25/06/2011

IMPRESSION.....NANTES ! :Mur Royal, Place de la Bourse, Nantes (18 juin 2011)

Place de la Bourse, un mur........

1.JPG

 

 

 

 

 

 

2.JPG

bas centre.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

centre-bas

bas gauche.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bas gauche

bas droit.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    bas droit

centre gauche.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

centre gauche

 

centre.JPG

haut droit.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

haut droit

 

 

 

 

 

 

 

 

 

05/11/2010

30.10.2010: NOCES D'OR EN AVEYRON

 

S'aimer pendant 50 ans, c'est regarder dans la même direction !

50 ans de mariage, c'est beau, non ?

J'ai eu plaisir de retrouver ce "week-end" une très grande partie de la famille à l'occasion de cet anniversaire.

Ce fut l'occasion de fêter les 95 printemps de notre grand-mère, toujours en forme !

Ce fut l'occasion de renouer des liens avec certains que je n'avais plus revus depuis 20 ans, et de faire connaissance avec d'autres, les enfants notamment, et les dernières "pièces rapportées".

Enfin, ce fut l'occasion de présenter ma fiancée à toute la famille, laquelle eut de la chance d'échapper au rituel du Conseil de famille.

Ce "week-end" n'était-il pas dévolu à la longévité dans l'union (Edmonde & Jean) ou seule (mamy) ! 

 

23/10/2010

En 2010, NANTES ne fêtera pas DEMY à moitié

jacques DEMY (5.06.1931 Pontchateau - 27.10.1990).jpg

Jacques DEMY (1931-1990)

 

En 1960, Lola, devenue aujourd'hui à Nantes le film-culte par excellence, sortait sur les écrans français. Jacques Demy, "Jacquot de Nantes", signait là son premier long-métrage qui célébrait, à sa manière, l'imaginaire d'une ville portuaire "le rêve d'une ville".

Entre Jacques Demy et Nantes, il y a eu, à l'évidence, une relation particulière que le film d'Agnès Varda, Jacquot de Nantes, sorti en mai 1991, a tenté de mettre en lumière. En 1986, Jacques Demy déclarait : "J'ai découvert l'amour à Nantes. J'y ai aussi découvert le cinéma. J'y ai eu de grands chocs qui font que j'aime cette ville et que j'ai envie d'y retourner".

Nantes est, bien sûr, pour Jacques Demy, la ville de l'enfance, mais c'est bien plus que ça. Il suffit de se plonger dans son oeuvre pour s'en persuader : dans Lola et dans Une chambre en ville bien sûr, puisqu'ils ont Nantes pour décor, mais aussi dans Les parapluies de Cherbourg, Les demoiselles de Rochefort ou même, plus près de nous, Trois chambres pour le 26 qui se déroule à Marseille. Toutes ces villes évoquées ici ne sont-elles pas des ports ? C'est à dire des lieux ouverts sur un ailleurs toujours rêvé. Comme si la marque de Nantes s'était inscrite définitivement dans l'imaginaire d'un cinéaste qui, plus qu'un autre, rêvait et chantait la vie.

Jacques Demy nous a quittés en octobre 1990 des suites d'une maladie. Avec lui disparaissait un cinéaste pas comme les autres mais nantais assurément.

 



1931 : le 5 juin, naissance de Jacques Demy à Pontchâteau (Loire-Atlantique)

le sabotier du val de loire 1955.jpg

 

 

1955 : Le Sabotier du Val de Loire, documentaire.

 

 

6207_raymond_cauchetier-lola_nantes.jpg

 

 

1960 : Lola, son premier long métrage avec Anouk Aimé.

 

  les parapluies de cherbourg.jpg

 

 

 


1963 : Les Parapluies de Cherbourg


 

les demoiselles de rochefort.jpg

 

 

1966 : Les Demoiselles de Rochefort



peau d'âne.jpg

 

 

1970 : Peau d'âne


une cvhambre en ville.jpg

 

 

1982 : Une Chambre en ville


3 places pour le 26.jpg

 

 

1988 : Trois places pour le 26

 

 

 

1990 : le 27 octobre, décès de Jacques Demy

12/05/2010

OUF ! Elle a dit "oui" !

