta son tablier en se relevant et s'enfuit, emportant la bague.


Flèche début de texte.gif

Le lendemain, elle vint à son ouvrage comme à l'ordinaire. Seulement, elle avait la tête enveloppée d'un fichu de laine, apr-dessus sa coiffe, et elle était toute pâle.

" Qu'avez-vous donc Mona ? lui demanda la ménagère.

- Oh! Rien, fit-elle, un peu pal aux dents. Cela va passer."

Et elle entama sa couture.

Mais au lieu de passer, le mal ne fit que croître, au point de forcer Mona Paranthoën à quitter son travail. Elle s'en alla, en gémissant.

Flèche début de texte.gif

Elle disparaissait à peine au tournant du sentier qu'il s'éleva un grand tumulte dans le village. Des gamins qui jouaient sur la grève étaient subitement remontés, criant à tue-tête:

" Venez voir ! Venez voir !

- Quoi ?

- Ce qu'il y a au cimetière des noyés."

Tout Buguélès, hommes et femmes, descendit derrière eux jusqu'à la mer. Quand on fut arrivé à l'endroit, vici ce qu'on vit: au pied de la croix goudronnée, une manche de veste sortait du sable et, de la manche, sortait une main, et els doigts de cette main étaient affreusement crispés, sauf un, l'annulaire, qui se dressait, rigide et menaçant. On eût dit qu'il désignait avec colère quelqu'un, tout là-haut, dans les landes maigres qui dominent les petites maisons éparses des pâcheurs. A sa base, il portait une entaille profonde.

Une des femmes qui était là, parla ainsi:

" C'est le doigt de la bague: on la lui a volée et il la réclame.

- Réenfouissons toujours cette mains, répondit un des hommes."

Buguélès, le capitaine étranger, Penvénan

Et il la recouvrit de sable.

Flèche début de texte.gif

L'assistance se dispersa en échangeant mille commentaires. Quand ceux qui étaient partis en mer rentrèrent, le soir, on leur conta la chose. Ils furent de l'avis commun: cela sentait le sacrilège.

On s'endormit fort tard dans les chaumières et l'on dormit mal.

Au petit jour, les plus impatients coururent au cimetière des noyés. De nouveau, le doigt fatal se dressait sur le sable lisse.

Voyons voirr jsuqu'au bout, dirent-ils.

Et ils réenfouirent le doigt, la main, tout comme on avait fait la veille. Puis ils allèrent quérir ça et là d'énormes galets et des quartiers de roches qu'ils entassèrent par-dessus.

Oui, mais deux heures plus tard, le doigt réparaissait; les pierres semblaient s'être écartées d'elles-mêmes respectueusement, et formaient un cercle à distance.

Flèche début de texte.gif

Alors, on eut recours à d'autres moyens. Le restaur de Penvénan, accompagné d'un chantre et d'un enfant de choeur, vint conjurer le mort en l'aspergeant d'eau bénite.

Mais le beau capitaine n'était probablement pas chrétien car il ne se laissa pas conjurer.

" Il redemande son alliance ! "répéta la femme qui avait parlé la première fois.

Maintenant, chacun pensait comme elle. Mais où la trouver pour la rendre ?

L'enfant de choeur, agenouillé dans le sable, dit:

" Ce doigt a été ressoudé par la puissance de Dieu ou du diable après avoir été coupé avec des dents. Et, certes, ces dents-là étaient aiguisées et fines."

Buguélès, le capitaine étranger, PenvénanIl n'avait pas achevé que, par la route goémonneuse qui mène de la mer aux maisons de Buguélès, apparaissait Mona Paranthoën, la couturière. Du moins, les ménagères la reconnurent à sa robe de double chaîne et à l'élégance fraîche de son tablier. Car de son visage on ne voyait rien, tellement il était entortillé de linges et de châles. Sur son corps si souple, elle avait l'air de porter une tête monstrueuse.

Flèche début de texte.gif

Elle avançait lentement, exhalant une plainte sourde à chaque pas qu'elle faisait.

Lorsqu'elle fut arrivée au groupe, elle pria, du geste, qu'on la laissa passer.

Entre le pouce et l'index, elle tenait une grosse bague d'or..... Vous devinez le reste.

Les hommes voulurent faire un mauvais parti à Mona Paranthoën. Mais elle écarta ses libges qui couvraient sa figure et leur montra sa bouche vide de dents, pleine de pus. On se contenta de la fuir, comme une pestiférée.


Flèche début de texte.gif

Je l'ai rencontrée plus d'une fois, vaguant par les chemins, la tête toujours enveloppée de haillons. Elle ne pouvait plus parler mais elle geignait lugubrement.

Quant au capitaine étranger, depuis lors, il repose en paix, sa belle alliance d'or au doigt, et rêvant, j'imagine, de la "douce" qui la lui avait donnée.