11/09/2012

2012, 3 nov. - DAONET au Bounty, Sables d'Olonnes (85)

DAONET.jpg

02/09/2012

1793 - Chant du départ de l'Armée des Chouans

1793 - Chant du départ de l'Armée des Chouans - Nantes.jpg

28/05/2012

2012, 28 mai - Les Pays-de-Loire manque d'identité régionale

OF 28 MAI.jpg

Vous êtes étonnés ? Moi pas ! 

Malgré de grandes dépenses en communication pour générer une identité "ligérienne", la mayonnaise ne prend pas. La raison est toute simple: une identité ne se crée pas d'un coup de baguette magique et encore moins avec les deniers d'une région factice ou des citoyens.

Je ne reviendrai pas aujourd'hui sur ce problème d'identité, mais vous noterez j'espère que cet article est étrange, à commencer par le décalage entre le titre et la finalité. Car si le titre parle d'identité, le contenu tend à vouloir démontrer que les Pays-de-Loire sont en quête de touristes, et cette région compterait sur son "identité" pour les attirer.

Il est vrai que l'identité d'une région y fait pour beaucoup ! Mais à condition qu'elle soit vraie, ce qui est loin d'être le cas pour la Loire-Atlantique.


Enfin, je souhaiterai savoir en quoi la région Pays-dfe-Loire  proposerait-elle un tourisme plus diversifié que la Bretagne. Un peu facile d'émettre une affirmation sans donner un état général des deux régions et en se contentant d'avancer qu'il existe "une complémentarité entre le littoral et l'intérieur des terres" car il est évisdent bien sûr, que la Bretagne n'a..... rien ne précise le journaliste, pas d'exemple. Doit-on en déduire qu'il n'y a aucune complémentarité ? L'identité même de la Bretagne suffit à elle-même. Elle constitue une nation celte, avec une culture, ses langues, et est-il utile de préciser que cette identité était déjà bien présente alors que la France, et encore moins les Pays-de-Loire, n'existait nullement.


Alors il est curieux que cet article ne pose pas clairement les raisons de ce problème touristique. L'identité n'est pas, tout simplement parce que les pouvoirs publics ont crée une région en détruisant l'âme d'autres régions. La Vendée n'est pas à sa place et que dire encore de celle de la Loire-Atlantique. Les populations ne sentent aucunement "ligérienne" car cela ne représente rien. Demandez à un Vendée, à un nantais, à un Manceau ou à un angevins, s'ils se sentent "ligériens". Une grande majorité vous répondra que leur identité est celle de la ville qui leui est proche, et certainement pas celle d'une région que l'Etat jacobin impose.


Alors n'en déplaise à certains, si la Loire-Atlantique recouvrait sa nation d'origine, de même que si la Vendée retrouvait une vraie région "Poitou-Charente-Vendée", il n'y aurait plus de problème d'identité, et il serait inutile de dépenser autant en communication pour affirmer une identité que beaucoup ressentent déjà. Bien sûr, il y aura toujours quelques nantais pour refuser cette réalité, mais leurs arguments sont, on ne peut plus superficiels et infondés. Avec le temps...



12/04/2012

79 - LES CORROMPUS D'ESCOUBLAC (Escoublac, 44)

12l.jpg


Voici un siècle, on voyait encore émerger au milieu des dunes, le coq du clocher d'Escoublac (Loire-Inférieure, aujourd'hui Loire-Atlantique).

Z - hermines début de texte.gif

Les habitants de ce village, autrefois grand et florissant, s'étaient enrichis en faisant le commerce du sel. Mais ils étaient devenus corrompus.

Une nuit, on entendit une voix qui les avertissait de se convertir promptement. Ils le n'écoutèrent pas. 

L'Océan couvrit tout le village, et en se retirant, il le laissa enseveli sous une montagne de sable.

On raconte aux environs, que longtemps après la catastrophe, on entendait encore sonner les cloches de son église.

batiment-batiment-eglises-00008.gif


Z - hermines début de texte.gif

Côté Vendée, le terrain occupé par les dunes de Longeville, formait jadis une cité: un déluge de sable l'engloutie, et depuis, surtout la veille des grandes fêtes, on a toujours entendu dans un lieu ésert appelé "Casse à perdrix", trois coups quis ortent de dessous terre, et succédèrent dans l'intervalle de quelques secondes, tels trois coups de canon.