Voilà c'est fait !Il a osé franchir un cap !Pour fêter les 30 printemps de sa promise,Il avait invité, en douce, des amis.En clôture de soirée,Il s'est jeté à ses pieds,Et lui a demandé de l'épouser.Et la princesse des îlesFinit par lui répondre "oui"

03/04/2008

Sommaire de "Souvenirs"

drapeau-nantes


Le Dolmen de Mane-Kerioned
Le Cairn ou Tumulus de Kercado
Les Alignements de Ménec
Savenay, histoire
L’observatoire de Kawamata (Lavau s/Loire)
Prenez de la hauteur (Nantes)
Le Trou Bleu (Lavau s/Loire)

17:35 Publié dans U - Souvenirs | Tags : souvenirs | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Dolmen de Mane-Kerioned

Mane-kérioned

Situé sur la commune de Carnac.
Ensemble de 3 dolmens, entourés de quelques petits menhirs.
Datation : 3500 ans avant notre ère.
Deux tombes parallèles sont ouvertes au sud., la troisième est disposée perpendiculairement.
La distinction entre la chambre et le couloir commence à s’estomper.Il comporte de nombreuses gravures.

Le Tumulus de Kercado

Caim ou Tumulus de Kercado (Morbihan)



Ce Tumulus ou Cairn, est un des monuments mégalithiques les plus anciens, et vraissemblablement le monument le plus ancien de la région.

Il servit de cachette aux Chouans sous la révolution, et fut exploré pour la première fois en 1863, en pratiquant une ouverture par le sommet.Ils y découvrirent, depuis l'intérieur, la galerie d'accès.
Ce n'est que plus tard, en 1924, que des fouilles plus méthodiques, et une restauration, révélèrent de nombreuses inscriptions.
Le procédé du Carbone 14 (radio carbone) daterait ce monument entre 4500 et 4800 ans, avant notre ère.

De forme circulaire, il mesure extérieurement 30 mètres de diamètre et 3,50 mètres de hauteur.La chambre de ce monument, à peu près carrée, mesure 2,90 mètres de longueur sur 3 mètres de hauteur.

02/04/2008

Les alignements de Ménec

alignements du Ménec


Ces alignements de petites pierres ne pouvaient éblouir qu’un peuple nain.
Serait-ce le peuple de l’Agartha, qui sortant des entrailles terreuses, aurait planté, non loin de l’océan blême, cette étrange pépinière de pierre ?

Oui ? seuls des Korrigans d’une korriganesque époque dont nous n’avons plus aucune idée, mais qui semble, somme toute, assez piètre, peuvent en avoir eu l’idée.

Les alignements sont réguliers, non rigoureux. Nos architectes modernes feraient beaucoup mieux…

Un echo se lève de la terre plate, à mes pieds. Que me veut-il ? Les troglodytes m’ont-ils entendu, tapis dans l’épaisseur du temps ? Toujours est-il que quelque présence invisible proteste contre mes blasphèmes.

En vérité, si les alignements m’ont paru dérisoires, en revenant de Ker-mario, ils prennent des proportions plus amples à mesure que j’avance parmi eux. Un des menhirs, tête longue, large torse, grosses attaches, semble une gigantesque statue et, vers la fin du Ménec, quelques-uns des plus beaux mégalihes du monde se lèvent, symétriques à ceux de Ker-mario.
Je vois alors, qu’entre ces deux pôles, les alignements tracent un important pointillé de pierre.

Après tout, peut-être ne manque-t-il à ce paysage, pour paraître vraiment grandiose, que d’être plus nu encore. Il faudrait que les pierres des maisons éparses sur la lande, rentrassent au flanc des carrières, et que le plateau primitif, pelé, désertique, couchât sa nudité fraternelle contre la nudité sans voile de la mer.


« Bretagne au bout du Monde »
Aut. Pierre Guéguen
Edit. Ouest-France

31/03/2008

Savenay, la ville de mon "grandissement"

120px-BlasonSavenay.svg


Bien qu'étant né à Nantes, j'ai grandi dans cette petite ville, et ne l'ai quitté qu'après la majorité, pour les études; Elle méritait que je lui accorde un petit article sur son histoire:

Histoire de Savenay


Au IXe siècle la ville est connue sous le nom de Condita Savannacum.
1287 Savenay est une paroisse divisee en 5 fairies.
Au XIIIe siècle elle est rattachée au fief de La Roche-Bernard.
1435 Gilles de Rais, criblé de dettes, la vends à Guillemette, veuve de Guillaume le Ferron.
1467 Jean de Laval, baron de la Roche Bernard, rachète la paroisse.
1547 la roche en Savenay devient unie de fait à la vicomté de Donges. Ce sera le cas jusqu'à la révolution.
26 février 1790 la ville devient chef lieu de district avec 18 communes.
23 décembre 1793 : le général Kléber inflige à Savenay une défaite définitive aux armées vendéennes. C'est la bataille de Savenay. Fin de la Virée de Galerne.
1800 Suppression des districts, Savenay devient sous-préfecture.
1814 : après l'abdication de Napoléon et durant les Cent-Jours la ville reste fidèle à la monarchie.
1868 : la ville perd le statut de sous-préfecture au profit de Saint-Nazaire.
1936 : Meeting du Front populaire avec 40 000 personnes.
Première Guerre mondiale : La ville héberge un complexe hospitalier américain.
Seconde Guerre mondiale : La ville héberge un camp de prisonniers.

