20/06/2012

128 - CELUI QUI PORTA LA PESTE SUR SES EPAULES (Plestin, 22)

 

plestin_les_greves_imagelarge.jpg

 

hermines début de texte.gifUn vieux, de Plestin, la rencontra un soir sur les bords du Douron. Elle était assise sur la berge, regardant l'eau couler. Elle venait de Lanmeur qu'elle avait dépeuplé et se rendait dans le pays de Lannion.

 " Hé, vieux !! cria-t'elle, auriez vous l'obligeance de me prendre sur vos épaules pour me faire passer l'eau ? Je vous en récompenserai bien."

 Le vieux qui ne la connaissait pas y consentit.

 hermines début de texte.gif

L'ayant chargée sur ses épaules, il entra dans la rivière. Mais à mesure qu'il avançait peser sur lui d'un poids plus lourd.

 A la fin, épuisé et le courant étant trop fort, il lui dit :

 " Ma foi, bonne dame, je vais vous planter là. Je ne tiens pas à me noyer pour vous.

 - De grace, ne fais pas cela. Ramène moi plutôt à l'endroit ou tu m'as prise.

 - Soit"

 Et il rebroussa chemin sans trop de peine, son fardeau s'allégeant à mesure qu'il s'approchait du rivage.

 Le pays de Lannion fut ainsi préserver de la Peste.

 hermines début de texte.gif

Mais si le vieux avait laissé tomber la vilaine groac'h (fée) au beau milieu de la rivière, comme il en avait eu d'abord l'intention, le monde eut été débarrassé d'elle à jamais.

 

 

Extrait de la "Légende de la Mort" Anatole le Braz, éditions Coop Breiz