10/09/2012

2012, 15 septembre - Bretagne Réunifiée à l'UNESCO pour la Démocratie

Tract qui sera distribué samedi 15.09, devant le siège de l'UNESCO:

2012-09-15 BR à l'UNESCO.jpg


En 2011, l'UNESCO publiait un atlas des langues en danger: le Breton y figure au rang de celles comme "étant sérieusement en danger". Sa survie est compromise !

BRETAGNE REUNIFIEE demande à ce que la Bretagne puisse disposer des droits culturels et démocratiques nécessaires à la survie de notre langue, et que la Ratification de la Charte Européenne des Langues Régionales ou Minoritaires Autochtones soient enfin ratifiée !

Contrairement à ce que la majorité des français pense, le déclin du breton n'est pas du simple fait d'une désaffection de cette langue régionale, entraînant une baisse du nombre de locuteurs. L'Etat français en est clairement le responsable !
A titre de comparaison, en 30 ans, le nombre de locuteurs Gallois est passé de 400 à 700.000 locuteurs actifs, le gallois étant compris de nos jours par plus de la moitié des Gallois. Dans la même période, le nombre de locuteurs brittophones a chuté de 600 à 200.000 locuteurs actifs ! Notre langue se meure...!

Comment est-il possible qu'aujourd'hui, un pays tel que la France, "la Patrie des Droits de l'Homme", un pays dont les chefs d'Etat sont les premiers à dénoncer les traitements de certains régimes autoritaires, faits à leur peuple, dénonçant leur privation de liberté culturelle (Tibet, Syrie etc..) ? Les faits montrent que la parole de la France ne vaut qu'en dehors de ses frontières, i.e, "Faites ce que je dis, pas ce que je fais!" La parole de la France n'a plus de valeur !

Quelques exemples:

- La Poste demande à changer la typonymie d'origine bretonne,

- Des militants de 44+BREIZH sont empêchés de s'exprimer en breton (mars 2011) devant la Cour d'Appel de Rennes. Lorsqu'il s'agit de locuteurs étrangers, la Cour dépêche pourtant la présence d'interprète. Ce droit leur fut refuser, sous prétexte qu'ils sont français et qu'ils connaissent la langue du pays. Où est donc notyre liberté culturelle ?

- Des postes d'enseignants bilingues sont non-pourvus,

- Le refus de chèque libéllés en breton, notamment par la Banque de Bretagne, mais aussi dans les administrations, alors que la loi le permet,

- Des écoles Diwan, écoles laïques, bilingues et gratuites, peinent à vivre pendant les 5 premières années, le salaire des instituteurs étant à leur charge. Quand bien même l'équilibre financier est atteint, des mairies abusent de leurs droits pour réhausser les loyers des locaux qu'elles leur louent, sachant pertinament que plus de charges menacerait leur existence. Dernier exemple criant, l'école Diwan de Louaneg, la mairie refusant de la reloger dans d'autres bâtime,nts (pourtant nombreux) de la commune, aucun dialogue possible, pas même après la tentative de médiation organisée par le Chef de Cabinet de F.Hollande.

- Des inégalités de traitements selons les régions: une période probatoire de 5 ans est exigée dès la création d'une école Diwan. Après cette période seulement, l'école sera contractualisée par l'Education Nationale, laquelle prendra en charge le salaire des instituteurs.
Seulement voilà: les écoles Ikastolak du Pays Basque ont également une période probatoire, mais de 1 an seulement. A contrario, dans le même département (Pyrénées-Atlantiques), les écoles Occitanes ne bénéficient pas de cette année de probation ! Pourquoi ? 
Par ailleurs, toute école Diwan, déjà contractualisée, peut ouvrir une annexe. Mais dès lors que celle-ci se situe sur une autre commune, elle devra connaître elle-aussi, une période probatoire de 5 ans. Pour les Ikastolak, l'ouverture d'annexes dans n'importe quelle commune des alentours n'entrâine aucune période probatoire. Pourquoi ?
C'est dire la facilité que l'on donne à créer des écoles ici ou là, c'est dire le handicap qu'ont certaines langues régionales par rapport à d'autres ! Pourquoi une telle différence de traitement dans notre pays ? Diwan peine à se développer.
Moins d'écoles Diwan il y aura, moins de possibilité sera donné aux résidants d'accéder à ces écoles bilingues, plus on écarte les populations de leur culture originelle, mieux on centralise, mieux on contrôle. Telle est la politique de la France envers ses concitoyens !

La Charte Européenne des Langues Régionales ou Minoritaires Autochtones fut signée par le gouvernement Jospin en mai 1999, elle attend toujours d'être ratifiée. Problème de constitutionalité disent certains (Conseil Constitutionnel entre autres) en raison de quelques articles (Ordonnace n°58-1067, articles 18, alinéa 2, 19 et 20). Pourtant, le breton est soit-disant langue officielle de Bretagne et inscrit dans le patrimoine de la Constitution francaise. Le Conseil Constitutionnel considère que "les principes fondamentaux de notre Constitution s'opposent à ce que soient reconnus des droits collectifs à quelque groupe que ce soit, défini par une communauté d'origine, de culture, de langue ou de croyance". 

Que ce même Conseil nous explique alors pourquoi, nous, Bretons et Français, ne disposons pas tous des mêmes droits que les Alsaciens, les Basques, les Corses etc...

Les Bretons ne constituent pas une communauté, ils constituent tout comme les Alsaciens, Basques, Corses, Occitans, Berrichons etc... des citoyens qui ont donné leur sang pour que la France soit ce qu'elle est aujourd'hui ! Voyez comment nous sommes remerciés !

Enfin, pour rappel, la ratification de cette Charte fut l'une des promesses électorales faites à Lorient (2011) par F. Hollande !

Pour tous ceux qui  veulent dénoncer l'injustice et la discrimination dont sont victimes les Bretons, vous pouvez nous rejoindre via:


breizh.adunanet@gmail.com

SVP: MERCI DE NE PAS JETER CE TRACT SUR LA VOIE PUBLIQUE

03/09/2012

2012, 4 septembre - BREIZH ADUNANET à Montparnasse-Gaité

BRETAGNE REUNIFIEE a choisi de diffuser ce tract le 4 septembre, en souvenir de l'assassinat de Sébastien Le Balp, assassiné dans la nuit du 3 au 4, en 1675. Sa mort met fin à la révolte des Bonnets Rouges (ou papier timbré).

 

 

 

bretagne,réunification,tk bremen,msc flaminia,diwan,14 juillet,gwen-ha-du,bellem,françois hollande,jean-marc ayrault,1er ministre,gouvernement,le balp,sébastien le balp,bonnets rouges,4 août,1675

Depuis toujours, l'Etat Français use de tous ses pouvoirs pour "garder  sous contrôle" ses régions. Qu'il s'agisse de la Bretagne, de la Corse, du Pays Basque etc. il crée ses lois pour encore mieux centraliser, n'hésite pas à oublier certains Traités, fait la sourde oreille lorsque        l'Europe ou l'UNESCO lui montre ses dérives, et nie les réalités socio-culturelles et économiques de ses régions.

Le Collectif  BRETAGNE REUNIFIEE a pour objet de rassembler tous les bretons de sang, de coeur ou d'âme, résidant sur la capitale et ses environs, (et tous ceux qui ont des facilités à se rendre sur Paris), pour agir ensemble autour de 3 axes principaux:

1) REUNIFICATION DE LA BRETAGNE: depuis 1941, la Bretagne est amputée de la Loire-Atlantique, au mépris de l'Histoire et des réalités du terrain.                                                                                      

2)RATIFICATION DE LA CHARTE EUROPEENNE des Langues Régionales ou Minoritaires Autochtones. Cette Charte fut pourtant signée sous l'ère Jospin, l'Etat refusant d'adapter la Constitution, comme si une  résurgeance des identités régionales, au travers du respect et du développement de nos langues, nuirait à sa politique.

3) REFORME TERRITORIALE: la réunification de la Bretagne s'inscrit dans un projet global de refonte des régions, des régions cohérentes, à l'échelle européenne, des régions qui seraient plus fortes et compétitives grâce à des identités où chacun pourrait enfin s'identifier. 

Faits récents:  

hermines début de texte 14 Juillet 2012: un discours est prononcé par une étudiante, l'auteur du texte n'est autre que Gambetta, anti-breton et initiateur du camp de concentration de Conlie. Un véritable affront pour tout breton qui se respecte !                                                               

hermines début de texteAôut 2012, Jeux Olympiques de Londres: le Gwen-ha-Du (de même que le drapeau basque) est sommé de disparaître des tribunes, alors que le Comité Olympique ne l'interdit pas. Intervention de l'Etat français ? Un symbole régionale trop voyant aux yeux du            monde !                                                                                                                                                                                                                                                                                                hermines début de texteLe Belem, voilier construit à Nantes et pavoisant drapeau breton, est prié d'abaisser le drapeau de la ville de Nantes: beaucoup trop breton ! Comme si on voulait oublier l'Histoire aux J.O !                        

hermines début de texteJuillet 2012: le MSC Flaminia, subit des explosions et dérive depuis des semaines au large des côtes bretonnes, faute aux pouvoirs publics de prendre la décision de l'accueillir dans l'un de ses ports, alors qu'une liste fut conçue pour ce genre de problème. On sait            désormais qu'une partie de sa cargaison est nocive, mais les autorités font confiance aveuglément à la solidité du navire..l'Etat a besoin d'une autre catastrophe, la Bretagne pas !  

hermines début de texteAoût 2012: les livrets de famille délivrés depuis 6 ans par la ville de Carhaix (et d'autres communes) sont déclarés illicites car ... bilingues !  L'Etat s'appuie sur une loi datant de la Terreur (20 juillet 1794). Curieux, d'autant plus que ce texte fut abrogé 44 jours plus tard. Que l'Etat fasse alors appliquer toutes les lois, certaines non-abrogées devraient être appliquées, telle celle qui interdit aux femmes de se promener dans Paris en pantalon !              

hermines début de texteEcoles Diwan: ces écoles connaissent des difficultés grandissantes, sous prétexte économique, des mairies haussent les loyers des locaux qu'elles prêtent, alors qu'il est de notoriété que ces écoles bilingues, laïques et gratuites ne peuvent supporter de telles                charges et que cette filière est la 1ère à l'obtention du Bac avec un taux de réussite supérieur à 99%.       

Il est curieux que l'Etat Français refuse de revoir sa copie sur la réorganisation territoriale de la France ! Par crainte de perdre un contrôle sur ses régions, elle préfère la stagnation, continue de les épuiser, sans s'apercevoir qu'elle s'épuise elle-même. Ce qui faisait sa force, est aujourd'hui sa faiblesse !

Nos élus ont la fâcheuse tendance à faire passer les intérêts du pays avant celui de nos régions, ils oublient que leur qualité d'élus est de nous représenter. Ils n'appliquent une politique qui ne fâchent pas les grands industriels, les pétroliers, les groupes financiers, pharmaceutiques etc. Leurs intérêts ne sont pas ceux de la majorité des français !

Beaucoup de concitoyens sont résignés ! La lassitude d'être abusé depuis toujours ne doit pas nous endormir, nous devons nous battre encore et toujours pour que nos élus n'oublient pas à qui ils doivent leurs mandats. Ne rien faire, c'est accepter notre sort !    

Ne pas bouger, c'est perdre ce pour quoi nos ascendants se sont battus ! 

hermines début de texteEn janvier 2012 fut adopté à l'Assemblée l'amendement Le Fur-De Rugy, un texte concernant la possibilité pour un département de pouvoir "choisir" sa région: le texte attend au Sénat.                  

hermines début de texteLe 4 ou 5 octobre, lequel débattra ce jour-là de Réforme Territoriale.

hermines début de texteLe 26 janvier 2013, un grand rassemblement est prévu !  Nous célèbrerons l'anniversaire de la Duchesse Anne de Bretagne, et coïncidence, celui de notre 1er Ministre J.M Ayrault !                        

                 Pour nous rejoindre:      

 breizh.adunanet@gmail.com                      breizhadunanet.bertaeynagereaey@groups.facebook.com                   


PicsArt_1346373757963 (1).jpg















 

  

28/08/2012

2012 - Carte des "pro" & "anti" réunification

2012 - PRO-REUNIFICATEURS.jpg

20/08/2012

2012.08, le 19 - Stéphane LE FOLL, défenseur des Bretons ?

Stéphane-Le-Foll-677x507.jpg

En qualité de Miniistre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll s'est déplacé à Bolazec (29) dans le cadre de l'affaire "Doux".

Notre ministre s'est posé en défenseur de l'agriculture bretonne:

" faire vivre et travailler les gens du pays"

En dépit de son nom, de mère bretonne (Côts d'Armor), vous devez savoir qu'il reste un opposant à toute réunification de la Bretagne, précisant  que la réunification "n'intéresse pas les Bretons".

Un conseil: qu'il se rapproche du peuple, qu'il cesse de croire en la propagande "PDL", et qu'il jette un oeil sur tous les sondages réalisés depuis des années, prouvant le grand décalage qu'il y a entre ce qu'il pense et ce que veut le peuple: curieux de penser ainsi pour un élu, non ?

10/08/2012

Des affronts qui prouvent que nous devons bouger !

BRETAGNE REUNIFIEE

photo (44).JPG

BREIZH ADUNANET


Sans doute l'avez-vous remarqué: depuis quelques mois, il vogue dans l'air comme un cumul d'affronts envers le Gwen-ha-Du, envers la nation bretonne ! Ces affronts sont-ils une réponse au texte de Le Fur et De Rugy qui fut adopté par l'Assemblée nationale en janvier dernier, à la présence de bretons dans le gouvernement Ayrault ?

 

J'ai un fils et je voudrais qu'adulte, au soir de ma vie, il se souvienne de l'importance de prendre du recul devant toute information venant à lui, des médias classiques, d'internet. Je voudrais qu'il puisse être fier d'avoir eu un père qui s'est battu contre l'ignorance des uns, ignorance née d'un pouvoir étatique jacobin qui s'est évertué à cacher des vérités historiques, à dissoudre un peuple, son identité et sa culture. 

Pour ce qui le concerne, j'aurais échoué dans la perspective qu'il se sente un jour breton; né en région parisienne, il se sent parisien, et la bretonnitude de son père ne suffira pas. Je souhaite seulement qu'il comprenne un jour, ma démarche, celle d'un homme qui revendiquait son identité bretonne, qu'il comprenne la mélancolie qui m'anime lorsque je ne suis pas au pays, qu'il comprenne ma colère lorsque l'actualité s'en prend à la Bretagne ou à l'un de ses symboles. 

Un jour viendra où il prendra concience que l'identité de chacun est importante, et qu'il est vital de savoir d'où l'on vient pour tracer son chemin sans se perdre en cour de route. Un jour viendra où il comprendra les origines du déclin de la France dans le monde, qu'elles sont loin les Trente Glorieuses, qu'il est loin le siècle des lumières, la France qui tirait ses richesses de ses régions, de ses colonies. 

 

Pour l'heure, il esquisse des sourires lorsqu'il me voit partir rejoindre mes frères bretons, le Gwen-ha-Du sur les épaules, pour une manifestation en Bretagne ou sur Paris. Il ne comprend pas vraiment tout ce qu'il représente. Il peine à comprendre que je m'emporte lorsque des médias nous mentent, qu'il s'agisse de la Bretagne ou pas, il sait cependant que les médias rapportent des informations que l'Etat accepte de partager aux citoyens, qu'ils possèdent le pouvoir de contrôler un peuple, de transmettre une histoire, pas toujours la vraie histoire.

 

- Il ne comprit pas ma stupéfaction le 14 juillet dernier, lors du discours prononcé par une bretonne, lisant un texte de Gambetta devant la tribune présidentielle. Aussi m'a t-il fallu lui expliquer que ce même Gambetta avait constitué une Armée de Bretagne en 1870 pour détruire ce qui pouvait rester de forces chouannes. Près de 60.000 bretons volontaires pour aider la France périrent ainsi dans le camp de concentration de Conlie, et ceux qui survécurent furent envoyés sans arme pour servir de chaire à canons prussiens. Aussi comprend-il mieux maintenant l'affront ressenti par tout breton qui se respecte... Quel a été le ressentie des membres bretons du gouvernement ?

 

- Que dire du MSC Flaminia en juillet 2012 et avant lui, le TK Bremen en 2011: en échouant sur les côtes bretonnes, ces catastrophes auraient pu être évitées ou minimisées. Il en  aurait été tout autrement si les décisions avaient été placées sous la compétence d'autorités maritimes locales ! Ne tombe t-il pas sous le bon sens qu'une décentralisation des compétences serait opportun pour faire face à ce genre de déconvenues ? 

 

- Que notre Gwen-ha-Du soit viré "manu-militari" des tribunes olympiques de Londres lui paraît anecdotique. Mais en lui expliquant qu'il en fut de même pour le drapeau basque, et que les ces interdictions allaient à l'encontre du règlement olympique, lequel stipule que seuls sont autorisés sur le site olympique les drapeaux des nations représentées et des régions "sous-ombrelle" de ces mêmes nations, l'anecdote initiale devînt alors pour lui, une interrogation suspecte. 

 

- En décembre dernier, mon fils put découvrir à Saint-Nazaire, l'un des plus beaux voiliers du monde, le Belem. Né à Nantes en 1896, depuis toujours le Belem pavoise breton en Bretagne administrative, mais jamais à Nantes.Inutile de vous rappeler pourquoi. Présent à Londres depuis le jubilée de la Reine, le Gwen-ha-Du a dû quitter le mat du Belem pendant les Olympiades, sur ordre de l'Etat Français. Et le fiston de se demander pourquoi le gouvernement intervient pour ça, comme s'il n'y avait pas de décisions ou d'interventions plus importantes vers lesquelles une urgence prévaut !

 

 

Il est pour l'instant étrange de constater le mutisme général de la communauté bretonne résidant à Paris et ïle-de-France à l'égard de ces derniers évènements, et il en est de même pour les injustices précédentes, pour la réunification de la Bretagne, pour la ratification de la Charte Européenne des Langues Régionales et Minoritaires, cette dernière étant, je le rappelle, une des promesses électorales de F. Hollande. Comme si le pouvoir étatique avait eu raison de notre identité, les années passant, l'âme bretonne des exilés sur la capitale s'est dissipée, laissant les Bagad ou Cercles de danse vivre dans leur cocon folklorique, ne gênant plus guère les exactions gouvernementales. Le caractère associatif de ces groupes empêcherait-il toute volonté de s'impliquer dans des revendications sortant de leur raison sociale habituelle, les crédits ou aides de l'Etat seraient-ils cette épée de Damoclès qui les autorise à s'exprimer dès lors que leurs actions ne sortent pas du folklore breton ?

 

La vocation du collectif "Bretagne Réunifiée/Breizh Adunanet" est de réunir tous les bretons de sang, de coeur ou d'âme, résidant sur la capitale ou ses environs, ceux qui ont des facilités pour se rendre à Paris. Il est apolitique, et nos revendications reposent sur trois points:

- Réunification de la Bretagne: une réparation historique mais aussi un enjeu économique s'inscrivant dans une logique cohérente,

- Ratification de la Charte Européenne des Langues Régionales Minoritaires Autochtones,

- Réforme territoriale.

 

Nos actions/manifestations se feront à des dates symboliques pour la nation bretonne, pour exemple, le 30 juin dernier, triste anniversaires que ceux du 30 juin 1941 et 1955, nous avons remis au Palais de l'Elysée, à Matignon et aux ministères de la Défense et de l'Intérieur, nos revendications.

Notre prochain grand rendez-vous est fixé au samedi 26 janvier 2013, histoire de célébrer l'anniversaire de notre Duchesse Anne de Bretagne, un passage s'imposera à Matignon puisque notre 1er Ministre J.M Ayrault est né lui aussi ce même jour, en 1940.

Notre journée d'action se couplera avec nos partenaires de Bretagne Réunie section Idf, l'union étant de mise.

 

Pour beaucoup d'entre nous, il n'y a aucune incohérence à se sentir Français tout en gardant le sentiment d'appartenance à notre communauté bretonne (il en est sans doute de même pour les Alsaciens, Basques, Corses, etc.). Tous pouvons vivre en harmonie avec la République, pour peu que ses préceptes ne trouvent pas de contradictions dans les faits.

Nos identités régionales, nos cultures, nos langues constituent nos racines, la France est constituée de la convergence des richesses de ses régions, nos différences ne constituent aucunement une division et n'entre pas en contradiction avec le caractère "une et indivisible" de notre République que beaucoup d'élus aiment à rappeler pour s'opposer à l'octroie de droits spécifiques. Et pourtant ! La Corse dispose de droits spécifiques (Assemblée), idem pour l'Alsace (statut particulier à l'égard de son appartenance passée à l'Allemagne, 2 jours fériés supplémentaires, droits sociaux et juridiqueS aménagés etc.) et dans le même temps l'Etat français s'oppose toujours à une réunification de la Bretagne, certains allant jusqu'à dire qu'un tel changement de région ne pourrait se faire que sous une VIème République alors que le départ de la Corse de la région PACA se fit avec souplesse, sur Décret.

 

La richesse de la France repose sur sa diversité, elle est multiple, elle est riche de ces différences, et cela doit profiter à chaque culture, la finalité étant d'accroître son rayonnement dans le monde. Aussi, conduire une politique d'uniformisation à outrance est une erreur, car c'est éloigner les concitoyens de leurs racines, et modeler une identité sans corps qui risque de se noyer dans cette Europe, au même titre que cède le pas, peu à peu, le français au profit de l'anglais. 

 

Par respect envers mes ancêtres mais aussi pour donner à mes enfants la chance de vivre dans une réelle démocratie respectant tous ses concitoyens, toutes cultures confondues, nous refusons de nous laisser endormir, et espérons que vous prendrez concience que notre destin est entre nos mains, pour peu que l'on agisse unis. Se déplacer aux urnes est un devoir pour chacun mais insuffisant car il est utile de rappeler à nos représentants qu'ils sont élus pour nous représenter et la tendance à faire passer les destins personnels ou ceux de l'Etat bien avant celui des intérêts régionaux a déjà fait ses preuves.


Pour nos enfants, pour nous, pour notre nation...

 

 "BRETAGNE RéUNIFIéE / BREIZH ADUNANET":

breizh.adunanet@gmail.com

breizhadunanet.bertaeynagereaey@groups.facebook.com

jimafuron44@gmail.com

 

22/06/2012

2012.06, le 30 - Sus aux Préfectures & sous-préfectures !!!

198222_2207708769440_767484315_n.jpg


Le comité local de Lorient de Bretagne Réunie a initié un appel à se rassembler devant les préfectures et sous-préfectures de Bretagne le samedi 30 juin à 14h. En effet, le 30 juin 1941, le gouvernement de Vichy signait un décret qui pour la première fois séparait administrativement le pays nantais des 4 autres départements bretons. En 1972, cette première partition était entérinée par la création du conseil régional des "Pays de la Loire".

Nous nous joignons à cet appel. Dans leur projet de gouvernement, François Hollande et le Parti Socialiste français disent vouloir "répondre aux demandes citoyennes, rééquilibrer nos institutions, simplifier nos administrations, encourager la démocratie territoriale, une meilleure prise en compte de la démocratie participative.". Ils proposent "une loi sur le renforcement de la démocratie et des libertés locales". 

Nous les prenons au mot et leur demandons de répondre aux demandes des citoyens de Loire-Atlantique et de l'ensemble de la Bretagne, ainsi que des milliers d'élus et des centaines de collectivités locales, qui tant en pays nantais que dans la région administrative Bretagne réclament depuis des années un processus démocratique autour de la réunification de la Bretagne. 

Marilyse Lebranchu, aujourd'hui ministre de la décentralisation, votait au mois de décembre dernier une loi qui aurait permis à la population de Loire-Atlantique et de l'ensemble de la Bretagne de se déterminer sur la question de la réunification. Nous attendons à ce que le nouveau gouvernement tienne ses promesses démocratiques et enclenche dans le cadre de la décentralisation la réunification administrative de la Bretagne.

Lieux des rassemblements listés à l'heure actuelle :
(n'hésitez pas à nous contacter pour nous indiquer l'éventualité d'un rassemblement dans une autre sous-préfecture. Ex : Morlaix, Saint-Brieuc, ...)

56 VANNES                            22 LANNION                          29 QUIMPER                        
     LORIENT                               GUINGAMP                             BREST
     PONTIVY                               DINAN


           44 NANTES                                    35 RENNES

                       SAINT NAZAIRE                              FOUGERES
                       CHATEAUBRIANT


Pourquoi revendiquer la réunification

Réunification, revendication, Bretagne, Loire-Atlantique, Décret Pétain, Décret Pfimlin


La Réunification de la Bretagne doit dépasser les clivages politiques, preuve en est, que ses partisans se trouvent dnas toutes les tendances. Pour les personnes avec les quelles je me suis entretenus récemment, je ^n'ai pas voulu m'attarder sur la légitimité de cette revendication, cela m'évitant de me justifier sur sa source historique et culturelle et éviter que l'on me dise d'aller de l'avant au lieu de regarder encore et toujours vers le passé.

Revendiquer la réunification, ce n'est pas seulement vouloir réclamer la justice dans l'Histoire. A côté de cette réparation, je suis comme bon nombre de mes compagnons, résolument tourné vers l'avenir, notre vision intéresse avant tout la Bretagne mais nous gardons une vision globale du territoire, une réorganisation des régions limitrophes à la Bretagne est plus que nécessaire, le développement économique de notre région passe bien évidemment par une cohésion territoriale, des réalités économiques, démographiques et sociologiques des régions, sont prises en compte leur histoire et leur culture afin de diriger les citoyens vers un avenir commun.

En ces temps de crise, notre lutte peut paraître bien futile pour certains. Et pourtant ! L'aspect économique est à prendre en compte, qu'importe si une diminution du nombre de régions entraîne une baisse de sièges à pourvoir pour nos élus. Le rapport Balladur montrait le chemin à suivre, il finit dans les tiroirs. Que pensez-vous de rendre nos régions plus fortes, plus dynamiques, des régions bien identifiées à l'internationale, à l'instar de la Bavière, de la Catalogne ? Bien identifiée, les régions se révèlent plus fédéralistes, plus mobilisatrices autour d'une identité commune. Mais voilà, Paris craint semble t-il que quelque chose ne lui échappe, que renaissent des appétits indépendantistes ?

Il est tout de même incroyable que les gouvernements successifs ignorent sciemment le potentiel de synergie entre les territoires qu'induirait une réunification de la Bretagne, le retour de la vendée dans une région "Vendée-*Poitou-Charente", une région "Val-de-Loire", une réunification de l'Alsace, de la Normandie etc. ! 

Pour les partisans de grandes régions, un Grand Ouest, un Grand-Paris, bref, le territoire découpée en 5 grandes régions (identiques à celle de nos indicateurs téléphonique?), il suffit de regarderla Belgique, l'Irlande, ou même la Norvège, pour comprendre qu'une Bretagne réunissant plus de 4,3 millions 'âmes esr loin d'être une idée ridicule.

28/05/2012

2012, 2 juin: Tous à Nantes

 

26083_1.jpg


Goulard et Bretagne Réunie décentralisation [2/12/11] Pôles métropolitains, opportunité ou menace pour la réunification de la Bretagne ? [6/10/10] Financement des compétences transférées : la Loire-Atlantique a déposé deux recours contre l'État Appel Bretagne Réunie appelle les Bretons à se mobiliser pour la réunification samedi 2 juin à Nantes Source : Bretagne Réunie Porte parole:Yannick COCHER Publié le 24/05/12 18:47

NANTES/NAONED—A Nantes se tiendra le samedi 2 juin, un des 3 grands meetings organisés par le PS pour les élections législatives (avec Lille et Paris). L'acte 3 de la décentralisation est programmé par le président Hollande et le gouvernement Ayrault, pour le début de cette nouvelle législature 2012-2017 comme faisant partie des solutions pour réformer la France.

– Pour montrer aux plus hauts responsables de l’État, la détermination des Bretons à faire aboutir la réunification de la Bretagne,

– Pour montrer une fois de plus le décalage grandissant entre les légitimes revendications de la société civile bretonne et les blocages institutionnels organisés depuis 40 ans par les élus,

– Pour démontrer qu'une vraie décentralisation passe par des vraies régions et non par des découpages technocratiques rejetés par les populations, 

Source : http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=26083
Copyright © agencebretagnepresse.com

13/02/2012

Faire son Choix, S'impliquer et Bouger !!!

 IMG_3226.GIF

 REVOLUTION.JPG

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles"

William Shakespeare

       

          A l'aube des Présidentielles, et des législatives qu'il ne faut pas négliger, arrive le moment où, chacun doit être clair dans ses positions, quitte à se tromper et faire son méa culpa dans l'avenir, et en aucun cas faire des promesses que l'on sait irréalisables ou pire, que l'on ne pense pas du tout. Exit la langue de bois, soyons franc, et respectons ceux qui vous soutiennent, ceux qui vous ont élus, ceux qui seront amenés à voter pour vous.

Comment vous regarderiez-vous dans une glace le jour où vos réalisations contrediraient vos promesses ou vos actions ? 

Flèche début de texte.gifDécembre 2006, N.SARKOZY: "Je veux que d'ici à deux ans plus personne ne soit obligé de dormir dans la rue et d'y mourir de froid". Mais voilà, pas de chance, les crises de 2008 et 2011 sont venues avorter ses actions qui devaient résoudre cette misère humaine.

Flèche début de texte.gif

26 avril 2007, sur France 2, Nicolas Sarkosy: "Si on s'engage sur 5% de chômeurs au début de son mandat at qu'à la fin il y en a 10, c'est un problème. Et c'est aux français d'en tirer les conséquences." Trop facile ! Ainsi le responsable plaide non-coupable ?

Vous en conviendrez, l'erreur est humaine, mais à ce niveau, le cumul de  mensonges, de contre-vérités, de tricheries et de bourdes frise l'indécence, l'irresponsabilité ! Car de ce gouvernement sortant, N.Sarkozy n'est pas le seul fautif. La mise en examen d'un bon nombre des hommes du président, les bourdes récurrentes de Nadine MORANO ou encore les déclarations fracassantes de Claude GUEANT (la dernière: "toutes civilisations ne se valent pas"), pour ne citer qu'eux, font froid dans le dos et démontrent qu'une fois atteinte la plus haute sphère du pouvoir, certains semblent se comporter comme s'ils n'étaient pas justiciables.

Flèche début de texte.gif

De tels exemples se retrouvent à tous les niveaux. Pour exemple: le 21 décembre 2011 fut adopté à l'Assemblée Nationale l'amendement Le Fur-De Rugy. Bien qu'ayant voté pour cet amendement, M.HUNAULT, déposa le 26 janvier 2012 en Conseil Régional des Pays-de-Loire, un voeu anti-réunification !Si cela ne s'appelle pas retourner sa veste ? Quel crédit peuvent lui allouer ses électeurs ? Ses confrères ou alliés peuvent-ils se fier à un tel homme indécis ?

 

photo(164).JPG


          Je n'entrerai pas ici sur les contradictions profondes que tous pouvons constater pour ce qui concerne les économies que tous devons faire, Etat inclu, et sur les exhorbitantes dépenses du gouvernement ça-et-là, sur les interventions d'un chef de l'Etat présidentiable mais candidat non-déclaré, histoire de faire des économies de frais de campagne (payés du coup par le contribuable) et sur un temps de parole non-comptabilisé. Pas plus que je ne débattrai pas des impôts payés par les entreprises du CAC 40, ni de la fiscalité sur les transactions financières, ni même du soutien bancaire apporté par l'Etat à des banques qui sont à l'origine de nos maux mais que le peuple doit payer. Les 400 milliards d'Euros octroyés par la BCE aux banques à un taux de 1%, que ces dernières rentabiliseront en prêtant à l'Etat ou aux collectivités à un taux bien supérieur, est encore un exemple qui prouve que ces dirigeants ne se soucient guère de leurs concitoyens, de ceux qui les ont élus, de ceux pour qui ils sont supposés oeuvrer.

Flèche début de texte.gif

Est-il pensable qu'une banque puisse faire des bénéfices sur de l'argent qui ne lui appartient pas et qui n'existe pas, est-il pensable que c'set l'emprunt qui crée de l'argent ?  

Flèche début de texte.gif

Est-il pensable que dans notre pays, on mette en prison ceux qui volent les banques alors que lorsqu'un banquier vole, il part avec un bonus.

Flèche début de texte.gif

Est-il juste qu'une banque perdant de l'argent, ce soit l'Etat la sauve en taxant encore plus les citoyens ?

 

Il est plus que temps que chacun assume ses actes comme ses paroles

 

Flèche début de texte.gif

Attendu que tout citoyen se doit de connaître la loi et qu'il ne peut s'en soustraire,

     

Flèche début de texte.gif

Attendu que des dirigeants d'entreprises ou de sociétés détournent fréquement la loi au mépris de leurs salariés, au bénéfice d'actionnaires ou dans l'attente d'être "remercié" avec des "stock-options",                                                                                                                          

Flèche début de texte.gif

Attendu que nos responsables d'Etat, nos gouvernants, profitent sciemment de lacunes législatives ou des lenteurs de la justice, jouant de largesses avec les finances publiques, au mépris de leur électorat, au mépris du peuple qu'ils sont censés représenter,                                                                                                       

Flèche début de texte.gif

Attendu que leurs fonctions ne laissent nullement présager qu'ils soient déclarés "irresponsables" au regard de la loi,

Flèche début de texte.gif

Les principes d'unicité et d'égalité de notre République exigent par conséquent que ces "fautifs" soient justiciables comme tout un chacun. Tant que persistera cette impunité, tant qu'il n'y aura pas une épée de Damoclès sur la tête de nos gouvernants, de telles mésactions perdureront. 

"Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu"

Berthold BRECHT

 

420016_3180100341090_1223103350_3389353_382185283_n.jpg


          Avec autant de liberté d'action laissée à nos gouvernants, il en va aussi de notre responsabilité à tous. 

Flèche début de texte.gif

L'absence relative de protestation populaire, le mouvement des indignés en France n'a pas pris autant d'ampleur qu'à l'étranger, le peu d'intérêt pour le syndicalisme, les taux d'abstention en hausse, les difficultés à mobiliser des masses pour des manifestations contestataires,  il semble que le peuple français soit blasé par nos politiques. 

Flèche début de texte.gif

Désormais plus personne n'est étonné d'apprendre qu'un élu a été mis en examen, c'est devenu chose courante, tout comme on s'est habitué à ce qu'il n'y ait pas de condamnation, ou si peu. Il va sans dire que les problèmes de ces élus deviennent le cadet des soucis du peuple, lequel connaît en ce temps de crise, des problèmes de logement, de travail etc.

Flèche début de texte.gif

Alors pour qui voter ?                                                                                                                              Pour une personne qui vous dira bleu et qui fera le contraire une fois élue ?                          Pour la personne qui paraît la mieux armée dans les sondages pour faire sortir celui que l'on ne veut plus voir ?                                                                                            Pour celle qui représente le mieux nos attentes, celle en qui nous sommes certains qu'elle donnera un bon coup de pied dans cette fourmilière qui ruine l'Etat en appauvrissant le peuple, au risque de voir passer au second tour les deux listes que nous ne voulions surtout pas voir (souvenez-vous en 2002 !)? Les candidats sont tellement nombreux cette année !

Flèche début de texte.gif

Qu'importe votre choix pourvu que tout électeur se déplace et s'exprime, quitte à voter blanc ou nul, l'essentiel pour notre démocratie, c'est que tous nous nous exprimions. Je ne comprends pas pourquoi d'ailleurs, ce droit n'est pas non plus un devoir comme en Suisse, où l'abstention est pénalisée. Etant donné le peu de considération que semblent prêter les élus auprès de leurs électeurs, il ne faut pas s'étonner que certains finissent pas les oublier et à oeuvrer que pour eux-même ou leurs cercles. Le résultat pour la France est édifiant: 

"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire

Albert Einstein

 313657_2539994709743_1549943429_2689167_1326523239_n.jpg

          Ce n'est un secret pour personne. Mes convictions pour le France comme pour l'Europe sont fédéralistes. La conjoncture économique actuelle montre, et pas seulement en France, qu'il est temps de repenser l'organisation territoriale de notre pays.

Flèche début de texte.gif

Aux propos récurrents de notre Président qui ne cesse de citer l'exemple de l'Allemagne, à la mise en place d'un prochain référendum en Ecosse en vue de son indépendance d'ici 2014, aux recommandations d'agences de notation condamnant l'organisation territoriale coûteuse de la France (demande de supprimer les départements), aux résultats du rapport Balladur etc... nombreux sont les exemples qui montrent le chemin à prendre, et la France semble camper sur ses positions. 

 

3 - 21 regions.JPG


Flèche début de texte.gif

La force de la France repose sur celle de ses régions, et les décentralisations accordées restent minimes, contrôlées par Paris. Une bonne partie de nos élus sont pourtant issues de nos provinces, mais voilà, une fois arrivés aux plus hautes sphères du pouvoir, il semble qu'ils oublient d'où ils viennent, et leurs électeurs avec, qu'ils oublient qui ils sont. A qui la faute ? Leur appartenance à un parti national les contraindrait-elle à créer des accords afin que le parti ne parle d'une seule voix. Or, même si "notre République est une et indivisible", elle repose sur la pluralité de nos régions, de leurs spécificités.

Ne pas en tenir compte, c'est réduire leurs forces, leurs identités, et affaiblir la France.

 

3 - Régions.jpg

Flèche début de texte.gif

Ainsi, lorsque François HOLLANDE déclare lors d'un déplacement en Guadeloupe (le 15 janvier 2012) qu'il est "favorable à ratifier la Charte sur les langues régionales", Charte pourtant signée en 1992, l'impression nous est donné qu'on avance, et j'aurais tendance à le croire sincère. Cependant, lors d'un meeting à Brest le 30 janvier dernier, il évoqua "les territoires" comme étant un atout pour la France, une "nouvelle étape dans la décentralisation" qui accorderait de nouveaux pouvoirs aux collectivités territoriales et aux régions, il exclua cependant de faire "une décentralisation spécifique à la Bretagne", faisant référence au courant montant d 'une réunification de la Bretagne. 

Flèche début de texte.gif

L'unicité de la République guidée par notre Constitution a pourtant ses contradictions:

Des collectivités territoriales ont des spécificités propres, c'est le cas de Mayotte, de  la Corse et de l'Alsace. Cette dernière est même en passe actuellement de fusionner les Conseils Généraux de ses deux départements pour plus de cohérence politique, sociale et économique.                                                                                                            Des régions aritificielles reposent sur un découpage aléatoire, fruit de  calculs politiques, certaines ont perdu de leur cohérence dès lors que le découpage ne prenait pas en compte l'identité de leurs habitants (la Bretagne amputée de la Loire-Atlantique) etc.....

 

photo(110).JPG


Flèche début de texte.gif

Puisque parmi les proches de François HOLLANDE, nous pouvons compter, entre autres, Jean-Marc AYRAULT, Député-Maire PS de Nantes, ultra-anti-réunificateur  de la Bretagne et partisan d'une région Grand-Ouest (Bretagne + Pays-de-Loire + Normandie) et Jean-Yves  LE DRIAN, président du Conseil Régional Bretagne, partisan de la réunification, il est évident que cette dualité empêchera une prise de position claire quant à la destinée de la Bretagne historique. 

En juin 2011, J.Y. LE DRIAN déclarait que "le Pays de Galles fait rêver par sa capacité d'actions régionales". Depuis 2006, l'Assemblée Nationale Galloise peut voter ses propres lois dans ses domaines de compétence, sans passer par le Parlement Britannique de Westminster. Elle peut exoger le transfert de compétence de nouveuax secteurs et organiser à terme un référendum pour mettre en place un pouvoir législatif global. Nous en sommes très loin.

Outre J.M AYRAULT et J.Y LEDRIAN, Bernard POIGNANT, Maire de Quimper, est également un proche de François HOLLANDE.  Lors des voeux à la mairie le 29 janvier 2012, il prôna une collectivité bretonne unique, par une fusion de la région Bretagne et des quatre départements de la région administrative B4 (22,29,35,56). Exit la Loire-Atlantique et le respect de son identité bretonne !

Flèche début de texte.gif

Pour un pays comme le nôtre et l'image galvaudée qu'il véhicule en dehors de nos frontières, l'absence de considération de l'Etat envers nos identités, est un manque de respect envers lui-même, un parfait exemple du "faîtes ce que je dis pas ce que je fais".

 

photo.JPG

          L'amendement Le FUR - De RUGY attend que le Sénat s'exprime. Il donnerait enfin la possibilité au peuple de s'exprimer sur son intégrité territoriale.

Flèche début de texte.gif

Que dire d'un pays qui empêcherait son peuple de construire ensemble et en toute liberté son destin et son avenir ? A quoi cela sert-il de louer les révolutions de printemps rapportées par les médias, lesquels félicitent les peuples Egyptiens, Tunisiens, Lybiens ou encore Syriens, alors que pour nous, tout semble figé ?

 Mes propos ne sont que le reflet de mon âme, j'espère que bon nombre de mes concitoyens comprendra qu'il est urgent de s'impliquer dans les évènements actuels, si nous ne bougeons pas pour nous-même, qui le fera ?

 

24036355.gif


03/02/2012

Sommaire: Jour après jour, Breizh Actu

actualité,bretagne,réunification


    BREIZH ACTU, des news au jour le jour

 


actualité,bretagne,réunification


 


actualité,bretagne,réunificationBrest reçoît F.Hollande: "Pas de décentralisation spécifique à la Bretagne" (02.02)

 

actualité,bretagne,réunification

Charte sur les Langues Régionales: Rendez-vous à Quimper/Kemper


actualité,bretagne,réunificationConseil Régional PDL le 26.01: Un mois, et il retourne sa veste


actualité,bretagne,réunificationAssemblée nationale: Adoption le 10.01 de l'Amendement Le Fur & De Rugy

 

actualité,bretagne,réunificationA l'encontre de l'Unesco: création de la marque "Val de Loire"

 

actualité,bretagne,réunificationJean-Yves Lafesse interwiewé par l'ABP

 

actualité,bretagne,réunificationJ.M Ayrault le 13.01: voeux à la Bretagne et aux Bretons

 

actualité,bretagne,réunificationNos monuments en danger ?

 

actualité,bretagne,réunificationNos régions sont-elles trop petites ?

 

actualité,bretagne,réunificationQuand les citoyens financent 4 éoliennes (BEGANNE, Morbihan)

 

actualité,bretagne,réunification1ère commune bretonne à quitter EDF: TREMARGAT

 

actualité,bretagne,réunificationRéactions suite à l'amendement sur la réunification du 21.12

 

actualité,bretagne,réunificationAssemblée nationale: adoption le 21.12 de l'amendement sur la réunification 

 

actualité,bretagne,réunificationNouvelle carte IGN: une Bretagne intégrant la Loire-Atlantique

 

actualité,bretagne,réunificationQuelques dates repères


actualité,bretagne,réunificationRéunification: sondages


02/02/2012

"Pas de décentralisation spécifique à la Bretagne"

celte gif 9.gif



hermines90_cycle.gif

hermines début de texte.gifFrançois Hollande, candidat PS aux Présidentielles 2012 et en tête dans les sondages, était à Brest lundi 30 janvier.

Au sujet de la régionalisation, il a déclaré:

"il n'y aurait pas de décentralisation spécifique à la Bretagne car nous sommes une République Une et Indivisible".

" Il y aura une nouvelle étape de la décentralisation si les Français nous en donnent le mandat, c'est-à-dire à la fois avec une élection présidentielle victorieuse et des élections législatives qui nous donnerait une majorité. Dans cette étape de la décentralisation, des compétences et des pouvoirs nouveaux seront donnés aux collectivités locales. Et une réforme de la fiscalité locale sera engagée, dans le cadre de la grande réforme fiscale, dès l'été. Et vous savez que l'espérimentation existe déjà. Les conseils régionaux peuvent même avoir un pouvoir réglementaire concédé - certes, pas dans tous les domaines, mais que nous pourrons, d'ailleurs, élargir. Mais nous ne ferons pas, je vous le dis, une décentralisation spécifique à la Bretagne. Parce que nous sommes dans un Etat où la République est une et indivisible."

Au sujet de l'éventualité d'une Bretagne administrative sans département, constituant ainsi une seule collectivité territoriale comme en Alsace:

" Je ne me permettrai pas de parler au nom de la Bretagne. Pour l'instant, je suis candidat à la présidence de la République."

   hermines90_cycle.gif    

hermines début de texte.gif

Pas d'illusion ! D'aucun connait la position de F.Hollande sur la réunification. Bien qu'entouré de Jean-Yves Le Drian , il appartient à l'appareil PS, lequel est aussi celui de Jean-Marc Ayrault, fervent opposant de la réunification.

Alors nous savons à quoi nous tenir. Penser que la position du PS et donc celle de F.Hollande pourra évoluer dans le sens d'une réunification de la Bretagne relève de l'utopie.

Devons-nous nous satisfaire de cette promesse de décentralisation ?

hermines début de texte.gif

Par contre, si "notre République est une et indivisible" , je voudrais que l'on me précise pourquoi une "décentralisation spécifique à la Bretagne"  est impossible ?

D'ailleurs, qui en Bretagne demande une quelconque décentralisation pour la Bretagne à laquelle aucune autre région française pourrait prétendre ? Ne me dîtes pas que F.Hollande puisse penser que nos revendications concernant la réunification de la Bretagne, la pratique de la langue (breton ou gallo) etc. sont des droits que nous souhaitons pour nous, et non pas pour les autres.

hermines début de texte.gif

Certes, la Bretagne a cette particularité historique que n'ont pas d'autres régions françaises, à savoir d'avoir un de ses départements exclu de sa région historique,  la Loire-Atlantique intégrant la région Pays-de-Loire, crée de toute pièce. Cependant, l'amendement de Messieurs De Rugy et Le Fur voté en décembre 2011 puis le texte adopté en janvier, ne furent-ils pas adoptés à l'Assemblée nationale ? Ces textes n'ont-ils pas été appuyés par les députés Alsaciens pour ne citer qu'eux ?

J'en reviens à notre République une et indivisible, quelques exemples contradictoires:

- Les deux départements Alsaciens viennent de voter la fusion des Conseils généraux des deux régions   

- Les DOM-TOM, la Polynésie, la Nouvelle-Calédonie, n'ont-ils pas une spécificité régionale ?

- La Corse bénéficie déjà d'une décentralisation spécifique. Pour que cessent les attentats des nationalistes Corses ? Elle est pouratnt, partie intégrante de notre République !

- Si notre la France est indivisible, les français ont-ils tous les mêmes droits ? Bien évidemment non ! Les exceptions sont nombreuses. Les Alsaciens ont 2 jours fériés de plus que tous les autres français. Certains français sont aux 32 heures (exemple des fonctionnaires du Sénat), d'autres (et parfois ce sont les mêmes) ont des régimes de retraites très avantageux etc.

Alors dans cette "une et indivisible", je souhaiterais qu'il n'y ait pas de confusion entre "unité" et "uniformité".

    hermines90_cycle.gif

hermines début de texte.gif

 Sans doute me trouverez-vous naïf de croire, à l'aube de cette échéance présidentielle, laquelle coïncide avec une crise économique grave en Europe où beaucoup de facteurs démontrent qu'une réforme territoriale est indispensable, qu'un candidat éclairé ne se prononce pas clairement en faveur d'une refonte territoriale, en faveur de régions plus cohérentes auxquelles les concitoyens pourraient plus aisément s'identifier et y puiser ses forces. Sauf erreur de ma part, rares sont les candidats qui l'ont compris, Eva Joly semble être la seule..... et vu qu'elle n'apparaît pas dangereuse vu sa position dans les sondages...

Faut-il alors "négliger" les électeurs réunificateurs pour autant ? Le risque n'est-il pas grand devant la multitude de candidats qui se présentent cette année ?


Quoiqu'il en soit, vous l'avez bien compris, il n'y a rien à attendre du candidat qui remportera les présidentielles si dans le même temps, nous cessons toute mobilisation.

 hermines90_cycle.gif

 

hermines début de texte.gif

NE LACHONS RIEN ! Sachons nous unir autour de notre projet de réunification en oubliant les clivages politiques traditionnels froite-gauche. Il ne devrait pas y avoir de côté en politique, juste un devant, car c'est devant que tous souhaitons aller, en nous appuyant sur nos ressourses, sur ce que l'on est !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

27/01/2012

26.01.2012: UN MOIS, ET IL RETOURNE SA VESTE !

 

040905034356_57.gif

2012.01, le 26 - OF Edition 44 le centre dit non à la réunification.jpg         

                                Ouest-France, éditions Loire-Atlantique, du 26 janvier 2012

 040905034356_57.gif

     hermines début de texte.gif

Oh surprise !!! Non, en fait pas vraiment !

Pour résumer: cet article de l'édition Loire-Atlantique de Ouest-France, nous apprend qu'un group d'élus de la région Pays-de-Loire (7 élus de l'Alliance Centriste et du Nouveau Centre) allait déposer aujourd'hui un voeu contre la réunification de la Bretagne, voeu déposé lors de la session budgétaire du Conseil Régional. 

hermines début de texte.gifCe qu'ils veulent: 

- rejetter l'idée que ne soit pas consultés les autres départements de la région PDL pour la question de la réunification,                                                                                          

- Lancer le débat de la création par référendum d'une région Loire-Bretagne.

hermines début de texte.gifOn ne peut pas être plus clair, au-delà de cette idée de région "Loire-Bretagne", ce voeu n'est ni plus ni moins qu'une opposition à la réunification de la Bretagne.

hunault_vote_assemblee_nationale_reunification_44breizh.jpg

hermines début de texte.gifAlors bien évidemment, ce voeu n'est que le premier "coup bas" des opposants à la réunification, des opposants à l'amendement voté il y a peu par Le Fur et De Rugy. Excusez-moi ! Opposant ai-je dis ? Je m'explique:

Cet article ne cite pas les sept noms de ces élus. Les seuls cités étant ceux de J.Auxiette (président de région), O.Deschanel et L.Gérault. Curieux ! Mentionner le chef de file de ce groupe n'aurait été que justice: Michel HUNAULT, député de Chateaubriant, lequel a déclaré:                                                                                                                     

" On en a assez de ce débat nanto-nantais sur le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne"

040905034356_57.gif

hermines début de texte.gifEt sans doute trouverez-vous cela moins curieux si je vous apprend que cet élu qui dénonce aujourd'hui l'amendement voté le 21 décembre dernier à l'Assemblée nationale, avait pourtant voté "pour" ce même jour. Cet élu qui posait fièrement avec ceux qui avaient voté l'amendement (3ème en partant de la droite) vioci un peu plus d'un mois, a aujourdh'ui retourné sa veste !

Quelle attitude contradictoire, non ? Quel crédit peuvent donc lui allouer les électeurs de ce député ?

Je n'ai qu'une chose à dire: bravo pour votre cohérence M. Hunault !                       

hermines début de texte.gifMaintenant, libre à vous de vous expliquer sur votre revirement, votre qualité d'élu exige que vous expliquiez votre contradiction. Des comptes vous devrez en rendre, à vos électeurs qui s'exprimeront cette année, devant Philippe MAGNEN (vice-président de la région PDL) mais aussi devant ceux au côté desquels vous posiez au lendemain de l'adoption de l'amendement que vous dénoncez aujourd'hui.

 

                                                                                                                                             040905034356_57.gif

28.01.2012 - Rejet du voeu: ça se passe de commentaire, je vous laisse lire l'article de Presse Océan du 28.01

bretagne,réunification,voeu,michel hunault,conseil régional; loire-atlantique

040905034356_57.gif

 

 

 

12/01/2012

Nos Régions sont-elles trop petites ?


" Trop petites, nos régions ?

hermines début de texte.gif

C'est un vieux refrain. Il a repris de la vigueur récemment lors de l'élaboration du projet de réforme territoriale: les régions françaises sont trop petites face à leurs homologues européennes. Il faudrait donc en réduire le nombre pour qu'elles atteignent une mythique "taille standard européenne" leur ^permettant de s'affirmer. Passons de vingt-deux régions métropolitaines à quinze, disent certains, voire à huit, disent d'autres, et même, pourquoi pas à quatre, ajoutebnt les plus téméraires...

L'ouest n'échappe pas à ce constat de faiblesse. Pour y remédier, toutes sortes de scénarions sont échaffaudés: les deux Normandie pourraient fusionner, la Loire-Atlantique rejoindre la Bretagne; Basse-Normandie, Pays-de-la-Loire et Bretagne ne faire qu'une seule région, etc. On manie les ciseaux dans dans tous les sens...


hermines début de texte.gif

Mais il y a un "hic": sur quel critère peut-on s'appuyer pour dire que nos régions de l'Ouest sont trop petites ?

Leur superficie ? Non: elles suportent même plutôt bien la comparaison. La Bretagne, qu'on dit souvent trop étroite, est plus vaste que chacune des régions belges ou hollandaises, mais aussi que la plupart des régions allemandes ou italiennes ou m^me que l'Etat du Mississippi...

Leur démographie ? Pas davantage: les Pays-de-la-Loire, souvent présentés comme de taille trop modeste, sont plus peuplés que la Galice ou le Pays Basque, et la Basse-Normandie compte presqu'autant d'habitants que bien des pays de l'Est (Lettonie, Slovénie, Estonie...).

Leur production ? Toutes les statistiques montrent que nos régions supportent aisément la comparaison.... Bref, sur la base de tous ces critères, les territoires de l'Ouest ne sont ni plus petits ni plus grands que la moyenne européenne.


hermines début de texte.gif

En revanche, il existe une mesure qui traduit, mieux que tout autre, la vraie taille des régions: c'est l'importance de leurs pouvoirs etd e leurs budgets. Là, effectivement, nos régions apparaissent comme des nains. Dans des nations où l'Etat est très centralisé et délègue peu de compétence, comme en France, les ressources des régions sont automatiquement limitées, puisque leurs obligations sont faibles; inversement, au coeur des nations décentralisées, où l'Etat fédéral a transféré bon nombre de ses prérogatives aux régions, leurs ressources sont importantes.


hermines début de texte.gif

Il apparaît ainsi que le gabarit-type de la "région européenne" n'existe pas. La vraie dimension d'une région est avant tout affaire de pouvoirs, c'est-à-dire d'aptitude à définir des stratégies et de capacité à les mettre en oeuvre. Cette dimension peut s'estimer, d'une part, à l'aune de l'ampleur des compétences qui leur sont attribuées (enseignement, santé, infrastuctures...), d'autres part, au regard de la réalité des pouvoirs qu'elles détiennent, tant sur le plan juridique (peuvent-elles s'imposer aux autres commectivités u=ou édicter des normes ?) que sur le plan financier (possèdent-elles une autonomie fiscale ? Peuvent-elles lever des impôts ?).


hermines début de texte.gif

Vouloir accroître la taille des régions, aux prix de redécoupages, réunifications ou fusions en tous genres, est certes concevable, mais ce serait en pure perte si on n'accroissait pas simultanément leurs compétences et leurs pouvoirs: "Trois grenouilles, même bien gonflées, n'auront jamais la puissance d'un boeuf." En France, toute évolution dans ce sens constituerait évidemment un profond changement dans notre organisation politique et territoriale. "


Ouest-France du 10 janvier 2012, Editorial de Yves MORVAN, Professeur émérite des universités

03/01/2012

21.12.2011: Amendement sur la Réunification de la Bretagne, adopté !!!

 

 

 

Quel joli cadeau de noël nous ont-ils fait là ?

 

          Marc Le FUR, député UMP des Côtes d'Armor et François de RUGY, député Europe Ecologie-Les Verts de Loire-Atlantique, ont déposé un amendement qui visait à faciliter la réunification de la Bretagne. Résultat: pour les députés présents lors de ce vote, 16 votèrent "Pour" et 9 votèrent "Contre".

 

Cet amendement permet d'éclaircir le déroulement d'une possible réunification de la Bretagne, en modifiant l'article L4122-1-1 du code général des collectivités territoriales, pour permettre à un département qui le souhaite, de changer de région administrative et de demander l'organisation d'un référendum local sur son territoire, sans que les autres départements de la région qu'il veut quitter ne puissent l'en empêcher.

 

          Jusqu'à présent, cet article autorisait un amendement, dès lors qu'étaient consultés tous les habitants des deux régions concernées par le changement, en l'occurence, les départements de la Bretagne administrative (29+35+56) mais aussi ceux des Pays-de-Loire (44,37,72,85).

 

L'article L4122 précisant qu'il y avait un seuil de participation pour que soit pris en compte le résultat d'un tel amendement, on ne voit pas ce qui pourrait intéresser les habitants de la Vendée, de l'Anjou ou de la Sarthe à venir s'exprimer sur ce sujet qui ne les concerne pas outre mesure. Une inéluctable abstention massive rendait impossible tout rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne.

 

A ceci, nous sommes nombreux à déplorer qu'il faille passer par une longue procédure administrative et consultative pour refaire ce qu'un simple décret avait défait voici 70 ans. 

 

 

 

          Alors oui, cet amendement est un petit pas vers la procédure de réunification. Il va falloir désormais que ce texte passe au Sénat, nouvellement passé à gauche, mais la victoire reste incertaine, car ce texte va devoir retourner à l'Assemblée Nationale, et dans la mesure où bon nombre d'élus de gauche sont contre ce projet, et pas des moindres: notamment les Maires de Brest, Rennes et Nantes. D'ici là, nul doute qu'uils vont user de leurs influences à tout niveau, pour faire capoter le projet.

 

Mais la chance n'est pas nulle: ce projet de réunification sort de tout clivage politique droite-gauche. De plus, la conjoncture veut que la France fasse des économies, que les régions soient redessinées tels que le rapport Balladur le préconisait voici deux ans. Même les agences de notation pour les AAA conseille à l'Etat français de supprimer les départements pour faire des économies.

 

Une chose est sûre: il est temps que la France reparte de l'avant, et la réorganisation territoriale peut être un atout car la France ne ressortirait que plus forte si ses régions l'étaient plus, si on leur donnait une dimension européenne......  

 

Mais je m'interroge:

 

- Pourquoi ce projet d'amendement ne fut-il porté aux députés PS que tardivement (ce qui n'empêcha pas deux d'entre eux de voter "pour") ? La réunification ne sort-elle pas du clivage gauche-droite ? N'est-elle pas un projet fédérateur ? 

 

- Les chances de réunification ne serait-elle pas plus grande si ce projet était soutenu par un et un seul mouvement ou parti apolitique ? 

 

- Comment est-il possible que les opposants à la réunification refusent de voir les chiffres avantageux qu'il en ressortirait ? Curieusement, ils préfèrent "retoquer" le projet sans l'étudier, il n'est pour eux qu'un règlement de compte historique qui n'entre pas dans l'actualité urgente. Ah bon ! Parce que le texte qui vient d'être débattu à l'Assemblée concernant la reconnaissance du génocide arménien par la Turquie est plus d'actualité ?

 

Pourquoi ces élus refusent-ils, alors que l'Europe se régionalise de plus en plus économiquement, de réfléchir à cet enjeu de la réunification, mais aussi sur la réforme d'autres régions de France telles que l'Alsace ou la Normandie ?

 

 

 

 

 

Mais les mentalités politiques sont ancrées dans un jacobinisme à outrance, de même que des élus cumulards s'accorchent à leurs divers mandats. 

 

 

 


Ainsi donc, en ce mercredi 21 décembre 2011, vers 11h30, l'Assemblée Nationale adopte par 16 voix contre 9, l'amendement présenté par Marc Le FUR (député UMP) et François de RUGY (député des Verts);

Cet amendement est proposé dans le cadre de l'examen de la loi portant sur le nommé référendum d'initiative populaire: il permettrait au département de la Loire-Atlantique de se dîsênser du veto de la région Pays-de-la-Loire, pour initier un référendum sur la réunification de la Bretagne.

Certains députés PS, Marylise LEBRANCHU et Jean-Jacques URVOAS, avaient regretté de ne pas avoir été associer à cette proposition, la raison étant peut--être de leur éviter les foudres de leur président du groupe PS, Jean-Marc AYRAULT, lequel est un farouche opposant à la réunification. Malgré tout, ils ont néanmoins voté en sa faveur.

Les représentants du gouvernement ont voté contre, et d'autres députés s'y sont opposés au nom des intérêts supérieurs de la "nation".

Finalement, l'amendement est adopté par 16 voix contre 9.

Mais le chemin est long. L'amendement doit désormais partir au Sénat, puis revenir pour une seconde lecture à l'Assemblée Nationale. Le Conseil Constitutionnel doit également émettre un avis favorable.

Le Conseil Général de Loire-Atlantique semble ne plus vouooir assurer les engagements pris par la collectivité sur ce sujet.

La région Bretagne attend la décision finale de l'Etat français sur cette question.

La réponse est connue d'avance. De plus, cet amendement induit désormais, une contradiction entre les lois L.4122-1 du Code des collectivités territoriales etL.72.1 de la Constitution.

 

Quelques dates

2011, le 21 décembre: Amendement sur la modification de l'article L.4122

 

2011, le 7 décembre: Conseil Général du Morbihan (56)

          Vote à l'unanimité, en faveur de la réunification.

 

2010, le 16 décembre: Réforme Territoriale

          Confirmation des limites administratives existantes.

 

2008: Conseil Régional de Bretagne

          Emet un vote favorable pour la réunification.

 

2001 : Conseil Général de Loire-Atlantique

          Emet un vote favorable pour la réunification.

 

2001: Conseil Régional de Bretagne

          Emet un vote favorable pour la réunification.

Réunification: sondages

2006: Etude commandée par France 3 Ouest

61% des habitants de la Sarthe (72), du Maine-et-Loire (49), de la Vendée (85) et de la Mayenne (53) sont favorables à la réunification de la Bretagne.

Entre 2000 & 2009: 5 sondages en Bretagne administrative (B4)

58% des bretons, favorables à la réunification.

 

2001: sondage en Loire-Atlantique

65% des habitants, favorables à la réunification.

 

1999: sondage dans les Pays-de-la-Loire

 45% des interrogés ne connaissent pas le nom de leur région "Pays-de-la-Loire"

14/06/2011

44=BREIZH, pour la Réunification de la Bretagne

breizh2.gif

Le 18 juin, la « Bretagne en résistance » exprimera à Nantes sa détermination pour interpeller les pouvoirs publics et les médias et réclamer la possibilité de choisir librement leur cadre institutionnel après près de 40 ans de partition administrative de la Bretagne. Pour la première fois une grande manifestation se dirigera vers le palais de la région des Pays de la Loire, en passant devant le palais de Justice pour réclamer « Justice pour la Bretagne » et dénoncer le harcèlement judiciaire à l’encontre des militantes et militants de la Réunification; devant les locaux de Ouest-France et France Bleue pour exiger la « suppression des frontière administratives dans l’information en Bretagne »; et devant les locaux de France 3 PdL pour réclamer « du breton dans ma télé ».

affiche 1.jpg

breizh.gif

Ce sera aussi le jour pour nous, organisateurs, de proposer et défendre la plateforme « Bretagne en résistances », propositions pour construire l’unité administrative de la Bretagne. Cette plateforme élaborée dans la concertation et avec le soutien de nombreux acteurs de la Réunification, se veut être le support d’une action la plus collective possible vers l’unité de la Bretagne. Dirigée vers différents interlocuteurs elle propose des initiatives s’ajoutant à celles de plus d’une centaine de mairies (voeux pour l’unité, présence du Gwenn ha du, ..) ou voulant prolonger les actions déjà entamées au sein du Conseil Régional de Bretagne ou du Conseil Général de Loire-Atlantique.

 

Nous la proposerons comme un outil permanent et évolutif pour construire l’unité de la Bretagne.

 

 

 

affiche 2.jpg

 

 

 

 

 

 

bigouden.gifLes organisateurs de la manifestation :

- 44=BREIZH, BRETAGNE RÉUNIE, AGENCE CULTURELLE BRETONNE DE LOIRE-ATLANTIQUE, KEVRE BREIZH

 

 

 

6-picture9.gifIls appellent à la manifestation :

- A gauche toute – Saint-Herblain

- AFB / EKB : Alliance Fédéraliste bretonne / Emglev Kevredel Breizh

- Alternatifs 44 : Solidarité, Ecologie, Féminisme, Autogestion

- Ar Falz : Breizh, Laïkelezh, Sevenadur

- Bertaeyn Galleizz : Le gallo, la langue romane de Bretagne

- Bodadeg ar Sonerion : Assemblée des sonneurs

- Breizhistance : Indépendance et Socialisme

- Bretagne plus : culture et débats

- Bretons de Saïgon

- Bretons du Monde

- Collectif breton pour la Démocratie et les Droits de l’Homme

- Comité breton de solidarité avec le peuple basque

- Coordination Bretagne Indépendante et Libertaire

- Dihunerien : Production et Diffusion de Spectacles

- Diwan : Réseau d’écoles associatives, gratuites et laïques en langue bretonne

- Enorzh : Association Culturelle de Nort-sur-Erdre

- FALSAB : Confédération des Jeux et des Sports traditionnels de Bretagne

- Gouelioù Breizh : Fêtes traditionnelles de Bretagne

- Gwen Menez : Celtival, le Festival de Guéméné-Penfao (Loire-Atlantique)

- Hydromel : le fanzine des musiques breizzoues

- Identité bretonne : une identité à partager

- Institut Culturel de Bretagne

- L’Union Démocratique Bretonne

- Le Modem 44

- Le Nouveau Parti Anticapitaliste 35

- Le Parti Breton

- Les Jeunes Ecologistes 35

- SCALP Nantes

 

 

 

 

plateforme.jpg

 

 

 

platformbzg.png

 

 

 

 

 

 

 

 

06/05/2011

VIII - Hostilité à la réunification

1 - Le Rapport Balladur

hermines début de texte27 novembre 2008: le président de la République, Nicolas Sarkozy, avait pronocé un discours devant l'Assemblée des Maires de France, consacré à des réformes territoriales. Il reconnu qu'il y avait un anachronisme entre le département Loire-Atlantique et la région administrative Bretagne.

M.Sarkozy sollicita donc M. Balladur,pour que soit étudier et qu'une proposition soit faite pour une réforme, et engager une modernisation des collectivités territoriales.

 

rapport balladur,reunification,bretagne,j.m.ayrault,nantes

 

hermines début de texte5 mars 2009: remise du rapport de la Commission Balladur

 Ce rapport fut remis à la présidence le 5 mars 2009, mais fut révélé au public dès le 26 février.

En résumé ce rapport fait deux propositions de loi:

1 - Une modification de l'organisation territoriale de la France:

11 - Achèvement de la carte de l'intercommunalité par la création de 11 Métropoles: Bordeau, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Nice, Rouen, Strasbourg, Toulon, Toulouse et Rennes.

12 - Regroupement des régions, en réduisant le nombre de 22 (actuellement) à 15

ou alors un regroupement de départements.

Dans ces deux cas, le rapport préconise que ces regroupements doivent se faire sur la base du volontariat.

 

2 - La création de la collectivité territoriale du "Grand Paris", issue d'une fusion de la Ville de Paris et des départements de la petite couronne (Haut-de-seine, Seine St-Denis et Val de Marne).

 

Donc, le rapport Balladur préconise de modifier certaines frontières régionales. La Commission Balladur avait intégré dans son rapport une série de cartes géographiques incluant, entre autres, celle d'une Bretagne réunifiée.

 

rapport balladur,reunification,bretagne,j.m.ayrault,nantes

 

hermines début de texte27 février 2009: le quotidien "Le Monde", révèle que J.M. Ayrault, Maire de Nantes et un des "leader" du Parti Socialiste, était intervenu pour faire enlever la mention de réunification administrative de la Bretagne:

"Dès qu'il l'a su, Jean-Marc Ayrault a fait le siège téléphonique de Pierre Mauroy et d'André Vallini, les deux élus socialistes du comité Balladur, pour faire en sorte que cette proposition ne figure pas au rapport final".  

On pouvait lire plus loin:

"M.Balladur a préféré expurger du rapport final les exemples précis, qualifiant de bobards, les rumeurs qui circulent à leur sujet".

 

rapport balladur,reunification,bretagne,j.m.ayrault,nantes

 

hermines début de texte17 mars 2009: "Ouest-France" révèle que le Maire de Nantes met tout en oeuvre pour que cette réunification bretonne échoue:

"la réussite économique d'une région ne dépend pas de sa taille et que par conséquent la Bretagne réunifiée serait "étriquée".

Il sous-entend que les partisans de la réunification ont des arrières pensées d'autonomie, de séparatisme, de nationalisme.... Autant de mots qui font peur à la population bretonne, comme à la population française. Il précise même:

" si c'est une question d'identité, alors je dis attention, casse-cou !"

Casse-cou en quoi ? Pour qui ? Apparemment, il serait malsain de revendiquer sa propre identité, d'être soi-même et d'exister !

Le comble, c'est que J.M. Ayrault veut montrer qu'il est un homme moderne et qu'il n'est pas figé sur l'organisation actuelle. Il fait même les propositions suivantes:

1 - Création d'un "Grand Ouest" par la fusion des trois régions: Bretagne, Normandie et Pays de la Loire,

2 - Création d'une région constituée uniquement de la Loire-ATlantique, à l'image de la Sarre en Allemagne,

3 - Création d'une région constituée de la Ville de Nantes, à l'image de Hambourg (Allemagne).

Tous sont viables selon lui, sauf celui de la réunification de la Bretagne bien évidemment. Je vous laisse juge... mais créer une région se résumant au seiul département 44 ou à la seule ville de Nantes, n'entrent-il pas en contradiction avec ses propos précédents où il estime qu'une Bretagne à cinq départements serait "étriquée" ?

rapport balladur,reunification,bretagne,j.m.ayrault,nantes

M. Auxiette, Président de la région Pays de Loire, parle même, suite à la remise de ce rapport:

" d'annexion des temps modernes, voire d'une certaine forme de colonisation que je ne peux accepter"

hermines début de texteC'est vite oublier les sondages, et les voeux du Conseil Général de Loire-Atlantique (22 juin 2001) et ceux du Conseil Général de Bretagne (2 juillet 2001), qui votèrent tous en faveur de la réunification de la Bretagne !

 

 

 

28/04/2011

Rendons à la Bretagne ce qui appartient à la Bretagne ! (en cours)

2011.04 - Génération Breizh44.png

hermines début de texteA l’aube de l’appel du 18 juin 2011, rendez-vous fixé pour tous ceux qui souhaitent ardemment que la Loire Atlantique retourne dans sa région Bretagne, je souhaitais faire cette petite synthèse pour répondre aux détracteurs de la « Bretagne réunifiée » mais aussi pour alerter ceux, et je vise en particulier les jeunes de Loire-Atlantique, qui ne prennent pas la mesure de ce qu’ils perdent tout simplement parce qu’ils sont les victimes d’une « omerta » politique et économique.hermines fin de texte

 

 

hermines début de texteNé à Nantes, avouez qu’il devient lassant de devoir me justifier lorsque j’ai le malheur de dire que je suis breton, et cela est inquiétant pour nous tous de voir que les fondements de notre république « Liberté – Egalité – Fraternité » sont bafoués en niant des réalités historiques, en tentant de ré-écrire l’histoire, en usant de tout acteur économique clé car stratégique pour asseoir progressivement une identité factice (Pays de Loire, Ligérien…).hermines fin de texte

 65844_181960008481194_100000015891494_631839_7954556_n.jpg

  I  - PETIT RAPPEL HISTORIQUE

   

155449_107937835945896_100001890393308_61641_642864_n.jpg



hermines début de texteLa Bretagne appelée à l’origine Armorique, abritait des populations diverses dont les origines celtiques et la culture ont constitué un fort socle commun, une réalité humaine et historique.hermines fin de texte

 

Breizh, Bretagne, 44, Pays de Loire, Réunification, J.M Ayrault, bretons, ligérien, département, région, omerta, manipulation, collectivités locales et territoriales

 

hermines début de texteLe territoire de la Bretagne se caractérise par une remarquable stabilité. Les frontières se stabilisent vers 850. D'abord royaume sous Erispoé, reconnu au traité d'Angers en 851, elle devient ensuite un duché indépendant.hermines fin de texte

hermines début de texteAprès le traité d'Union de 1532, la Bretagne devient, "la généralité de Nantes" ou le Gouvernement Général de Bretagne. Les limites territoriales restent inchangées et le Comté de Nantes en fera toujours partie sans aucune interruption. Les zones contestées entre la Bretagne, l'Anjou et le Poitou, désignées sous le terme de "marche", sont reconnues comme telles et ne changent pas non plus.hermines fin de texte

Breizh, Bretagne, 44, Pays de Loire, Réunification, J.M Ayrault, bretons, ligérien, département, région, omerta, manipulation, collectivités locales et territoriales

 

Elle s’est retrouvée divisée depuis la seconde guerre mondiale, du fait de l’occupation allemande, le Maréchal Pétain promulgua le décret du 30 juin 1941, excluant de leur région originelle, le département de la Loire Atlantique et ses 1,4 millions d’habitants.

 

 

hermines début de texte1790, sous la révolution: départementalisation du duché de Bretagne.

Les députés bretons adoptent et signent, le 20 février 1790, la carte. Les députés respectent les limites de l'ancien duché et les circonscriptions judiciaires appelées "présidiaux". Les "marches" furent divisées équitablement, et dans certains cas, des communes concernées furent même consultées.

Breizh, Bretagne, 44, Pays de Loire, Réunification, J.M Ayrault, bretons, ligérien, département, région, omerta, manipulation, collectivités locales et territorialesSans consultation aucune, étaient jetés plus de 11 siècles de vie commune, le divorce étatique entre les quatre départements (Finistère, Morbihan, Côte d’Armor, Ile-et-Vilaine) et la Loire Atlantique était consommé.      

 

 

 

 

hermines début de texte1941: Décret Darlan-Pétain.

Ce décret crée une super-préfecture à Rennes pour une Région Bretagne sans la Loire-Atlantique. Celle-ci est rattachée à une région Loire, dont Angers est la capitale (super-préfecture).hermines fin de texte

hermines début de texte1959: décrets du 7 janvier 1959 et du 2 juin 1960

La Bretagne est définitivement amputée de la Loire-Atlantiquehermines fin de texte

hermines début de texte1972: La Loire-Atlantique forme une nouvelle région avec les départements Anjou, Mayenne, Sarthe et Vendée.hermines fin de texte

 Breizh, Bretagne, 44, Pays de Loire, Réunification, J.M Ayrault, bretons, ligérien, département, région, omerta, manipulation, collectivités locales et territoriales

 

   Origines du Gwen Ha Du:

   9 bandes:                 4 bandes blanches

                 la Cornouaille, le Léon, le Trégor et le Vannetais

et                                5 bandes noires:

    Les Pays Nantais, Rennais, de Saint-Brieuc, de Saint-Malo et de Dol

 

 

breizh,bretagne,44,pays de loire,réunification,j.m ayrault,bretons,ligérien,département,région,omerta,manipulation,collectivités locales et territoriales        

 

  Malgré cette partition de la Bretagne, non-démocratique puisque ce décret fait suite à aucune consultation du peuple ni même sans l’aval des Assemblées Départementales, il existe deux textes de loi qui permettent aux électeurs d’être consultés :

 

 

 

Article L4122-1 du Code Général des Collectivités Territoriales:

 "Les limites territoriales des régions sont modifiées par la loi après consultation des conseils régionaux et des conseils généraux intéressés. La modification des limites territoriales des régions peut être demandée par les conseils régionaux et les conseils généraux intéressés."

 

Article 72-1, Révision de la constitution en 2003: 

« La modification des limites des collectivités territoriales peut également donner lieu à la consultation des électeurs dans les conditions prévues par la loi. »

 

 

hermines début de texteEn février 2011, au cours de son déplacement en Bretagne, notre Président de la République Nicolas SARKOZY le rappela devant les médias, mais précisait que si Référendum il devait y avoir, devait être consulter la population de Loire Atlantique, celle de l’actuelle Bretagne administratives, mais aussi celle des autres départements de la région Pays de Loire (Anjou, Maine, Sarthe).hermines fin de texte

 

  

 

La Résolution du Parlement Européen du 16 octobre 1981,

invite les états à:

« favoriser la plus large corrélation possible entre régions culturelles et structures géographiques des pouvoirs locaux ».

Il tombe sous le sens que le découpage régional actuel n’opère pas une bonne « corrélation » entre l’espace culturel breton et la région administrative de Bretagne, pusique qu’y est exclu un des cinq départements.


 

Le Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques

&

                          La Convention Culturelle Européenne

hermines début de texteCes deux Traités internationaux sont violés, tout comme la Constitution!

La partition de la Bretagne est bien contraire au Droit, car elle engendre des traitements différents :

- entre la Bretagne et d’autres régions comparables

- entre les habitants de la Bretagne réduite et ceux de Loire Atlantique.hermines fin de texte

hermines début de texteSi vous regardez vers l’Est de la France, l’Alsace, dont l’identité repose sur les mêmes éléments historiques et culturels, vous  conviendrez que Bretagne est défavorisée :

- son territoire est orphelin de la région nantaise alors que tous les alsaciens sont réunis au sein d’une même région

- la dénomination de la région « Pays de Loire » occulte le caractère breton du département de Loire Atlantique.hermines fin de texte

hermines début de texteAinsi, seuls les habitants de la région Bretagne actuelle sont reconnus officiellement comme bretons, alors que ceux de la Loire Atlantique le sont en tant que non-bretons.hermines fin de texte

hermines début de texteAinsi commence un processus de débretonnisation, lequel va être appuyé par la communication du Conseil Régional des Pays de Loire et de collectivités locales. Et alors que certains nantais se sont alors identifiés « sauf-bretons », très récemment, une nouvelle identité fit son apparition : l’identité « ligérienne ».hermines fin de texte

 

 

 

hermines début de texteRenier, ne serait-ce qu'un fait historique, revient à renier une partie de l'histoire de la Bretagne, reniant du coup une partie de notre histoire de France. Cela représente une réelle trahison envers ceux qui ont péri de leur vie pour garantir nos droits et notre liberté.hermines fin de texte

 

hermines début de texteCe vil processus de "débretonnisation" profite des dures réalités économiques des ménages français, de l'actualité internationale lourde et tout aussi importante, de l'ignorance de la jeunesse qui perd peu à peu ses racines....hermines fin de texte

hermines début de texteLes moyens utilisés sont divers, mais vous conviendrez que tout est fait par les instances dirigeantes pour que cette idée de Bretagne Réunifiée tombe dans les oubliettes. hermines fin de texte

 ESPRIT CELTE