Patrimoine religieux


• Église paroissiale Saint-Martin-de-Tours, de style Renaissance XIXe siècle.
• Couvent des cordeliers
• Urne funéraire avec ossements.
• Croix commémorant le massacre des Vendéens. bataille de Savenay


Patrimoine civil


• Le Moulin de la Pâquelais (1545, modifié en 1911) est inscrit aux Monuments historiques depuis 1996.
• Moulin à vent 19e de l'Angellerais.
• Moulin à vent des Epinettes 19e.

Blasonnement


Le blason de la commune a été officiellement adopté le 12 février 1998 par le conseil municipal[3]. Il se blasonne ainsi :

D'argent, au chevron de sinople cantonné de trois trèfles du même; au chef de gueules chargée d'une hermine au naturel accolée de la jarretière flottante de Bretagne. À la bordure d'azur chargés de dix besants d'or

.Les ornements extérieurs qui accompagnaient l'écu (Manteau rouge de Saint-Martin, patron de la paroisse, et couronne de vicomte) ne sont plus usités.

10:23 Publié dans U - Souvenirs | Tags : savenay | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/02/2008

L'Observatoire de Kawamata (Lavau-s/Loire)

lavauUn grand bol d'oxygène!A l'occasion de la biénale "estuaire 2007", un observatoire s'est élevé sur la commune de Lavau-sur-Loire. Appelé du nom de son architecte japonais observatoire Kawamata, il permet de découvrir les marais de la Loire. Situé à deux kilomètres du village, vous devrez abandonner vos véhicules motorisés avant de pénétrer sur une route piétonnière. Vous vous retrouvez rapidement submergé par la beauté du site et balayé par les vents d'ouest, une nature sauvage au possible, et vous souhaiterez grimper sur le promontoire à la quête d'un éventuel animal sauvage.Très instructif pour les enfants pour peu que l'on puisse les y intéresser. Mon fils Elias vous dirait qu'il a aimé ce petit périple, malgré la déception de n'avoir vu que des mouettes rieuses. observatoire Kawamata

Prenez de la hauteur!

vidange du lundi 5.11.2007 059

Depuis peu, un éléphant a élu domicile en bord de Loire, face aux quais de la fosse. Etrange, non ?

Gigantesque, vous serez invités à y monter, et vous le verrez déambuler sur le port. Vous aurez ainsi un autre regard en prenant de la hauteur. Nous y avons emmené nos enfants, c’était le jour de fermeture (pas de chance), mais c’est pour bientôt !

Une fois fait, je vous donnerai plus de détail. Promis !

En attendant, je vous propose une vidéo (à voir sur jimaceltic).

12:13 Publié dans U - Souvenirs | Tags : nantes | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Lavau sur Loire

maison%20flot

Le Trou Bleu (Lavau sur Loire)

Je me souviens du temps où, adolescent, je prenais ma bicyclette avec mes copains et amis du Brossais, pour me baigner dans un étang retiré, dont beaucoup de personnes, notamment mes parents, ignoraient totalement son existence. Et connaissant mon frère, plus intrépide ou inconscient que moi, j’ai caché son existence autant que j’ai pu. Je savais que cet endroit était dangereux et qu’aucun adulte le connaissant, ne nous aurait autorisé à y aller.Ce qui nous excitait, était de nous y baigner bien sûr, mais aussi parce que ce lieu avait une particularité étrange pour nous, mais dangereuse pour les adultes. Dans cette ancienne carrière, l’eau y était fraîche, et elle vous étiez transi de froid dès que vous y plongiez les chevilles.Seulement voilà ! Avant d’avancer suffisamment loin dans l’eau pour pouvoir y nager, vous pouviez très facilement faire le pas de trop, qui vous faisait disparaître d’un coup sous l’eau. Comme aspiré dans les profondeurs de l’étang, cette peur nous excitait. Ces « boyaux » dans lesquels nous tombions auraient pu être mortels à mes amis et moi, il n’en fut pas, bien heureusement…Je crois me souvenir qu’il n’en fut pas pour beaucoup d’autres.La légende Situé à Lavau, petite commune du bord de loire, intégrée au canton de Savenay, en Loire-Atlantique, le Trou Bleu a engendré la légende que voici :Il y a bien longtemps, en 1793, la France était déchirée par de multiples guerres civiles dont la plus sanglante fut la guerre de Vendée qui opposa Les Républicains (l'armée française) à l'armée vendéenne. La dernière grande bataille de cette guerre se déroula à Savenay et fut perdue par les Vendéens le 23 Décembre 1793 ; beaucoup d'entre eux y furent tués. Piron De La Varenne, un chef vendéen, tout comme Caoudal et De Charette, fuyait les Républicains avec son ami De La Rochejacquelein. Ils arrivèrent à Lavau, , épuisés, mal rasés, les vêtements déchirés ; on ne les reconnaissait qu'aux couleurs rouges et blanches de leurs foulards et leurs insignes vendéens sur lesquels on lisait "DIEU LE ROI". Nos deux héros voulaient traverser La Loire pour rejoindre leurs familles en Vendée. Les colonnes infernales de l'armée républicaine poursuivaient nos deux chevaliers. Elles saccageaient, brûlaient, pillaient tout sur leur passage. Nos deux Vendéens erraient dans Lavau quand soudain, des boulets de canon tirés par les Républicains situés sur la butte de Savenay, s'écrasèrent sur l'église (de nos jours les boulets sont toujours visibles). Nos chevaliers s'aperçurent qu'ils étaient cernés. Le cheval de De La Rochejacquelein fit tomber son cavalier et piétina méchamment le chef vendéen. L'animal appartenait à l'armée républicaine. Piron pleurait à chaudes larmes car son meilleur ami venait de périr sous ses yeux. Il fuit avec son cheval à l'intelligence humaine vers un petit lieu-dit de Lavau, près du bord de Loire, nommé Le Trou. Alors que Piron et son destrier s'approchaient, une colonne infernale cachée derrière un rocher épiait nos héros. Son cheval l'avait prévenu du danger qu'il courait car il possédait un pouvoir magique : la parole humaine. Piron tenta de s'enfuir mais l'armée ennemie le surprit et lui barra le passage. Le Vendéen reconnut les Républicains à leur uniforme bleu et à leur cocarde tricolore. Il prit peur en identifiant le chef républicain Carrier qui était très cruel car il avait noyé des milliers de Vendéens à Nantes en 1790. Les Républicains crurent que Piron allait se rendre mais ils furent surpris quand ce dernier s'élança courageusement aidé par son cheval qui se battait tel un homme. L'animal se mit sur les deux pattes arrières et donna des coups de sabots et de museau aux ennemis. En quelques minutes, tous furent tués. Le chef vendéen mit ses adversaires dans un sac plein de pierres et les noya. En regardant La Loire, il aperçut un faisceau lumineux qui provenait du fond de l'eau. Petit à petit, grâce au sang bleu des Républicains, l'eau s'éclaircissait, devenait azur, puis limpide, alors que le faisceau s'élargissait. C'était une porte secrète en granit bleu. Depuis ce jour selon la légende, le petit hameau se nomme "LE TROU BLEU". De plus, au début du XXème siècle, on exploita une carrière de granit dans ce trou. Il ouvrit la porte, entra dans le passage secret, et crut passer directement en Vendée, mais malheureusement le passage secret était peuplé de gros ragondins. Alors que Piron cherchait une issue pour aller au sud de La Loire, les ragondins l'attaquèrent ; notre chevalier eut peur et rebroussa chemin. En s'enfuyant il trébucha, s'arrêta et regarda ce sur quoi il avait marché. C'était un magnifique anneau en granit ; il le prit pour l'offrir à sa femme qui l'attendait en Vendée. Notre ami nettoya l'anneau et il vit sur celui-ci le reflet d'un visage qui lui souriait ; il comprit alors que la pierre de granit était magique. Ils sortirent tous les trois du souterrain. Piron contemplait l'anneau et dès qu'un rayon de soleil tapa sur ce dernier, une force incroyable se dégagea du granit et elle construisit un pont au dessus de La Loire. Le chevalier et sa monture traversèrent le pont, des Républicains les poursuivaient, ils étaient divisés en deux colonnes, l'une sur le pont, l'autre dans la barque qui naviguait sous le pont. Arrivé en Vendée, Piron s'aperçut que la colonne située sur le pont était au dessus de la barque, cela lui donna une idée... Il ordonna à l'anneau de faire disparaître le pont. Celui-ci s'effaça, les cavaliers tombèrent dans la barque qui coula sous son poids. La légende dit que l'abbé Guihard retrouva près du Trou Bleu une barque pleine de cadavres. De retour dans son village natal, Piron ne fut point reconnu par sa femme car il était très épuisé. Elle se souvint de son mari grâce à la rare intelligence de son cheval qui lui raconta toute leur histoire. Piron lui offrit l'anneau. Ils se cachèrent quelques temps, vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants.

11:48 Publié dans U - Souvenirs | Tags : trou bleu | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |